Hausse des familles monoparentale, hausse de la délinquance juvénile

Posté le novembre 16, 2010, 2:27
2 mins

Lu sur Novopress :

Evolution des familles monoparentales depuis 1962 -source- Sénat « 28% des familles parisiennes sont ainsi monoparentales, contre 25% il y a dix ans. Ce pourcentage correspond à plus de 100 000 enfants élevés par un seul parent. Facteur de difficultés éducatives et affectives pour les enfants, les familles monoparentales sont également souvent confrontées à la précarité économique. Malgré les aides de la mairie ou des allocations familiales, ces familles, qui sont en fait à 85% des femmes seules avec un enfant, sont de plus en plus pauvres : 40% d’entre elles vivant avec moins de 1350€ par mois. Face à cette situation, une énième «commission» va être créée au sein du Conseil de Paris. »

L’image représente l’évolution des familles monoparentales depuis 1962. Début novembre, le rapport du secrétaire d’Etat à la Justice Jean-Marie Bockel sur la délinquance juvénile constatait que ce problème se produit surtout aussi des familles monoparentales.

Les jeunes femmes immigrées, particulièrement en provenance d’Afrique, de première comme de deuxième génération sont les premières à souffrir de ces situations. Tout bureau social sait pertinement que rares sont les hommes africains vivant en France assumant aujourd’hui la naissance d’un premier enfant. Ce d’autant plus que des aides spécifiques sont attribuées aux mères élevant seule leur(s) enfant(s). Il n’est d’ailleurs pas rare que le père biologique cohabite à nouveau avec la mère dès que celle-ci se voit attribuer un logement… sans bien sûr le déclarer aux services sociaux.

Une réponse à l'article : Hausse des familles monoparentale, hausse de la délinquance juvénile

  1. DOE Jane

    17/11/2010

    ceci n’est que la suite logique de notre générosité démentielle envers le tiers monde ;charité bien ordonnée commence par soi même ;
    privilégions les nationaux et distribuons les restes s’il y en a….faire aussi comprendre aux jeunes hommes et femmes qu’avoir un enfant c’est s’engager à l’élever du mieux possible pour qu’il ait lui même un avenir convenable
    trop facile de semer ses graines et de fuir ses responsabilités en comptant sur les autres pour compenser

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)