Diplomatie : le bon bilan de Nicolas Sarkozy

Diplomatie : le bon bilan de Nicolas Sarkozy

Dans le n° 835, Chris­tian Lambert a écrit un réquisitoire à charge contre la politique étrangère de M. Sarkozy. Il est juste que cela soit suivi par un plaidoyer à décharge.

Le premier geste de Sarkozy, après son élection, a été de rétablir entre la France et les États-Unis la confiance qui existait depuis La Fayette et qui avait été mise à mal par les rodomontades de M. de Villepin à l’ONU et sa trahison de l’honnête Colin Powell.

Le second geste a été de remettre la France dans l’organisation militaire de l’Otan, en obtenant, du même coup, que soit nommé à l’un des commandements les plus prestigieux, celui qui prépare l’avenir, un général français de grande réputation, le général de l’armée de l’air Abrial. Cette intégration était si nécessaire stratégiquement, compte tenu de la position de la France en Europe, qu’elle avait déjà lieu, sous des formes déguisées, comme en témoignait le nombre d’officiers français « détachés » auprès de l’Otan.

Certains nostalgiques du gaullisme ont pu voir là une atteinte à la mémoire du Général et c’est par crainte de cet opprobre potentiel que les prédécesseurs de M. Sarkozy ont eu peur de franchir le pas, qui leur paraissait pourtant évident.

Mais rappelons la position du Général de Gaulle : il voulait pour la France l’un des quatre grands commandements opérationnels de l’Otan, celui de la Méditerranée, le seul attribué à un Européen, et que les Amé­ricains avaient préféré donner à un Anglais. Pour obtenir ce commandement, de Gaulle a fait du chantage : la France aurait ce commandement ou sortirait de l’Otan. Il a perdu et, comme il avait du caractère et de l’orgueil, il est sorti de l’Otan. Mais qui peut croire un seul instant qu’il n’y serait pas resté s’il avait obtenu ce commandement ?

Ensuite, Sarkozy a assoupli le fonctionnement de l’Union eu­ropéenne
, qui, il faut bien le dire, sombrait dans la paralysie.
Il a entretenu un dialogue très riche avec l’Allemagne et le Royaume-Uni. Dans ce dernier cas, il a conclu des accords de défense profitables aux deux nations. Il a été très actif dans la mise en place du G20, qui contribue à désamorcer les conflits potentiels entre nations : il vaut mieux des parlottes que des coups de Jarnac…

Quant à l’Union pour la Médi­terranée, on ne m’empêchera pas de penser qu’il était louable de chercher à faire cohabiter des nations dont certaines étaient particulièrement hostiles
les unes aux autres, comme la France et l’Algérie, Israël et les Pays arabes. Cela relevait du même esprit que la création européenne.

Par des initiatives rapides dont peu d’hommes d’État sont capables, il a limité les dégâts en Géorgie.
Quant à la Libye, soyons justes : toutes les révolutions, y compris la nôtre, ont été suivies par des périodes de grande instabilité
qui ont duré des années, parfois davantage. Mais l’évolution a fini par être positive. En Libye, nous assistons au même phénomène. Pour sortir d’une dictature démentielle qui se prolongeait depuis une trentaine d’années, il fallait un coup d’envoi. Il est remarquable que, dans cette affaire, Sarkozy ait été secondé par le Royaume-Uni, suivi par l’ensemble des pays de l’Otan (à l’exception de l’Allemagne), et même de l’ONU et de certains pays arabes.

Enfin, faut-il passer sous silence la libération des infirmières bulgares ?

M. Lambert écrit que « les Français ont mauvaise presse à l’étranger ». C’est un propos holiste. Il y a certes, à l’étranger, des critiques de la France, mais aussi des admirateurs. J’ai moi-même vécu, travaillé, ou voyagé dans une cinquantaine de pays, ce qui me permet d’affirmer qu’au total, Sarkozy a redonné à la France un certain lustre sur le plan international, même si l’on moque gentiment certaines de ses actions intempestives.

Certes, je partage quelques-unes des critiques de M. Lambert, par exemple sur le projet de taxation des Français à l’étranger. Mais je ne trouve pas très fair play de mettre Marine Le Pen, François Hollande et Nicolas Sarkozy sur le même pied, lorsqu’il s’agit de revoir les traités internationaux. Les deux premiers sont tout simplement ridicules, quand Sarkozy se propose seulement de vendre à ses amis européens quelques modifications marginales avec lesquelles certains sont déjà d’accord.
Après le réquisitoire du procureur et le plaidoyer de l’avocat, il restera au jury, les électeurs, à décider…

Partager cette publication

(33) Commentaires

  • ozone Répondre

    Un désastre,voilà tout,il a planter le décor de la catastrophe prochaine,l’indépendence du pays a totalement disparue,les traités qu’il nous a mijoté en complicité avec Bruxelles et leurs banquiers seront la "puntilla" pour la France,dans ce boulevard la technocratie de l’UE fera tout pour faire passer les accords OMC cycle de Doha et son AGCS,après cela tout sera consommé,les sommes les plus folles sont engagées pour arriver a toutes ces merveilles,voici le chemin sur lequel nous a mis la diplomatie sarkoziste,au bout il y a le précipice.

    Voilà le bon bilan.

    La diplomatie ce n’est pas que des réunions entre dirigents du Monde mais tous les types de traités qui sont signés en font partie,les relations a l’intérieur de l’UE ne font pas exception.

    10/04/2012 à 19 h 45 min
  • Anonyme Répondre

    1er prix de concision ! Laurent Pinsolle, sur Sarközy : « Une petite candidature clôturant une petite présidence ». Bien vu, non ?

    09/04/2012 à 14 h 40 min
  • julia Répondre

    Aveu d’Alain Juppé, dans le SarköFig de lundi, page 3 : « il aurait préféré que les questions relatives à l’emploi, à l’éducation, à l’Europe, aient dominé dans la campagne électorale». Oui, mais… il s’agit de sujets accusatoires du fourbe. Pas de souci, Alain, un candidat honnête et sincère en a parlé abondamment, lui. Et les Français l’ont entendu.

    09/04/2012 à 11 h 40 min
  • calita Répondre

    N’est-ce pas dans le FigMag qu’on admire la façon qu’a Sarkö de bluffer ? C’est vrai qu’il est l’Américain.

    09/04/2012 à 9 h 55 min
  • ritalo Répondre

    Les prochains jours, Sarközy va vider sa dernière caisse de gadgets. De tous les goûts, de toutes les couleurs, tous en plastique ou en carton. Les ahuris de la place de la Concorde applaudiront celui qui a trahi ses électeurs en 2007, et les décibels de la sono amplifieront les hurlements « On a gagné, on a gagné ! ». Ne manquera que la musique de bal, comme sur le Concordia, pardon le Titanic.

    09/04/2012 à 9 h 15 min
  • ferrrel Répondre

    Hollande et Sarközy, consacrent 80% de leur énergie à se démolir mutuellement, ce qu’ils feront encore le dimanche 15 avril à Paris, à la même heure en plein air. Parlent-ils de la situation de la France ? Le moins possible, car ils s’accuseraient sans le vouloir, puisque l’UMPS est à l’origine de presque tous nos maux. Français, quand vous serez le 22 avril dans l’isoloir, pensez à celui qui, pendant cette campagne, vous a décrit avec soin et sincérité la situation du pays, et les remèdes à y apporter en réunissant toutes les bonnes volontés, d’où qu’elles viennent, sans préjugé. Cet homme est la chance de la France, la laisserons-nous passer ?

    08/04/2012 à 21 h 31 min
  • crola Répondre

    Jeunes, venez voter le 22 avril, mais attention ! Souvenez-vous qu’en 2007, Sarközy a trahi tous ses électeurs ! Ses promesses sont des bulles de savon. Donc ne votez pas pour lui, mais pour quelqu’un d’honnête, qui ne ment pas !

    08/04/2012 à 20 h 07 min
  • deza Répondre

    C’est dès le premier tour qu’il faut se débarrasser du gouvernement en place. Jeunes, allez voter, pas de négligence, c’est votre intérêt. Cinq ans, c’est long, pour vous !

    08/04/2012 à 16 h 22 min
  • bilame Répondre

    Au bout de cinq ans moins deux semaines, Pinocchio se penche avec émotion vers les jeunes du pays, qu’il voudrait tant persuader qu’il ne cesse de penser à eux. Sans lui, ils souffriraient, bien sûr ! A ceci près qu’ils souffrent depuis cinq ans. Jeunes, faites taire l’hypocrite en allant voter le 22 avril pour un autre candidat !

    08/04/2012 à 15 h 27 min
  • tilane Répondre

    Au prochain rendez-vous de la Concorde on aura de nombreux curieux et touristes de passage, des policiers en civil mêlés à la cohue qui applaudiront pour ressembler à de simples villepintistes, et des supporters que le poison dans la confiture n’intimide pas. Le bateleur agité présentera ses derniers gadgets, dont il a encore une caisse. Le soir, on nous expliquera que la police a évalué scientifiquement la foule à près d’un million de personnes, une grande partie n’ayant pu naturellement pénétrer sur la place pleine à craquer, et étant restée bloquée dans les rues adjacentes. P.S. Une majorité de Français veut expulser le parasite de la République. C’est donc une minorité de minorité qui se sera agitée autour de l’Obélisque.

    08/04/2012 à 15 h 00 min
  • François Répondre

     Depuis quelques temps, certains répètent comme un mantra que Bayrou est le sauveur sans un commencement de démonstration.
     Comme si répéter une ineptie inlassablement en faisait une vérité. Remarquez, depuis 5 ans, nos socialistes nous montrent l’exemple dans ce domaine.
     Quand on n’a pas d’argument, quand on n’a pas d’idées et quand on n’a pas de c…,il faut avoir une langue ( de vipère) agile pour faire illusion…

    08/04/2012 à 12 h 10 min
  • cliome Répondre

    Message aux nouveaux électeurs du fourbe : il a trahi ses électeurs en 2007, ce qui indique une prédisposition à trahir leur pays, pour les déraciner. C’est ça que vous voulez applaudir à la Concorde ?

    08/04/2012 à 8 h 55 min
  • girardi Répondre

    Le programme Sarközy : battre Hollande. Le programme Hollande : battre Sarközy. Le programme de Bayrou : redresser le pays !

    07/04/2012 à 21 h 14 min
  • clara Répondre

    Français, un fourbe qui a trahi ses électeurs en 2007, nous fait à nouveau une montagne de promesses. Qui peut le croire, qui peut le suivre ? Chassons-le, c’est le Judas de la France !

    07/04/2012 à 20 h 53 min
  • louqui Répondre

    Nouveaux locataires des cinq ans à venir ! Imaginez qu’un menteur soit préféré à celui qui ne ment pas, pour présider la France. Cela vous soutirera deux mois de loyer : la caution que vous devrez verser et qui restera bloquée un …bout de temps, et encore, si vous la récupérez entièrement. Ne gardez pas cette mise en garde pour vous, il ne vous reste que quelques jours pour la faire connaître à d’autres.

    07/04/2012 à 17 h 17 min
  • milna Répondre

    Jeunes de France, entrez dans un logement à louer en payant seulement le premier mois de loyer ! C’est possible si vous allez voter le 22 avril !

    07/04/2012 à 16 h 17 min
  • IOSA Répondre

    J’oubliai…..Car il faut reconnaître que parfois on a notre président en clair ( langage non codé) lors de sa rencontre avec les marins pêcheurs et lors de la foire des bestiaux, son discours est invariablement le même " CASSES TOI POOOOVR CON".

    La classe quoi !

    IOSA

    07/04/2012 à 12 h 44 min
  • IOSA Répondre

    Le bon bilan de N.Sarkosy ???

    Ben d’après moi, lorsque Sarkosy s’adresse au peuple ( militants y compris), les mots qu’il utilise sont cryptés et lorsque l’on a la clé pour comprendre son langage, cela donne ceci  "répete apres moi, je suis une truffe"

    IOSA

    07/04/2012 à 12 h 37 min
  • Gillardo Répondre

    Les principaux candidats mentent, sauf un. Comme par hasard, c’est celui-ci qui veut moraliser la vie publique. En quelques semaines tout peut changer avec lui. Toi tu es jeune, tu vois ça d’un peu loin, alors écoute bien : si tu es locataire en ville, tu as dû payer autour de trois mois de loyer au départ, deux représentant une caution bloquée. Dis-toi en tous les cas que c’est le cas le plus répandu, qui risque de se vérifier aussi pour toi prochainement si rien ne bouge. Tu as des amis qui se fichent pas mal des élections et t’ont dit en rigolant qu’ils n’en avaient rien à faire. Alors dis-leur qu’ils pourraient bientôt trouver une location et ne verser qu’un mois de loyer pour entrer dans leur nouveau logement… à condition qu’il y ait beaucoup de jeunes qui aillent voter le 22 avril pour celui qui a pensé à eux et qui ne ment pas. Dis-leur, à tes copains, c’est une occasion unique. Tu leur téléphones ou leur envoies un courriel. Dis-leur d’aller voter. Tu leur dis : Eh, faites pas les c… ça va nous retomber sur la tête !

    07/04/2012 à 11 h 15 min
  • versini Répondre

    Mensonges, duplicité, fourberie, impudence. Qui en veut encore pour cinq ans ? Venez tous, les jeunes en particulier, le 22 avril, voter pour l’honnêteté, la représentation de toutes les opinions à l’Assemblée, la suppression de la caution pour les nouveaux locataires. C’est la première fois que ceci nous est offert et certaines occasions à saisir n’ont qu’un cheveu !

    06/04/2012 à 21 h 31 min
  • linoe Répondre

    A Sciences-po, venue à la place de Sarkö pour parler de la condition féminine au Forum organisé par l’hebdomadaire Elle, la porte-parole NKM doit repartir au bout de quelques minutes sous les huées et les sifflets. Elle se consolera peut-être en pensant que ce n’était qu’un entraînement pour l’expulsion en grand de son employeur.

    06/04/2012 à 20 h 27 min
  • Sauveur Suprême Répondre

    Plusieurs bémols à ajouter à cette vision un peu trop complaisante de la diplomatie sarkozienne. Parmi les aspect très négatifs il convient de citer le traitement des affaires d’otages:

    n’oublions pas que Sarkozy a demandé et obtenu la libération du terroriste colombien Rodrigo Granda, membre des FARC, pour pouvoir éventuellement parader avec l’illuminée Ingrid Betancourt. Opération totalement ratée parce que in fine, c’est l’armée colombienne qui a obtenu sa libération.

    Ne pas oublier non plus la libération des terroristes AL QUAIDA – AQMI imposée au gouvernement malien par Sarkozy en vue d’une libération d’otages. Nous connaissons aujourd’hui les suites sinistres de cette affaire.

    Pour terminer, le traitement de l’affaire Florence Cassez, dont personne ne croit à l’innocence, a failli nous conduire à une rupture diplomatique avec le Mexique.

    En conclusion, Sarkozy privilégie en permanence son succès médiatique personnel (ou supposé tel), au détriment des principes moraux et des intérêts supérieurs de la Nation.

    06/04/2012 à 19 h 31 min
  • clariton Répondre

    Ni Mélenchon ni Marine Le Pen ne peuvent être Président de la République le 6 mai. Seuls François Hollande, François Bayrou ou le fourbe peuvent l’être. Pour ce dernier, c’est mal parti puisqu’une majorité de Français le vomit. Ne restent que deux votes utiles le 22 avril : Hollande ou François Bayrou. Français qui pensez vous abstenir, voulez-vous vous priver de la loi sur la moralisation de la vie publique et de la représentation à l’assemblée de toutes les opinions politiques ? …ou de la suppression de la caution pour les nouveaux locataires ? Tout cela n’intéresse pas Hollande. Qui vous l’offre ? Renseignez-vous, puis allez voter le 22 avril.

    05/04/2012 à 16 h 25 min
  • kola Répondre

    Les villepintistes sont tous à bord du bateau affrêté par Sarkozy. Ils ne savent pas qu’ils sont l’avant-garde d’une minorité, la majorité vomissant clairement celui qu’il ont choisi. On les entend hurler « on a gagné, on a gagné ! ». Justement, le fourbe a en tête un meeting monstre en plein air autour de l’Obélisque à Paris. Nom de code : Concordia.

