Hollande ou le refus obstiné du réel

Hollande ou le refus obstiné du réel

-


On savait déjà que la plupart des hôtes de l’Élysée perdaient tout contact avec le monde réel en s’installant dans l’ancien palais de la Pompadour (je ne m’habituerai jamais, je crois, à ce que le chef de l’État soit hébergé dans ce qu’il faut bien appeler une garçonnière…). Mais il faut avouer qu’en matière de rupture avec la réalité, François Hollande atteint des sommets.

Il a ainsi répondu à une lettre de la Commission européenne sur le catastrophique budget 2015 : « Nous considérons que nous avons fait ce que nous avions à faire : poursuivre la réduction du déficit structurel, faire 21 mil­liards d’économies, mener des réformes structurelles tout à fait significatives, muscler davanta­ge notre économie avec le pacte de responsabilité. »

Pour l’intégralité des observateurs, il n’a fait aucune réforme structurelle, a creusé le déficit et a porté un coup sévère à l’économie. Mais lui est persuadé du contraire (ou fait mine de l’être, car la vérité n’est pas vraiment sa spécialité).

Il paraît même qu’après avoir divisé le pays comme jamais en temps de paix, il a déclaré dernièrement à Dijon : « Ce que doit rechercher un président de la République, c’est l’unité du pays. ». Soit il se fiche de nous (et cette hypothèse me semble de loin la plus crédible), soit il y croit et, alors, sa place n’est pas à l’Élysée, mais à l’asile.

Il est vrai que le malheureux cumule les handicaps. D’une part, la fonction qu’il occupe par les hasards d’une élection, sans y avoir été le moins du monde préparé, est traditionnellement une fonction qui coupe son titulaire du contact avec la réalité. Et, d’autre part, il est socialiste, c’est-à-dire héritier de ces utopistes rousseauistes qui commençaient leur œuvre de « réforme » par le fameux slogan de Jean-Jacques : « Écartons les faits ; ils n’ont rien à voir à l’affaire ! » Et l’on s’étonne que ces gens cassent tout…

La réalité a cependant le mauvais goût de se rappeler à son bon souvenir. 4 % seulement des Français estiment que François Hollande serait le meilleur candidat du PS pour 2017. Et le très politiquement correct François Bayrou vient de déclarer qu’il doutait que François Hollande puisse même tenir jusqu’en 2017 sans dissoudre l’Assemblée.

Oui, la réalité se rappelle à son bon souvenir. Mais elle se rappelle surtout à notre mauvais souvenir : nous fonçons dans le mur en accélérant. À défaut d’écarter les faits, il serait urgent d’écarter Hollande !

Jean Rouxel

Partager cette publication

(9) Commentaires

  • MC Répondre

    Seulement 4% des Français s’avouent encore prêts à voter François Hollande, ce qui ne l’empêche pas d’afficher son éternel sourire béat.

    Le Président de la gauche divisé conduit la France droit dans le mur. Il achève ce qu’à commencé Nicolas Sarkozy.

    Ils sont tous les deux : partisans d’une immigration incontrôlée, inefficaces à réduire le chômage, inefficaces à réduire le fonctionnariat et inefficaces à réduire les subventions en tous genres.

    Ils vivent dans leur bulle respectives, déconnectés de la vie réelle.

    Le Président pourrait commencer par ne plus habiter à l’Elysée, qui coûte énormément aux contribuables. Il pourrait ne pas remplacer les fonctionnaires qui partent à la retraite = sauf dans les hôpitaux + armée + forces de l’ordre. Il pourrait diviser par deux le nombre de députés et sénateurs, diviser par deux les innombrables subventions accordées à des organismes plus ou moins utiles, etc…

    Mais il ne fera rien d’utile pour la France et son prédécesseur non plus, ils s’y refusent tous les deux.

    Ce sont les deux pires Présidents de la Vème République.

    30/10/2014 à 17 h 57 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    il n ‘ y a pas que Hollande qui  » ait un refus du réel  » l’ ensemble du peuple français aussi , puisqu’ il n’ a pas même la  » curiosité  » d’ aller chercher fringants étalons et nerveuses pouliches ailleurs que dans les abattoirs où les chevaux de réforme attendent d’ être …. réélus !

    30/10/2014 à 14 h 32 min
  • gaymay Répondre

    Pauvres français décadents qui ont voté un sbire de louis XIV !
    suicidez-vous car j’aurai honte d’avoir contribué à installer un incapable perché sur son nuage doré de l’Elysée !

    30/10/2014 à 9 h 01 min
    • philiberte Répondre

      Louis XIV, un incapable? soit vous êtes un ignorant, dans ce cas, il faut revoir votre Histoire de France, soit vous faites partie de ceux qui ont été conditionnés, formatés par l’instruction des Hussards noirs de la République!

      30/10/2014 à 9 h 06 min
    • COLLIGNON Répondre

      Euh, les profs d’histoire : la Pompadour, c’était Louis XV, pas XIV (« quinze, pas quatorze) (je traduis).

      30/10/2014 à 12 h 16 min
      • philiberte Répondre

         » un sbire de louis XIV ! »
        je ne crois pas non plus qu’il ait voulu dire ça! un clône, peut-être? ce à quoi je m’insurge.

        30/10/2014 à 13 h 54 min
        • quinctius cincinnatus Répondre

          un sbire ? c.à d. un homme de main, un porte flingue … mais alors qui est le boss ?

          30/10/2014 à 14 h 40 min
  • Oeildevraicon Répondre

    Mais il faut avouer qu’en matière de rupture avec la réalité, François Hollande atteint des sommets.

    A tel point que pour lui, l’ouverture d’esprit est assimilée à une fracture du crane.

    29/10/2014 à 22 h 57 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      excellent

      30/10/2014 à 16 h 09 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: