DSK, la bulle

Posté le octobre 25, 2010, 10:32
7 mins

L’auteur de ce brillant article dans le Monde ignore sans doute que DSK est un double adepte de la bulle. Au PS, en 2007 et depuis toujours, tout le monde savait et disait que DSK aime particulièrement « buller » comme on dit dans la France profonde. Aujourd’hui qu’il représente l’espoir d’une victoire du vieux parti en 2012, plus personne n’évoque cette paresse si sympathique :

En économie, l’écart entre la valeur marchande d’un bien, appréciée par son prix, et sa valeur intrinsèque s’appelle une bulle. Le phénomène « DSK » serait-il une bulle ? L’interrogation est plaisante, s’agissant d’un économiste, qui, au moment de prendre les rênes du Fonds monétaire international (FMI), déclarait, en octobre 2007 : « La crise financière ne devrait pas avoir d’effet dramatique sur la croissance mondiale. La situation est maintenant sous contrôle. » Qu’il ait passé son examen de passage avec succès s’explique sans doute par le fait que ses juges étaient encore plus aveugles que lui sur l’existence d’une bulle fantastique qui allait tout détruire en explosant.

On se récriera, puisqu’on lit partout que DSK est un être « supérieurement intelligent », un économiste hors pair qui a déjà sauvé l’euro et l’Europe, qu’il est en marche pour « refonder » le capitalisme mondialisé, et qu’il est donc le mieux placé pour « sauver la France ». Cette enflure, nourrie jusqu’à la nausée par des chroniqueurs qu’on croirait avoir été engagés comme fonctionnaires chez DSK, a quelque chose d’obscène. Quel manque de discernement de confondre l’intelligence et le brillant de celui qui en impose !

Qu’en est-il de l’économiste ? Il y a plusieurs manières de l’être. L’économiste théoricien d’abord, que DSK n’a jamais été, à en juger par la liste de ses publications dans les revues qui comptent. Il détonne par rapport à des Ben Bernanke, des Larry Summers et bien d’autres, qui, quoi qu’on pense de leurs politiques, tentent de faire passer dans leurs actes le fruit de leurs travaux. Le technicien de l’économie, alors ? Tout jugement, ici, est discutable car la pratique reflète, en général, des choix politiques et idéologiques fondamentaux, forcément ouverts au débat. DSK a-t-il eu raison de concevoir les 35 heures, de choisir, lorsqu’il était ministre des finances, de ne pas réduire les déficits et la dette publique et, comme patron du FMI, d’étrangler la Grèce pour mieux la sauver ?

Je ne me prononcerai pas là-dessus. Je me contenterai de pointer l’écart abyssal entre les jugements portés sur son action en France et à l’étranger – et, singulièrement, dans la presse de gauche anglaise et américaine. Celle-ci se déchaîne contre l’action du FMI. Quelques titres d’articles évocateurs : « Les avis du FMI sont-ils meilleurs que ceux d’un ivrogne dans la rue ? » (Dean Baker, codirecteur du Center for Economic and Policy Research à Washington, dans le Guardian du 29 juin) : la réponse est non et, au moins, ces derniers sont-ils honnêtes ; « Des cinglés aux commandes » (Paul Krugman, Prix Nobel d’économie, dans le New York Times du 7 juin) ; j’en passe et des meilleures.

Mark Weisbrot, président du Just Foreign Policy à Washington, décortique l’étouffement délibéré de la Lettonie par le FMI. Le schéma est simple : ce pays ne peut pas dévaluer car sa monnaie est accrochée à l’euro. Pour l’aider à retrouver sa compétitivité sur le marché mondial, il faut donc le faire entrer en déflation afin que, les salaires s’effondrant, la dévaluation se fasse en termes réels.

La crise de solvabilité de la Grèce : le FMI a écarté toute solution en termes de restructuration de la dette parce qu’elle aurait coûté trop cher aux banques créditrices, surtout européennes. On gratifie ceux-là mêmes, qui, par leurs paris irresponsables, ont privé des millions de gens de leur travail et de leur domicile en enfonçant encore plus le poignard dans la plaie.

Chose remarquable quand on vit en France : DSK est le plus souvent épargné par ces critiques. C’est que, la plupart du temps, on ne cite même pas son nom, sinon en passant. On juge en effet que les véritables décideurs du FMI sont les ministres des finances des pays riches, le Trésor américain en tête, où grouillent d’anciens employés de la banque d’affaires américaine Goldman Sachs.

Une fois, cependant, DSK a fait l’objet d’une accusation gravissime : sa politique, ou plutôt sa rhétorique, s’expliquerait par le désir de faire les gros titres dans son pays d’origine (New York Times du 11 mai). L’auteur de l’article s’appuie sur l’économiste de Berkeley Barry Eichengreen, un ancien du Fonds, et semble trouver évident que c’est en séduisant les banques plutôt que le « peuple de gauche » que DSK arrivera à ses fins électoralistes.

DSK est-il le sauveur du capitalisme mondialisé ou bien le chef impuissant d’un organisme malfaisant ?

Une question préjudicielle se pose. A supposer même que DSK fût un bon économiste, est-ce d’un économiste que la France a besoin ? C’est l’économie qui empoisonne la société et on appelle des économistes à son chevet ? Il faudrait un Molière pour faire rire du ridicule de cette conclusion. Le capitalisme a besoin de croire qu’un horizon de développement indéfini s’offre à son regard – ce qu’on appelle la « croissance ». Or, il commence à douter que ce soit possible. (suite ici)

Une réponse à l'article : DSK, la bulle

  1. DOE Jane

    26/10/2010

    DSK n’arrivera jamais à la hauteur de notre
    Nobel d’économie Maurice Allais récemment
    disparu et auquel aucun de nos gouvernants n’a jamais fait appel  » nul n’est prophète en son pays « ; ce n’est pas d’économiste dont notre pauvre pays a besoin mais de liberté d’entreprendre et de réussir sans être écrasé d’impôts au profit de la classe politique et syndicale et de l’immigration- invasion qui profite à plein d’une générosité refusée aux français nécessiteux

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)