emprunt : 35 milliards de besoin, 60 milliards de dépenses !

emprunt : 35 milliards de besoin, 60 milliards de dépenses !

La commission Rocard-Juppé, qui vient de rendre son rapport sur le grand emprunt, n’est pas à un paradoxe près.
En effet, la commission évalue  les « besoins identifiés au titre de ces sept priorités stratégiques correspondent à un investissement de l’Etat de 35 milliards d’euros tourné vers
l’innovation ».
Mais des « effets de levier  » (!) vis à vis des financements privés, locaux et européens, l’investissement total de vrait dépasser les 60 milliards d’euros…

Si les besoins identifiés sont de 35 milliards, pourquoi dépenser 60 milliards  d’euros ? chacun sait qu’au delà d’un certain niveau, les investissements financés sont moins
rentables et n’apportent donc pas la même contribution au remboursement ….

Si l’Etat est suffisamment habile pour en faire financer une partie par « effets de levier », alors l’Etat n’a qu’à emprunter la somme suffisante pour arriver à un total de 35 milliards d’euros
avec le concours des sommes apportées par les « effets de levier ». Cela fera toujours cela de moins à rembourser dans une période où le déficit et la dette de l’Etat explosent !

Enfin, ces « effets de levier » révèlent un aspect pernicieux des financements croisés : le contribuable ne sait jamais le coût réel d’une politique puisqu’il y a toujours d’autres acteurs qui
apportent leur écôt et que les sommes sont diluées dans différentes comptabilités : Etat, département, région, intercommunalité, communes et même Europe !

Décidément, on est bien loin d’une gestion transparente des deniers publics et d’une information accessible pour le contribuable.

Partager cette publication