Dissuasion : Famas et force nucléaire stratégique ?

Posté le juin 03, 2013, 1:32
5 mins

À l’heure de la parution (et de l’adoption ?) du Livre Blanc de la Défense, je ne peux m’empêcher de rapprocher cette échéance déterminante pour la sécurité future de la France avec un évènement récent qui renforce une réflexion citoyenne engagée.

Un soldat commis à la surveillance dans le cadre du plan Vigipirate, vient de subir l’attaque sauvage d’un individu en un lieu particulièrement symbolique, la Défense !

Les militaires déployés dans les espaces publics de grande fréquentation hétérogènes le sont en patrouilles doublées par des policiers en tenue. Ce dispositif de dissuasion conforte sans doute les passants, mais ne constitue pas une parade contre des actes rapides et fugaces menés par des individus déterminés. La preuve vient d’être établie chez nous, comme une réplique de celle vécue à Londres !

Le fusil Famas tenu virilement, mais canon vers le bas pour ne pas être menaçant aux honnêtes gens, n’est qu’une gêne pour son porteur. Jamais il ne sera utilisé dans une foule pour se défendre ou défendre le coéquipier. D’ailleurs, est-il armé ?

Pas davantage un policier ne dégainera son arme et ne tirera dans une telle situation. Serait-ce le cas, c’est d’abord lui, selon la tradition nationale, qui serait envoyé devant une commission ou un tribunal. La légitime défense est un principe louable mais à l’évidence contesté et invalidé dans l’exercice contemporain de la sûreté civile…

Les délinquants, candidats terroristes et autres fous de Dieu le savent !

À l’autre bout de l’échiquier de la dissuasion, la France maintient une Force nucléaire stratégique qui, depuis De Gaulle et la Guerre froide, entretient derrière un tabou sacré l’illusion que notre nation est inviolable.

Les grands antagonismes belliqueux du monde ont changé, les menaces ne sont ni binaires ni clairement identifiées, l’ennemi est diffus, la diaspora terroriste insidieusement infiltrée dans les sociétés qu’elles visent.

Les armadas mégatonniques sont invalides contre cette peste moderne !

La réponse du « Faible au Fort », justifiée lorsque le Pacte de Varsovie menaçait l’Ouest, est tombée en même temps que le mur de Berlin…

Aujourd’hui, quelle légitimité permet aux pays possesseurs de l’arme nucléaire de s’arroger le droit de la dénier à d’autres ? L’Iran ou la Corée du Nord sont des états parias qui menacent le monde. Plus que le Pakistan, l’Inde ou même Israël ? Quel sera le premier gendarme atomique mondial qui prendra le risque dramatique et irréversible de déclencher le feu nucléaire ?

La Corée nous menace-t-elle plus que les armées « civiles » et fondamentalistes dispersées ?

Les opérations françaises récentes ont vu des forces conventionnelles se déployer avec brio sur des théâtres extérieurs. Mais sans l’aide des Etats-Unis, l’intervention en Libye et encore moins celle du Mali n’auraient pu être conduites avec célérité et efficacité. Le renseignement, le transport à longue distance, le ravitaillement, souffraient de défaut de moyens modernes et essentiels. La projection rapide pour une réponse brutale est avant-tout l’œuvre de moyens aéroportés. Ce fut le cas grâce au soutien allié !

La possession de l’arme nucléaire nous vaut un siège de Permanent au Conseil de Sécurité de l’ONULe ticket en est très cher ! En période de coupes budgétaires douloureuses, il nous prive de moyens désormais indispensables et dont le développement n’a pas été lancé.

L’achat de drones américains décidé par le ministre de la Défense le confirme, encore que cette décision ressemble fort à un paiement des services rendus par les forces américaines durant l’opération Serval…

http://target2007.typepad.fr/hgizardin/

7 réponses à l'article : Dissuasion : Famas et force nucléaire stratégique ?

  1. L'auteur H.Gizardin

    22/06/2013

    Je suis plus qu’étonné de l’atonie des lecteurs concernant la Dissuasion nucléaire! Est-ce à dire que le tabou est tellement enfoncé que nul n’ose s’y attaquer, ou que la Défense n’intéresse pas vraiment les lecteurs?
    A part Jean Menu qui, au moins ,expose ses arguments!

    Répondre
  2. L'auteur

    08/06/2013

    Mariedefrance, l’égalité H/F tant réclamée par certaines, fait obligation aux femmes de rentrer dans le débat sur la Défense. Elles ont surement des idées originales à faire valoir..

    Répondre
    • mariedefrance

      08/06/2013

      Plusieurs choses :

      * si je vous réponds c’est que j’ai demandé à être prévenue des messages qui passeraient sur cette discussion.
      çà, c »était pour ne pas mourir idiote..

      * je ne suis pas une féministe càd excessive.

      * je suis plutôt pour la complémentarité que la fusion.
      en clair, je n’aime pas la théorie du genre !:-) et j’aime que les différences entre hommes et femmes se distinguent.

      * il ne semble pas y avoir beaucoup d’amateurs sur le sujet , même chez les hommes !:-))

      Répondre
  3. Francomartel

    04/06/2013

    Jaures, Jeanne-d’Arc avait des couilles…
    C’est ce qu’a voulu dire « mariedefrance ».

    Répondre
  4. Jean MENU

    04/06/2013

    Le débat sur la dissuasion nucléaire n’est pas nouveau. Ceux qui sont contre ne rêvent que d’une Défense assurée exclusivement par des moyens conventionnels, ceux avec lesquels l’humanité entière s’est étripée allègrement par dizaines de millions au cours du vingtième siècle dans des conflits mondiaux, sans oublier ce début du vingt et unième.

    Rien ne se construit en ignorant le réel. L’environnement international est actuellement peu porté sur l’éradication complète de l’arme nucléaire. Cette volonté de l’acquérir et de la conserver, découle des enseignements tirés des effets des bombardements de Hiroshima et Nagasaki, qui ont à cet égard, marqué davantage les esprits par leur côté apocalyptique, que les cinquante millions de morts victimes des armes conventionnelles de la Deuxième Guerre mondiale.
    La peur qu’elle génère et le poids politique qu’elle confère, sont particulièrement recherchés par des pays soucieux de leur sécurité et de leur indépendance. D’abord objet d’une compétition entre les États-Unis et l’URSS, rejoints par la Grande-Bretagne, la France, la Chine, l’Inde, le Pakistan, Israël et peut-être à terme la Corée du Nord voire l’Iran ou le Japon, cette arme n’a cessé de remplir un rôle essentiel de dissuasion.
    Les manœuvres incessantes de l’Iran pour accéder au club du nucléaire en dépit d’une opposition farouche d’une grande partie de la communauté internationale, les incertitudes qui pèsent sur la Corée du Nord, les questions que se pose en toute légitimité le Japon quand il tourne son regard vers la Chine, démontrent clairement que ces pays ont pris la juste mesure du poids que leur confèrerait la possession de cette arme.
    Elle a sans aucun doute stabilisé les relations Est-Ouest et évité le pire pendant toute la durée de la Guerre Froide. C’est le cas aussi de l’Inde et du Pakistan qui ont prudemment su gérer leurs différends sans jamais atteindre un seuil critique. Quant à Israël, il n’est nul besoin de souligner son poids prépondérant dans sa survie.

    Alors au nom de quel principe faudrait-il favoriser le Famas au détriment de l’atome, priver notre pays de ce que nous pouvons encore identifier comme une assurance tout risque pendant que d’autres garderaient leur
    dissuasion ? Qui peut imaginer un seul instant, à part les doux rêveurs, que l’argent économisé sur le nucléaire serait basculé vers les forces conventionnelles. Je n’y crois pas un seul instant, il repartirait illico presto vers les caisses de Bercy qui se ferait un plaisir de le redistribuer aux électeurs favoris du pouvoir actuel.

    Bien évidemment, notre dissuasion n’est pas adaptée à la lutte contre le terrorisme ou autres formes de menaces plus sournoises, qui nécessitent des moyens coûteux en homme et en matériels ainsi que des actions qui relèvent davantage du renseignement et de mesures de police ou de gendarmerie sur le territoire national, de forces spéciales et de projection à l’extérieur. Un meilleur contrôle et des orientations mieux ciblées des dépenses dites sociales, des réorganisations des mille feuilles administratifs ou des remises en cause des coûts exorbitants engendrés par une union européenne omniprésente dans notre vie quotidienne, seraient sans aucun doute sources de revenus pour notre Défense dont les budgets n’ont cessé de décroitre depuis des décennies au nom de la sacro-sainte variable d’ajustement.

    Depuis l’invention de la fronde, les armements n’ont eu de cesse que d’être améliorés. Il ne faut pas se leurrer, on ne va pas « désinventer » l’atome, sauf à trouver quelque chose de plus terrifiant.

    La liberté n’a pas de prix, mais elle a un coût.

    Répondre
  5. mariedefrance

    03/06/2013

    Je laisse ce sujet aux garçons, à ceux qui ne jouent pas à la poupée et ne s’habillent ni se maquillent comme des filles.

    Je laisse ce sujet aux mecs, aux viriles, à ceux qui pensent comme des hommes.

    Chacun sa popotte !:-)
    J’suis une fifille et je n’y connais rien en stratégie de guerre.

    Répondre
    • Jaures

      03/06/2013

      Jeanne d’Arc n’était pas un garçon.

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)