    05/04/2012 à 15 h 51 min
  • ynal Répondre

    Les villepintistes : « On a gagné ! On a gagné ! ». Tous dans le mur avec Sarkö ! P.S. Ce n’est pas parce qu’on était à Villepinte, qu’il est maintenant trop tard pour réfléchir, par exemple au fait avéré et mesuré, qu’il y a une majorité de Français qui ne veulent simplement plus du fourbe.

    04/04/2012 à 21 h 06 min
  • nomelle Répondre

    Baromètre TNS-Sofres/Sopra au 2 avril pour le Fig Mag : Interrogés sur les personnalités dont ils souhaitent qu’elles jouent un rôle important prochainement, les Français placent toujours en tête François Hollande (52%, soit –6), suivi immédiatement de François Bayrou (47%, soit +3). Personne donc, entre les deux.

    04/04/2012 à 20 h 25 min
  • midas Répondre

    Bonjour, je me présente, j’étais jusqu’à ces dernières semaines plutôt un sympathisant de Sarkö. Alors voilà, j’ai décidé de mettre ici une page de mon journal intime : J’observe donc à la télévision un candidat qui fait de plus en plus de vent, de plus en plus de bruit, de plus en plus de propositions (font partie du vent , peut-être) et qui se déclare chaque matin plus confiant dans le résultat des courses, après avoir déclaré qu’il était prêt à déplacer des montagnes. On entend aussi ses employés d’occasion crier un jour sur deux « On a gagné, on a gagné !», prophétie au présent. C’est vraiment du trapèze sans filet. Les sondages : il est de bon ton de dire qu’ils ne veulent rien dire pour l’avenir, mais enfin ils intéressent quand même, surtout quand ils confortent nos espoirs. Un qui est stable et commun aux trois ou quatre sondeurs les plus importants est qu’une majorité de Français exècrent Sarközy et sont déterminés à l’expulser de leur écran de télévision. J’étais donc dans une minorité sans le savoir. Aller voter pour celui qui est vomi a-t-il un sens autre qu’esthétique ? Mais… rester à la maison, n’est-ce pas assister passivement à la victoire de Hollande ? Hollande, celui-là, m’a l’air d’un illusionniste, simplement j’accorde qu’il est nettement moins frimeur que Sarközy. Alors si maintenant j’oublie Sarközy, il paraît que François Bayrou pourrait sortir Hollande de l’horizon, puisqu’au deuxième tour il l’emporte contre n’importe quel candidat. Tiens tiens ! Bayrou, mais c’est lui dont Nathalie Ko…etc dit chaque semaine qu’il est de notre famille. Re-tiens tiens ! …on resterait donc en famille ? Bonne tête, Bayrou, faut en convenir. Lui, il a l’air de penser ce qu’il dit, c’est bizarre. Enfin, je veux dire qu’on n’est pas habitué … Il ne s’énerve pas, c’est un drôle de paysan. Je sais pas pourquoi, je le vois bien en photo dans ma mairie. Enfin je veux dire…

    04/04/2012 à 16 h 16 min
  • nival Répondre

    La vantardise de Nicolas Sarkozy « d’atomiser » François Hollande lors du débat télévisé de l’entre-deux-tours, révèle plus de faiblesse que de force. Quand on vient à considérer l’ultime rendez-vous comme la dernière chance de remporter le combat, c’est que l’on sait que l’on a déjà perdu, même si on ne veut pas l’avouer.

    04/04/2012 à 14 h 53 min
  • Rosanov Répondre

    L’article  "oublie" de mentionner le coût des mesures.  On croirait lire un article écrit par le parti socialiste, les mesures devant être comprises d’un "coût zéro".  En particulier il n’est pas fait mention du coût démentiel de l’entente de la Méditerranée.

    Il n’est pas fait mention non plus de l’immaturité ou de l’orgueuil de Nicolas qui avait cru qu’il allait sauver le monde, qu’il allait réussir par miracle là où des centaines de négociateurs avaient capoté.  Il n’est pas fait mention du despotisme de cette mesure puisque les Français n’en voulaient surtout pas.  De ce point de vue, Sarkozy est l’exemple même du coaching qui a trop porté ses fruits : il se croit bien plus fort et plus malin qu’il n’est en réalité.

    L’article ne fait pas mention non plus de l’aide irréfléchie à la résistance libyenne, ce qui allait armer nos ennemis de demain.  Il n’est pas fait mention du fait que cette aide était sans doute motivée par les scandales que Kadhafi menaçait de révéler, sur le dos de Sarkozy.

    Il est un autre oubli gigantesque, celui de nos troupes contraintes à s’humilier en défilant devant le dictateur Syrien, instigateur présumé d’attentats contre l’armée française. Et quand on sait que ce dictateur est tombé de haut quelques mois après, on se dit : "Quelle vista de la part de notre président ! Quel sens politique !"  On ne s’en étonne qu’à moitié dans ce pays où un philosophe idiot-utile semble cumuler le rôle à la fois de ministre des affaires étrangères et celui de chef des services secrets. 

    Si l’on passe toutes ces bévues à la trappe, si l’on ne parle pas de l’argent gaspillé bêtement par un pays en passe d’être ruiné,  et si l’on regarde les faits sélectivement, alors là oui on sera peut-être d’accord avec M. Guénin pour dire que la politique de Sarko était presque réussie !  M. Guénin a beau jeu de préciser qu’il écrit un article à décharge.  En fait c’est un article complètement sectaire.  La vérité n’y est pas simplement présentée sous un angle avantageux  (ce qui sied à une argumentation à décharge), elle est tout bonnement bafouée.

    04/04/2012 à 14 h 29 min
  • klic Répondre

    Côté supporters de Sarközy, un jour il font dans leur culotte (pardon : un jour c’est l’anxiété), un jour ils montent sur les tables pour crier « On a gagné ! ». Un silex dans leur chaussure, c’est l’absence totale de réserve de voix pour le fourbe au deuxième tour. Perspective en deux temps : 1/ le 22 avril : on a gagné ! 2/ le 6 mai : on a perdu. A croire qu’ils préfèrent Hollande à Bayrou, Bayrou dont ils croient pourtant extrêmement fin de déclarer trois fois par jour qu’il est « de la famille ». P.S. L’agence « Vessies et lanternes » leur a bien dit : « ayez l’air d’y croire ! ». Les pauvres en espérance font ce qu’ils peuvent…

    04/04/2012 à 13 h 43 min
  • Guillermo Répondre

    Réquisitoire aussi peu convaincant que celui de Monsieur Lambert s’était révélé brillant !

    Pour ne reprendre simplement l’argument le plus grotesque, celui de l’entente de la Méditerranée.  Ca nous a coûté un max alors que le pays est exangue.  De plus les Français n’en voulaient surtout pas, BHL exclu évidemment.    Et ils avaient prévu fort logiquement que ça allait capoter.

    Pour l’Otan De Gaulle doit se retourner dans sa tombe qu’on lui fasse dire des grossièretés pareilles.  Pourquoi a-t’il fait la force de frappe, l’Europe et l’étalon or, sinon avec l’obsession constante de se <libérer> des Américains.

    04/04/2012 à 11 h 53 min
  • cliro Répondre

    C’est fait, le texte de loi préparé par François Bayrou pour la moralisation de la vie publique est disponible. Sur la toile. A adopter par référendum le 10 juin en même temps que les législatives. C’est demain. Demain, pour que le quart des députés soient élus à la proportionnelle des listes nationales ayant obtenu plus de 5% des voix. Une révolution. Seul François Bayrou veut et a tout préparé pour mettre fin au scandale de la non représentation de millions de Français. C’était le confort total de Sarközy.

    04/04/2012 à 11 h 02 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    le bilan est on ne peut plus excellent …  il suffit de constater ce qui se passe au Mali , en Tunisie , en Egypte et en bien d’autres lieux … !
    je pense que pour sortir de telles énormités Monsieur Jacques (de ) Guenin a du suivre assidument les cours de décérébration de Sience-Po ou d’une quelconque école de journalisme !

    04/04/2012 à 10 h 44 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: