Fontenay : le Maire complice de l'islam

Posté le juin 14, 2011, 9:34
4 mins

La municipalité prête depuis deux ans un préfabriqué à une association musulmane. Aujourd’hui, l’opposition dénonce une « forme d’opacité » dans cet arrangement à l’amiable.
Agrandir le plan

Ce n’est pas vraiment un secret, juste un arrangement discret. Depuis deux ans, l’ancienne mairie annexe, située à l’angle de l’avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny et de la rue Louis-Auroux, est devenue un lieu de culte musulman. Chaque jour, quelques poignées de fidèles passent la porte de ce préfabriqué aux fenêtres occultées par des rideaux pour accomplir leur devoir de croyants.

Trentenaires portant la tenue traditionnelle, jeunes en jean ou quadras en costume-cravate… Le vendredi, jour de la grande prière, ils sont jusqu’à une soixantaine, répartis dans deux salles et un petit espace réservé aux femmes.

Ce bâtiment en bois décrépi est prêté par la municipalité « en attendant la construction de notre mosquée », explique l’imam, Redouane Belarbi, en faisant la visite. Plus précisément, l’ancienne annexe est mise à disposition de l’Association cultuelle musulmane de Fontenay (ACMF) jusqu’à ce qu’elle réalise un lieu cultuel et culturel rue de la Mare-au-Guillaume. « Il s’agit du prêt d’un local municipal comme cela se fait souvent. C’est du provisoire, et à terme la salle reviendra aux associations du quartier », justifie la mairie de Fontenay, gênée d’aborder le sujet. Et pour cause, l’occupation du préfabriqué n’a rien d’officiel. Aucune convention n’a été signée avec l’ACMF, et le conseil municipal n’a pas été consulté. (…)

De son côté, l’entourage du sénateur-maire (PC), Jean-François Voguet, avance que, « dans le cas d’un prêt comme celui-ci, il n’y a pas lieu de délibérer ».

Sur place, l’imam Belarbi ajoute que les fidèles « n’ont rien à cacher. La mairie passe régulièrement, et nous avons de bonnes relations avec les voisins ». Un habitué du café situé à quelques mètres de la salle confirme : « Les gens viennent, ils font leur prière, et ils repartent. Ils ne posent aucun problème. » (…)

« Il est évident que cet usage d’un bâtiment municipal, au-delà du symbole de la maison commune […] transformée en salle de prière, est en totale infraction avec la loi de 1905… » estime un habitant sur le forum Internet de la ville. Ce n’est pas du tout l’interprétation de la mairie : « Le problème de fond, c’est le manque de lieux de culte musulman à Fontenay. Notre réponse est de mettre à disposition un terrain pour la construction d’une mosquée et, en attendant, de prêter l’ancienne mairie annexe. Cela s’inscrit complètement dans le cadre de la loi de 1905, qui garantit la liberté de religion. »

Le Parisien