Hommage à la première dame de France

Posté le 11 juin , 2008, 12:00
8 mins

Le Président Sarkozy a vraiment beaucoup de chance ! Entré à l’Élysée en compagnie d’une épouse distinguée, mais peu apte à tenir le rôle qui lui était offert, il dut divorcer peu après, fait insolite et sans précédent qui déchaîna la presse « pipeul ». Mais un heureux destin lui fit rencontrer bientôt la belle Carla Bruni, subtil mélange de culture française et de charme italien, et ce fut, au dire des témoins, un vrai « coup de foudre ».

Jacques Séguéla, récemment convié à Télé-Matin sur FR2, ne cachait pas son émotion en nous contant cette rencontre, survenue le 13 novembre 2007 au cours d’un dîner organisé par lui, et comment il avait vu en quelques heures naître et s’épanouir sous ses yeux un grand amour réciproque. La politique est une immense affaire trop souvent décevante, sinon irritante. N’hésitons pas à la nimber de romantisme quand l’occasion s’en présente. C’est si rare ! Et l’amour fait des miracles, dit-on.

Or, il semble de plus en plus évident que Mme Sarkozy est désormais pour son époux une aide précieuse autant que discrète. Et nul n’ignore qu’un homme ambitieux, au sens constructif du terme, est d’autant plus performant s’il peut s’appuyer sur une compagne aimante capable d’être son inspiratrice et son égérie. Il est alors en mesure de soulever des montagnes et c’est ce que nous devons souhaiter pour la France, car ce sont bien des montagnes qui se dressent devant la volonté réformatrice de Nicolas Sarkozy.

On se souvient du mot de Saint-Exupéry : « Aimer, ce n’est pas se regarder l’un l’autre, c’est regarder ensemble dans la même direction. » (Il est cependant conseillé de faire les deux.) Je crois que la sensibilité et l’intuition féminines peuvent être très précieuses à l’élaboration d’une politique harmonieuse.

Non qu’un homme ne puisse être sensible et intuitif, mais sa volonté de puissance et son désir d’action peuvent parfois prendre excessivement le pas sur d’autres qualités. Il est heureux alors qu’il ait auprès de lui une tendre compagne qui sache le ramener vers un meilleur équilibre. J’ai souvenir à ce propos d’un quatrain qu’aimait à réciter ma chère maman, et dont j’ignore qui en était l’auteur (mais c’était peut-être elle-même) :

La femme est un zéro, c’est
une ombre qui fuit.
Je me garderai bien de combattre
ce thème,
Mais le chiffre orgueilleux, dans maint et maint problème,
Emprunte sa valeur au zéro
qui le suit.

Indépendamment du fait que Mme Sarkozy me fit immédiatement la meilleure impression, je viens d’apprendre qu’une de mes amies, qui fut pendant quelque temps photographe de mode (et réalisatrice d’un magnifique album sur Claudia Schiffer), a très bien connu Carla Bruni lorsqu’elle était mannequin. Et elle ne tarit pas d’éloges sur sa grande gentillesse, sa distinction morale et son sens de l’équité.

Dans un livre qui vient de paraître et intitulé « Carla et Nicolas, la véritable histoire » (Éditions du Moment), Carla Bruni-Sarkozy confie l’admiration qu’elle éprouve envers son époux, dont elle affirme qu’il possède « cinq ou six cerveaux remarquablement irrigués ». (Ah si elle pouvait devenir son septième cerveau ! La symbolique du chiffre sept nous assurerait le jackpot !).
La gente dame Carla veut aider son mari et avoue « J’ai souvent peur pour lui, c’est inimaginable ce qu’il travaille, j’essaie de l’aider à se ménager. » Que le Président soit un bourreau de travail, on s’en serait douté, à voir comment il se démène sur tous les fronts.

Espérons que la première dame de France saura l’amener à mieux canaliser son énergie, à soupeser davantage, à agir moins impatiemment. Tous les Français y gagneront. Mais ils doivent eux aussi apprendre la patience et se garder de jeter le bébé avec l’eau du bain, comme ils n’ont que trop tendance à le faire. Jacques Chirac nous a sottement privés du septennat, qui était la bonne mesure de durée politique à la tête de l’État. Contentons-nous, bon gré mal gré, du quinquennat, mais que les grincheux de droite ou de gauche, du nouveau centre ou des vieilles extrêmes apprennent au moins à compter jusqu’à cinq.

Partager cet article sur Facebook

Recommander cet article sur les sites de syndication d’information :

26 Commentaires sur : Hommage à la première dame de France

  1. IOSA

    19 juin 2008

    Encore un mot ou deux….

    Que faut il choisir entre déclin et décadence ?

    Répondre
  2. IOSA

    18 juin 2008

    Monsieur Lance a parlé…..procédons au vote des commentaires !

    3 en faveur de Madame contre 21.

    La majorité a enfin parlé !

    Madame la femme du président et non Madame la présidente…n’ est que la première Dame de France par le protocole.

    On n’est pas dans une ruche… on n’a pas fait des élections pour élire un roi et une reine.

    Le passé de la dernière femme du président l’a rattrappe, fallait pas avoir un fils avec son beau fils ( celà pose un problème d’éthique et une question pertinente…son fils est il son fils ou le frère du beau fils ? )

    Le passé récent du président bling bling ( sa vulgarité envers ceux a qui il a prété serment de servir et non le contraire) le rattrappe aussi.

    Fallait pas chatouiller les électeurs avec des sujets qui fachent !

    Sinon c’est sans rancune, chacun a le droit de dire ce qu’il pense et même de l’écrire dans une véritable république ( surtout en ce qui concerne les moeurs)…Même de croire à cendrillon !

    Amicalement à tous.

     

    Répondre
  3. François

    17 juin 2008

    Etre honni de Pierre Lance, quel régal! Déçu Mr Lance? L’harmonie universelle n’est pas au rendez vous de votre talentueuse prose. Il va falloir compter avec l’ancien monde encore un moment. Celui qui râpe, celui qui accroche, qui se rebelle un petit peu. Que cela ne vous empêche pas d’égayer nos fins de semaine avec vos savants maudits, chercheurs exclus et écrivains ratés.

    Cordialement,

    Répondre
  4. Pierre LANCE

    17 juin 2008

    Question de crédibilité, Rosanov, je reconnais que vous êtes un expert. Il vous a suffi de trois lignes pour placer la vôtre à 20 degrés sous zéro. Il est vrai que vous êtes en bonne compagnie, avec IOSA, Tskvi, MdM, Gino, François… Quelle superbe cohorte ! Si l’on avait le moindre doute sur le déclin de la France, vos élégants commentaires, Messieurs, suffiraient à la confirmer. Car, de toute évidence, le déclin, c’est vous ! Et comme le dit si pertinemment quelqu’un, “c’est le cul du cul, quoi”. Contrairement à ce que suppose stupidement un autre, je ne suis pas un homme de gauche, même si les hommes de votre droite à vous me donnent parfois envie de vomir. Mais comme disait l’autre, dans ce pays on n’a le choix qu’entre le pire et le plus pire. Merci à Aregundis, à Disciplus Simplex et à Coriolan d’avoir sauvé l’honneur de ce site, au moins pour quelque temps. À Jean-Luc Escoffier, qui nous dit : ” Il n’est certainement pas facile pour un journaliste de trouver un sujet original toutes les semaines.” D’abord je ne suis pas un journaliste, je suis un écrivain, c’est-à-dire quelqu’un qui écrit ce qu’il veut, comme il veut, sur ce qu’il veut et qui se fout complètement de plaire ou de déplaire. (Mais j’ai bien de la chance : presque tout ce que j’écris plaît beaucoup aux gens d’esprit, qu’ils soient d’accord ou non.) Quant à trouver un sujet original chaque semaine, la vraie difficulté pour moi est de n’en trouver qu’un. J’ai toujours beaucoup de mal à choisir entre trois ou quatre qui me viennent à l’esprit. Aussi je m’efforce de varier les sujets, en tenant compte du fait que mes petits camarades de page ont eux aussi du talent pour traiter de l’actualité. Bien cordialement.

    Répondre
  5. IOSA

    15 juin 2008

    A lire certains defenseurs de Madame, il me semblerait qu’ils voteraient non pas pour élire un président, mais bien plus pour les courbes d’une femme…quoique d’après la photo mise en vente, des courbes sensuelles, point j’en ai vu ?

    Et même en me masturbant le cerveau, je la trouve maigre et arriviste comme son mari !

    Là mon commentaire est court mais demeure compréhensible pour tous, car je ne suis pas là pour faire des belles phrases pour démontrer mon érudition comme arumachin.

    Salutations à ceux qui comme moi, sont  "pauvres dans les commentaires" et pour l’autre, faut vraiment s’orienter vers d’autres sites de " premier de la classe ".

    Répondre
  6. stephane

    15 juin 2008

    il a fait 60 millions de cocus pendant sa campagne et il continu non vraiment ca peut plus durer

    Répondre
  7. LULU

    15 juin 2008

    Quelques rectifications : Jacky Kennedy n’était pas française mais avait des aîeux français.
    Le pantalon n’a rien de malsain, c’est le regard qui l’est et qui ne sait pas détailler. Une femme reste une femme quelque soit son accoutrement mais encore faut-il savoir regarder et apprécier.
    Elle a bien raison C. B. S de trouver les Français minables quand on lit votre prose.

    Quelques soient les sentiments qu’elle ressent pour Sarko; elle a au moins l’élégance et l’intelligence qu’une Cécilia n’a pas eu : ni avec Martin, ni avec Sarko. Qui est la vraie p..e moi je pencherai pour Cécilia. Combien va durer la collaboration avec Attias surtout  aux E.U. où elle a été plus qu’impolie vis à vis du président !

    Quant à l’Irlande, avec 3 millions d’habitants, elle met le bazar alors qu’elle mange à tous les râteliers surtout américains.  Qu’ils retournent à leur société  des années 80 et nous fichent la paix.

    Répondre
  8. Guillermo

    15 juin 2008

    @Arégundis,

    puisque vous m’avez fait l’honneur de me lire, de me répondre  et de ne pas avoir pris la mouche même si mes remarques pouvaient paraitre un peu caustiques…..

    Bref je me trouve 100% à l’unisson avec vous d’un coté, et 100% en désaccord d’un autre..

    Désaccord sur Ségolène. Même si je ne la trouve pas moche mais elle me répugne. J’ai un haut le cœur chaque fois que je la vois et plus encore chaque fois que je l’entends. C’est pire parce qu’elle est l’archétype des socialos : c’est la madonne des assistés. Elle se vante de son bon coeur en laissant croire que l’argent sort intégralement de sa poche.  

    Sinon je suis bien d’accord avec vous sur les femmes en général.  On leur a appris à avoir honte d’être des femmes, surtout la génération post soixante-huitarde.  D’accord encore sur le fait que c’est bien les tarlouzes qui font la mode. Ils n’ont de cesse de nous imposer leur fantasme le plus commun : les  femmes doivent toutes ressembler le plus possible à un homme (à un mec plutot), et les hommes doivent ressembler le plus possible à une femme.

    A une époque ce fut la mode des cheveux courts, des poitrines slyle "eau de vichy" et des épaulettes sur les fringues. A cette même époque on vendait des pantalons à pinces pour les hommes pour faire paraitre les hanches plus larges.  Le summum de la connerie fut atteint dans une pub que son géniteur avait expliqué avec une délectation non dissimulée à la TV, pub où les femmes habillées en homme arpentaient le macadam d’un pas matial tandis que les hommes (habillés en femme) révassaient d’on ne sait quoi, se faisaient les ongles et faisaient entre eux leurs petits comérages.

    Bref dans la mode comme ailleurs et plus encore peut-être, les dégénérés font la loi.  Le politiquement correct, inspiré par la gauche qui pue (socialos en tête), contribue à propager leurs idées en se targuant d’être "une force de progres". 

    Chantons avec Aragon : "La tarlouze est l’avenir de l’homme !".

    Bien cordialement.

    Répondre
  9. Aregundis

    15 juin 2008

     

    Frous-frous. A Guillermo.

    Moi, la presse pipole ? Oh, non ! Vous n’y êtes pas du tout, l’ami. Je ne sais même pas à quoi ça ressemble. Mais c’est vrai que je regrette bien le temps des jupes et jupons. Quand les filles ressemblaient à des filles et qu’un éclair de dentelle entrevue nous mettait en émoi. Les femmes d’aujourd’hui, empantalonnées, mal fagotées, empaquetées dans des jeans crades, c’est laid, c’est sans intérêt et pas hygiénique du tout. Nous devons probablement cet accoutrement aux créateurs de mode, pédérastes pour la plupart, qui veulent voir l’homme même dans une silhouette de femme. Nous vivons une époque de grande vulgarité.

    Coup de chapeau à Ségolène. Ses idées sont ses idées, qui ne sont pas les miennes, mais elle, au moins, a su tout au long de la campagne rester joliment féminine. Quel dommage qu’elle soit socialiste !

    Votre image du Titanic n’est pas mal du tout. On sait qu’au moment du naufrage, les classes premières dansaient encore sans savoir la situation. C’est un peu se qui se passe, je vous l’accorde. Le prix du brut flambe, l’économie mondiale s’en trouve menacée. On a le nez sur la jauge. Et l’ami Lance trousse un madrigal à la belle Carla. Eh bien pourquoi pas ?  Je crois savoir qu’il cultive d’autres marottes moins affriolantes dans le genre réhabilitation de gloires obscures de la science et autres professeurs Nimbus tombés dans un injuste oubli. Pourquoi se priverait-il de sujets plus légers, plus consensuels, dans un esprit bien de chez nous ? Quand c’est bien écrit, en plus ?

    Répondre
  10. Rosanov

    14 juin 2008

    @Cariolan,

    une fois pour toute on s’en fout de la femme du président.  On vote pour un président et non un couple.   La femme du président c’est important pour les torches-culs comme "Elle, Paris-Match, VSD, ………….  Ca nous coute plein de fric une femme de président (à part Mme De Gaulle et Mme Mittérerand) et c’est pas le moment. Et c’est pire en période de disette et c’est bien pire encore quand ledit président s’en met plein les fouilles.

    Etre sa femme dans ses conditions relève de la complicité et de la collaboration.  Vois ce qui est arrivé à la femme de Mao, à celle de Louis XVI et à la rutilante Elena femme de Ceausescu.  Y a que Marcos qui a échappé au lynchage avec ses 200 paires de chaussures dans un pays où l’on ne mange pas à faim.  Carla Bruni me parait de la meme famille.

    Quant-à Jacky Kennedy, comme quelqu’un l’a laissé entendre plus haut, c’était la plus célèbre cocue du monde (sauf qu’a l’époque les journaleux avaient pas droit de dire qu’elle était cocue).  Grandeur de la France : on a les titres que l’on mérite. Elle était même bien plus cocue que notre d’Hilary comptemporaire.

    Il faut quand meme voir les vérités en face, surtout aux "4 vérités".  Gardons un peu la tête froide Messieurs(-Dames).

     

    @Simplex,

    on attend donc les tiens commentaires.  Peut-être que tu es trop occupé. Toi qui es si actif tu as juste assez  de temps pour dire que les autres font trop long ou que leur écrits sont nuls et non avenus.

    Répondre
  11. Disciplus Simplex

    14 juin 2008

    Les mecs, si tous autant que vous êtes représentez le Français moyen, Carla Bruni a bien raison de nous trouver minables.
    Affligeant de médiocrité, tous ces commentaires !

    Répondre
  12. sas

    13 juin 2008

    Bien plus important que les putes et les boutiquiers…..

    L IRLANDE A VOTE NON……..rassurant de constater que tous les peuples d ‘europe ne sont pas ramollo du ciboulo…..et pas intoxiqué au football et autre star académie….

    ……vu le fonctionnement de nos ripoubliques européenenes : alors on fait quoi ????

    1) on rerererefait le referendum jusqu’à l obtention forcée de l"adoption du plan des méchants….

