Ecoutes, le PS a la mémoire courte

Posté le septembre 16, 2010, 4:19
2 mins

Le PS s’offusque du fait que la police a peut-être été chargée de réaliser des écoutes téléphoniques afin de
connaître l’origine des fuites d’informations qui menaceaient de déstabiliser ler gouvernement.

 

La liberté de la presse ne doit pas faire oublier les devoirs de réserve des fonctionnaires. Un haut fonctionnaire qui n’apprécie pas les méthodes utilisées par le gouvernement peut très bien recourir à la justice administrative s’il
considère les méthodes qu’il réprouve comme illégales.

Il peut aussi démissionner, puis parler à la presse et même écrire un livre s’il le souhaite.

En revanche, son devoir de réserve et sa déontologie de serviteur de l’Etat lui interdisent de livrer, sous couvert d’anonymat, des
informations de nature à déstabiliser le gouvernement.

 

Francois Mitterrand-ecoute

 

Quant au respect de la vie privée et de la liberté de la presse qu’évoque le PS, c’est faire preuve d’un oubli bien étrange. Le seul
Président socialiste sous la Ve République jusqu’ici, François Mitterrand, fut le seul Président qui fit des écoutes téléphoniques un moyen de gouvernement, notamment sur le monde
médiatique !

On n’aura pas la désobligeance de rappeler que cette présidence fut aussi semée de cadavres…

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)