Il est encore temps, Monsieur le Président

Il est encore temps, Monsieur le Président

Pourquoi s’intéresse-t-on à la politique ? Pour deux raisons. D’abord, parce que de la politique dépend le sort de la nation et, par voie de conséquence, celui des citoyens. Ensuite, on s’intéresse à la politique pour connaître le comportement des responsables nationaux qui doit être conforme à l’honnêteté et à la dignité.

S’agissant de la nation, trois problèmes essentiels continuent à se poser : l’invasion des immigrés venant principalement d’Afrique, d’Orient et d’Extrême-Orient, une situation financière calamiteuse et l’insécurité qui ne fait que s’aggraver.
Ayant vécu plusieurs décennies chez les populations du Tiers-monde d’Afrique, d’Orient et d’Extrême-Orient, je suis au regret de dire, par respect de la vérité élémentaire, que les mesures préconisées par Nicolas Sarkozy que Brice Hortefeux est chargé d’appliquer ne seront d’aucun effet. On sait que pénètrent en France, chaque année, quelque 350 000 nouveaux immigrants issus de toute la misère du monde.
On promet d’en expulser 25 000 par an, ce qu’on appelle les « éloignements ». Il en restera 325 000. Pour la seule Algérie, notre ambassadeur à Alger vient de chiffrer à 350 000 le nombre des Algériens clandestins en France et les autres, combien sont-ils ? Le seul moyen d’endiguer les flux migratoires est de supprimer l’assistanat qui est la cause première de l’invasion et, pour commencer, de réduire par deux et immédiatement le nombre des visas.

M. Yves Pigis dans le n° 596 des « 4 Vérités » écrit de façon très pertinente : « Même dans l’hypothèse d’une immigration zéro, les femmes d’origine immigrée récente (françaises ou non) qui représente 15 à 20 % de la population féminine, avec une fécondité double de celle des Françaises de souche européenne, permettront, avant d’avoir atteint la moitié de ce siècle, c’est-à-dire demain pour nos enfants, non pas le métissage qui restera marginal, mais le doublement d’une population allogène et principalement islamisée qui dépassera les 40 % de la population et renversera l’identité française ».

Quant à la dette, elle pourrait, dit-on, connaître un commencement de remboursement en 2009… si la croissance est solidement au rendez-vous, mais on ne commande pas à la croissance, pas plus que l’agriculteur ne commande au soleil. La croissance est tributaire de mille facteurs extérieurs. En attendant, la dette nationale augmente de 15 millions d’euros toutes les deux heures. Les intérêts de cette dette se sont élevés à 39,17 milliards d’euros en 2006 puisés dans la poche du contribuable et en 2007, il faut emprunter 97 milliards d’euros en sollicitant le monde entier. La très sérieuse Cour des Comptes vient de lancer un cri d’alarme, dénonçant la très mauvaise gestion des finances publiques de la France. Alors que va-t-on faire ? Eh bien, on va augmenter les impôts en faisant croire qu’on ne les augmente pas. En réalité, j’ai bien peur, braves gens, petits riches honnêtes et travailleurs, qu’on vous prenne ce qu’il vous reste.

Là aussi, Monsieur le Président, je suis au regret de vous dire que les mesures complexes que vous envisagez ne redresseront ni les finances ni l’économie du pays.

La France a perdu, ces dernières années, 20 % de ses parts de marché dans le monde. Alors, dussai-je me répéter, je vais vous suggérer ceci : prenez les décisions simples et efficaces : supprimez l’ISF, cette invention communiste ubuesque qui est un formidable frein au développement. Fermez l’usine à gaz que sont les 35 heures, en sachant que tous les pays sérieux travaillent 60 à 70 heures par semaine, notamment la Chine. De grâce, Monsieur le Président, débarrassez-nous des oripeaux du socialo-communisme, une législation stupide et contre-productive qui n’existe plus qu’en France.

