Frange Rouge (I)

Frange Rouge (I)

Le communisme reprend du poids électoral depuis sa mue en Front de Gauche. Il n’a en fait jamais cessé
d’influencer la société française du fait de l’imprégnation idéologique du marxisme sur la quasi-totalité de la gauche française. De la justice à l’enseignement, en passant par les médias et
l’administration, le communisme est un cancer dont la France n’arrive pas à guérir.

L’occasion de rappeler quelques faits tus ou oubliés :

« En août 1939, les communistes avaient approuvé le pacte germano-soviétique : dans les arsenaux français, ils sabotaient le matériel
militaire ; pendant la « drôle de guerre » le Parti et l’Humanité avaient été interdits par le gouvernement Daladier, et Maurice
Thorez avait déserté son régiment pour rejoindre l’URSS ; le 20 juin 1940, six jours après l’entrée des Allemands dans Paris, les communistes avaient sollicité de la Propagandastaffel l’autorisation de faire reparaître l’Humanité ; ils étaient entré dans la résistance en
1941 seulement, parce que Hitler avait attaqué l’URSS. (…)

 

Après-guerre, l’aveuglement des communistes est total :

Annie Kriegel : « Je tenais que le communisme était une étape historique qui marquerait dans l’évolution des civilisations humaines
un tournant aussi important que l’avait été le christianisme. » (…)

Le culte rendu aux chefs montre des cerveaux ayant abdiqué toute faculté critique. Eluard écrit des poèmes à la gloire de Staline, dictateur en
chef en qui le philosophe Jean Desanti voit « le modèle même du savant nouveau. » (…) Citations extraites de Jean Sévilla, Le
terrorisme intellectuel.

Partager cette publication


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: