Hollande : retour à la maison !

Hollande : retour à la maison !

Les plus mauvaises langues, en particulier celles de la gauche martinienne, s’étaient trompées ! François Hollande se révèle un formidable et irréductible négociateur !

Aux « quatre  coins » de la planète , il aura, durant un mois, rencontré les puissants du monde et ne s’est pas départi de sa cordiale et souriante opiniâtreté . Certes les avancées au G8, G20, Sommet du Mexique, OTAN ne sont pas probantes et ne dérangeront pas, dans les années qui viennent, les nombreux désordres politiques et climatologiques mondiaux. Mais à lire la presse française, en particulier le Monde et quelques autres cousins, on ressent une belle fierté nouvelle et tricolore !

Le point d’orgue de ses succès est le sommet de Bruxelles de cette fin de mois caniculaire. Notre président, que l’on disait pusillanime et paresseux, a fédéré une résistance positive contre Angela Merkel, jusqu’alors retranchée derrière sa ligne Siegfried, et l’a convaincue sur la nécessité de la croissance.

Certes, d’aucuns, rancuniers et partiaux, diront qu’il a repris à son compte des propositions étudiées par la Commission, que 120 milliards (équivalent du déficit budgétaire annuel français, les années passées) pour développer la croissance dans l’Union , c’est une goutte de pastis dans un bock d’eau, que la convergence fiscale se cherchera pour longtemps dans le labyrinthe de « l’exception française ».Ce ne sont que manchettes pour faire vendre la presse conservatrice !

Dans la liesse de son retour triomphal dont l’apogée pourrait être le 14 juillet prochain , les commentateurs vont oublier la décision la plus importante, celle qui va permettre à la Commission européenne de contrôler les budgets nationaux et traquer les mauvais élèves et autres tripoteurs de déficits !

Un double paradoxe marquera ce quinquennat. D’une part, ce nouveau contrôle européen, effectué à priori et débouchant sur quitus (ou non ?) pour les budgets annuels nationaux, s’ajoute aux règles de subsidiarité déjà contraignantes, et va restreindre de manière publique et visible les libertés et fantaisies législatives. D’autre part, un gouvernement n’a jamais bénéficié d’une telle majorité, ce qui lui laisse la porte grande ouverte pour annoncer des décisions, alors même que les députés n’ont pas encore siégé !

Alors, à quoi vont travailler ces deux assemblées pléthoriques : 577 députés + 348 sénateurs, soit 925 parlementaires qui ne feront qu’enregistrer les décisions prises à Matignon (et à Bruxelles)?…

A vénérer le Président ?

Partager cette publication

(3) Commentaires

  • Anonyme Répondre

    "Dans la liesse de son retour triomphal…...."

     

    Comme Chamberlain à son retour de Munich en 1938 où à sa sortie de l’avion, il montre au public enthousiaste le "papier" signé par Monsieur Hitler, papier dans lequel ce dernier s’engage à s’arrêter de déconner !

     

    La même scène ayant eu lieu en France avec Daladier cette fois-ci, il paraît que le Taureau du Vaucluse aurait, à la vue de la foule zélatrice, marmonner dans sa barbe "les cons" !

     

    L’Histoire est souvent beaucoup plus concrète que l’on croit !

    03/07/2012 à 10 h 21 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    <<Alors, à quoi vont travailler ces deux assemblées pléthoriques : 577 députés + 348 sénateurs, soit 925 parlementaires qui ne feront qu’enregistrer les décisions prises à Matignon (et à Bruxelles)?…>>
    Personnellement je pense qu’ils vont déjà toucher leurs émoluments et profiter de leurs multiples avantages. Ce qui remplit déjà le ventre et met du beurre dans les épinards.
    Pour ce qui est du reste on peut s’en foutre comme de sa première chemise, l’essentiel serait qu’ils fichent le moins possible pour casser le moins possible.

    02/07/2012 à 20 h 29 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    moralité habile dans un proche futur :

    quand les prélèvements directs , indirects et même tout à fait arbitraires ( alcool-tests individuels sans valeur légale notons le ) augmenteront  de façon exponentielle ( et même d’avantage si cela est mathématiquement possible ) logiquement la responsabilité n’en reviendra pas aux socialistes  mais à la Commission Européenne qui nous imposerait ( une imposition supplémentaire )  une règle d’or dont " on " ( nous les socialistes ) nous ne voulions pas … à leur décharge avouons que le tandem précédent leur a laissé en héritage une belle ardoise … fini panem et circences mes bons amis puisque en toute logique … on devrait dès à présent s’habituer psychologiquement à l’idée somme toute logique d’un impôt nouveau …  un impôt européen !

    02/07/2012 à 18 h 01 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: