France des pauvres, pauvre France !

Posté le 11 avril , 2013, 12:56
3 mins

La pitoyable prestation de François Fillon sur FR2 lundi soir a lancé la campagne nationale « Moins-riche-que-moi-tu-meurs » !

Immédiatement enchaînée par quelques bons et purs élus de gauche comme de droite, la course au patrimoine minimaliste est partie comme un boulet, ou plutôt une patate chaude. Libéré par sa confession, chaque « auto-lavé » envoie le défi à un autre politique, incitation relayée par les journalistes qui se trémoussent avec gourmandise sur leur siège rembourré d’€uros !

La main sur le cœur, chacun à l’instar de la ministre Vallaud-Belkacem dans son bureau doré, proteste de son modeste patrimoine, quand ce n’est pas d’une vie ascétique ! La voiture de plus de 25 ans a la cote (curieux pour une écolo qui lutte contre les véhicules polluants), les demeures sont des masures et quand ce n’est pas le cas elles sont plombées par des crédits qui donne du crédit au déclarant…

Bref, tous les ministres et élus seraient pauvres, ce qui n’est pas pour rassurer les citoyens sur leur conduite de l’économie ! Soit ils exerçaient antérieurement une profession libérale ou entrepreneuriale et le doute s’installe sur la réussite de leur activité et leur contribution à la croissance du PIB, soit ils sont fonctionnaires biberonnés à l’argent public et n’ont pas anticipé sur le besoin d’économies pour affronter la dépendance.

Et c’est pourquoi la France est si pauvre et devra tôt ou tard se placer sous la généreuse protection du FMI…

La vraie fierté devrait être de montrer les fruits d’un travail réellement productif de richesses, contribuant à celle du pays. On comprend que sur ce plan-là, les professionnels de la politique aient des pudeurs de pucelle.

C’est Jacques Attali, célèbre homme de gauche, qui écrit dans le dernier numéro de l’Express une chronique nimbée d’hérésie pour ses anciens camarades, mais dont je leur recommande cependant la lecture attentionnée :

« Pas de croissance, sans droit de devenir riche », avec un constat infaillible : « c’est là où l’on peut faire fortune que le niveau de vie augmente le plus vite », se référant en particulier aux États-Unis, comme d’ailleurs le tonitruant Mélenchon, paradoxalement, en ce moment !…

Plutôt que le patrimoine, si l’on demandait plutôt aux ministres et élus (et réélus, et ré-réélus) d’exhiber leurs véritables revenus mensuels, toutes retraites, indemnités, pensions et frais « professionnels » confondus ?

Y aurait-il une pudeur frileuse sur ce sujet qui ne peut être délocalisé ?

Henri Gizardin

http://target2007.typepad.fr/hgizardin/

35 Commentaires sur : France des pauvres, pauvre France !

  1. MINUX75

    18 avril 2013

    Notre gouvernement n’est rien d’autre qu’un club de milliardaires qui se réunit tous les mercredis rue du faubourg St honoré. Curieusement, ces milliardaires affichent dans des discours improbables des principes de pauvres qu’ils n’appliquent pas pour eux même…

    Répondre
    • Quinctius Cincinnatus

      18 avril 2013

      n’exagérons pas … de minables millionnaires, tout au plus … souvent rejetons de ” bonnes familles ” de ” notables “, ayant choisis les bons créneaux professionnels et les postes à prébendes, parfois aussi, comme le Sieur Ayrault un cumulard à l’esprit de fourmi … n’est pas Quinctius Cincinnatus qui veut ( auto-sic ! )

      Répondre
  2. Serge-Jean P.Peur

    15 avril 2013

    On a l’impression que confier la gouvernance de la France à François Hollande revient à confier une voiture à quelqu’un dont on n’est pas sûr qu’il ait le permis tant qu’il pouvait chasser le précédent conducteur.
    Mais tout ça n’est pas question d’idéologie,quoique tous vos amis de gauche puissent le croire,mais de réalisme.Pour réussir,il ne faut pas chasser le riche (le trop riche,d’accord) mais créer une dynamique de relance…absente pour le moment.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      15 avril 2013

      J’ai connu des conducteurs, bien ruraux, n’ayant jamais passé leur permis et qui n’avaient eu aucun accident !

      Répondre
  3. Serge-Jean P.Peur

    15 avril 2013

    Pour répondre (partiellement) à Jaurès,mon père n’avait pas de bibliothèque,était plutôt inculte mais doué de ses mains.Mais j’ai été ouvrier métallurgiste (en 3×8) et je me suis monté ma bibliothèque,qui étouffe littéralement mes espaces à vivre.
    Je suis d’accord avec vous,” le peuple n’est pas un troupeau de boeufs” mais il le devient:les jeunes ne pensent qu’à la thune et fantasment sur les nénés ou saillies de Nabilla. Pas tous…mais ceux qui travaillent se sentent méprisés et il n’y a plus beaucoup d’ouvriers.
    Pour moi ce gouvernement se moque de ceux qui “essaient” de progresser.Son socialisme d’opérette jure dans un monde où ceux qui rapportent de la richesse sont honorés (hormis la France).
    Gros carton rouge à la presse qui ne réalise pas la situation du pays par idéologie.

    Répondre
  4. goufio

    14 avril 2013

    « Quand un homme a faim, mieux vaut lui apprendre à pêcher que de lui donner un poisson. » Confucius

    Répondre
    • Jaures

      14 avril 2013

      Certes, Goufio, mais Yann Gaos savait pêcher et cela ne lui a pas suffit.
      Mais il est vrai que, comme dans le roman de Loti, les femmes de pêcheurs autrefois, apprenant que leur mari s’était perdu en mer et leur frère tué à la guerre se contentaient de tomber à genoux et prier.
      C’est ainsi que Maggy rêvait les ouvriers.

      Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    14 avril 2013

    au bilan ” positif ” de Maggy, il convient également d’ajouter une immigration extra-européenne et islamique en forme de typhons et sa volonté de supprimer le régiment des Gurkahs, troupe d’élite népalaise ayant toujours servi loyalement l’Empire, et qui ne fut sauvé que grâce à l’obstination de son Colonel … le Prince de Galles … alors les laudateurs toujours aussi aveuglés par les media ? ou bien pour une fois faites vous appel à votre propre jugement ?

    Répondre
  6. BRENUS

    13 avril 2013

    C’est vrai ça , les “richesses culturelles” c’est très important. Indispensable, même. Hier, passant devant un banc public je fus interpellé par un SDF demandant de quoi manger: lorsque je lui ai proposé un billet gratuit de théatre, il m’a craché dessus. Je ne comprends vraiment pas pourquoi il ne semble pas avoir lemême sens de la valeur des “richesses” que moi!

    Répondre
    • Jaures

      13 avril 2013

      Valéry disait que “le premier acte culturel est de donner à manger à celui qui a faim”. On ne peut parler de richesse qu’une fois acquis les besoins vitaux (se nourrir, se loger, se vêtir convenablement).
      Ernest Antoine Seillière affirmait lire peu et s’ennuyer au théâtre et à l’opéra. Je me sens infiniment plus riche que cet homme capable uniquement d’amasser.

      Répondre
      • 14 avril 2013

        Intéressante remarque, qui rappelle les grand succès de l’URSS : pas de logements, peu de nourriture, mais les pièces de Bertold Brecht en accès gratuits… (Gros succès !)
        Mais ne sentez-vous pas, Jaures, à quel point vos propos suintent le mépris du peuple ? Ce dernier est beaucoup plus proche de Seillière que de vous même…

        Répondre
        • Jaures

          14 avril 2013

          C’est votre conception du peuple qui est méprisante,DrH. C’est dans la bibliothèque de mon père, ouvrier métallurgiste, que j’ai trouvé mes premiers classiques. C’est lui qui m’a emmené écouter Barbara, Brassens, Ferré alors que j’étais enfant.
          Non, mon cher, le peuple n’est pas un troupeau de boeufs

          Répondre
          • 14 avril 2013

            Jaures a dit : “C’est dans la bibliothèque de mon père, ouvrier métallurgiste, que j’ai trouvé mes premiers classiques.” Je veux bien vous croire. C’était avant le blocage de l’ascenseur social, c’est à dire avant que l’éducation dite nationale fut confiée à l’idéologie que vous savez… (Petit exemple qui n’a pas 24 heures : je me penche sur l’espagnol du futur bac de mon fils. Parmi les sujets possibles : le héros. Je lui sussure Don Quichotte. Lui : “Jamais entendu parler…” Cinq ans d’espagnol, et pas un mot sur Cervantes ! En revanche Cuba, le méchant Pinochet et le massacre des Indiens, il est incollable… Ca motive pour aimer une langue et un peuple ! Alors je lui ai conseillé de potasser Allende : comme ça, il fera des étincelles…)

          • quinctius cincinnatus

            15 avril 2013

            @ Dr H

            Si votre fils est intelligent, curieux, en une expression ” non conformiste “, rebelle au formatage *** il découvrira par lui même les grands auteurs de langue espagnol*** …

            *** lequel formatage est de chaque époque historique, puisque l’idéologie ” dominante ” à un moment donné impose son empreinte sur les esprits … serviles, comme le fer chaud marque l’appartenance de l’esclave à son maître… vous avez certainement appris des conneries en Fac de Médecine que vous avez perpétuées,sans vous poser de questions, dans votre pratique, parce que c’était “comme cela qu’il fallait faire”… vos ” maîtres ” ne vous l’avaient il pas ” appris ” ?

          • Jaures

            15 avril 2013

            DrH, je ne crois pas que Cervantes soit au programme des lycéens, pas plus que Shakespeare pour les anglophiles.
            Je doute par ailleurs que les lycéens anglais ou espagnols étudient Rabelais.

      • HansImSchnoggeLoch

        14 avril 2013

        Donner à manger à quelqu’un qui a faim, un acte culturel, écrit Jaures. Un acte de charité et/ou d’humanité penseront la majorité des intervenants ayant leurs pieds sur terre.
        Jaures se distingue donc dans tous les domaines, sans culture rien à manger. Il pense qu’en consommant de la culture celle-ci doit passer par osmose automatiquement en lui-même, un peu comme le pseudo-sportif assis confortablement sur son sofa en train de regarder son match de football préféré.
        Seillère était au moins honnête dans son commentaire, Jaures lui se sent uniquement plus riche, on appréciera la différence.

        Répondre
        • Jaures

          15 avril 2013

          Une fois de plus, vous lisez de travers,cher Hans. “Donner à manger à celui qui a faim est le premier acte culturel” car sans ce préalable, aucune éducation n’est possible.
          Par ailleurs, la culture est le contraire de la consommation: consommer un produit, c’est le détruire quand découvrir une oeuvre c’est justement la faire vivre. Je ne porte pas de jugement. Si l’on juge que réussir sa vie est de posséder une Rolex, fort bien. Ma propre montre ne m’a pas coûtée 30€ mais j’ai lu (entre autre) Homère, Cervantes, Proust, Céline, Joyce, Kawabata,…
          Et ce n’est rien à côté de ce qui me reste à découvrir.

          Répondre
          • HansImSchnoggeLoch

            15 avril 2013

            Jaures vous êtes un de ces bobos qui consomment de la culture comme certains consomment un triple hamburger au Mac Donald.
            Avec votre foyer fiscal à 5 fois le SMIC vous pouvez bien sûr vous le permettre et je ne suis pas envieux du tout de ce que vous avez ou n’avez pas.
            Il est quand même bon qu’il y ait des types non cultivés comme Seillères qui créent des jobs sinon adieu Homère, Cervantes, Proust et tutti quanti.
            Vous saisissez, je l’espère!

          • Jaures

            16 avril 2013

            Homère et Proust se sont bien passés de Seillière
            Ce que je sais, c’est que Yves Martin, un des plus grands écrivains français contemporain, est mort seul il y a 15 ans d’une leucémie mal soignée et dans un total dénuement.

            “Je ne sais plus quoi dire
            sinon qu’il fait doux,
            que l’impossibilité de vivre
            est la seule chose vivante,
            que j’évite rarement les flaques,
            que j’aime les arbres à résilles.

            Je suis ce que vous voulez.
            Je tire la langue, sa charge d’explosifs.
            J’ai trop de tiroirs. Un voleur impatient
            Me balance dans les airs.

            Je regarde des mains monter les jambes
            De la femme dont le looping me sera refusé.
            Quoi, tu n’as pas même chassé dans sa bouche.
            Je vous en prie, je vais bien, je rentre à pied.”

            Pour Seillière, avant de connaître ce qu’il nous laisse, attendons les résultats de l’enquête dont il est l’objet pour fraude fiscale.

  7. Jaures

    12 avril 2013

    Pourquoi être “fier” de sa richesse ? On peut être fier du résultat de son travail ou de sa créativité. Que ceux-ci produisent de la richesse n’est qu’un accident. Créer un parfum ne demande pas plus de travail que mettre au point un médicament pour une maladie orpheline ou observer une nouvelle planète. C’est le marché qui fera du chimiste de chez l’Oréal un homme plus riche que l’astronome.
    Comme Horace “j’admirerai celui qui supporte avec patience d’être recouvert d’un haillon et accepte avec modération un retour de fortune, jouant les deux rôles avec élégance”.
    Car, comme on dit, pourquoi montrer des signes extérieurs de richesse quand sa richesse est toute intérieure ?

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      12 avril 2013

      @ Jaurès NOUS sommes des extra-terrestres *** sur le blog , bien que TOUT nous oppose, vous le socialiste, moi le fasciste !… voyez mes commentaires en fin fil

      *** attention : pas de ” purs esprits “

      Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      13 avril 2013

      Jaures, à 5x le SMIC dans votre foyer fiscal vous êtes bien placé pour nous donner des leçons de morale sur la richesse.
      Êtes-vous un de ces bobos français repentants?
      Que n’appliquez-vous pas à vous-même la règle que vous suggérez aux autres; recommencez donc à zéro en abandonnant tout avec élégance et sourire, même le PC avec lequel vous nous administrez quotidiennement vos leçons.
      Le socialiste a ceci de pervers qu’il essaie toujours de redresser les soi-disant tords des autres pas les siens. L’actualité nous le démontre tous les jours.
      Pourriez-vous balayer devant votre porte pourqu’on puisse enfin en voir la serrure?

      Répondre
      • Jaures

        13 avril 2013

        Cher Hans, cessez donc de lorgner avec envie le revenu des autres. Si mieux gagner votre vie vous tente, travaillez-donc !
        Plus sérieusement, lisez bien les posts des autres si vous voulez les commenter avec pertinence. Horace ne préconise en rien de renoncer à ses biens mais d’en user avec modestie, sans ostentation, sachant qu’on est toujours à la merci d’un retour de fortune.
        Pour votre conception, voyez plutôt Jésus:”Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel” (Mathieu)

        Répondre
        • HansImSchnoggeLoch

          14 avril 2013

          Jaures le seul envieux sur ce site c’est bien vous et c’est une envie morbide qui suinte de toute votre rhétorique. Inutile de citer Jésus vous n’y croyez de toute façon pas.
          Votre cinéma est vraiment de bas de gamme!

          Répondre
  8. gaymay

    12 avril 2013

    ce sont quand même des fieffés menteurs ! on va leur donner la pièce, bientôt ! ils sont pleins aux as mais ont honte de leur magouilles ! la politique, ça paye bien, sinon, ils n’en feraient pas ! Ils sont grillés , grâce à Internet .

    Répondre
  9. 12 avril 2013

    Eh oui, le socialisme, c’est l’inversion des valeurs dans tous les domaines…

    Répondre
  10. dissident

    11 avril 2013

    je trouve a la fois grotesque et inquietant que Fillon ait realise si peu d economies avec des traitements pourtant consequents, si on est gouverne par des cigales plutot que par des fourmis il ne faut en effet pas s etonner de l etat de notre pays

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      12 avril 2013

      vous oubliez et négligez un poste budgétaire important :

      – le chemisier ( au moins deux chemises quotidiennement,et cravates assorties )
      – le tailleur ( dressing d’au moins 10 complets sur mesures )
      – le bottier ( pour être confortablement ” droit dans ses bottines ” )
      sans oublier les frais de pressing et les montres à 15.000 voire 35.000 euros pour être à l’heure de … l’Histoire

      ceci n’étant qu’un aperçu restreint d’un train de vie de grand bourgeois

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      12 avril 2013

      il s’agit,vraisemblablement de sa fortune en nom propre, mais sans doute pas du couple Fillon ( publier les contrats de … mariage ! ! ! ) … Cependant cette déclaration a tout de même un élément rassurant, j’allais écrire … positif ; François Fillon n’est pas … en faillite !

      Répondre
  11. MAUVAISEDENT

    11 avril 2013

    De toute façon ceux qui ont enrichi le pays et les riches ne veulent plus travailler et on les comprend. Ils en ont marre d’être idiot.

    Répondre
  12. quinctius cincinnatus

    11 avril 2013

    effectivement et je l’ai dit souvent sur ce blog : ” la vraie fierté devrait être de montrer les fruits d’un travail réellement productif de richesse(s) ”
    c’est le socle même d’un contrat social qui serait accepté par tous les honnêtes gens
    mais qu’observons nous présentement en France ? …. le contraire et cela, du haut en bas de l’échelle sociale
    quelle …. misère !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      12 avril 2013

      par ” richesses”, j’inclue bien entendu les richesses culturelles …

      Répondre
      • pi31416

        12 avril 2013

        En France, ces décennies-ci, les richesses sont plus cultuelles que culturelles. Et pour ce faire il nous les a fallu importer à grands frais. Mais qu’à cela ne tienne: quand on aime on ne compte pas.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          13 avril 2013

          Voir l’exemple du Grand Rabbin de France, Gilles Bernheim faussaire en diplôme académique, utilisant des nègres pour plagier des auteurs dont curieusement un écrivain qui avait été étiqueté antisémite comme le rappelait son fils … journaliste roulant très à gauche .. une véritable valeur morale que François ( le Pape, pas le Poulpe ! ) avait cité en référence … bons débuts pour François

          Répondre

Répondre

  • (pas publié)