Fournas : une manipulation répugnante

Fournas : une manipulation répugnante

Le député RN Grégoire de Fournas s’est retrouvé, bien malgré lui, au centre de l’actualité.

Lors de la traditionnelle séance questions au gouvernement, jeudi 3 novembre, le député LFI Carlos Martens Bilongo, d’origine angolo-congolaise (par ailleurs militant islamiste), s’était inquiété du sort des immigrés clandestins. Grégoire de Fournas commenta d’une phrase : « Qu’ils retournent en Afrique ! »

C’est manifestement ainsi que Carlos Bilongo l’avait d’abord compris puisqu’il répondit calmement : « Non, pas du tout. »

Mais les députés LFI suscitèrent instantanément un hourvari de protestations.

Ils faisaient mine de croire que Grégoire de Fournas avait dit de son collègue : « Qu’il retourne en Afrique (au singulier) ! »

Rien ne permet de croire que cette version soit plus véridique que la première. Tout porte, au contraire, à croire qu’il s’agissait bien des migrants. En tout cas, l’accusation fut bien incapable de prouver le « délit ».

Mais l’extrême gauche et le gouvernement tenaient leur manipulation : ils ont aussitôt joué les vierges effarouchées sur le thème éculé du mantra : « Le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit » (conséquence de la calamiteuse loi Pleven).

Résultat : le député RN a été sévèrement sanctionné, avec la peine la plus lourde prévue par le règlement. Mais c’est au plan politique que les conséquences sont les plus importantes.

LFI montre qu’elle maîtrise toujours les manipulations grossières pour faire taire ses adversaires. Si l’on songe au nombre de députés Nupes en délicatesse avec la justice, à la participation de certains aux récentes manifestations interdites de Sainte-Soline, on ne peut que saluer la performance qui consiste à renverser la situation et apparaître comme les garants des fameuses et nébuleuses « valeurs de la république » !

Le gouvernement, de son côté, montre où penche son cœur : M. Darmanin, qui joue volontiers au gros dur, s’est joint avec enthousiasme à la meute. Pour ceux qui avaient l’espoir d’une politique migratoire de fermeté, il faudra attendre un successeur ! Si critiquer l’immigration clandestine au sein même de l’Assemblée est interdit, on voit mal comment une politique ferme pourrait être mise en place.

LR s’est divisé : ce n’était pas une surprise (puisqu’une partie des élus sont Macron-compatibles et une autre partage l’essentiel avec le RN ou Reconquête). Ce qui est plus surprenant, c’est qu’Éric Ciotti a hurlé avec les loups (s’il perd l’élection à la présidence du parti, c’est ici qu’il l’aura perdue). Bruno Retailleau, son principal concurrent, a été sensiblement plus digne, refusant la manipulation malhonnête et refusant surtout de concourir à l’interdiction de tout débat sur l’immigration.

Pour le RN, la question de la dédiabolisation est reposée sur la table : j’ai souvent dit dans ces colonnes, à la suite de Jean-Yves Le Gallou, que le problème de la diabolisation échappait au diabolisé et était de la responsabilité du diabolisateur. On le constate une nouvelle fois : il sera toujours possible aux adversaires du RN de créer ce genre de polémiques artificielles. (Mais il n’est pas certain qu’être diabolisé par de tels hypocrites soit un handicap !)

Cependant, la principale victime de cette séquence médiatico-politique peu ragoûtante est la si mal nommée « représentation nationale » : nous avons tous pu constater que la liberté d’opinion avait d’étroites limites et que même la traditionnelle immunité parlementaire ne la protégeait pas.

Et, surtout, nous avons assisté à un mauvais théâtre, bien loin des préoccupations des Français. Les ténors de la Macronie voudraient faire monter l’anti-parlementarisme qu’ils ne s’y prendraient pas autrement !

Partager cette publication

(1) Commentaire

  • Gérard Pierre Répondre

    Une MAJORITÉ de Parlementaires a montré à cette occasion son vrai visage : … celui de l’hypocrisie assumée et de la lâcheté chronique !

    Les Électeurs ont entendu, … et vu.

    Ils ne sont pas dupes et beaucoup s’en souviendront peut-être encore lorsqu’il s’agira de retourner aux urnes !

    Espérons le !

    12 novembre 2022 à 0 h 18 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *