Le fédéralisme de M. Macron

Posté le 11 septembre , 2017, 9:02
3 mins

Les scandaleuses déclarations – à l’étranger ! – de M. Macron sur les Français, de gauche et de droite, qui s’opposent à sa politique, insultés comme « fainéants, cyniques et extrémistes », ont sans doute occulté le reste de ses déclarations d’Athènes.

Pourtant, ces déclarations ne sont pas moins inquiétantes pour l’avenir de la France que l’immaturité et l’indécence du nouveau chef de l’État.

Dans un discours à la Pnyx, au-dessus de l’antique agora d’Athènes, il a proposé une subversion radicale de tous les concepts politiques qui sont nés, voici 25 siècles, à cet endroit.

Dans un discours, d’ailleurs assez lyrique, il a encensé la souveraineté, la confiance et la démocratie.

Mais la souveraineté qu’il encensait était cette mythique souveraineté européenne qui n’existe pas et la démocratie qu’il prônait était aussi un refus du référendum, « arme des populistes ».

Pour ce qui me concerne, je suis un Européen convaincu, car je crois que tous les Européens partagent une commune civilisation, mais je ne vois qu’une seule solution pour qu’existe une souveraineté européenne : créer un empire européen.

Cela a existé, avec plus ou moins de bonheur, sous César, Charlemagne, Napoléon ou Hitler.

Mais cela ne peut, en tout cas, pas coexister avec des peuples et des nations libres.

De même que M. Macron peut bien rêver autant qu’il veut à la démocratie, mais une démocratie sans peuple – pire, une démocratie contre le peuple – est une absurdité.

Or, c’est bien une démocratie sans peuple ou contre le peuple dont il parle, puisque, malgré tous les refus des peuples européens, il propose d’aller encore plus loin dans « l’intégration » (l’intégration fiscale, l’intégration sociale…).

Et, surtout, il persiste à ignorer pratiquement les conséquences de l’affaissement des frontières : il évoque fort peu la crise migratoire et uniquement pour dire qu’elle a fait naître de « belles histoires » !

De belles histoires de déracinement et de violence, oui !

Plus fort encore, M. Macron prône un renforcement de la zone euro – à Athènes, où l’euro a peu de chances d’être très apprécié tant il a apporté de misère et de souffrances.

Il veut désormais « un budget de la zone euro, avec un véritable responsable exécutif de cette zone euro, et un parlement de la zone euro ».

En français courant, cela s’appelle une dissolution de la France dans un « machin » inconnu.

Telle est l’inquiétante feuille de route de « Jupiter ».

6 Commentaires sur : Le fédéralisme de M. Macron

  1. Rouletabille

    11 décembre 2017

    La finance internationale est mondialiste. Macron est coséquent dans ses déclarations. Son discours est une manière de remercier ses commanditaires.

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    25 septembre 2017

    le ” fédéralisme ” [ européen ] d’ Emmanuel Macron peut se résumer à cela :

    un budget de la Zone Euro et un Ministre des Finances de la la dite Zone … [ de préférence Lui ! ]

    ce qui, dans les faits, revient à imposer aux Allemands :

    – la mutualisation de la dette

    – la relance économique de la France ( et de l’ Italie ) par la mise à disposition des ” excédents ” budgétaires allemands dans les économies de ces pays

    au vu des dernières élections allemandes je doute fort que le F.D.P. et Schäuble donnent leur accord à une pareille mystification , les premiers parce qu’ ils savent qu’ ils perdraient leurs électeurs, le second parce que c’ est un ” rigoureux ” qui ne pense pas que la fourmi soit là pour nourrir la cigale

    Répondre
  3. TRICOT

    11 septembre 2017

    Pour bien comprendre Macron, écoutez des interviews d’Attali, sa ligne mondialiste est très claire, plus de nations, pas de cuture française, et Attali dit que parler de racines n’a aucun sens. C’est leur but à terme.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      12 septembre 2017

      à votre avis, Attali serait il un ” apatride ” ?

      attention, certains sur les ” 4V² “, vont vous envoyer tout droit au bûcher

      Répondre
      • Gérard Pierre

        12 septembre 2017

        Je le qualifierais plutôt de superficiel flamboyant !

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          13 septembre 2017

          un feu … d’ artifices *** !

          *** aux deux sens du mot !

          Répondre

Répondre

  • (pas publié)