La gouvernance française saisie par la vertu

Posté le 07 novembre , 2017, 10:32
6 mins

Il n’y a plus que ça qui compte : la vertu. Malheur à celui qui harcèlera sexuellement une dame. Un simple regard et c’est le tribunal. « Je porte plainte contre ce monsieur qui m’a lancé un regard harceleur. » Aussitôt, l’individu au regard harceleur sera jugé en comparution immédiate, condamné à une amende et à verser des dommages et intérêts à la dame regardée. Mais, en appel, ayant apporté la preuve qu’il était borgne et mal-voyant de l’œil opérationnel, la peine sera allégée. Un autre monsieur, très prudent, ne sort plus de chez lui qu’en scaphandre aux verres teintés.

Trêve de plaisanterie. Ces nouvelles dispositions prises à l’initiative d’une certaine Marlène Schiappa, secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes, sont une incitation à la délation. C’est ouvrir la voie à la vengeance. Il se trouvera toujours une femme délaissée pour porter plainte contre le harcèlement sexuel dont elle aurait été l’objet. Et les hommes politiques et publics seront les premiers visés.

Vrai ou faux, comment l’établir ? Il n’empêche que le coupable présumé sera convoqué par la justice, qu’il peut être ainsi harcelé pénalement pendant des mois pour éventuellement être acquitté, mais sa réputation aura été atteinte et le préjudice pourrait être considérable.

La vraie raison de cet accès soudain de vertu réside dans la démagogie. Cette Marlène Schiappa et ceux qui la soutiennent croient qu’ainsi protégées, les femmes, toutes les femmes, voteront Macron. C’est toujours et partout la même histoire, la démagogie est le moteur de tout.

Le paradoxe est que les anges et les cerbères de ce néo-puritanisme ne veulent pas admettre qu’en réalité, on vit dans un univers où l’exploitation sexuelle est partout, dans la publicité, dans la mode, et, bien sûr, dans la nature humaine. Il suffit de sortir de chez soi pour voir les tenues provocantes de jeunes personnes, les images suggestives dans le métro, que certains couples prennent pour une chambre à coucher, sans parler de la télévision et de la pornographie sur internet à la portée de tous, et pour commencer des enfants.

Mais, si l’on s’oppose à cet exhibitionnisme, on est considéré comme une survivance inadaptable d’un monde ancien en voie de disparition. Bref, ces mesures anti-harcèlement sexuel sont vaines, dérisoires et ridicules. Elles vont encombrer les tribunaux déjà surchargés qui ont bien d’autres affaires autrement plus importantes à traiter. La devise de la république française n’est pas, n’en déplaise à nos démagogues : « Balance ton porc ! » À croire que la France, tout à coup, est devenue une immense porcherie où poussant de terribles grognements anti-démocratiques, des porcs innombrables se jettent sur leurs malheureuses victimes. Disons les choses simplement : la majorité des harceleurs et des violeurs sont des immigrés venus d’Afrique, comme on l’a vu en Allemagne dans la nuit du Nouvel An 2016, mais cela, il ne faut pas le dire.

Autrement plus grave que cette méchante comédie sont les agressions de toute nature que subissent de plus en plus en France les Français de confession juive. Il est étrange que des chercheurs en soient toujours à rechercher des criminels nazis, qui, encore en vie, auraient plus de 100 ans, sans se soucier le moins du monde d’autres criminels, jeunes et islamistes, qui évoluent le plus naturellement du monde parmi les quelque 8 millions de musulmans installés en France. Toujours est-il que nombreux sont les Français de confession juive qui doivent quitter l’est de Paris et ses banlieues pour se réfugier à l’ouest de la capitale, jugé plus sûr. Il ne s’agit pas là d’imagination. Les agresseurs ont montré ce qu’ils savaient faire : assassinats de pères et enfants par Mohamed Merah, torture pendant 15 jours d’un jeune Juif, Ilan Halimi par un immigré ivoirien, chef du gang des Barbares, torture récemment pour les mêmes raisons d’une vieille dame finalement jetée par la fenêtre par un autre immigré.

Ces criminels n’obéissent pas au chef des SS, disparu depuis 75 ans, mais à l’État islamique et au coran, vénéré dans les 2 500 mosquées que compte la France – qui, a dit le général de Gaulle, est un pays de race blanche, de civilisation gréco-romaine et de religion chrétienne –, un pays où hélas, aujourd’hui, le conseil d’État ne voit aucune objection au port du burkini par les femmes musulmanes, mais qui confirme le retrait d’une croix surmontant une statue de Jean-Paul II, installée depuis 2006, à la demande des habitants, sur la place de la commune de Ploërmel dans le Morbihan.

Croyez-vous que cette évolution va s’inverser ? Évidemment non. Alors jusqu’où ira-t-on ?

9 Commentaires sur : La gouvernance française saisie par la vertu

  1. HOMERE

    16 novembre 2017

    Je préconise l’ablation des testicules et autre accessoire dédié au plaisir sexuel selon les règles autorisées par l’inquisition moraliste des ci devant exégètes du vocabulaire gaucho-bourgeois décadent… “vous avez son beau cou…et ses suisses qui montent à l’assaut de ses messes ? sans oublier son nimou qui doit etre affolant…”
    Je vais déposer une plainte par un mec qui me harcèle sans faillir et avec constance……mon percepteur !!!

    Répondre
  2. Hilarion

    14 novembre 2017

    Nous sommes passés en quelques siècles du “d’amour, Madame, vos yeux me rendent fou”, au ” t’es bonnes! tu m’donnes ton 06 !” avec menace en cas de non exécution. Une élue de Paris du nom de Haas je crois (grâce soit rendue à la démocratie qui nous vaut d’avoir aux commandes de tels cas pathologiques) avait trouvé comme solution d’élargir les trottoirs pour éviter la proximité de (certains) hommes et des femmes (jusqu’aux bords de la méditerranée sans doute). Il est vrai qu’une autre félée, allemande celle là voulait normaliser à la longueur d’un bras la distance minimum séparant les femmes des hommes afin d’éviter les “désordres” de type Cologne
    Nous sommes (peut être) à l’apogée de la pensée soixante huitarde ou toute bienséance était considérée comme valeur bourgeoise, ou crétin baveux était celui qui s’excusait de vous marcher sur les pieds dans le métro. Mais la pensée soixante huitarde s’est trouvée de nouveaux auxiliaires, ceux là animés par un franc et affiché mépris des femmes en même temps que de notre monde civilisé
    n’ayant considération pour elles que bâchées de noir du haut jusqu’en bas et ne ressentant à l’égard des autres que pulsion pour un rut d’autant plus brutal que la victime en est implicitement responsable dès l’instant ou elle se vêt de la manière qui séduit l’homme occidental depuis des siècles.
    Chaque jour est marqué par un nouveau symptôme de décivilisation. Femmes harcelées dans les rues, pompiers, policiers autobus et médecins caillassés par des hordes abruties de haine dont le QI doit se mesurer sur la même échelle que celle du rotweiller et pour couronner le tout des assemblées de tous niveaux contemplant d’un oeil bovidéen un monde dont ils ont la charge en train de se défaire.

    Répondre
  3. Hagdik

    13 novembre 2017

    Saisie par la vertu ?

    Comme marlène schiappa / marie minelli ?

    Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    11 novembre 2017

    ” nous ne sommes pas des animaux ” dit notre philosophe à deux … bolivars !

    non, nous ne serions que des mammifères et sociaux qui plus est , ce qui n’ arrange rien, vous en conviendrez !

    remarquons, quand même, que la majorité de ces mammifères seraient plutôt des insectes sociaux !

    Répondre
  5. Chevalier Noir

    9 novembre 2017

    Vous vous surpassez Jaurès !!!! Vous le faites exprès ???

    Répondre
    • Jaures

      11 novembre 2017

      Il est vrai que le harcèlement et la violence faites aux femmes me consternent et me révoltent.
      Autant que les propos de ceux qui tendent à les minimiser, voire à les nier.

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      12 novembre 2017

      c’ est dans sa … nature , enfin dans ce qu’ on lui a ” égalitairement ” inculqué : … une greffe, un greffon, un hybride , un infertile

      il présente des faits que personne ne nie, mais il les interprète comme s’ il était privé, dépourvu d’ hormones mâles

      devrait faire de la dentelle

      Répondre
      • Jaures

        12 novembre 2017

        Et que vous permettent donc, selon vous, vos “hormones mâles” ?

        Répondre
  6. Jaures

    7 novembre 2017

    Dommage que vous ne prêtiez pas attention au témoignage des femmes harcelées. Lisez-les. Ecoutez-les. Et demandez-vous si vous supporteriez les mêmes comportements sans vous sentir humilié, agressé et, enfin, révolté.
    Et je ne vois pas ce que les tenues des femmes ou l’environnement publicitaire ont à y voir. Nous ne sommes pas des animaux. Pensez-vous que si vous vous promeniez dans la rue en tenue légère les femmes tenteraient de vous aborder, de vous suivre dans la rue, de quémander votre numéro de téléphone, de vous insulter, d’essayer de vous toucher sans égard, … ?

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)