Hollande a ressuscité l’extrême gauche !

Hollande a ressuscité l’extrême gauche !

Dimanche 5 juin avait lieu le premier meeting de la campagne présidentielle. Il est remarquable que ce meeting ait été organisé par Jean-Luc Mélenchon, c’est-à-dire que c’était un meeting de la gauche radicale.

De toute évidence, c’est, en effet, la gauche radicale qui va dicter au moins à gauche et il est à craindre que la fausse droite se laisse aussi prendre au piège le tempo de la campagne.

François Mitterrand avait réussi le tour de force, en 1981, de tuer le Parti communiste, pourtant électoralement plus fort que le Parti socialiste, en l’embrassant pour mieux l’étouffer.

François Hollande, lui, a réussi le tour de force inverse : ressusciter l’extrême gauche après 100 millions de morts; en faisant mine de s’en écarter pour inaugurer une social-démocratie française. Brillant résultat. À cause de François Hollande, l’extrême gauche revient en force sur le devant de la scène…

Et elle revient d’autant plus fortement que la gauche actuellement au gouvernement n’ose pas dénoncer les casseurs, ni, a fortiori, les grévistes qui paralysent un pays déjà mal en point économiquement et auquel les intempéries viennent de porter un nouveau coup dur.

Pire. Non seulement MM. Hollande et Valls ont les yeux de Chimène pour la CGT et la gauche radicale, mais ils prennent un malin plaisir à jeter de l’huile sur le feu. De deux façons. D’une part, en multipliant les provocations destinées à exaspérer les mécontents. Et, d’autre part, en lâ­chant en permanence sur toutes les négociations syndicales actuellement en cours. On voudrait envoyer à tous les syndicalistes de France le signal qu’ils sont assurés d’obtenir tout ce qu’ils peuvent demander en ce moment, que l’on ne s’y prendrait pas autrement.

Je précise que, pour le moment, les divers « cadeaux » de précampagne, alors qu’ils ne sont distribués que depuis quelques semaines, ont déjà largement dépassé les 5 milliards d’euros. Manifestement, il faut s’attendre à une envolée de démagogie délirante dans les mois qui viennent…

La loi Travail a été une magnifique occasion de résurrection pour cette tendance politique que l’on pensait condamnée à agoniser lentement.

Cette loi mal ficelée, dont personne n’est en mesure de citer une seule disposition servant réellement l’emploi, et dont l’immense majorité des dispositions vont encore alourdir le quotidien des patrons de PME, a été une provocation parfaitement inutile et sur laquelle tout le monde sait que le gouvernement finira par « lâcher » (je veux dire finira par donner tellement de « compensations » à la CGT que la loi pourra bien passer, elle sera pire encore que le programme commun marxiste-léniniste de 1981 !).

François Hollande n’a jamais cessé d’être autre chose qu’un tacticien de parti, expert en motions de synthèse et en coups bas contre des adversaires politiques, mais inapte à toute décision véritablement politique.

Ses stratégies compliquées ont sonné le glas d’une social-démocratie qui tentait timidement de voir le jour depuis une vingtaine d’années.

N’étant pas franchement social-démocrate, je pourrais éclater de rire et passer mon chemin. D’autant que cette résurrection de l’extrême-gauche rend extrêmement complexe la réélection d’un candidat socialiste en 2017 et que ce n’est pas moi qui m’en plaindrais.

Le problème, c’est que l’alliance de la « gauche de gouvernement » avec la gauche radicale et violente continue à aller de soi. Donc, si l’on renforce la gauche radicale, d’une part on renforce la gauche en général ; et, d’autre part, on aggrave encore sa dérive démagogique.

Tout laisse donc à penser que 2017 va être un festival de promesses clientélistes et ruineuses. Or, malheureusement, les dirigeants de droite semblent si incapables de penser par eux-mêmes qu’il y a tout lieu de craindre qu’ils s’engouffrent dans cette brèche de démagogie.

Il faudrait d’urgence – et le centenaire de 1917 serait une superbe occasion pour cela – rappeler ce que fut l’extrême gauche au pouvoir. Le monde a déjà payé assez cher pour le savoir. Inutile de renouveler l’expérience. Le Venezuela « bolivarien », si cher au camarade Mélenchon, crève de faim malgré ses immenses richesses. La Chine, nouvelle « patrie des travailleurs », compte des millions de prisonniers politiques…

Tout ce que l’extrême gauche peut apporter, c’est la ruine, accompagnée de la privation des libertés et de l’assassinat de masse. Merci, M. Hollan­de, de l’avoir ressuscitée pour ce magnifique programme !

Partager cette publication

(2) Commentaires

  • quinctius cincinnatus Répondre

    en tout cas s’ il y en a Un qui S’ est ressuscité, et tout seul, c’ est bien le Nain de Hongrie !

    devant l’ avalanche de meetings du Président des Républicains pas candidat, tout en l’ étant et en l’ étant pas, tout cela aux frais de la princesse , François Fillon vient de lâcher la pire vacherie qui soit :

     » maintenant Nicolas Sarkozy est devant sa CONSCIENCE  »

    autant dire qu’ il est … SEUL ! j’ adore ce genre d’ humour … glacial

    allez à la  » primaire  » , éliminez ce traine-cuir

    08/06/2016 à 21 h 59 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    Hollande c’ est Jésus ?

    prions seulement pour qu’ il ne ressuscite pas en mais 2017 !

    citation :

     » le Venezuela est une source d’ inspiration pour nous et nous saluons la victoire de Maduro  »

    J.-L. Mélanchon *** en 2013

    *** qui pourrait bien damer le pion à Hollande en 2017 si le … Centre catho ne vient pas au secours de l’ Audacieux

    08/06/2016 à 15 h 55 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *