Européennes : des élections pour rien ?

Posté le 23 octobre , 2018, 11:19
5 mins

Alors que les prochaines élections européennes vont probablement faire souffler un vent « populiste », notamment de droite, sur le Parlement européen, il est à craindre qu’elles ne servent pas à grand-chose pour la droite française.

Du côté LR, la « convalescence » du parti s’éternise. Laurent Wauquiez semble peiner à imposer sa ligne – pourtant de bon sens – de fermeté sur les questions migratoires et régaliennes et de libertés économiques.

Et, à l’heure où j’écris, on ignore toujours qui mènera la liste aux européennes. La rumeur a même couru que cela pourrait être le commissaire européen Michel Barnier, ce qui serait un bien curieux signal, si LR voulait montrer sa volonté de changer l’Europe de l’intérieur.

Du côté du RN, l’élection 2019 s’annonce un excellent cru, puis­que les sondages donnent le parti de Marine Le Pen au coude à coude avec LREM, se disputant la première place – et, à mon humble avis, la décrépitude du « parti » présidentiel devrait laisser le RN seul en tête.

Pourtant, ce succès paraît ne s’accompagner d’aucune remise en cause des erreurs qui ont conduit à l’échec des dernières présidentielles.

Il se murmure que la catastrophique ligne Philippot serait abandonnée, ce qui me semble une excellente nouvelle.

Mais il semble que le RN persiste dans son calamiteux « ni droite, ni gauche » – qui manifeste une étrange méconnaissance du système électoral français (où l’élection déterminante se fait au scrutin majoritaire à deux tours : on peut le déplorer, mais c’est ainsi !).

J’entends bien que l’on nous explique que le clivage mondialistes/patriotes a remplacé le clivage droite/gauche.

Mais c’est faux. Il ne l’a pas remplacé ; il l’a complété. Le premier tour sert désormais à déterminer qui, des « mondialistes » ou des « patriotes », des « populistes » ou des « oligarques », l’emporte au sein de la gauche comme au sein de la droite. Mais le deuxième tour continue à privilégier les alliances et il est illusoire de croire que les électeurs de Mélenchon se rabattront en masse sur Marine Le Pen.

Ces européennes étaient une bonne occasion pour nouer à droite des alliances permettant de gagner au deuxième tour.

Mais, le RN semble, hélas, toujours embourbé dans sa culture du « seul contre tous » et, plutôt que des alliances, il reproduit l’erreur de Nicolas Sarkozy en « piquant » des personnalités aux partis concurrents.

Certes, c’est mieux que rien. Mais nous sommes à des années-lumière d’un système d’alliances permettant de remporter des collectivités territoriales en 2020 et de préparer efficacement les échéances nationales de 2022.

Dans ces conditions, on ne peut manquer de s’intéresser à l’initiative de Nicolas Dupont-Aignan. Hélas, là aussi, elle est dramatiquement insuffisante.

D’abord, parce que cette liste semble refuser d’aborder les sujets qui fâchent, à l’exception notable de l’Union européenne elle-même et de l’immigration – ce qui est certes nécessaire, mais largement insuffisant.

Nous ne savons rien (et il semble que ce soit une stratégie délibérée) de la vision de Nicolas Dupont-Aignan sur la politique familiale et le conservatisme, sur les libertés économiques, sur la liberté d’expression, etc.

Plus grave, l’essentiel des discours des dirigeants de DLF paraît dirigé contre les alliés potentiels (LR et RN) et non pour promouvoir une plateforme programmatique commune.

Pourtant, il est clair que la martingale gagnante pour la droite, aujourd’hui, en Europe, est une alliance entre populisme et conservatisme. La droite française, hélas, reste la plus bête du monde et reste en marge d’un mouvement décisif pour la survie de notre civilisation.

 

 

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

19 Commentaires sur : Européennes : des élections pour rien ?

  1. HansImSchnoggeLoch

    29 octobre 2018

    Lundi 29 novembre, très bonne journée pour la planète Terre..
    Bolsonaro va venir et Merkel va partir.
    C’est un bon équilibre, une arrivée pour un départ.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      30 octobre 2018

      et surtout très bonne journée pour … l’ Amazonie !

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        30 octobre 2018

        Oui cette pauvre Amazonie va en fin pouvoir respirer après des années de souffrance sous la férule des socialistes.
        Quant à la jungle qui s’était installée dans les grandes villes gare à elle, le grand nettoyage va commencer.

        Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    24 octobre 2018

    de toute façon les élections ne sont jamais ” pour rien ” , c’ est régulièrement pire après !

    ” c’ est dans le pire qu’ ils sont les meilleurs ” disait déjà Coluche

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      27 octobre 2018

      Le pire du pire est donc pour demain.
      Sauve qui peut, échappons nous donc dans le passé.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        27 octobre 2018

        le passé ? … une voie sans issue !

        c’ est déjà celle qu’ ils empruntent tous … à reculons

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          27 octobre 2018

          QC, à méditez lentement comme si vous dégustiez votre glace préférée.

          „Nur, wer seine Wurzeln kennt, kann wachsen.”
          Seul celui qui connait ses racines peut croître.

          Répondre
  3. jayjay.nc

    24 octobre 2018

    Souhaitons un bon score aux partis de la vraie droite. Une assise solide avec des représentants compétents attirera les timorés qui se maintenaient dans les Républicains au prix de renoncements déshonorants. LR était un amalgame d’européistes et de d’eurosceptiques, de juppéistes islamophiles et d’islamo-résistants calmés par la direction du parti.
    Exit LR! Que grâce à ce scrutin tous les patriotes se reconnaissent enfin, se mobilisent et fassent bloc sur l’essentiel: le salut de la France!

    Répondre
    • Calixta

      28 octobre 2018

      Bonsoir,
      Où allez-vous les trouver les représentants compétents dans ce parti d’extrême droite, tous ( presque) ont désertés depuis 2017 ?

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      29 octobre 2018

      toutes les élections en Europe montrent une poussée du ” populisme ” dans l’ électorat curieusement … ” populaire ” , c à d celui d’ un nationalisme de survie identitaire et économique, et , d’ autre part, une poussée ” écologique ” chez les plus jeunes et pas seulement chez les ” bobos ” ; le parti de ” droite ” qui saura … ” combiner ” ces deux électorats pourrait bien, peut être, devenir le parti majoritaire

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        30 octobre 2018

        // une poussée de ” populisme // + // une poussée ” écologique ”

        Il vaudrait mieux ne pas trop les combiner.
        On avait déjà cela dans le passé cela s’appelait le “national-socialisme”.

        Répondre
  4. HansImSchnoggeLoch

    23 octobre 2018

    Avec un seul tour aux européennes il ne s’agira pas d’éliminer mais tout de suite de transformer.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      24 octobre 2018

      avant de transformer il faut d’ abord marquer l’ essai … paroles de 10 !

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        24 octobre 2018

        Je vous croyais rugbyman et suis un peu étonné, n’existe-t’il pas le “drop goal” en rugby?
        “La balle est jetée par terre et le joueur la “shoote” entre les deux poteaux juste après qu’elle ait rebondi.”

        Replacez cette technique dans les votations européennes et vous aurez le résultat escompté sans essai naturellement puisque vous n’y avez pas droit..
        C’est tout ce que je voulais dire.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          24 octobre 2018

          on transforme un essai, mais on passe un drop; pour une pénalité les deux peuvent se dire

          Répondre
  5. Podalirios

    23 octobre 2018

    J’avais cru comprendre que l’élection européenne se faisait au scrutin proportionnel à 1 tour et non au scrutin majoritaire à 2 tours.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      23 octobre 2018

      oui le scrutin européen se fait :

      – sur une liste ” nationale ”

      – à un tour

      c’ est la raison pour laquelle les ” populistes “, toute la somme des ” populistes ” doit devancer en nombre d’ élus les ” européistes ” du type MoDem , LaRem, L.R. et associés etc …

      ” NOUS SOMMES LE PEUPLE ” … faites le savoir

      Répondre
      • Calixta

        28 octobre 2018

        Qu’est-ce que les Français peuvent attendre des populistes ? Quand on sait que le parti d’extrême droite ne défend que les intérêts d’une PME familiale qui s’est engraissée sur les doutes, la détresse de salariés humbles, oubliés, déclassés, humiliés, depuis plus de quarante-cinq ans.
        Avec son père et son clan Mme le Pen profitent sans vergogne du Parlement Européen depuis juin 1984 (presque trente-trois ans) sans avoir jamais œuvré en faveur de la construction européenne, uniquement parce qu’il y avait “à manger” sur le dos …des contribuables européens (donc français).
        Après avoir bâti, sa popularité sur l’air de on est chez nous, non à l’islam, voilà que le 11 Septembre 2016, alors qu’elle est invitée de TF1 Mme Le Pen déclare que l’Islam est compatible avec la République… Une date anniversaire, où le terrorisme à frappé les tours Jumelles Twin Towers du World Trade Center à New York. Quelle délicatesse !
        Aymeric Chauprade lui a osé dire : «Les Pen n’ont aucune morale dans aucun domaine, ce sont des jouisseurs». «Ils n’ont pas de limites dans l’exercice du pouvoir cela veut dire que ce pourrait être l’Empire byzantin» Les Le Pen, ils s’en foutent des autres, ils leur marchent dessus».
        Le général Soubelet : quand je pense que six millions de français ont voté pour le FN j’ai le sang qui se glace.
        La France mérite mieux que ça !

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          29 octobre 2018

          le Général Soubelet, avec tout le respect que je dois non pas à son grade ni à sa fonction, c’ est un Bonaparte dans un période qui n’ est pas post-révolutionnaire mais pré-révolutionnaire … autant dire que ses chances sont à l’ infime de l’ infime et qu’ il ne peut séduire qu’ une minorité d’ exaltés encore moins nombreux que les partisans de … Boulanger

          allez, allez, Clixta restez sérieux , le pronunciamiento ce n’ est pas pour maintenant

          Répondre

Répondre

  • (pas publié)