Helios contre Desertec : enfin la préférence européenne ?

Posté le septembre 28, 2011, 3:30
46 secs

Nous avons souvent dénoncé dans ce blog le pari hasardeux que représente le projet allemand Désertec, qui consiste à produire l’énergie nécessaire à l’Europe dans les dunes du Sahara : le coût de l’entretien des infrastructures serait prohibitif, la dépendance de l’Europe envers des fournisseurs extérieur serait pérennisée et nous mettrait à la merci d’un de nos fournisseurs, les risques géopolitiques de la région feraient courir des risques de rupture des approvisionnement.

Nous plaidons dans ce blog pour une solution alternative privilégiant le sud de l’Europe : Andalousie, Sicile, Grèce. En pleine crise de la dette, le Premier Ministre Grec compte bien persuader l’Allemagne d’investir dans son pays pour l’énergie solaire résolvant ainsi les besoins d’approvisionnement de l’Allemagne, la faiblesse des exportations grecques et donc une partie du problème de la dette.

Puisque l’Europe a déjà prêté des milliards à la Grèce, donnons-nous une chance de les revoir, en pratiquant une préférence européenne qui joue en faveur de nos vrais intérêts géopolitiques. La réponse de l’Allemagne sur ce sujet sera un indice fort de la volonté des Européens de continuer à exister en temps qu’espace géopolitique en quête de souveraineté…

Article précédent

La rigueur par les impôts

Article suivant

Vœux pour 2012