Grève des fonctionnaires et chômage de masse

Posté le février 06, 2013, 2:38
6 mins

Jeudi 31 janvier, à l’appel de la CGT, syndicat issu du parti communiste, des fonctionnaires en grève ont décidé de défiler dans les rues de Paris et des principales villes de France.

Pendant sa campagne électorale de 2007, Nicolas Sarkozy proposait à ceux qui voulaient gagner plus de travailler plus. Un enseignant ne donne, par exemple, que 18 heures de cours par semaine. Sarkozy leur proposait d’en donner 20. On pourrait aussi partir plus tard à la retraite, en particulier du fait que la durée moyenne de vie augmente de 3 mois tous les ans. Nicolas Sarkozy pensait pouvoir réduire le nombre des agents de la fonction publique en ne remplaçant pas tous ceux qui partaient à la retraite. Il réduisait ainsi les dépenses de l’État qu’il jugeait excessives.

De son côté, François Hollande leur proposait au contraire des augmentations de leurs revenus, une diminution du leur temps de travail, un retour à la retraite à 60 ans, et une augmentation de leur nombre dans des secteurs comme l’éducation nationale.

Ce que proposait Nicolas Sarkozy faisait faire des économies à l’État. Ce que proposait François Hollande augmentait, au contraire, les dépenses publiques. Or, la France continue à dépenser bien plus qu’elle ne gagne. Au lieu de rembourser ses dettes, comme elle s’est engagée à le faire vis-à-vis de ses partenaires européens, elle les accroît, au contraire, tous les mois un peu plus.

Cette douloureuse réalité des chiffres a, bien sûr, contraint François Hollande à ne pas donner immédiatement aux fonctionnaires tout ce qu’il leur avait annoncé. Il les a mécontentés. Ils se sont mis en grève et ont défilé dans les rues, accompagnés par des responsables politiques qui, en principe, soutiennent le gouvernement actuel…

Les défilés ont finalement été très clairsemés et n’ont pas attiré beaucoup de monde, en dehors des militants.

Avant de savoir ce que doivent finalement faire nos responsables politiques, il est nécessaire de rappeler quelques réalités chiffrées :

Depuis des années, le revenu moyen des Français qui travaillent dans le secteur public contrôlé par l’État augmente de 3,4 % tous les ans. Alors que, dans le secteur privé, il n’augmente que de 2 %. La concurrence nationale et internationale pousse les entreprises à freiner l’augmentation des salaires.

Ainsi le salaire moyen dans le public est, aujourd’hui, de 1 670 euros par mois. Il est seulement de 1 160 euros dans le privé.

– Une fois que le gouvernement a embauché un salarié, il ne peut plus être licencié par l’État. Il conservera nécessairement un emploi dans le secteur public jusqu’à sa retraite, quelle que soit l’évolution de la société. En 2012, seulement 55 agents de la fonction publique ont été licenciés et se sont retrouvés au chômage. Pendant ce temps, des milliers de Français travaillant dans le secteur privé perdent leur emploi tous les mois, et ce chiffre augmente sans arrêt depuis des années.

La retraite donnée à un agent de la fonction publique est calculée sur les salaires des 6 derniers mois. Avant de se mettre à la retraite, un fonctionnaire a donc intérêt à travailler au moins 6 mois dans un département d’outre-mer, où il reçoit des salaires bien plus élevés que les salaires de métropole. La retraite d’un salarié du privé est, au contraire, calculée sur le salaire de plusieurs années précédant l’âge de sa retraite.

– Pratiquement, dans tous les pays étrangers, on réduit le nombre des fonctionnaires. Il y a actuellement en France 88 fonctionnaires pour 1 000 habitants, alors qu’il y en a seulement 55 en Allemagne. Et les gouvernements allemands ne semblent pas moins efficaces que les gouvernements français. Bien au contraire, ils gèrent mieux leur économie que les Français et n’ont pas de chômeurs. Ce qui réduit encore les dépenses publiques.

Ces chiffres expliquent le peu d’enthousiasme qu’ont eu les Français à aller défiler. La France peut et doit diminuer le nombre de ses fonctionnaires. C’est une évidence. Si elle ne le fait pas, ses entreprises ne seront plus compétitives et le nombre de ses chômeurs augmentera. Les Français ont parfaitement perçu cette réalité. Seuls les militants des partis gouvernementaux ont défilé.

Il suffit de copier ce que fait l’Allemagne pour retrouver notre dynamisme économique.

10 réponses à l'article : Grève des fonctionnaires et chômage de masse

  1. zozo

    13/03/2013

    Vous dites de grosses inepties.

    D’abord, ça fait des années qu’il faut avoir travaillé minimum 15 ans dans un DOM pour bénéficier de l’ITR (la majoration de pension). Donc, vous pouvez demander une mutation 6 mois avant la retraite, vous ne toucherez que ce que vous auriez touché en métropole (en plus l’ITR est plafonnée et le plafond n’est revalorisé, son montant décroît donc chaque année en euros constants).

    Ensuite, la retraite des fonctionnaires n’est pas calculée sur les 6 derniers mois. C’est un gros bobard. Pourquoi ? Parce que la quasi-totalité des fonctionnaires est en fin de carrière à 52 ans (leurs traitement n’augmente plus après). Donc, en pratique, la pension des fonctionnaires est calculée sur les 10 dernières années de traitement !!! (désolé de vous casser la baraque)

    Travaillez mieux votre sujet.

    Répondre
  2. Dudule

    08/02/2013

    Bel exemple l’allemagne quand on sait que certain gagnes 1 € de l’heure; Et si les chiffres que vous citez sont exact pour les fonctionnaires alors c’est bien et il faut donc les mèmes salaires dans le privé et pas le contraire, payer les fonctionnaire comme les privés, car en général c’est ce que les ouvriers bêtes et jaloux souhaitent. Et ces ouvriers bêtes et méchants se font leur propre tort . Les pauvres !

    Répondre
  3. Delaye

    07/02/2013

    Je pense que au moins la moitié des fonctionnaires travaille beaucoup moins que ceux du privé.Mais en ce qui concerne les enseignants,les 18 heures dont on parle ne représentent que,la toute petite partie de leur temps de travail car il faut y ajouter(pour les compétents et consciencieux uniquement) la préparation des cours, la correction des copies, les conseils de classe et les réunions avec les parents d’élèves. Par ailleurs, je précise que ma fille (qui pour ces raisons travaille plus de 60 heures par semaine) gagne 500euros de moins par mois depuis qu’elle a étré titularisée, car toute sa compétence dans le privé lui a été retirée depuis et qu’elle est donc repartie de zéro.Par contre, c’est un milieu pourri et je ne pense pas qu’il y ait 50% d’individus « bien » dans ce métier. Plus ils sont nuls, plus ils croient tout savoir et la jalousie et la mesquinerie atteignent chez eux un niveau navrant.

    Répondre
  4. Philippe Lemaire

    07/02/2013

    Sarkozy faisait faire des économies à l’état ? Sous son quinquenat la dette a considérablement augmenté et pas seulement à cause de la crise (crise des subprimes que le nain de l’élysée se proposait d’instituer en France, heureusement il n’a pas eu le temps)
    Et sa stupide guerre en lybie pour y installer la charia, elle a coûté combien ?

    Répondre
  5. HansImSchnoggeLoch

    07/02/2013

    AZ, comme d’hab vient à la rescousse de ses mignons. La supercherie de sa soi-disante démonstration n’impressionnera personne, à part Jaures son jumeau qui partagera bien sûr ce point de vue.
    Lamentable!

    Répondre
  6. AZ

    07/02/2013

    Observations

    – La CGT, syndicat issu du Parti communiste ? Le Parti communiste, en France, date de 1920, et la CGT… de 1895, soit 25 ans auparavant ! Depuis cette date, la CGT est restée un syndicat de masse et a toujours reçu nombre de voix et d’adhérents qui étaient loin d’appartenir au P.C.

    – Isoler les enseignants pour mettre en avant les 18 h est une supercherie ! Il s’agit de 18 h de présence dans les établissements d’enseignement, et non pas de 18 h de travail effectif. Pour tenir un discours aussi mensonger, il faut être complètement étranger au métier d’enseignant (de la maternelle à la faculté).

    – La durée de vie n’augmente pas de 3 mois par an ! Elle augmente de 3 mois uniquement pour les enfants qui naissent actuellement. Pour tous ceux qui sont nés, la durée de vie est déjà pliée. [Par ailleurs, depuis plusieurs années, la durée de vie n’augmente plus, en raison, précisément, des diverses mesures néolibérales imposées aux populations : travail précaire, diminution des salaires, allongement de la vie active, sabotage du Code du travail, etc.

    – La comparaison des moyennes des rémunérations entre public et privé est une supercherie, au moins à trois égards.

    – Les salaires les plus bas de la fonction publique ont effectivement un plancher – guère élevé néanmoins – qui est crevé pour le privé, et passe bien en dessous, ce qui tend à abaisser de beaucoup la moyenne de ce privé.

    – La proportion des cadres A (niveau licence) parmi les fonctionnaires est bien plus grande que dans le privé (en raison, précisément, de la présence des enseignants). Il n’est donc pas anormal que la paye soit plus haute.

    – La moyenne ne prend pas en compte les écarts-types. Or, dans le privé, les écarts de revenus, par rapport au public, sont abyssaux. Les fonctionnaires les plus payés (comptables des Impôts, Douanes, Trésor, Postes, etc., touchent, primes comprises, des revenus qui vont effectivement de 10 000 à 20 000 euros mensuels). Les patrons du privé, eux, ont des rémunérations de 100 000 à 1 000 000 d’euros.

    – L’évocation des carrières outre-mer est une supercherie : sur le total, le nombre de ceux qui peuvent y prétendre est peanuts ! C’est un peu comme si on donnait l’éléphant ou la baleine comme exemple de poids moyen d’un mammifère…

    – Et ainsi de suite à l’avenant…

    Répondre
    • Frédéric Bastiat

      07/02/2013

      <<<<>>>

      Un enseignant de sport fait seulement 21 heures 18h de présence, 3 heures d’UNSS tout cela pour un salaire identique à celui d’un professeur de Philosophie qui croule sous les copies. Aussi tous les branleurs se retrouvent en STAPS où le taux de sélectivité est seulement d’un sur deux.
      Effectivement ici, il y en a qui ne connaissent rien au métier d’enseignant vous !

      Répondre
      • Jaures

        08/02/2013

        Le professeur d’EPS ! Voilà le nouveau grand privilégié cause de tous nos maux.
        Quelques petites précisions cependant. Il n’existe que moins de 30 000 profs d’EPS en France (pour 1 million d’enseignants). Contrairement à ce qui est écrit, la sélection est impitoyable: niveau master 2 de staps suivi du concours avec 400 places pour 4 à 5000 candidats. Moins de 20% des étudiants en Staps préparent le concours.
        Les titulaires sont peu à peu remplacés par des vacataires. Avec 4heures d’EPS au collège et 3h au lycée et des profs jamais remplacés, les discours anti-profs d’EPS (ces honteux privilégiés) contribuent à l’abandon progressif du sport à l’école.
        Avant de passer à l’école maternelle…

        Répondre
  7. Jean-Pierre

    06/02/2013

    Tout celà relève bien de notre système soviétique qui finira comme l’urss.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      07/02/2013

      notre agonie sera t elle aussi longue et aussi douloureuse ?

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)