Gauche : La déliquescence

Posté le avril 26, 2016, 9:17
6 mins

Dans un an, la gauche quittera très vraisemblablement le pouvoir en France.

J’aimerais vraiment penser que ce sera le début du redressement, même si je continue à avoir des doutes. J’aimerais vraiment penser que la gauche connaîtra le début d’une longue période de silence et de marginalisation, mais je suis loin d’en être certain.

Quand j’entends parler nombre de dirigeants des Républicains, j’entends un discours de gauche, alors que je voudrais entendre autre chose.

Quand j’entends parler des dirigeants du Front national, j’entends un discours de gauche encore.

Cela me paraît d’autant plus logique, et accablant, que lorsque je lis la presse française, lorsque je regarde une chaîne de télévision française, je lis pour l’essentiel des mots de gauche, et j’entends des commentaires de gauche.

Pourrait-il se trouver en France un dirigeant politique, un journaliste, un commentateur qui dise clairement que la France souffre de beaucoup trop de réglementations, de taxes, d’impôts, d’éléments venant asphy­xier l’esprit d’entreprise et rendre impossible toute croissance économique ? Il s’en trouve, oui, mais très peu. Infiniment trop peu.

Pourrait-il se trouver en France un dirigeant politique, un journaliste, un commentateur qui parle sans circonlocution du péril islamique, qui rompe avec l’idée qu’il peut exister un islam de France, de Belgique ou du Luxembourg qui serait totalement différent de l’islam dans le reste du monde, et que nous sommes dans une guerre mondiale où il s’agit de la survie de la civilisation occidentale ? Il s’en trouve, certes, mais vraiment trop peu. Là encore.

Pourrait-il se trouver en France un dirigeant politique, un journaliste, un commentateur qui dénonce l’absurdité délétère et anti-scientifique inhérente aux discours sur le « changement climatique » ou le « réchauffement global » ?

La réponse sera, en l’occurrence, pire que pour les deux questions précédentes. Il ne s’en trouve quasiment pas. Tous se prosternent devant « l’accord sur le climat ».

Un redressement effectif de­manderait un travail des idées, mais aussi une possibilité de voir ce travail des idées disposer des moyens de se trouver disséminé et d’irriguer les esprits en suscitant des débats libres.

J’ai été de ceux qui ont mené le travail des idées depuis trente ans, sans doute davantage, et je sais que ce travail existe.

Je sais aussi que les moyens de voir ce travail disséminé sont très limités, bien trop limités.

Je sais pourquoi les moyens sont très limités. La France est dans un fonctionnement d’économie administrée qui place la plupart des grandes entreprises en situation d’interdépendance avec l’État.

Elle est un pays de monopole public de l’enseignement. Elle est un pays où la gauche s’est assurée par un patient et opiniâtre travail de prise en main une situation d’hégémonie, déjà décrite.

J’ai, en décrivant l’hégémonie, dit que celle-ci conduisait à l’anomie et je dois le répéter, car nous sommes en plein dans l’anomie.

C’est, hélas, le seul avantage qu’offre une hégémonie de la gauche. L’hégémonie de la gauche détruit l’ordre et s’autodétruit.

S’il en fallait une preuve, il suffirait d’ouvrir les yeux. Comment ne pas être saisi d’effarement et de dégoût en regardant ce qu’est devenue ces dernières semaines, avec la complicité du gouvernement et de la mairie de Paris, la place de la République ? « Nuit debout », disent-ils. À combien se chiffreront les dégâts, les actes de vandalisme, les dégradations multiples ?

Qui se souvient que c’est là que des gens ont déposé des fleurs et des bougies pour rendre hommage aux victimes du terrorisme ? Cet hommage en lui-même n’était pas très glorieux (car n’avoir que des fleurs et des bougies à opposer aux assassins a des allures de défaitisme), mais saccager l’emplacement des fleurs et des bougies, tout en écoutant des discours qui, pour certains, font l’apologie du terrorisme, c’est franchir un pas de plus.

S’il fallait d’autres preuves, on les trouverait dans ce qui vient recouvrir les débats sur la loi de réforme du travail. La gauche parle désormais d’allocations versées dès l’âge de dix-huit ans et de drogues douces. Dois-je parler de déliquescence ? Oui, je pense que je le dois.

30 réponses à l'article : Gauche : La déliquescence

  1. quinctius cincinnatus

    29/04/2016

    sujet du jour :

     » on aura le destin que l’ on mérite  »

    Albert Einstein

    Répondre
  2. druant philippe

    27/04/2016

    « Pardonnez-moi, j’avais oublié que vous ne fonctionniez qu ‘au slogan  »

    Tandis que d’ aucun ne fonctionne qu’ aux statistiques churchiliennes (celle auxquelles seul il croit mais qu’il a dûment falsifiées.

    Répondre
    • Jaures

      27/04/2016

      « celle auxquelles seul il croit mais qu’il a dûment falsifiées. »
      Ah oui ? Des exemples, s’il vous plait !

      Répondre
  3. Jacky Social

    26/04/2016

    Il vaudrait mieux Kapo ou Vopo Jaures (Vichyx Vapores???) et Dissident De Soyer que Prevenu Jaures et Procureur De Soyer. Jaures n’aime pas Radio Courtoisie. Il prefere France Inter, ou l’on paracheve la formation des idiots utiles au regime. C’est toffee-ciel sans nuage.

    Répondre
    • DESOYER

      27/04/2016

      N’inversons pas les rôles. Nous sommes au pouvoir dans les entreprises. N’oubliez pas que ceux qui sont actuellement soit-disant « au pouvoir » ne sont que des opposants bêtasses et calamiteux!

      Répondre
  4. BRENUS

    26/04/2016

    L’ innommable ramène encore une fois sa gueule sur ce sujet comme sur tous les autres qu’il entend torpiller. Mais laissons cela : c’est de la m..de et ça pue. La vérité sur ce que peut apporter en termes de différenciation avec la gauche de certains « candidats » UMPS (pardon LR) : vous la trouverez en lisant sur le site de ifrap.org un comparatif des projets de ces messieurs-dames. Edifiant. Particulièrement le projet de NKM dont on se demande ce qu’elle vient foutre dans une formation dite de droite, alors que sa vraie place serait au minimum au PS. Peut être a t elle et influencée gauchiste durant des années par l’époux socialo dont elle vient de divorcer mais qui, comme dans le film « allien » a laissé sa trace profonde dans son cerveau formaté Xette.

    Répondre
  5. druant philippe

    26/04/2016

    @QC :
    notre jauressounet « bien aimé  » se doit de rectifier les propos de GM : il y va de sa crédibilité sur ce site .
    Bonne évocation par GM de la « nuit de boue « 

    Répondre
  6. quinctius cincinnatus

    26/04/2016

    solution à la fusillade de Grenoble :

    le maire de la ville ( E.E..L.V. ) demande un débat urgent à l’ A.N. sur la légalisation du cannabis

    ensuite ce sera la cocaïne. l’ héroïne . etc …

    Répondre
  7. Jaures

    26/04/2016

    « Quand j’entends parler nombre de dirigeants des Républicains, j’entends un discours de gauche. »
    Ah bon ?
    Pourtant les propositions de ces candidats ne sont guère divergeantes et tendent vers les mêmes objectifs: fin des 35h, retraite à 65 ans, fin de l’ISF, suppression de postes dans la fonction publique (jusqu’à 1 million pour B.Le Maire), fin du code du travail, plafonnement et dégressivité des allocations chômage, baisse des charges des entreprises financées par une hausse de 3 points de la tva, fin du principe de précaution, contractualisation des fonctionnaires, fin du compte pénibilité,…
    C’est là un discours de gauche ?
    Je pense plutôt que Millière parle sans savoir. Comme souvent, ayant une opinion a priori, il s’en contente.

    Le FN n’a pas un discours de gauche mais populiste. Selon l’opinion du moment, il avance des propositions qui s’y conforment. Elles peuvent s’avérer parfois d’extrême gauche (augmentation générale des salaires, gestion administrative des prix,…), parfois de droite (suppression de l’ISF, mise au pas des syndicats), parfois ni de l’une ni de l’autre (sortie de l’euro). Pourquoi Millière ne voit-il pas ce qui crève les yeux ?

    Millière prétend « avoir travaillé sur les idées durant 30 ans » mais quel travail a-t-il fourni ? Où s’est-il réellement impliqué ? Quel exemple d’engagement a-t-il montré ?
    Il s’est contenté d’écrire quelques livres confidentiels sans le moindre impact et de critiquer tout le monde (sauf lui-même) avec la vérité absolue sous le bras quand s’amoncelaient ses erreurs d’analyse (ou plutôt « d’humeur », comme il le dit lui-même) et les revirements soudains.

    Millière critique le monopole public de l’enseignement mais en a largement profité lui-même en faisant ses études puis en occupant un poste d’enseignant dans le public malgré des résultats contestables: avec 3 étudiants sur 4 qui finissent au chômage, comme lui-même l’écrit, quel enseignant eût gardé sa place 4 décennies dans un établissement privé ? Quel étudiant payerait pour un si déplorable résultat ?

    Enfin, ce que dit Millière de la France par rapport au terrorisme est affligeant. La France est l’un des rares pays européens engagé sur le front face au terrorisme. Combien de soldats allemands, suisses, autrichiens ou italiens sont tombés au combat ?
    Les cérémonies d’hommages aux soldats ne coûtent pas bien cher en Europe au delà de nos frontières.
    Et les fleurs place de la République n’ont pas suffi: les terroristes sont morts ou en prison.
    Mais surtout, Millière ne nous a jamais décrit ce qu’il suggère pour mettre fin au terrorisme islamiste.
    Comme d’habitude, il déverse sa bile sur la France, sans nuance, et se garde bien d’avancer quelque proposition que ce soit.

    Répondre
    • DESOYER

      26/04/2016

      Prévenu Jaurès, Millière ne déverse pas sa bile sur la France: il déverse sa bile sur la France socialiste! Nuance!

      Répondre
      • Jaures

        26/04/2016

        Procureur Desoyer, Millière a toujours déversé sa bile, personne n’a jamais trouvé grâce à ses yeux.
        Sauf à dire que de De Gaulle a Hollande, tout le monde fut socialiste. Pourquoi pas. Je me souviens de J.M. Le Pen assurant qu’il trouvait que Mme Thatcher était encore trop socialiste.
        Gageons que si vous preniez le pouvoir Millière s’écrirait : »Encore un socialiste ! ».

        Répondre
        • DESOYER

          26/04/2016

          Bien sûr, le seul qui n’a pas vraiment fait de socialisme sous la Vème République est Pompidou et encore quand on prend Chaban Delmas comme Premier Ministre avec sa nouvelle société, ce n’est pas bon signe. La réponse à tout cela est dans mon bouquin, mais vous êtes trop feignant, jaloux et suffisant pour le lire.

          Répondre
          • Jaures

            26/04/2016

            Oh oui ! Si vous saviez à quel point je vous jalouse !
            Pensez ! Etre interviewé sur Radio Courtoisie ! Mon rêve de toujours que vous me volez !

          • DESOYER

            27/04/2016

            Prévenu Jaurès, vous avez raison de ne pas être jaloux: « Les jaloux sont des fous! ».
            D’ailleurs, pour être totalement cohérent avec vous-même, vous devriez adhérer à la CFTC, un vrai syndicat de dialogue, uniquement axé sur la justice, sans arrière-pensées politiques, débarrassé des outrances du marxisme!

          • Jaures

            27/04/2016

            Mais j’ai d’excellents rapports avec mes camarades de la CFTC.
            Les salariés n’ont que des intérêts communs. Seuls les moyens de les défendre peuvent parfois diverger mais le constat est bien souvent identique.

          • DESOYER

            27/04/2016

            Je ne confonds pas la CFTC et la CGT, syndicat démagogue et manipulateur par excellence!

          • Jaures

            27/04/2016

            Mais vous êtes libre d’adhérer au syndicat qui vous convient.
            Il existe une pluralité syndicale, chacun adhère à celui qui défend le mieux ses intérêts.
            Mais contrairement à ce que vous pensez, les militants des deux syndicats se retrouvent dans la quasi totalité des combats au sein des entreprises.

          • DESOYER

            27/04/2016

            La CGT, vous êtes des manipulateurs, mais bon, beaucoup d’ouvriers et d’employés ne sont pas armés intellectuellement pour discerner vos mensonges.

          • Jaures

            27/04/2016

            Les salariés ne sont pas aussi bêtes que les imbéciles ne le pensent.
            Ils peuvent avoir des idées divergentes des vôtres.
            Et il se peut même qu’ils aient raison.

          • DESOYER

            27/04/2016

            Sarkozy faisait une politique trop immigrationniste et trop à gauche. Seuls l’arrêt de l’immigration et une politique plus favorable aux entreprises peuvent sauver la France. Le reste est du baratin!

          • Jaures

            27/04/2016

            Mais une politique en faveur des entreprises ne doit pas aller en défaveur des salariés qui font partie de l’entreprise.

          • DESOYER

            27/04/2016

            Prévenu Jaurès, j’ai dit que tout le reste était du baratin, donc ne commencez pas à baratiner!

          • Jaures

            27/04/2016

            Ah oui ! Pardonnez-moi, j’avais oublié que vous ne fonctionniez qu’au slogan.

          • DESOYER

            27/04/2016

            C’est pathétique de la part d’un type qui ne fonctionne depuis des dizaines d’années qu’à coup de slogans gueulés dans des manifestations diverses et variées. Vous faites un transfert grave: vous devriez consulter un psychanalyste!
            A droite nous fixons un cap, des actions à mener et nous nous tamponnons de ce que vous pensez. Vous n’êtes qu’un déchet digne des colonnes de Libération ou de l’Humanité.

          • Jaures

            27/04/2016

            Oui, j’ai bien compris: vous fixez un cap et les autres n’ont qu’à s’y plier de gré ou de force.
            Permettez donc que l’on vous empêche de prendre le gouvernail plutôt que de former votre chiourme.

          • DESOYER

            27/04/2016

            Prévenu Jaurès, je ne vous ai pas sonné. Vous êtes un adversaire, en outre complice d’actes anti-français (arrestation du général Piquemal, ennuis aux général Soubelet et autres). Vous êtes donc passible des tribunaux.
            Vous pouvez essayer de vous opposer à notre arrivée au pouvoir, mais nous écraserons la petite merde que vous êtes.

          • Jaures

            27/04/2016

            Chiche ! Je suis un démocrate et si vous prenez le pouvoir je m’y plierai. Mais soyons réaliste, avec Millière vous pensez que tous les partis politiques français, hormis peut-être l’ALS (et encore, ça dépend quelle tendance !) sont socialistes.
            Il y a donc à parier que le prochain président, qu’il s’appelle Mélenchon, Le Pen ou autre, ne sera qu’un socialiste de plus.

  8. DESOYER

    26/04/2016

    Guy, écoutez radio Courtoisie dimanche prochain 1er mai à 18h, le libre journal des auditeurs. Vous aurez un type qui bouleverse totalement la vision du monde politique, c’est-à-dire ma pomme!
    Pour le programme, il faudra attendre que mon 2ème bouquin sorte, c’est-à-dire 2 ou 3 mois!

    Répondre
  9. quinctius cincinnatus

    26/04/2016

    en ce moment Jocrisse est en train d ‘étaler sa gelée socialiste sur une longue tartine en réponse à Guy Millière

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      26/04/2016

      texte critique de la même longueur que le texte  » analysé  » et publié à 12 h 39 après une dure matinée de labeur socialiste et juste avant la fermeture du resto !

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)