Frime et remaniement ministériel

Posté le novembre 19, 2010, 12:00
2 mins

Six mois de feuilleton politique, d’interprétations, de supputations, de suppositions, de promotions, d’évictions médiatiques qui aboutissent à la reconduction de François Fillon !

La plupart des ministres d’ »ouverture » sont licenciés, ce qui ne peut que réjouir les électeurs du Président qui avaient trouvé la potion gouvernementale un tantinet amère. On ne regrettera pas Bernard Kouchner qui s’était fourvoyé par ambition ministérielle. Eric Besson qui avait hérité d’un ministère-poison est récompensé de son martyre par un maintien et envoyé à ses chères études prospectives plus reposantes et discrètes. Frédéric Mitterrand est reconduit et l’on se demande bien pourquoi? Sa rose a bien pâli, comme sa notoriété…

Les petits soldats du Centre sont les plus affectés. Transfuge du Mouvement démocrate de François Bayrou, Morin est jeté par dessus bord et on voit mal son ancien chef lui jeter une bouée de sauvetage. Je pense qu’il donnera plutôt de la gaffe pour le noyer définitivement. Borloo le grand favori des médias, dont on avait oublié qu’il avait fait quelques pantomimes avant de s’engager en 2007, s’est radicalement désisté. Il n’a pas pu suivre son plan de carrière qui obligeait à une promotion gouvernementale.

Tout ce beau monde va alimenter le bayou du centre qui va déborder de prétendants: Bayrou, menacé par Villepin, lui même repoussé en touche par Borloo qui en a connu d’autre à Valenciennes.

Et voilà ce nouveau gouvernement Fillon « resserré » dont on a évincé les ministres les plus libéraux, quand les socialistes toujours en veine de comique troupier fustigent le glissement à droite!

Une seule mutation me donne espoir: la nomination de Jean-François Copé à la tête de l’UMP.

7 réponses à l'article : Frime et remaniement ministériel

  1. IOSA

    21/11/2010

    Commencons par réorienter Sarko vers le poste de Mme PIPI…..

    IOSA

    Répondre
  2. Anonyme

    21/11/2010

    > Six mois de feuilleton politique, d’interprétations, de supputations, de suppositions, de promotions, d’évictions médiatiques

    Oui enfin ce sont les media et les partis politicards qui ont fait ce tapage, la FRANCE QUI TRAVAILLE, elle, s’en contrefout! Medias et partis sont completement a cote de la plaque!

    Jocelyn: Vous revez tout haut! En 2012, on remet les memes et ca repart pour un tour. Un simple jeu de chaises musicales, d’ailleurs aucun candidat ne fait pas partie du systeme qui met la France en coupe reglee depuis 35 ans comme vous le dites si bien. Aucun, ni aucune. Ils sont TOUS d’accord pour se partager le gateau! gateau qui rassit d’ailleurs de plus en plus, mais les rats grignoteront jusqu’a la derniere miette!

    (Jocelyn, nous avons presque la meme IP, товарищ 🙂

    Vlad

    Répondre
  3. IOSA

    20/11/2010

    La plus grosse arnaque gouvernementale, les mêmes que l’on veut vous faire croire différents…sauf que l’addition des portefeuilles au ministère celà rapporte gros.

    C’est comme le miracle des petits pains, après deux ou trois portefeuilles ministriels, ils obtiennent deux ou trois retraites très sucrées sur le dos des con-tribuables.

    Et rien ne changera dans la conduite gouvernementale, d’ailleurs Sarko le dit, il faut faire allégence au 1er ministre ( pour ne pas dire à lui).

    Quand celà sent le roussi pour 2012, il faut faire vite des provisions bancaires….

    IOSA

    Répondre
  4. Jocelyn

    20/11/2010

    En 2012, du balai pour tout ce beau monde ! 35 années de gouvernance désinvolte et irresponsable UPM- PS ont mené la France à la ruine, sans parler de l’immigration-invasion dont on ne sait comment ça va finir !

    Répondre
  5. sas

    20/11/2010

    parue au jo….. ca c’est important….

     

    Les fonctionnaires vont pouvoir être licenciés

     

    Source AFP

    Les fonctionnaires vont pouvoir être licenciés

    Si le fonctionnaire "a refusé successivement trois offres d’emplois" en remplacement de son poste perdu, il s’expose à être "mis en disponibilité" pour une durée indéterminée © Zeppelin/Sipa

    Un décret portant sur la "réorientation professionnelle" des fonctionnaires d’État et permettant de licencier ceux qui refuseraient trois offres d’emploi en remplacement d’un poste perdu dans le cadre d’une restructuration a été publié mardi au Journal officiel.

    Le texte prévoit qu’un fonctionnaire "dont l’emploi est susceptible d’être supprimé, en cas de restructuration d’une administration de l’État ou de l’un de ses établissement publics administratifs (…) peut être placé en situation de réorientation professionnelle, en l’absence de possibilité de réaffectation sur un emploi correspondant à son grade". Pendant cette période de réorientation professionnelle, l’administration établit le "projet personnalisé d’évolution professionnelle du fonctionnaire", qui doit comprendre ses "perspectives d’évolution professionnelle", le type d’emploi, d’activités ou de responsabilités auxquels il peut être candidat. Il inclut en outre les actions de formation, de validation des acquis de l’expérience, et d’évaluation susceptibles d’être mises en place. Ce projet doit également déterminer les "types de missions temporaires qui peuvent lui être confiées", et qui "ne peuvent excéder trois mois".

    sas

    Répondre
  6. REMOND

    19/11/2010

    BRAVO, vive le retour des capitaux français…,après la vente de trois hotels parisiens aux étrangers!

    Quand la FRANCE va devenir un pays attratifs pour les entreprises étrangères ?

    Les administrations décentralisées ne sont toujours pas surveillées: pas de bilan en fin d’exercice comptable, accompagné d’un inventaire. Où sont les inspecteurs de gestion ?

    Il y a trop d’ambulances! Beaucoup de patients bien portants en abusent et ceux qui s’en passent sont

    sont maigrement remboursés!!!

                                                                                           MIHMND

    Répondre
  7. CHIALOSA

    19/11/2010

    On lit et on entend partout que ce remaniement fût un long feuilleton.

    Mais qui l’a créé ce feuilleton si ce n’est les médias ?

    Nicolas Sarkosy a annoncé, il est vrai bien prématurément , ce remaniement mais depuis, que je sache, il n’en n’a plus parlé.

    Ce sont les journalistes, avec leurs supputations quotidiennes, qui ont créé ce feuilleton qu’ils dénoncent aujourd’hui.

    D’ailleurs, ce n’est pas leur premier coup d’essai : F. Fillon était aux manettes depuis pas même deux ans que toutes les semaines "ces" journalistes annonçaient son départ !

    Bravo Mr Le Président de les tourner en bourriques !

     

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)