Entente à droite

Posté le 10 avril , 2018, 3:14
2 mins

J’ai lu avec intérêt l’article de Guillaume de Thieulloy sur l’entente à droite (n°1138).

Comme lui, je souhaite cette entente, d’autant que nous sommes majoritaires dans le pays. La division s’explique en grande partie par l’union de la droite et du centre qui a interdit une ligne claire pour s’opposer à la politique du PS. La dispersion de l’électorat correspond plus à un vote contestataire qu’à un vote d’adhésion, l’UMP ayant été trop laxiste concernant l’immigration, la sécurité, l’économie, les valeurs sociétales ou le projet européen.

Guillaume de Thieulloy a réuni 5 représentants de cette diversité, sur environ 25 partis existants, et il constate, avec une franchise qui l’honore, que tout ce petit monde a bien des difficultés à parler d’une même voix. Qu’en sera-t-il avec 25 ? La victoire en 2022 ne pourra pas se faire sur une plateforme bricolée par 25 petits chefs de partis, mais par un soutien de l’électorat à un programme véritablement de droite, proposé par le seul parti de gouvernement que nous ayons : Les Républicains.

La défaite de 2017 a effectivement permis une victoire idéologique ; à nous de la faire fructifier. Macron n’espère qu’une chose : une alliance officielle entre FN et LR, car c’est sa seule chance de gagner en 2022. Ne lui donnons pas cette chance, unissons nos forces et que cette diversité devienne une richesse au sein d’un même parti.

9 Commentaires sur : Entente à droite

  1. Paul

    13 avril 2018

    Voilà un avis frappé du sceau du bon sens. Le FN vient de se prononcer pour le maintien du statut des cheminots ! Martinez-Le Pen même combat ! Et certains ici voudrait une entente avec ce parti ! Sens Commun doit s’imposer en LR pour qu’un véritable projet de droite, conservateur et libéral, s’impose dans le paysage politique.

    Répondre
    • Sylvie Danas

      14 avril 2018

      Vous savez PAUL, ce qu’étaient les position du parti communiste quand Mitterrand les a invités dans l’union de la gauche ? Vous savez ce qui se serait passé si on avait appliqué leur programme ? La différence entre un Mitterrand et les leaders de la droite actuelle, c’est qu’ils sont stupides tandis que Mitterrand était intelligent. Une intelligence diabolique, j’en conviens. Mais il avait compris que s’allier n’est pas se marier, que concéder quelques os à ronger n’est pas se damner, et que l’éclatement des voix des électeurs entre des dirigeants politiques sectaires et isolationnistes sont une parfaite machine à perdre. Lui, le Mitterrand, il n’a pas perdu. Nous, presque 30 ans plus tard, on continue de perdre avec allégresse en refusant, comme IL nous l’a prescrit, toute alliance avec le FN, oh, là, là que ça serait mal ! Continuons donc allègrement. Vous avez raison: gouverner c’est prendre des risques. Il vaut beaucoup mieux rester divisés pour perdre, afin de pouvoir continuer à critiquer sans risques. C’est tellement plus confortable !
      (et merci de noter que je ne cautionne absolument pas la dérive collectiviste du FN. Ce n’est pas mon propos, ni le bon débat)

      Répondre
      • Paul

        14 avril 2018

        Madame, pardonnez-moi mais il n’y a pas de rapport entre les deux situations. Ce qui séparait le PS et le PCF dans les années 1970 n’était pas idéologique mais une question de mesure: combien de nationalisations, montant des augmentations de salaire, nature des droits accordés aux salariés,… Le rythme était différent mais la direction était la même.
        Ici, il existe une divergence idéologique avec le FN. Pour ce dernier, il convient de mettre en place une politique socialiste totalement incompatible avec nos convictions. Comment pourrions-nous écrire un “programme commun” avec le FN alors que celui-ci qualifie Macron “d’ultralibéral” ? Etes-vous d’accord en cas d’arrivée de la droite au pouvoir de maintenir le statut des cheminots, d’avancer l’âge de départ en retraite, d’augmenter réglementairement tous les bas salaires, de taxer les importations avec le risque de rétorsion, de dégeler le point d’indice des fonctionnaires, d’instituer un contrôle des prix, de nationaliser (“franciser”) certaines entreprises,… ?
        Pour s’allier à droite, il faut des partenaires de droite. Or, le FN, depuis J.M.Le Pen a toujours refusé de s’engager sur ce chemin: J.M.Le Pen affirmait être “économiquement de droite et socialement de gauche”.
        Il ne faut pas, par paresse à convaincre, constituer des alliances absurdes qui conduiraient à l’échec et feraient le lit de la gauche pour des décennies.

        Répondre
      • quinctius cincinnatus

        16 avril 2018

        Madame , on ne peut qu’ approuver la pertinence ” idéologique ” et ” électorale ” , donc intellectuelle et pratique, de vos idées … mais comme vous le soulignez fort à propos : pour certain(s) il est plus noble de perdre dans un esprit de sclérose que de gagner dans un esprit d’ adaptation à l’ évolution de la société et à la nature de l’ adversaire

        Répondre
  2. Michael denelka

    13 avril 2018

    Je ne suis pas d’accord avec l’article. Seule une union des droites dans une fédération comme celle des Amoureux de la France peut nous faire gagner aux prochaines élections en laissant les égos au vestiaire.

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      13 avril 2018

      Les egos mènent une vie personnelle par définition.
      Et ils ont toujours tendance à ressortir du vestiaire.
      C’est dans la nature humaine.

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      13 avril 2018

      en France , il faut un parti fort avec un homme fort … en se méfiant , bien entendu, des adeptes de la gonflette politique telle que l’ a si bien ” illustrée ” le nain de jardins américains Nicolas Sarkozy

      Répondre
  3. HansImSchnoggeLoch

    10 avril 2018

    Un parti de droite n’existe pas dans ce pays.
    Il n’y a que des sectes qui chacune pense détenir toute la vérité et rien que la vérité.
    Unir cette clique est un travail que même Hercules répugnerait à accomplir.

    Sauve qui peut, ce pays est foutu!

    Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    10 avril 2018

    on ne voit pas bien où veut en venir Mr Chat – Mouton à part nous resservir un plat ” cuisiné ” de la marque R.P.R. – U.D.F. qui a atteint en mai 2017 sa date de péremption et qui mélange la carpe et le lapin … oublions tout cela et passons à quelqu’ aliment plus roboratif et moins rébarbatif : un parti national – populaire comme le craint tant ceux qui nous saignent

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)