François Fillon et le peuple de France

François Fillon et le peuple de France

François Fillon a réuni sur la place du Trocadéro beaucoup plus de Français qu’il n’en attendait, gais, enthousiastes, chaleureux, convaincus…

À cela une raison, et une seule : ceux qui avaient voté pour lui au premier tour de la primaire étaient là !

Ce sont ceux d’entre les électeurs qui n’acceptent plus ce système sclérosé qui voit ceux qui accaparent le pouvoir depuis Mitterrand se le partager en alternance gauche-droite savamment organisée, en privant de toute représentation au parlement pas loin de 30 % de Français qui votent Front national (dont je ne suis pas un adepte, mais dont l’exclusion me choque, alors que ce parti a des élus au niveau européen).

Ceux qui étaient au Trocadéro avaient voté Fillon à la primaire, où ils s’étaient manifestés deux fois plus nombreux que prévu, parce qu’il leur était apparu que son programme et sa personnalité étaient le meilleur moyen pour sortir la France du bourbier où elle est enlisée.

Cette tâche ne sera pas aisée et exigera de lui des nerfs d’acier. Il les a et le démontre tous les jours ! Tous les autres candidats avaient créé des structures ou se sont associés à d’autres pour augmenter leur chance d’être élus. Pas réellement pour réformer la France ! Lui seul l’a fait en parlant en son nom, non aux adhérents de son parti mais au peuple, et le peuple l’a compris. Fillon le sent, le sait. C’est ce qui lui donne la force de résister à toutes les trahisons des rats qui quittent le navire.

Mais je suis sûr que même ses électeurs qui doutent en ce moment de lui, reviendront à lui dans l’isoloir s’il résiste jusque-là. Aucun autre candidat n’a sa stature.

Les médias et bien des politiciens de la nomenklatura attendaient Juppé. Certains espéraient encore un sursaut au bénéfice de Sarkozy. Ce fut Fillon qui avait pourtant le programme le plus difficile à appliquer, que je qualifie de « churchillien », car il demandera beaucoup de sacrifices au peuple et une volonté de fer au Président.

Tous les médias et les instituts de sondage attendaient deux millions de participants aux primaires. Il y en eut presque le double. Preuve que ces électeurs supplémentaires n’appartenaient pas au système des partis.

Dans un premier temps, allant dans le sens du vent, les girouettes s’alignèrent derrière le vainqueur, de Sarkozy à Bruno Le Maire. Et puis, encouragés par ses déboires avec des médias du système qui n’arrivaient pas à digérer ce bouleversement, travaillés en sous-main par ceux qui attendaient de la victoire de Juppé une part du gâteau, de plus en plus nombreux ont été ceux qui ont pris du champ à la faveur de la campagne menée contre Fillon.

Le premier fut Bruno Le Maire, candidat ayant réuni sur son nom moins de 3 % des voix des électeurs. Tout un symbole de l’opportunisme ! Ont suivi nombre de membres du parti que l’échec de Juppé laissait sur le carreau. Lequel Juppé ne pouvait faire moins que de refuser de devenir l’homme du plan B, machine à tuer politiquement François Fillon.

À cet égard, la présence derrière François Fillon de François Baroin, lors de sa mise au point sur France 2, n’était pas sans signification : lui non plus ne sera pas d’un plan B !

Raoul Lombard
Neuilly-sur-Seine (92)

Partager cette publication

(18) Commentaires

  • BRENUS Répondre

    Ne vous fatiguez pas LAMA a tenter d’échanger avec un robot joraissien. Ce zozo reçoit, sans rien foutre, bien plus que le salaire contesté de Pénélope. Naturellement il ne vous apportera jamais la preuve du travail des rombières de gauche qui sont déclarées « assistantes » . Assistantes en quoi ? Je vous le demande. Quand on fait parti d’une clique qui se gave en permanence sur les deniers du peuple (enfin celui qui paie) on devrait avoir la décence de fermer sa gueule. Mais non. Ils sont comme les cafards : ils vous courreront partout jusqu’à ce que vous les envoyez où ils devraient tous être : en Corée du Nord.

    19/03/2017 à 16 h 22 min
    • Jaures Répondre

      Fantasmer sur moi, alors que vous ne me connaissez en rien, est simplement votre manière puérile d’échapper aux questions que je pose et aux arguments que j’avance. Défendre vos idées simplement et rationnellement vous est-il si inaccessible ?

      19/03/2017 à 18 h 28 min
  • lucie chavez Répondre

    Le budget de campagne de Macron : de dix à quinze fois celui de François Fillon.

    18/03/2017 à 16 h 02 min
  • Laurence Perrot Répondre

    La singulière étroitesse de nez de Macron interpelle les psychologues.

    18/03/2017 à 14 h 01 min
  • Robert Lomard Répondre

    A-t-on compris que Macron dispose de 10 fois plus d’argent que François Fillon ? Le site tvlibertes.com nous offre une série de courtes videos nous donnant des armes. Vous y cliquez sur l’onglet Stoppons Macron !

    18/03/2017 à 9 h 23 min
  • Alain Perrier Répondre

    Battons-nous jusqu’au 23 avril pour François Fillon. Combien regretterions-nous d’être resté passifs, s’il échouait de peu ! Il s’agit de parler beaucoup en sa faveur autour de nous, c’est très efficace quand on est nombreux à le faire.

    17/03/2017 à 20 h 24 min
  • louise perrier Répondre

    Ceux qui ne voient pas l’acharnement contre Fillon, ne voient pas les nouveaux reproches qui lui sont faits tous les jours, très au-delà de ce que la justice a évoqué. Ces nouveaux reproches quotidiens s’expliquent : ceux qui les font ont peur que les premiers ne suffisent finalement pas à abattre l’homme.
    Fillon est le rempart contre le blanc-bec Macron. La priorité est d’éviter le pire.

    17/03/2017 à 9 h 48 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    Vous voulez être  » populaire  » ?

    Renoncez !

    voici la triste image de la France !

    16/03/2017 à 11 h 27 min
    • Gérard Pierre Répondre

      Disraeli, le talentueux chancelier de l’échiquier de la reine Victoria, avait coutume de distinguer trois types de mensonges :

      – Le mensonge crapuleux, qui consiste à dire le contraire de la vérité,
      – Le mensonge par omission, … « chère à nos compagnes » ajoutait-il,
      – La statistique.

      Odoxa, institut chouchou de nos chers médias, est significatif du troisième type.

      Que dit-il ?
      http://www.odoxa.fr/sondage/tombe-tres-bas-tres-de-temps-fillon-ne-recule-plus-guere-mise-examen/

      Que dit FILTERIS de son côté ?
      http://www.charentelibre.fr/2017/03/16/ces-sondages-qui-sauvent-fillon,3090815.php

      Il dit qu’en gros un quart des Français voterait Fillon au premier tour de l’élection pestilentielle d’avril 2017 ! …… et que les trois quarts répartiraient leurs voix sur d’autres postulants à la magistrature suprême ! …… ce qui est un classique, …… mais pourcentage qu’Odoxa utilise pour faire dire à ses ‘’sondés‘’ que Fillon devrait renoncer à sa candidature ! ! ! …… sans même réaliser que cette interprétation tendancieuse pourrait être encore plus applicable aux autres candidatures !

      C’est pathétique !

      17/03/2017 à 11 h 40 min
  • Rouletabille Répondre

    Campagne présidentielle au ras du caniveau. Ça ne vous rappelle pas celle des USA?
    C’est ça la démocratie chère à Jaurès, pour autant qu’elle soit de gauche, bien sûr.

    16/03/2017 à 11 h 05 min
  • FREI Répondre

    Depuis 6 semaines , nous sommes soumis à ce qu’on doit qualifier de lavage de cerveau .Rappelons nous les prisonniers français dans les camps du Viet Minh . Chaque jour , il y avait une heure de détestation obligatoire des colonialistes français et une heure d’acclamation de l’Oncle Ho .
    C’est ce que nous avons ici et on finit par se dire : « il ya du vrai et M. FILLON est un sale type , tandis qu’Emmanuel est le sauveur  » .
    Je note aussi que cet acharnement contre F.FILLON est mené par les soutiens affichés de M.MACRON : MLAGARDERE avec Paris Match et le JDD ; le Monde et La Croix avec MM.NIEL, PIGASSE et BERGE ; BFM TV et LIBE avec M.DRAHI .
    Je ne sais pas si M.MACRON se rend compte que par son silence vis à vis de ces manigances , il est complice de cette atteinte sans précédent au processus démocratique .
    En conclusion, il est hors de question de voter pour M.MACRON car ce serait nous rendre complices nous mêmes de cette forfaiture .

    16/03/2017 à 9 h 49 min
    • Jaures Répondre

      Pardonnez-moi mais je ne vois pas où est l’acharnement. Quoi ? Ces histoires de salaires versés à Mme Fillon comme attachée parlementaire de son mari alors qu’elle a toujours exclu travailler pour lui, salaire ensuite revalorisé pour ce même emploi occupé pour le suppléant de Fillon. Les emplois de ses enfants encore étudiants avec des salaires d’ingénieurs ensuite reversés à leurs parents. Ce travail de Mme Fillon embauchée par un ami milliardaire de la famille pour 5000€/mois et dont on a pour traces que 2 ou 3 fiches de lecture de niveau seconde. Ces cadeaux mirifiques offerts par des mécènes. Ces emprunts sans intérêts ni échéances.
      Tout cela ne vous interroge pas ? Peut-on sereinement à la lumière de tout cela dire aux salariés: » Maintenant, finie la belle vie ! Il va vous falloir travailler plus et gagner moins ! » ? Dans quelle démocratie tout ceci serait passé sous silence ?
      La déclaration de patrimoine de Macron fait aussi l’objet d’une enquête. S’il a fauté, cela sera dénoncé.

      16/03/2017 à 10 h 33 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      n’ oublions surtout pas qu’ un certain Français qui devint par la suite Professeur des Universités s’ illustra dans la  » déradicalisation  » brutale de ces  » affreux  » colonialistes … un  » ami  » de la Famille Jaurès

      16/03/2017 à 11 h 31 min
      • Gérard Pierre Répondre

        Un certain tortionnaire répugnant nommé Georges Boudarel !

        …… Elle donne encore des leçons aux autres, sans complexe, cette gauche infecte !

        17/03/2017 à 11 h 51 min
  • Jaures Répondre

    Il ne s’agit pas ici du peuple de France mais d’une partie du peuple: celle des Français plutôt âgés et très aisés. Le programme de Fillon leur est taillé sur mesure comme un costume de luxe. Qu’ils se reconnaissent d’autant mieux en lui qu’ils en savent un peu plus sur le rapport du candidat à l’argent, le cercle de ses amis, ses goûts vestimentaires n’a rien d’étonnant: « he is one of us » doivent-ils chanter en choeur.
    Je vois que les élus de Neuilly/Seine, de Fromantin à Lombard, sont en phase avec leurs électeurs, ce que je ne saurais leur reprocher.

    15/03/2017 à 13 h 25 min
    • lama65 Répondre

      que je sache,lorsqu’on vous verse une prime de licenciement ( on a dit de 45000 £ )c’est que vous avez travaillé non ?de plus on parle de M Fillon ,et les autres comment font-ils

      18/03/2017 à 23 h 26 min
      • Jaures Répondre

        Non. Si on vous verse une prime de licenciement c’est que vous avez eu un contrat de travail. En l’espèce, Fillon étant le patron de Mme Fillon et le salaire versé avec de l’argent public, rien ne lie la prime et la réalité du travail.
        Par contre je vois que F.Fillon, si critique à l’égard du code du travail, l’applique à la lettre quand le salarié est membre de sa famille. Mais peut-être craignait-il que son épouse le traine devant les prud’hommes avec l’appui d’un délégué CGT.

        19/03/2017 à 9 h 51 min
  • TRICOT Répondre

    Je parie une finale Fillon Le Pen, parce que les français ne sont pas si aveugles que cela malgré les efforts considérables de nos journalistes…et de ceux qui les paient.

    15/03/2017 à 12 h 47 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: