France : dernière chance avant le désastre

France : dernière chance avant le désastre

J’ai dit ici pourquoi je craignais le deuxième mandat de François Hollande qui se profile sur l’horizon grâce au pantin Emmanuel Macron.

Plus les jours avancent, plus mes craintes s’accentuent concernant ce qui se passerait si Emmanuel Macron, par malheur, était élu.

Emmanuel Macron est présenté ici ou là comme le candidat de la haute finance et du capitalisme planétaire. Si c’était le cas, cela ne me poserait aucun problème : je suis libéral, et je sais l’utilité de la finance et les bienfaits du capitalisme planétaire.

Mais Emmanuel Macron est autre chose : c’est un adepte de l’Europe technocratique et anti-démocratique.

C’est aussi un adepte du multiculturalisme pour qui toutes les cultures sont équivalentes et peuvent se mélanger et devenir interchangeables.

C’est, dès lors, un homme qui ne comprend absolument pas ce qui rend l’islam incompatible avec la civilisation occidentale, et qui semble, dans ces conditions, ne pas voir ce qui se passe présentement – qui pourtant crève les yeux : la création d’enclaves islamiques sur le sol européen.

C’est un homme qui ne comprend pas ce qui se joue dans les flux migratoires que connaît l’Europe aujourd’hui, et que Renaud Camus a appelé le « grand remplacement ».

C’est un homme qui ne comprend pas que les êtres humains ne sont pas interchangeables et qu’il existe, outre le capital humain et le capital intellectuel, qui sont, dans le monde contemporain, les capitaux essentiels, un autre capital tout aussi essentiel : le capital culturel.

C’est un homme incapable de comprendre que le « grand remplacement » qui s’opère en Europe provoque une destruction du capital culturel occidental et l’émergence d’un autre capital culturel, très délétère, pour lequel le droit naturel des êtres humains, la liberté de penser, de choisir et d’entreprendre, sont des concepts à supprimer.

À voir la quantité de gens de tout bord qui se rallient à Emmanuel Macron, on peut discerner qu’il n’est pas du tout le seul à ne pas comprendre.

Une convergence se met en place, où se retrouvent des libéraux aveugles à ce qui n’est pas l’économie, des socialistes revenus des dogmes marxistes mais pas du galimatias relativiste, des centristes qui, comme tous les centristes du monde, adoptent l’attitude du chien crevé au fil de l’eau et dérivent dans une direction ou une autre selon le sens du vent et l’air du temps.

À voir l’attitude d’une large frange de la population, on peut discerner aussi qu’en tenant les médias, la justice, et quelques autres appareils, dont les instituts de sondage, on peut façonner des esprits aussi aisément que s’il s’agissait de pâte à modeler.

Le seul espoir qui reste est que la clique de ceux qui présentement modèlent les esprits se sente si sûre de son propre triomphe qu’elle en vienne à commettre des erreurs.

Après avoir passé près de deux mois à tout faire pour abattre François Fillon, la clique, ces derniers temps, en a tant rajouté qu’il semble que certains électeurs considèrent que trop, c’est vraiment trop, et une émission de France 2 menée par l’hypocrite et perfide David Pujadas, voici quelques jours, pourrait être l’équivalent de la célèbre goutte d’eau qui fait déborder le vase.

L’intervention de la pornographe hystérique Christine Angot, aux fins qu’elle crache au visage de François Fillon, a rendu ce dernier sympathique, même à ceux qui pouvaient ne pas l’apprécier.

Une mise au pilori stalinienne, pour être bien menée de nos jours, doit se garder d’être excessive. Là, ce fut vraiment très excessif, et cela a dégagé une odeur cloacale.

Si François Fillon tient un discours solide dans les jours à venir, il garde une chance de remonter la pente sur laquelle on l’a fait glisser.

Les tentatives d’abattre Marine Le Pen ont été moins acharnées, car la clique pense Marine Le Pen moins dangereuse et susceptible d’être aisément battue lors d’un second tour.

François Fillon doit absolument dire qu’un deuxième mandat de François Hollande serait un désastre qui risquerait d’être irréversible et que l’élection qui vient est, pour la France, une dernière chance avant le désastre. Marine Le Pen tient déjà peu ou prou ce discours. François Fillon commence à le tenir. Tenir ce discours est d’une urgence absolue !

Partager cette publication

(18) Commentaires

  • HOMERE Répondre

    L’état catastrophique dans lequel se trouve notre pays sera,certes,un tantinet meilleur avec la potion du docteur FILLON,mais ce pays ne se remettra définitivement qu’avec des méthodes chirurgicales……dissolution des syndicats politiques,purges dans la magistrature marxisée, purges dans les médias, expulsions massives de migrants et autre hétérogènes, encadrement strict de la pratique de l’islam, immigration choisie et encadrée, patronat responsabilisé et responsable, justice implacable, peines alourdies et sécurité maximale….
    les français ne sont pas prêts à celà…..d’ailleurs à quoi sont ils prêts ?

    13/04/2017 à 18 h 21 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      les plus lucides, et ceux qui le peuvent , sont prêts à … partir

      17/04/2017 à 19 h 39 min
  • guy YOTINE Répondre

    Il y a deux sortes de candidats, ceux qui vont sacrifier la France pour sauver l’euro et ceux qui auront le courage de sortir de l’euro. Très clairement, le soldat MACRON est la pour sauver l’euro en sacrifiant notre pays. Force est de constater que le bidasse FILLON fait à très peu de choses près le ,même job.

    13/04/2017 à 1 h 01 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    et si on avait une  » finale  » … Jean-Luc Maduro v/s Marine Le Pen ou bien Emmanuel Hollande v / s Jean-Luc Maduro ?

     » changement d’ herbage réjouit les … veaux  » chantait Luce et Barrié

    10/04/2017 à 12 h 52 min
  • Raymond Claret Répondre

    Si nous souhaitons vraiment la victoire de François Fillon, nous devons nous acharner, dans ces derniers jours avant le 23 avril, à rappeler autour de nous ses qualités : un programme de relèvement de la France de grande qualité. Une forte expérience comme Premier ministre. Un grand sang-froid dans les épreuves, on l’a vu jusqu’à aujourd’hui.
    Vous, Madame, vous Monsieur, et moi aussi, que penserions-nous en nous-mêmes si François Fillon échouait de peu ? …peut-être que nous aurions pu très bien en faire davantage.
    … mais il est encore temps !

    07/04/2017 à 20 h 32 min
  • Claude roland Répondre

    Il a rien à comprendre, Macron. Il a juste à exécuter les ordre données par les banquiers sionistes qui règnent sur la haute finance internationale (Rothschild, Morgan-Stanlay, etc.) qui souhaitent assujettir le monde et le contrôler à travers la mondialisation. Eradication des nations, des religions, de la famille pour ne faire plus qu’un troupeau d’humain abrutis transformés en consommateurs compulsifs (préalablement réduits de 7 milliards à 500 millions de survivants). Macron est le fossoyeur, le liquidateur de la France. Il ne pense pas, il est ignorant, mais on lui demande juste de prendre les commandes du pays et ensuite d’obéir. Le reste, c’est du blabla de détail inutile.

    07/04/2017 à 13 h 12 min
  • Gérard Pierre Répondre

    « Il n’y a pas de situations désespérées ! … il n’y a que des gens qui désespèrent des situations ! » – Charles Maurice de Talleyrand Périgord.

    Il faut tenir bon, …… jusqu’au 23 avril ! …… et ne pas se laisser impressionner par les sondeurs-bidouilleurs !

    https://www.valeursactuelles.com/politique/filteris-fillon-continue-son-ascension-hamon-en-chute-libre-78877

    On y croit ! … on se bat !

    07/04/2017 à 12 h 23 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    Tous, nous déplorons, sur le site, le silence tragique de [email protected] dans les commentaires ( il n’ a même pas pris la peine et le temps de  » répondre  » à Millière ) ; devant la déconfiture ( certes encore relative ) de la C.G.T. soviétique aux dernières élections syndicales il doit être en train de négocier son indemnité de licenciement ou son adoubement par la C.F.D.T. … les ambitions syndicales ne sont plus des rivières tranquilles

    06/04/2017 à 13 h 44 min
    • Jaures Répondre

      Quinctius, Jaures est désormais censuré.

      06/04/2017 à 17 h 47 min
  • BRENUS Répondre

    Je suis aussi d’avis que, s’il veut avoir une chance de passer au premier tour, Fillon doit cogner et fort. De toutes façons il n’a rien à perdre et tout à gagner en montrant qu’il « en a ». Méluche n’est qu’un bonimenteur de foire avec une tchatche propre aux pieds-noirs, mais il n’offre rien de sérieux. Dans un sens et même si mon choix ne porte pas sur lui, Ausselineau est infiniment plus clair, bien qu’il n’ait rien a espérer. Quant à Macron, son élection serait une catastrophe pour notre pays et les patriotes devraient tout faire pour lui mettre des batons dans les roues, sans la moindre hésitation.

    05/04/2017 à 19 h 40 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      Fillon,  » victime  » financière de ses ambitions provinciales de devenir un hobereau du bocage, ce que n’ avait pas su faire son notaire de père,, n’ a pas à cogner fort ; il doit seulement s’ appuyer sur les points forts de son programme et ne pas dire que tout sera résolu dans les 100 jours sauf, pour lui, une île de Saint Hélène à l’ horizon

      06/04/2017 à 8 h 15 min
  • Laure Lasalle Répondre

    Il paraît qu’Emmanuel Hollande (non, pas de lapsus) commence à fatiguer même les journalistes. Jeune homme présomptueux, lancé comme une savonnette avec les millions de Drahi, il est néanmoins désormais de moins en moins exclu qu’il morde la poussière en troisième position.

    05/04/2017 à 18 h 24 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    lecteurs et électeurs si, en plus, vous voulez vous éviter un retour de Sarko [ avec une défaite de Fillon dès le premier tour, ce qu’ espère l’ Ex- ] à la tête des Républicains, vous aurez une raison de plus de voter François Fillon

    05/04/2017 à 13 h 19 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    Le problème Monsieur Millière c’ est que, d’ une façon habituelle, sinon générale, les  » électeurs  » français sont davantage séduits par un beau ( sic § ? ) parleur que par un raisonnement : à  » un  » Schröder ils préféreront toujours un Chavez ou une Peron … les plus  » instruits  » ( c. à d. ceux qui ont su, ou qui pensent, profiter un jour de notre système … étatique ) préféreront eux un technocrate bien propre sur lui … il est par ailleurs évident que le Media donne un vigoureux coup de pouce à cette dérive de l’ intelligence

    05/04/2017 à 9 h 50 min
    • Hilarion Répondre

      Ceux que l’on appelle « les plus instruits » (à opposer aux bas du front, si vous voyez ce que je veux dire) sont surtout les mieux formatés par un système qui, de la maternelle au supérieur conserve un substrat marxiste. Les scientifiques purs, quand ils restent dans leur discipline sont à peu près saufs, les lois de la physique, par exemple, qu’elle reste newtonienne ou quantique sont quand même difficiles à tordre en fonction d’une idéologie (encore qu’un Lyssenko y soit bien arrivé, mais il n’est pas d’cheu nous..) Par contre, les exemples ne manquent pas de gens ayant une bonne formation scientifique (on peu penser à N.K.Morizet par exemple Polytechnique) délirer au moins aussi bien que les autres dès qu’ils se mettent à penser politique et que l’accès au sérail gouvernant est à portée d’ambition.

      10/04/2017 à 13 h 07 min
      • quinctius cincinnatus Répondre

        même dans son champ de compétence un scientifique, même occidental, peut lui aussi … délirer , car , parfois, son esprit critique est  » amené « , par diverses motivations ( appartenance ethnique, croyance religieuse, idéologie politique etc … ) , à prendre des libertés avec la Raison Pure, tout particulièrement si sa réflexion déborde sur les domaines oh combien vaseux et mouvants des sciences qu’ on dit humaines et cela tout simplement par un phénomène simple d’ amalgame

        10/04/2017 à 15 h 26 min
  • Robert Marine Répondre

    En déclarant qu’il avait sept petits-enfants, lui qui n’a eu aucun enfant, Macron dit une fois de plus n’importe quoi. Avec son mensonge, il pervertit et détruit la famille.

    04/04/2017 à 16 h 28 min
  • Jaures Répondre

    M Millière, il faut être prosaïque: quel discours doit tenir F.Fillon pour convaincre les Français qui ne sont ni âgés, ni aisés de soutenir son programme ? Plus que les affaires, là réside son problème.

    04/04/2017 à 12 h 55 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *