El Khomri

Posté le juillet 05, 2016, 4:17
25 secs

L’article 6 de la loi El Khom­ri prévoit que les salariés pourraient faire valoir leurs revendications religieuses dans les entreprises de plus de 50 personnes.

Pour lire la suite vous devez être abonné au 4 Vérités Hebdo.

Se connecter Inscription

8 réponses à l'article : El Khomri

  1. atitlan64

    11/07/2016

    Il me semblait que cet article avait été supprimé ? ! ? !

    Répondre
  2. Nicolas

    07/07/2016

    @ druant, gaffe collègue, c’est une attaque contre la franc-maçonnerie lol …
    Bien à vous, camarade

    Répondre
  3. Nicolas

    07/07/2016

    @ bistouille poirot. Il y a donc (une fois de plus) discrimination entre secteur public et privé.
    Donc inégalité de traitement à porter devant le Conseil constitutionnel
    (Dans la série « tous égaux devant la loi « ).
    Fichons un bordel maousse.
    Et CA permettra d’identifier les éléments anti-français, sponsorisés par le régime drouate-gôôôche .
    Jamais vu ça.
    J’ai eu une collègue de confession juive , elle jeûnait tranquille à ses fêtes et travaillait comme nous tous.
    Mes co-religionnaires Chrétiens n’ont jamais pris la tête à personne.
    Il s’agit bien d’une directive européenne œuvrant pour l’universalisme.
    Resistance par toutes les voies légales
    Le plan étant la destruction de nos PME.

    Répondre
  4. druant philippe

    07/07/2016

    L’ avocat le plus bas d’ Inter aura constitué pour ce pays une métastase cancéreuse des plus malignes : que cette saleté humaine disparaisse au plus vite avec dans sa foulée le débris de Chamalières et le super menteur de Corrèze .

    Répondre
  5. Bistouille Poirot

    05/07/2016

    @ Dauphin
    L’article 6 de la loi Khomri se fonde sur les 61 principes du rapport Badinter. La liberté du salarié de manifester sesconvictions ne peut connaître de restrictions que si elles sont JUSTIFIEES par l’exercice d’autres libertés et droits fondamentaux OU par l’exercice du bon fonctionnement des articles (L 11211 et L 1321-3) ET si si elles sont proportionnées au but « recherché ». Soit.
    Mais il est curieux de remarquer que ces dispositions ne s’appliquent pas dans le domaine public. Auquel cas, si les fonctionnaires n’en bénéficient pas, il n’y a pas lieu de les appliquer dans le domaine privé.
    Accessoirement, il m’étonnerait qu’un lieu destiné aux cinq prières journalières puisse être toléré par les mahométans pour que nos catholiques y fassent leurs dévotions ou par les bouddhistes qui s’en serviraient d’étable pour y parquer une vache sacrée et ….intouchable, oui, je sais, non égorgeable!
    A la porte de la mosquée de l’entreprise, les babouches refuseront que les chrétiens la traversent mocassin au pied et la vache en sabots…Bon courage Mr Badinter.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      11/07/2016

      et quel sera le sort réservé aux Sikhs ? auront ils, sur leur lieu de travail, le droit au port du couteau de poche multi-fonctions suisse ?

      Répondre
  6. Dauphin

    05/07/2016

    On nous serine- à longueur d’envolées lyriques de la part de nos gouvernants – que la France est un pays laïque … Alors ??? Pas pour tout le monde à ce qu’i’l semble car tout le monde sait bien qui enquiquinera le patron. C’est honteux !

    Répondre
  7. Bistouille Poirot

    05/07/2016

    1/ Prière (doux euphémisme) aux sociétés dépassant l’effectif et attachées à des comportements laïques, de modifier leur constitution en les transformant en entreprises constituées d’une holding et de filiales limitées à 49 personnes avec un DRH itinérant. Cette disposition ne sera envisagée qu’après l’adoption de l’article 6. L’AN serait en effet capable de déposer une Fatwa (6 bis) plus contraignante.
    2/ En cas d’impossibilité, autoriser les dévotions dans une
    salle de prière équipée de planches à clous pour Fakirs mahométans et contraindre les récalcitrants à laisser leurs babouches à la porte de la mosquée aménagée.
    « C’est du n’importe quoi », je sais. L’article 6 aussi….

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)