Élections au sénat : bientôt la gauche

Élections au sénat : bientôt la gauche

Comme souvent, les médias, portés par leur goût du « scoop » et du « zapping », ont abandonné leur soudain intérêt pour le sénat, dès que l’histoire de l’appartement de Christian Poncelet a été résolue, et surtout dès que Gérard Larcher, sénateur-maire de Rambouillet, a été élu président de la Haute assemblée le 1er octobre.

Certes, ces questions de gestion de l’argent public et d’élection n’étaient évidemment pas négligeables, mais la suite des événements mérite aussi l’examen et nous allons essayer de suppléer à la carence de nos excellents confrères de la « grande presse » !

Tout d’abord, en matière d’argent public, Christian Poncelet a rendu son appartement, mais à qui va-t-il revenir ? Au sénat, naturellement. Et il est peu vraisemblable que ce dernier le loue pour en tirer des revenus qui contribueraient à diminuer la dette publique… Selon toute vraisemblance, un haut fonctionnaire, un groupe politique ou un sénateur particulièrement influent, va « hériter » de ce joli cadeau. Du point de vue de l’argent public, le gain de l’opération Poncelet risque fort d’être nul. On aura peu convenablement traité le deuxième personnage de l’État sans aucun bénéfice pour le contribuable !

La suite n’est pas mal non plus dans l’ordre de la dépense publique. Le cru 2008 des élections sénatoriales a été passablement explosif (avec notamment les mauvaises humeurs, au sein du groupe UMP, d’Alain Lambert et de Jean-Pierre Raffarin, du groupe PS, qui se sent le grand vainqueur et « s’étonne » de ne pas être traité à sa juste mesure, et du groupe centriste, qui se voit en arbitre des élégances, de plus en plus nécessaire à l’UMP pour obtenir la majorité…). Conséquence classique dans la France socialiste : on crée des postes, pour calmer les mécontents !

Concrètement, deux postes de vice-présidents devraient notamment être créés. À euro constant, précise le président Larcher. Soit. Mais qui pourra le vérifier ? Le plus vraisemblable est évidemment que les dépenses de fonctionnement du sénat augmentent sensiblement…
Enfin, lors de l’élection des six vice-présidents, jusqu’à présent prévus par le règlement, peu de gens ont remarqué que Catherine Tasca était sortie en tête, de loin la mieux élue.

Un socialiste en tête des élections au sénat, voilà qui est nouveau. Et voilà qui présage mal de l’avenir de la Haute assemblée. Sauf sursaut de la droite, en 2011 ou en 2014, le sénat sera à gauche…

Partager cette publication

(3) Commentaires

  • Frédéric Maurin Répondre

    Le Sénat à gauche ? Et alors ? Comptons sur la politique d’ouverture de notre grand Nicolas pour résoudre ce problème par intégration définitive du PS dans l’UMP. Car, ne l’oublions pas, le sarkozysme est avant tout un humanisme :

    http://rupturetranquille.over-blog.com/article-22362716-6.html

    25/10/2008 à 12 h 36 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    Dans les zones frontalières les médias français peuvent être complètement boycottés sans pertes d’informations vitales.

    23/10/2008 à 22 h 14 min
  • pepitoux Répondre

    si par malheur le senat basculait , j’attends avec impatiance que les socialistes se sabordent, puisqu’ils veulent , aujourd’hui et depuis des années le supprimer

    23/10/2008 à 19 h 44 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: