Fin du Rassemblement Bleu Marine : un signal désastreux

Posté le novembre 08, 2016, 1:49
7 mins

L‘union des droites, qui n’a jamais été aussi forte dans l’esprit des électeurs, n’a jamais été aussi éloignée chez les apparatchiks.

Après Nicolas Sarkozy revenant au pseudo « front républicain », dont « Les 4 Vérités » parlaient la semaine dernière, c’est désormais au tour du FN de dire que les alliances ne l’intéressent pas.

Le Rassemblement Bleu Marine (RBM) a, en effet, cessé d’exister. Plus exactement, il continue, mais uniquement avec des organismes dirigés par le FN, sans aucun autre parti.

À dire vrai, il y a longtemps que le RBM apparaissait aux observateurs comme une coquille vide.
Mais il y avait une raison d’y croire : le Front national y était allié avec le SIEL (Souveraineté, Identité et Libertés), fondé par Paul-Marie Coûteaux (précisément pour être une passerelle entre la droite « classique » et le FN) et dirigé par Karim Ouchik.

Eh bien, le 5 novembre dernier, le SIEL a décidé de quitter le RBM à la grande joie de plusieurs dirigeants FN.

Cette rupture a deux motifs principaux. Le premier tient au fait qu’aucun des 80 candidats proposés par le SIEL pour les législatives n’a été retenu par le FN. Tous les autres « gros » partis survalorisent leurs alliés, quitte à faire grincer des dents en interne. Pensez au PS avec les Verts ou à l’UMP avec les centristes. Le FN, lui, est le seul parti important à faire l’inverse. Si l’on veut s’allier avec lui, il faut accepter de tout donner et de ne rien recevoir. Curieuse conception de l’alliance politique !

Le deuxième motif est plus grave. Il s’agit d’un motif idéologique. Le SIEL estime, en effet, que le clivage droite-gauche n’a pas été supprimé par le clivage mondialiste-patriote, promu par l’actuelle direction du FN.

Je crois que le SIEL a, sur ce point au moins, raison. On peut sans doute regretter que le clivage droite-gauche ait une telle permanence, malgré son peu de substance (puisque, depuis toujours, c’est la gauche qui définit qui est de droite), mais c’est ainsi. Et vouloir gagner des combats politiques sans prendre en compte la réalité est totalement illusoire.

Le comportement des dirigeants du FN est décidément étrange. Ils n’ont de cesse de prouver que ce parti est devenu un parti « comme les autres », mais ils ne prêtent manifestement pas attention à la façon dont les autres partis nouent leurs alliances et préparent leurs combats électoraux. Et, là où ils disposaient d’une originalité décisive, ils s’emploient à la gommer. Longtemps, en effet, le combat contre l’immigration et l’islamisation a été la marque de fabrique du FN. Ce n’est plus le cas.

D’une part, parce que même Manuel Valls dénonce le salafisme. Qu’il n’y soit guère crédible est incontestable, mais pourquoi diable le FN ne rappelle-t-il pas régulièrement ses « fondamentaux », au moment même où l’immense majorité du peuple français se trouve en accord avec lui ?

Et d’autre part, parce que la direction actuelle du FN s’emploie à effacer les « aspérités » de son discours. On se souvient que, dernièrement, Marine Le Pen avait critiqué l’expression de Renaud Camus sur le « grand remplacement ».

Cette rupture entre le SIEL et le FN n’aura sans doute pas beaucoup de conséquences électorales. D’autant que, faute de mieux, le SIEL continue à soutenir Marine Le Pen pour 2017.

En revanche, elle aura des conséquences politiques. Privé de son « flotteur droit » (la fameuse « droite hors les murs »), le RBM risque de devenir un parti strictement chevènementiste. Ce n’est pas ma ligne idéologique, mais je reconnais volontiers que c’est une ligne estimable. En revanche, je conteste que cette ligne puisse être victorieuse.

Dans le contexte électoral et institutionnel de la Ve République, aucun parti ne peut gagner sans alliance. Tous les slogans sur le « plafond de verre » n’y feront rien.

Pour le moment, le FN dispose de deux avantages majeurs. Le premier, c’est le ras-le-bol grandissant à l’encontre des « partis de gouvernement » et à l’encontre de l’immigration dont l’arrêt continue à être considéré (bien que la direction du FN n’en parle plus beaucoup) comme le point saillant du programme du FN. Le second avantage tient au fait que, pour le moment, c’est Florian Philip­pot et ses lieutenants qui parlent. Marine Le Pen ne s’est guère prononcé sur ces inflexions idéologiques. Elle peut donc parfaitement faire monter un discours de droite, à côté de celui de M. Philippot.

Si elle ne le fait pas, elle prend un risque majeur : laisser cette fameuse « droite hors les murs » s’organiser en dehors d’elle, voire contre elle, et, si 8 à 12 % des électeurs choisissent cette droite hors les murs au 1er tour, elle pourrait fort bien louper le coche et ne pas être au 2e tour…

27 réponses à l'article : Fin du Rassemblement Bleu Marine : un signal désastreux

  1. vozuti

    14 novembre 2016

    juppé a finalement admit qu’il ne pouvait pas faire ses courses à prisunic, comme tout le monde,puisque cette chaine de magasin n’existe plus depuis 15 ans…mais il s’obstine à dire qu’il va dans d’autres supermarchés…probablement à mammouth…le supermarché disparu depuis 40 ans.

    Répondre
  2. BRENUS

    13 novembre 2016

    @ JOJO. En ce qui me concerne, les insultes que je te porte ne sont pas “gratuites” mais reflètent la répulsion que tu m’inspire. D’ailleurs, je ne suis pas le seul, puis qu’un autre t’a même proposé de “t’enculer à sec”. J’avoue que cet intrépide ne doit pas trop se soucier de sa santé car pour enc… une merde comme toi il ne faut réellement pas craindre les mst. Il s’avère que toi et les tiens n’avez encore pas ompris que votre temps est passé et que ce ne seront pas vos nervis soit-disant antifas et autres conneries qui pourront changer le cours des choses. Retournes a ta niche et à ta gamelle que, pour le moment ,nous approvisionons.. Mais il va te falloir reprendre tes instinct de hyène et ronger les os, s’il en reste. Je te conchie.

    Répondre
    • Jacky Social

      13 novembre 2016

      @Brenus: assez etrangement, Jaures eprouve une tolerance toute bienveillante envers les profiteurs du systeme, cad des taxes injustement prelevees sur le fruit du travail des autres. Cependant, Jaures ne tolere pas le mojns du monde le profit economique justement obtenu sur base de la rentabilite d’une activite utile, lucrative et independante du systeme. Nous sommes et restons donc dans l’incoherence bornee et les doubles-standards. Affligeant, ce type. Et surtout aucune remise en question ! Jamais. Le socialisme, c’est rationnel et vecteur de succes. On le voit tous les jours que Dieu fait.

      Répondre
    • Jaures

      14 novembre 2016

      Diable, Brenus ! Et dire que vous affirmez qu’un médiateur supprimerait les posts qui me sont défavorables !
      Encore une fois, continuez à débiter vos insanités d’école maternelle, elles ne font que vous révéler posts après posts.
      Cher Jacky, je paye les taxes autant que vous (peut-être plus), mais je ne passe pas mon temps à pleurer sur ce qu’on me prélève. Ce que je constate, c’est que mes parents ouvriers retraités sont soignés, perçoivent leur retraite, bénéficient de prestations culturelles,…
      Vous voulez récupérer vos cotisations ? Offrez-vous un bon cancer des intestins et gardez-le 5 ou 6 ans. Je ne vous le souhaite pas mais en quelques mois vous serez largement bénéficiaire.

      Répondre
      • Jacky Social

        15 novembre 2016

        @Jaures: je ne revelerai rien de ma vie professonnelle et privee si ce n’est pour vous donner des fausses pistes. Non, vous ne payez pas plus de taxes qe moi. J’en doute tres fort et vous ne pleurez pas, ce qui est normal quand il s’agit d’argent recu et non gagne. Je me fous de vos vieux, ces communistes a la manque, et de leurs prebendes. Sachez qu’il n’y a pas de repas gratuits meme dans la solidarite obligatore (oxymore) qui est aujourd’hui a bout de souffle. En plus, les conseillers du nouveau President US vont revoquer l’Obamacare. Si les Americains n’en veulent, pourquoi devrions-nous continuer a soutenir ce “modele”? Il va falloir mobiliser les forces liberales afin de casser le monopole etatiste sur la securite sociale et sur les retraites de Ponzi afin de creer des comptes personnels prives et de reduire l’IPP a des taux decents (10-12% max.). Cancer des intestins: en tout cas, il est sur que vous me donnez la gauchite. Financez vos delires etatistes vous-meme, avec vos petits moutons socialo-fascistes. Vous etes libre. N’enfreignez pas mon integrite economique et ma liberte de choisir ce qui est bon pour moi.

        Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    12 novembre 2016

    en cas de duel ( bien plus qu’ improbable ) entre Bayrou et M. Le P. Nicolas Sarkozy voterait pour … Bayrou

    Répondre
    • vozuti

      13 novembre 2016

      pour faire barrage à lui-même,Nicolas Sarkozy va finir par voter pour Ali Juppé au premier tour de la primaire.

      Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    11 novembre 2016

    Sarkozy c’ est comme les graisses dans un réfrigérateur , si vous ne mettez pas un couvercle étanche ça vous ” capte ” toutes les odeurs

    Répondre
  5. QUIGNARD Jean-Pierre

    9 novembre 2016

    Bonjour à tous. Première visite de ce site. Etant un grand ….. des sites de droite je suis très favorablement surpris de cet article alors qu’il est rarissime de trouver un site intéressant.
    Je me prépare à revenir dialoguer. Jean-Pierre.
    PS: Brenus tu fais partie de ces soit-disant patriotes qui ne transpirent que la haine. Tu construis quoi. A te lire.
    [email protected]

    Répondre
  6. BRENUS

    9 novembre 2016

    JOJO? Occupes toi de ton Q avant de donner des leçons à ceux dont tu aurais tout intérêt à en recevoir. Le “médiateur” de ce site t’a fait suffisamment de cadeaux jusqu’ici, au point de supprimer les posts qui t’étaient défavorables. Si tu veux que ce site devienne un perroquet de ton parti, annonces le clairement et si tu as gain de cause, toi et les tiens vous retrouverez les seuls posteurs. C’est d’ailleurs bien parti pour. Sinon : à la niche médor ! vas pleurer dans ta cour et dégage, s.a.m.

    Répondre
    • Jaures

      9 novembre 2016

      Si un médiateur supprime les mails qui me sont défavorables cela ne m’a pas sauté aux yeux.
      Enfin, visiblement, il ne supprime pas les insultes gratuites et puériles sinon vous auriez disparu depuis des lustres.

      Répondre
  7. betsynette

    9 novembre 2016

    La droite montre une fois de plus son incapacité à défendre la France et les Français, elle ne pense qu’à son petit bien être, comme bayrou elle va laisser la gauche reprendre la vente de notre cher Pays.

    Répondre
  8. Alain

    8 novembre 2016

    “Tout donner et ne rien recevoir” … Sauf pour un certain lobby accueilli à “bras ouvert” et encore ce n’est qu’un euphémisme!

    Répondre
  9. quinctius cincinnatus

    8 novembre 2016

    Bien entendu que les ” alliances ” n’ intéressent personne, à droite comme à gauche, chaque chef ( ou momentanément chef ) de parti pensant détenir seul et / ou avec son clan rapproché, ses fidei, , la vérité, la solution, la recette miracle …et cela d’ autant plus qu’ au sein même des partis il n’ y a pas d’ alliances entre les différents courants … dans la réalité la France n’ est jamais sortie du bonapartisme … encore un héritage heureux de la Grande Révolution

    ainsi au P.S. quoi de commun entre un Hamon et un Valls ? … rien … !

    aux Républicains quoi de commun entre un Juppé et un Fillon ? … pas grand chose … !

    votons pour le PLUS PRAGMATIQUE pas pour le plus idéologue !

    Répondre
    • Boutté

      9 novembre 2016

      L’individualisme si cher aux Gaulois de César est un défaut majeur . Je pense qu’il n’a pas été augmenté par la R.F. ni par Bonaparte son sauveur . Il a toujours existé profondément .

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        9 novembre 2016

        bien que profondément divisés, les ” Gaulois ” comme les ” Francs ” veulent un Chef et le choix n’ est pas toujours des plus heureux … souvent ils n’ ont le choix qu’ entre une girouette ( Bayrou, Hollande ) ou un caméléon ( Sakozy, Chirac )

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          10 novembre 2016

          à propos Chef , le pavois était une pratique gauloise avant qu’ elle ne soit adoptée par les Francs ( saliens )

          Répondre
  10. Claude roland

    8 novembre 2016

    Voila de quoi disperser les votes et faire le jeu des Républicains ou du PS. Le FN essaie tellement de se faire dédiaboliser qu’il en sème une confusion telle que la confiance en ce parti s’étiole. Elle s’étiole d’autant plus que son programme économique reste dans le flou ou qu’il ressemble fort à celui de Mélenchon-le-haineux.
    A mon avis, sauf miracle, le sursaut salvateur des Français n’est pas pour 2017. Déjà qu’il sont, pour la plupart, lents à la détente et qu’ils n’ont toujours pas percuté à la réalité… Bref, c’est encore un de la vieille caste habituelle qui sera élu. Et là, c’est le plongeon à pic ; et la guerre civile.

    Répondre
  11. Jaures

    8 novembre 2016

    Il faudra qu’un jour Guillaume de Thieulloy admette que le FN n’est pas un parti de droite mais un parti populiste.
    Pour que le fN puisse s’allier avec la droite, il faudrait qu’il existe une base sur laquelle gouverner, et on ne gouverne pas sur la simple base de l’immigration et de l’Islam.
    Sur ces deux points, les mesures à prendre sont même loin d’être claires.

    Si le FN avance qu’en réglant le problème de l’immigration et en sortant de l’Europe on pourra relancer l’économie, résorber le chômage, augmenter salaires et pensions; si Mme Le Pen pense qu’en fermant les frontières, en contrôlant administrativement les prix et en nationalisant certaines entreprises on relancera l’industrie et l’agriculture, aucun candidat de droite ne défend ces positions.
    Dés lors, sur quelles bases faire “l’union des droites” ?

    De Thieulloy a raison: sans alliance il est difficile de prendre le pouvoir. La question est donc le FN veut-il gérer le pays ? Je pense que c’est une question ouverte au FN, comme elle l’est d’ailleurs chez une partie de la gauche (au PCF ,notamment).

    Enfin, ce n’est pas la gauche qui définit la droite, mais l’Histoire. René Rémond les a assez bien définies et son analyse est toujours pertinente. De Thieulloy, par exemple, est clairement un légitimiste disciple de de Maistre.

    Répondre
    • Le Ket

      10 novembre 2016

      Ca veut dire quoi ce terme “populiste”, employé à tort et à travers depuis bientôt 5 ans par les donneurs de leçons et les valets du mondialisme ?

      Et pourquoi faudrait-il impérativement faire “l’union des droites”?

      Parmi les électeurs et les sympathisants actuels du FN, un bon nombre est issu de la Gôche, du Centre et de la Droite cosmopolite, qui ont été les cocus de 2007 et de 2012 et qui constituent un panel représentatif de la majorité “silencieuse”, de la France “d’en bas” et des “sans-dents”.
      Tous ces “oubliés” de la France profonde pourraient se retrouver dans un vote FN au printemps 2017, au grand mécontentement de la nomenklatura qui donne le tempo et dirige la propagande destinée à l’opinion publique, nomenklatura totalement déconnectée des réalités quotidiennes et déniant les maux dont souffrent nos compatriotes.
      Le réveil risque d’être douloureux pour tous ces adeptes de la Nouvelle Religion Droits de l’Hommiste.

      Répondre
      • Jaures

        10 novembre 2016

        Populiste veut dire compiler les opinions majoritaires, même contradictoires, au sein d’un même programme en prétendant ainsi parler au nom du peuple contre “les élites”.
        Ce que vous dîtes du FN l’illustre parfaitement: on peut être de gauche, voire d’extrême gauche et se reconnaître dans une partie du programme du FN. On peut pareillement être de droite, voire d’extrême droite, et adhérez également à d’autres aspects de ce programme.
        Quant aux élites stigmatisées par les partis populistes, si l’on prend le FN, on constate que ses dirigeants sont avocats ou énarques, comme les 5 derniers présidents et loin d’être issus de milieux populaires.
        Enfin, quels articles supprimeriez-vous de la Déclaration des Droits de l’Homme ?

        Répondre
        • vozuti

          11 novembre 2016

          jaures,soyons précis,
          l’élite, ce sont les inventeurs.
          les avocats ou énarques sont juste des gens qui ont fait des études,rien à voir avec l’élite.
          l’oligarchie s’autoproclame “élite”,mais le terme exact est “profiteur du système”.
          ceux qui ne font pas partie des profiteurs sont appelés “populistes” par ces derniers.

          Répondre
          • Jaures

            11 novembre 2016

            Ah bon ?
            Qui ne profite pas du système ? Je dirai les chômeurs, les pauvres, les salariés, les petits commerçants et entrepreneurs.
            Qui qualifie ceux-ci de “populistes” ?
            Les populistes sont au contraire ceux qui profite du système et prétendent cependant parler au nom de ceux qui n’en profitent pas.
            Quand j’entends Sarkozy dire qu’il parle au nom de la majorité silencieuse, je rigole doucement.

          • vozuti

            11 novembre 2016

            Sarkozy est un cas particulier : avant chaque élection,il reprend à peu près tout ce que dit le fn,mais il précise qu’il faut voter hollande plutôt que fn.
            donc,en 2012 Sarkozy a voté hollande,car il trouvait que son propre discours (très proche de celui du fn) était trop favorable au peuple.

          • quinctius cincinnatus

            11 novembre 2016

            l’ élite n’ est pas un statut qui ait une spécificité qui lui soit vraiment propre

            on peut appartenir à UNE élite … sans forcément être admis par elle, parce que l’ on a un DON NATUREL, mais on peut aussi être ADMIS dans ” l’ élite ” par l’ apprentissage ou bien par l’ ADOPTION d’ un certain savoir ou d’ un certaine aptitude à respecter certains comportements sociétaux etc …

            il y a donc plusieurs sortes ( ou degrés ) d’ élites qui s’ étalent sur une palette du naturel à l’ artificiel et à l’ autoproclamé

          • Jaures

            12 novembre 2016

            Vozuti, vous ne répondez pas à ma question.
            Vous dîtes que ceux que l’on nomme “populistes” sont ceux qui ne profitent pas du système.
            Quels hommes ou femmes politiques représentant quels partis ne profitent pas, selon vous, du système ?

          • quinctius cincinnatus

            13 novembre 2016

            quel homme etc …

            mais [email protected] cela coule de source !

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)