François Bayrou refuse le clivage droite-gauche !

François Bayrou refuse le clivage droite-gauche !

Ce week-end, se tenait à Paris le congrès annuel de l’UDF. La ligne de François Bayrou y a été largement plébiscitée, le président sortant recevant près de 98,5 % des suffrages des militants.
Si la victoire de François Bayrou était largement prévisible, il n’est pas inutile de voir contre qui ou contre quoi le Béarnais a gagné.
La principale source d’opposition venait de l’unique ministre UDF du gouvernement de Jean-Pierre Raffarin, Gilles de Robien. Celui-ci invitait ses collègues à demander des maroquins pour le prochain remaniement.
Face à cette proposition, l’intransigeance du Président centriste est restée intacte.
Cette intransigeance a sauvé l’UDF d’une mort annoncée, en 2002. Il est vrai aussi que l’UMP n’a pas voulu, à l’époque, paraître trop hégémonique : la formation majoritaire a renoncé à investir des candidats dans une quarantaine de circonscriptions en mai 2002 et a ainsi sauvé la mise à un groupe parlementaire centriste qui ne lui en a pas beaucoup de reconnaissance…
Car il importe de noter que l’électorat de l’UMP et celui de l’UDF sont à peu près identiques. À ceci près, peut-être, qu’aujourd’hui certains électeurs de droite, lassés du chiraquisme, se défoulent en votant Bayrou, comme d’autres se défoulent en votant Le Pen.
Malgré cette communauté d’électorat, l’intransigeance de François Bayrou n’a pas seulement pour but de sauvegarder son pré carré. Elle est également révélatrice d’une certaine conception du rapport de forces politique, conception que nous combattons de toutes nos forces dans ces colonnes.
En effet, François Bayrou a déclaré, contre Gilles de Robien, que « faire un choix pour la France imposait de n’être ni dans un camp, ni dans l’autre » – ce qui ne peut vouloir dire qu’une chose : n’être ni de droite, ni de gauche.
Nous considérons, quant à nous, que le clivage droite-gauche structure durablement la vie politique française. Et que la vie politique française meurt du fait que les politiques recueillant les suffrages du « peuple de droite » n’osent plus se déclarer clairement de droite.
En d’autres termes, même si l’on peut éprouver de la sympathie pour la relative liberté d’esprit de M. Bayrou, même si l’on peut apprécier ses critiques de l’esprit godillot et de la lenteur du gouvernement à agir, on est obligé de constater que, refusant de se déclarer de droite, le président centriste marque contre son camp !

Partager cette publication

(7) Commentaires

  • romeo Répondre

    Certains de nos compatriotes et surtout les journalistes ont encore le culot de critiquer les élections votées à de tels scores dans d’autres pays…..c’est consternant !!! Il faut dire que ce parti ne représente plus grand chose, n’innove plus, ne semble plus avoir d’objectif sinon l’opposition au Président de la République de Monsieur Bayrou et ne se distingue plus que par les frasques du sus dit il ne se démarque plus de l’UMP que par des prises de position décalées sur à peu près tout: « Pour sauver ce parti d’une disparition programmée » En tout cas, avec des élus comme celui là, avec notre vénéré Président de la République qui a toujours les oreilles dans le sens du vent,et une opinion publique ultra manipulée et dont la majorité manque des connaissances historiques les plus élémentaires la droite Française a réellement beaucoup de soucis à se faire pour son avenir et les Français doivent s’attendre à faire face dans les années à venir à un TSUNAMI,pardon à un vrai RAZ DE MAREE ECONOMIQUE,POLITIQUE ET SOCIAL

    04/02/2005 à 13 h 53 min
  • Paul C. Répondre

    François Bayrou refuse le clivage droite-gauche ! Rien de plus normal : Bayrou, et toute sa clique, comme les Chiraquien d’ailleurs, est un socialo-communiste ! Bayrou n’a trahi personne; il est simplement fidèle à ses opinions politiques qui ont toujours été de gauche. Par conséquent, il ne faut attendre aucune réforme de la part de ces gens là, qu’il se disent de « droite » ou de gauche. C’est rigoureusement la même chose pour eux, même s’ils mentent en permanence pour attirer de nouveaux électeurs ! Il ne faut plus voter pour eux !

    31/01/2005 à 15 h 56 min
  • sas Répondre

    francois beyrou , centriste,(comment peut-on l’être ?)franc-maçon,fonctionnaire de l education nationale….dont les grandes qualitées ont été mesuré alors qu’il était ministre du mamouthe(pardon de l’éducation dite nationale)….pris en otage par des foux furieux a cayenne en guyane(qui tiraient les flics comme des lapins au fusil de chasse à l’époque sans que cela ne choque…)donc,secoué,conspué et menacé (ce que tous bons contribuables martiniquais,guadeloupéen et guyannais vivent journalièrement depuis 20 ans)….il a crée sous la menace et le chantage 3 rectorats…dont on mesure aujourd’hui le non sens , les côuts prohibitifs et les polémiques interminables…les fonctionnaires ne voulant plus être mutés…un bordel quoi Vive un avenir national à l’idiot du village en lieu et place du couillon malhonnête de service…adepte de la bière et du bradage de la france. SAS

    31/01/2005 à 14 h 59 min
  • guillard Répondre

    je suis d’accord avec l’article dans le sens où nous ne devons pas avoir peur de se dire à droite ou à gauche. Je suis d’accord avec de Robien quand il dit à Bayrou que le deuxième tour est un tour de rassemblement et qu’à force de taper sur la droite avec virulence il risque de se couper d’une partie de son électorat. par contre là ou je rejoins Bayrou c’est dans sa liberté de parole, comme le fait également Sarkozy. Ce qui m’agace prodigieusement c’est que dès qu’une erreur va être commise ou qu’elle est déjà faite à l’UMP il faut la fermer, sinon on trahit !!! J’ai souvenir du projet de loi sur les retraites où on a fortement conseillé aux députés UMP de ne pas déposer d’amendement… ce qu’ils ont fait. Tout n’est pas parfait dans ce que propose le gouvernement, or si on dit quelque chose, on est un traître à la droite, à Chirac, qui, permettez moi de vous le dire, continue d’annoncer moultes promesses qu’il ne tiendra pas / exemple la suppression de la Taxe foncière pour les agriculteurs ou la réforme de la TP. Comment les Collectivités locales vont financer leur projet ???? Enfin en ce qui concerne les traîtres j’estime que Douste Blazy est bien plus traître que Bayrou. Et excusez moi de rappeler que Chirac par intérêt politique et personnel n’avait pas hésité à trahir le gaullisme et Chaban pour soutenir le libéral Giscard avec qui il n’avait aucun point commun !!! (la preuve il démissionne en 1977) Si c’est ça avoir des convictions !!! Tout le monde a le droit d’avoir des ambitions mais alors que ceux qui ont pratiqué ce genre de méthode ne donnent pas de leçon aux jeunes générations d’hommes politiques. je ne conçois pas la politique comme tous derrière un chef et personne ne sort la tête sinon…. On est en démocratie exprimons nous quand cela ne va pas !!!! et le taux de chômage en France est de 8% quand on est à 3% de croissance alors que dans les autres pays européens pour la même croissance il est de 3 points de moins c’est bien qu’il y a un problème structurel et ce n’est pas parce que c’est un gouvernement de droite et que je suis de droite qu’il faut que je me taise par solidarité !!!

    31/01/2005 à 9 h 41 min
  • jeanrene.quifille Répondre

    tout à fait en accord avec l’article de Mr ROUXEL. Mr BAYROU se dit « centriste », mais il ne sait pas de quel bord. Ex récents : abstention au vote sur le budget de la région nord où, pour une fois, le PS et les VERTS avaient une véritable opposition à leur projet de budget démagogique, ainsi que récemment au Sénat où le groupe UDF, allié à la gauche dite plurielle, a repoussé un projet d’amendement du gouvernement et fait passer un texte contraire aux directives européennes. Mr BAYROU, qui croit en sa bonne étoile pour 2007, n’a que son ambition personnelle en ligne de mire et est près à toutes les bassesses pour y satisfaire.

    31/01/2005 à 8 h 24 min
  • Christophoros Répondre

    Encore un score africain ! Beyroux fait mieux que Sarkozy et que Chirac. Les partis politiques français de toute obédience ne sont que des outils aux mains d’ambitieux….

    30/01/2005 à 17 h 52 min
  • Olivier trehard Répondre

    a trahi, trahit, trahira. Nous trahirons, vous… A recopier 50 fois avant chaque meeting.

    30/01/2005 à 13 h 53 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *