Est-ce encore la France ?

Posté le 14 novembre , 2017, 11:16
3 mins

Dans la nuit du 11 au 12 novembre, dans plusieurs métropoles européennes, tout spécialement à Bruxelles et à Paris, des immigrés d’origine marocaine ont fêté à leur manière la qualification de « leur » équipe pour le « Mondial » de football de 2018.

En d’autres temps, on aurait parlé d’émeutes. Aujourd’hui, on parle de « liesse populaire ».

Des hordes de centaines de « jeunes » ont ainsi pris le contrôle des Champs-Élysées, qui avaient été pour l’occasion bloqués à la circulation.

En tout cas, ladite « liesse » va coûter une petite fortune aux contribuables et aux assureurs, si j’en juge par la « chaude ambiance » dont témoignent de multiples vidéos sur les réseaux sociaux.

Que des personnes d’origine marocaine préfèrent apprendre la qualification de l’équipe du Maroc que celle de Côte-d’Ivoire, je peux le concevoir.

Mais qu’en France, la victoire (ou la défaite, d’ailleurs) d’une équipe étrangère se termine systématiquement par des violences, toujours minimisées par les pouvoirs publics et les médias, c’est pour moi tout simplement incompréhensible.

Au strict minimum, cela laisse supposer que l’attachement national de ces « jeunes » à la France n’est pas forcément très solide – moins que l’attachement au pays d’origine.

Les hasards du calendrier ont fait que ces émeutes ethniques se sont déroulées le lendemain d’une manifestation d’élus de droite contre les prières de rue d’islamistes à Clichy.

Ces prières de rue appellent – à quelques kilomètres à peine du cœur de Paris ! – à l’assassinat des « mécréants ».
Le maire LR de la ville exige qu’elles cessent. Mais rien n’y fait. De semaine en semaine, l’impuissance publique se manifeste plus clairement.

Le 10 novembre donc, plusieurs élus LR, dont la présidente de la région Valérie Pécresse (que l’on peut difficilement soupçonner d’être de « droite dure » !), protestaient contre cette occupation illégale de l’espace public par les salafistes.
Que croyez-vous qu’il arriva ?

Les médias bien-pensants dénoncèrent un « coup de force des élus » et une « récupération de l’extrême droite ».

C’est-à-dire que, dans la France d’aujourd’hui (mais est-ce encore la France ?), des émeutes ethniques sont une « liesse populaire » et le refus d’une occupation illégale et haineuse de l’espace public est un « coup de force ».

Tant que les Français accepteront cette radicale inversion du sens des mots, et ce fanatisme anti-français des « élites », la descente aux enfers continuera.

Espérons du moins que cette manifestation marque le réveil de l’ex UMP sur cette question cruciale pour notre avenir !

ARTICLE PRÉCÉDENT

Racisme

6 Commentaires sur : Est-ce encore la France ?

  1. marie-christine margotton

    16 novembre 2017

    Les évènements s’accèlèrent et la lâcheté de nos élites politiques, judiciaires, médiatiques est confondante.
    Que nous reste-t-il à nous Français ? Subirons nous le même sort que les français d’Algérie ? La valise ou le cercueil ?
    Comment le parti des Républicains peut-il encore oser refuser à ses sympathisants et militants de conclure des accords avec les autres partis de droite lors des élections ?
    La France peut-elle être encore sauvée ?

    Répondre
  2. De Boisgelain

    15 novembre 2017

    Le Conseil d’Etat veut interdire une simple Croix sur la statue du Pape Jean–Paul II mais accepte avec complaisance les prières de rues des islamistes qui constituent un grave trouble à l’ordre public, une atteinte majeure à la laïcité, une mise en danger de la vie d’ autrui, une infraction routière multi-récidivée, un obstacle à la circulation….et j’ en passe !
    Honte à eux !

    Répondre
  3. appeals

    15 novembre 2017

    Nous sommes gouvernés par des lâches et des lécheurs de babouche, mais comment en finir avec eux ?

    Répondre
  4. Laudance

    15 novembre 2017

    La première des lâchetés réside dans le déni des réalités qui, pourtant, finissent toujours par rattraper ceux qui les fuient. Je viens encore de visualiser l’une d’entre elles il y a quelques jours à Bruxelles où vingt-deux policiers ont été blessés, car de gentils sauvageons y ont fêté la qualification du Maroc pour la phase finale de la coupe du monde qui aura lieu l’été prochain en Russie. Ces chers petits étaient donc heureux et l’ont montré à leur façon lors d’un rassemblement qui a dégénéré. Sans doute de la faute des policiers.

    M’adressant surtout à des Français, je sais que ces derniers connaissent bien les avantages de ces joies débordantes puisqu’ils les ont déjà subis lors de victoires de l’Algérie et maintenant du Maroc, chez eux aussi. Ils savent donc qu’en de telles occasions la véritable nature de leurs « chances » éclate au grand jour, surtout la nuit, quand il s’agit d’afficher leur appartenance à une communauté et de casser du flic. Pourtant, on les dit si bien intégrés, Français en France et Belges en Belgique.

    Qui le dit ? On c’est qui ? Les élus, les associations subsidiées par l’Etat, les médias, les belles âmes, les bien-pensants et autres gens souffrant de cécité. Malheureusement, les exemples précités ne vont rien y changer. Cette gent entêtée continuera à ne pas voir que ces Maghrébins-là sont d’abord Marocains ou Algériens, mais surtout musulmans et en aucun cas Français ou Belges, sauf quand il s’agit d’en tirer profit. Leur religion et leur drapeau passent toujours devant nos lois et celui du pays qui les a accueillis.

    Je suis certains que vous en êtes à peu près tous convaincus, d’autant plus qu’aujourd’hui on voit ces communautés, nullement désireuses de s’intégrer, prendre le contrôle de quartiers entiers de nos grandes cités pour s’y comporter « comme là-bas », s’y replier en cas de nécessité et y consolider les bases d’où partent les expéditions du genre de celles que viennent de connaître Bruxelles et Paris, lesquelles expéditions me rappellent ce que furent les razzias. Mais honni soit qui, comme moi, mal y pense.

    Répondre
  5. Roban

    14 novembre 2017

    Malheureusement il n’y a plus de droite en France !

    Répondre
  6. Jaures

    14 novembre 2017

    “Mais qu’en France, la victoire (ou la défaite, d’ailleurs) d’une équipe étrangère se termine systématiquement par des violences…”
    Est-ce une particularité étrangère ? Combien de blessés et dégâts chaque week-end aux abords des stades, voire dans l’enceinte sportive elle-même ? Récemment ce sont des supporters corses qui ont été condamnés pour de multiples agressions. Bastia est-elle une équipe étrangère ?

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)