    2) un répudit l IRLANDE…….la changeant au passage contre israèl ?????

    ……les gaulois vont peut être enfin comprendre…. que les règles et les lois qui ne concernent que quelques personnes en france et europe ne sont contraignantes que pour ceux qui les respectent…..

    sas qui se marre……et qui va sabler le champagne…..

    ……hallahhhh   clairevoyance des irlandais….

    merci à vous

    sas

    Répondre
  13. Coriolan

    13 juin 2008

    Que de commentaires désagréables ! Que de rancoeurs non appropriées ! Pierre Lance nous parle de la femme de notre Président, celle qui le suit à l’étranger et celle qui, en bonne épouse, l’encourage, le soutient, le dissuade peut-être, aussi… Qu’on soit pour ou contre, la politique de Sarko est une chose, le rôle de sa femme en est une autre ! Ce qui est sûr pour moi, c’est qu’à l’étranger, elle me fait honneur. Elle n’est pas sans faire penser à Jackie Kennedy, autre Française qui fit rêver le monde entier. Mais ce que j’ai trouvé admirable dans l’article de PL, c’est son quatrain ! Je l’ai mis sur mon site : http://www.exodoxe.fr pour m’enquérir du nom de son auteur. A part ça, tout va bien pour moi ! j’ai hâte que le baril soit à 300 $ et qu’on en finisse avec les pays arabes.

    Répondre
  14. EIFF

    13 juin 2008

    Personnellement, je trouve que Carla a un petit air de Michael Jackson après son opération du nez, je préfère encore Rachida la bourge ou Valérie Pécresse, mais bon, espèrons que le contrat de Carla se prolongera après le quinquénat de notre président bling bling; à moins que tout cela ne soit encore qu’une grossière farce pour faire diversion pendant que l’on tente de nous faire avaler de nouvelles couleuvres. Ce qui est sûr, c’est que pendant que Sarko s’éclate avec sa bande de potes, la France continue sa dégringolade, la racaille pullule, les régularisations se multiplient, la pauvreté s’accroit.

    Une bonne nouvelle quand même, la victoire annoncée du peuple souverain irlandais sur cette Europe soviètique de messieurs Kouchner, Barroso et Jouyet ….il ne manque plus que l’élimination de l’équipe africaine du Frankistan à l’Euro et je sens que je vais passer un bon week-end.

    Répondre
  15. Guillermo

    13 juin 2008

    @Aregundis,

    quoi Jacky Kennedy une belle femme ? Enfin à la rigueur, mais elle s’est vite consolée dans les bras d’Onasis.

    Et puisque vous avez l’air de vous régaler de la presse ‘people’, vous pourriez dire aussi que Marilyn Monroe était encore une bien plus belle femme que Jacky, comme Kennedy l’avait fort bien compris d’ailleurs…  Et on le comprend lui-même, hé hé …

    Sinon vous avez raison, pendant que le France-Titanic coule, il est tellement délicieux de s’intéresser aux frous-frous de la femme du capitaine.

     

    Répondre
  16. Aregundis

    12 juin 2008

     

    Bonjour,

    Que voici une belle corbeille d’hommages, comme seuls savent encore en trousser avec élégance les gens de ma génération. Merci Monsieur Lance pour ces fleurs qui dissimulent bien habilement quelques chardons. Mais il semble que votre intention plaisante pour une ode délibérément optimiste à l’amour, ne soit pas bien comprise des intervenants dont les réflexions sont d’une pauvreté navrante. Cependant, il n’est pas exact de présenter le divorce comme un fait sans précédent chez les princes en exercice de pouvoir. La séparation – pour des raisons souvent politiques, fut au contraire fréquente chez nos rois jusqu’à Napoléon inclus. Les ménages ne sont pas plus solides chez les grands que chez les gens de peu. Et rien n’est écrit d’avance. Quant aux pratiques…  Gambetta – et le duc d’Aumale et Clemenceau – trois ennemis politiques – se partagèrent « citoyennement » la même maîtresse, Léonide Leblanc. Et elle lui tira dessus ! Il en mourut d’une septicémie.

    Avec ou sans maîtresse, le métier de président n’est donc pas de tout repos. Sur les 23 recensés, 2 autres périrent assassinés : Sadi Carnot en 1894 et Paul Doumer en 1932. Et Deschanel en 1920 devint fou. Je n’ai pas vérifié le parcours des autres. Notons au passage que jusqu’à une période récente le Français, conservateur en matière de mœurs, n’aurait point élu un divorcé. Cet attachement à l’idée d’un président conforme dans ses manières aux canons classiques s’est vérifié encore récemment. La côte de notre Sarko avait baissé dangereusement suite à des comportements jugés peu orthodoxes. Reste à savoir comment réagira l’électorat profond en 2012 devant une offre de candidature homosexuelle…

    Gardons la mesure des choses. Madame Carla Bruni-Sarkozy – il paraît qu’il faut dire comme ça – mérite certes vos compliments, renforcés des miens. Mais en matière de comportement la belle fut-elle toujours irréprochable ? Wikipedia parle de « papillon », de « croqueuse d’hommes » et cite des faits gênants. Belles litotes en tout cas pour désigner ce qu’autrefois on eut appelé sans excès une Marie-couche-toi-là. Et certes notre doux pays en vu d’autres. A commencer par la dévergondée Isabeau de Bavière épouse du roi fol Charles VI, et qui avait cette excuse. La reine Margot du roi Henri, n’en avait aucune. Il s’en sépara pour l’intrigante Marie de Médicis et ne fut pas mieux loti. Bon sang ne saurait mentir, mais ment parfois heureusement, car son oncle, Henri III, le dernier des Valois, qui le désigna à sa succession était plus sensible aux grâces des Mignons qu’à celles des dames. Le père d’Henry de Navarre n’avait pas, lui, un Bourbon, de ces tentations orientales. Les deux Henri mourront assassinés. Et l’on verra passer tant d’épouses qui ne furent point si sages, tant de maîtresses et de favorites dans les royales alcôves. Toutes ne furent pas de bon conseil, loin s’en faut !

    Il suffit de constater que les choses sont ce qu’elles sont dans le meilleur des mondes possibles comme disait Pangloss à Candide. C’est pourquoi je me garde d’avancer le moindre pronostic sur le vécu présent et l’avenir incertain du couple présidentiel qui ne sera pas un long fleuve tranquille. Le temps des beaux esprits et du libertinage dans le style de la Marquise au comte de Bussy n’est plus. L’époque est à l’ignoble. A la dénonciation. Au mensonge.

    Mais ne boudons pas notre plaisir d’avoir une jolie Première dame comme en Amérique au temps de la belle Jacky – épouse largement bafouée, du reste, par son coureur de mari. Elle ne porta pas son deuil longtemps et succéda à la Callas dans le lit d’Onassis. O temps ! O mœurs ! Les femmes sont belles. Je n’en ai point connu de vertueuses et vertueuse, la politique ne l’est jamais. Carla et Nicolas devront faire très attention. Mais est-ce que l’amour se protège ? Et comment ?

    Répondre
  17. Jean-Luc ESCOFFIER

    12 juin 2008

    Cher Monsieur Lance,

    Des magazines que l’on peut compter par dizaines nous gavent déjà depuis bientôt 1 an jusqu’à l’indigestion en parlant quotidiennement de madame Bruni.

    Est-ce bien le rôle d’une publication qui se veut "anti-bourrage de crânes" d’en ajouter une couche ?

    Il n’est certainement pas facile pour un journaliste de trouver un sujet original toutes les semaines, soit.

    Mais s’il vous en manque un pour un prochain numéro des 4V, faites plutôt un article sur un savant maudit ou un chercheur exclu ; là au moins on goûtera le plaisir de vous lire tout en apprenant quelquechose.

    Bien cordialement.

    Répondre
  18. François

    12 juin 2008

    Pierre Lance aime les contes de fées. Il traîne toujours dans ses papiers un parfum de femme, de bonne fée, éclairé par le rappel à sa Maman, un parfum de libération de la femme, de matriarcat peut-être? Tout ce qui peut s’opposer au vieux monde du patriarcat, il en fait son affaire. En fait, j’ai de plus en plus tendance à penser que P.Lance est un progressiste, un homme de gauche tout simplement, et qui s’ignore.

    Nous savons tous que C.Bruni n’a pas usurpé sa réputation de demi-mondaine et elle pense d’autre part que les français son "minables", voila qui nous promet un beau duo et une profonde et saine "harmonie" pour l’avenir de notre pays. Mr Lance, j’ai longtemps vécu sur la côte d’azur moi aussi et je sais à quel point le soleil peut taper fort parfois, faites donc attention.

    Nous avons en dernier recours tout à gagner à jeter cette ripoublique moisie et toutes ses prétendues élites à la poubelle avant qu’il ne soit trop tard. France, relève-toi!

    Cordialement,

    Répondre
  19. Gino

    12 juin 2008

    Carla Bruni c’est la madone des callaborateurs.

    Répondre
  20. MdM

    12 juin 2008

    Je ne suis pas pour la censure mais il y a quand meme une "erreur de casting" quelque part. En effet on ne vient pas sur les 4V pour lire ce genre d’article. 

    Ceux qui sont intéressées par la coiffure et les bonnes manières de Carla Bruni peuvent trouver tout le papier toiltette qu’ils désirent dans les kiosque à journaux : entre Elle, Voici, VSD, Paris-Match, le Choc, TV-star, etc. ils n’ont que l’embarras du choix. 

    Qu’un journal qui se veut sérieux et critique en soit à s’intéresser aux courbettes d’une pisseuse pour voir comment va notre pays, voilà qui se passe de tout commentaire sur le déclin de la France.

    Non là c’est vraiment la fin !  C’est le cul du cul quoi.

     

     

     

    Répondre
  21. EIFF

    12 juin 2008

    Elysée: quand Sarkozy aime, il ne compte pas

    La présidence bling-bling, ça a un coût !
    Selon un document budgétaire transmis cette semaine à l’Assemblée nationale, les dépenses de l’Elysée ont progressé de 8,4% en 2007 par rapport à 2006, passant de 32,383 millions à 35,111 millions d’euros.

    Cette hausse est trois fois et demie supérieure à celle des dépenses de l’Etat.

    http://fr.altermedia.info/

    Répondre
  22. Tskvi

    11 juin 2008

    Un petit arriviste dont le rêve était d’être président, une grande arriviste dont le rêve était d’épouser un président. Blanc bonnet, bonnet blanc. Un pays aux mains de la plus basse canaille qu’il soit donné d’imaginer.

    Répondre
  23. IOSA

    11 juin 2008

    Procédure de divorce accélérée avec son ex et mariage idem.

    C’est mieux qu’aux temps des rois, où il fallait une procédure de répudation, mais c’est d’autant plus vrai puisqu’il s’agit de lui.

    Lui qui prétendait être "tombé amoureux" en moins de temps  encore ( 3 mois pour son remariage, donc en faisant les comptes…. ca colle pas ! ).

    Au fait ? Combien elle a coûté la chanteuse pour cette pub ?

    Première Dame de France ? Il faut avoir un sacré culot pour le dire…parce que dans les autres pays, les femmes savent se tenir bien mieux qu’elle et ne trainent pas l’image de la France dans de sombres histoires de c..bip..l .

    Bref ! de toutes façon l’ex femme de sarkouille était bel et bien cocue et j’en suis sur que si sarkouille avait voulut se marier avec un homme, personne n’aurait trouvé quoi que se soit à redire.

    Encore un foutage de gueule qui présume largement le déclin de la France.

    Répondre
  24. Florin

    11 juin 2008

    Oui, bon … elle est belle, intelligente – personne ne dira le contraire. Mais sa beauté ne rendra pas l’essence moins chère …

    Répondre
  25. Rosanov

    11 juin 2008

    Au milieu de toutes les qualités (supposées ou réelles, on s’en bat complètement)  de Carla Bruni, il ne faudrait pas quand même pas oublier qui elle a épousé !

    Après ça, toute personne qui vient me la vanter n’a plus aucune crédibilité à mes yeux.

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)