Fillon cède tout à l’UDI !

Posté le mars 15, 2017, 9:20
3 mins

Cette campagne est décidément riche en rebondissements.

Voici une semaine, malgré les menaces des juppéistes et de l’UDI, François Fillon avait sauvé sa candidature, grâce au soutien massif du « peuple de droite » qui s’était rendu au Trocadéro pour refuser la dictature des juges et des journalistes aux ordres du pouvoir socialiste.

Hélas, trois fois hélas, le soir même, il déclarait que son principal adversaire dans cette campagne était Marine Le Pen.

Comme si, après un quinquennat de hollandisme, il n’y avait pas un devoir prioritaire d’en finir avec le socialisme et le multiculturalisme !

Pire encore, dès le lendemain, le candidat, qui avait été un temps le candidat du peuple de droite et qui était redevenu rapidement le candidat de l’ex UMP, tendait la main à ceux qui l’avaient trahi et abandonnait ceux qui l’avaient soutenu.

À l’heure où j’écris ces lignes, l’accord avec l’UDI n’est pas encore officiellement connu, mais, d’après ce qu’en disent les gazettes, ce parti microscopique aurait obtenu 96 circonscriptions, dont 70 gagnables.

Plus humiliant encore pour François Fillon, le bureau exécutif de l’UDI a validé, après la manifestation au Trocadéro, le cadre des négociations, entamées avant… et surtout suspendues sine die, quand l’UDI réclamait la tête du candidat LR, supposé trop « droitier » !

Et ce même bureau exécutif n’hésitait pas à regretter publiquement qu’Alain Juppé ne prenne pas la tête de la campagne… et annonçait que les futurs députés UDI ne suivraient pas nécessairement l’hypothétique gouvernement de François Fillon.

Il était impossible de dire plus clairement à François Fillon : nous vous détestons, nous rejetons votre programme, mais nous voulons des postes.

Fort du succès du Trocadéro, le bon sens le plus élémentaire eût normalement dû conduire François Fillon à dire à ces opportunistes qu’il n’avait pas besoin d’eux et qu’ils seraient plus à leur aise dans la campagne socialiste d’Emmanuel Macron.

Las, plus ils sont insultants et arrogants, et mieux ils sont traités. Pourquoi se gêner ?

Mais il y a un « parti » auquel les caciques de l’UMP n’ont pas songé à demander son avis : celui des électeurs de droite, écœurés par ces traîtres se comportant en terrain conquis et exigeant sans vergogne des postes et la continuation de la politique socialiste.

Au rythme où marche cette campagne, M. Fillon peut parfaitement repartir. Mais il est urgent qu’il montre qu’il est vraiment de droite et pas un apparatchik combinard, s’il veut séduire les électeurs – ce qui reste plus important que de séduire les appareils partisans !

6 réponses à l'article : Fillon cède tout à l’UDI !

  1. HOMERE

    26/03/2017

    C’est quoi l’UDI ? quelqu’un le sait ici ?
    Comme ambiguïté…merci….le potage et les légumes….ils ne pensent qu’à çà…seulement çà !!
    Quand à Lemaire !….excusez du peu ! 3% c’est énorme pour un valet qui se débine au moindre souffle du vent….!!

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    20/03/2017

    contrairement à ce que beaucoup de gens pensent ( en particulier sur ce site ) la tendance politique suit celle  » gastronomique  » ; la préférence générale va au  » smooth  » et au  » sweetened « 

    Répondre
  3. Hilarion

    18/03/2017

    Dans ce conditions, on peut se demander si ce rassemblement du Trocadéro, n’était pas celui d’u troupeau d’oies venant faire la promotion du foie gras.

    Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    16/03/2017

    l’ euro AURAIT été un bonne chose si nous n’ avions pas eu des irresponsables , des démagogues, en un mot des incapables aux commandes !

    Répondre
  5. Janvier

    15/03/2017

    Je suis d’accord avec vous, l’alliance avec l’UDI dilue la droite non-collaborationniste . Hervé Morin détaillait leurs demandes idéologiques avant la signature. Autant ne pas voter que ces gens-là. Je préfère ne pas même évoquer le « programme » Fillon, europeiste-europathe, immigrationniste, qu’il sera dans les actes « je vais renégocier Schengen « 😂Avec qui ? Il se fiche du monde. Economie ? L’€ ne permettant pas de dévaluation, il nous programme une dévaluation interne à la grecque.
    Poubelle …

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      26/03/2017

      après son chantage, le patron de l’ U.D.I. commence à s’ inquiéter sérieusement pour les législatives de l’ émigration de ses troupes vers l’ armée du Prince d’ Amiens; comme l’ a dit je ne sais plus qui ( Mitterrand ? ) :  » on ne sort de l’ ambiguïté qu’ à son propre détriment  » et c’ est aussi pour cela que … Macron ne veut pas en sortir , de sorte que je ne comprend pas pourquoi les attaques de Fillon ne sont pas plus centrées sur ce point faible ; il faut y enfoncer le coin !

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)