Pour ce qui est de l’insécurité – au secours ! – désormais, en France, comme dit Alain Juppé, on est à l’abri nulle part. Le nettoyage au karcher n’a pas eu lieu, même pas au plumeau. Sait-on qu’en 2006, la Seine-Saint-Denis a connu 25 assassinats entre gangs africains, dont 12 à Montreuil. Sait-on aussi que le dimanche 17 juin, de grandes émeutes ont eu lieu dans le Val d’Oise, ce qui est grave en soi. Ce qui est plus grave encore, c’est que les pouvoirs publics ont tout fait pour dissimuler ces émeutes, alors que la police les qualifie de véritables guérillas urbaines. C’est Beyrouth qui commence. Le vandalisme se manifeste maintenant dans les localités situées à 100 km à l’est et au sud de Paris où, chaque nuit, les voitures brûlent.

Ce n’est pas tout. Il y a encore un autre problème dont on parle peu, mais qui est fondamental, celui de l’éducation. Depuis des années, on distribue le bac à 80 % des candidats, en moyenne. Le niveau de formation intellectuelle baisse fortement. Le chômage ne pourra alors qu’augmenter malgré les efforts des instituts de la statistique officielle.

Dans un tel contexte, tout ce qui a de la valeur en France se délocalisera, non seulement les fortunes mais aussi les cerveaux de qualité.
Pour terminer, je vais vous dire la vérité, Monsieur le Président. Vous avez hérité d’une situation désastreuse due à l’incompétence et surtout à la démagogie des deux politiciens qui vous ont précédés et qui ont fait dérailler le train « France ». Malgré toute votre bonne volonté, je doute que vous trouviez les appareils de levage pour le remettre sur les rails, sauf à mettre en vigueur les solutions que je viens de citer. N’ayez pas peur. N’ayez pas peur de ceux qui braillent, les derniers bolcheviks, les partisans archaïques d’un système socialo-démocrate de redistribution et d’étatisme qui, partout a échoué. N’ayez pas peur des super-bonimenteurs de la justice sociale. Laissez-les braire et agissez. Pas de demi-mesures, sinon vous allez rapidement perdre vos amis et renforcer vos adversaires et vous finirez en Chirac n° 2. n

Christian Lambert
Ancien Ambassadeur de France

Partager cette publication

(11) Commentaires

  • Anonyme Répondre

    Action-Reaction, elle est un peu courte votre diatribe sur les Rois, mais de toutes les facons, ce ne sont pas les hommes, empereurs, princes ou presidents qui font la difference, ce sont LES VALEURS qu’ils peuvent inspirer et les possibilités de depassement individuel qui permettent a l’homme, eventuellement, de se grandir et d’etre noble.
    Pas vraiment la mode, chez nous, depuis, disons 81 (ou 68 si vous voulez, ou meme 36).
    Sans valeurs et sans spiritualité, avec le seul interet des biens materiel, c’est desequilibré, et on va au casse gueule.
    Il n’y a plus qu’a attendre pour voir combien de temps il nous faudra pour comprendre ca.
    Best,
    Mancney

    05/07/2007 à 0 h 24 min
  • Action-Réaction Répondre

    La démocratie est le meilleur système qu’à trouvé la canaille pour s’auto-alimenter et se protéger des dirigeants de valeur . Dans une société où la surinformation entraîne la désinformation, où la forme et la démagogie ont supplanté le fond et la vérité, comment peut-on espérer un seul instant que de la "masse" des votants (et je m’inclus humblement dedans) surgira l’étincelle de sagesse qui conduira aux bons choix électoraux?

    La France a connu de nombreux Rois de France vertueux et dignes. Ils n’ont jamais été choisi par le peuple.

    Le régime démocratique nous a donné des présidents qui, hormis peut-être de Gaulle (sous certains aspects seulement, et justement, il était le plus monarchiste des présidents républicains), déçoivent de plus en plus le peuple qui… les a pourtant élus.

    Cherchez l’erreur.

     

    02/07/2007 à 22 h 55 min
  • Arthur Gohin Répondre

    Je donne raison à M. Lambert, et pour moi La passivité de Sarkösy est étonnante. Certains ont un amour immodéré du pouvoir,mais lui l’a… et ne l’utilise pas. Je pense que ce politicien est encore plus cynique que ce que nous avons connu.

    01/07/2007 à 22 h 11 min
  • olivier Répondre

    Certes, M. l’ambassadeur, on ne saurait mieux dire, mais croyez-vous vraiment que cet appel sera efficace ? Qu’avez vous fait pour vous y opposer ? Il faut bien comprendre que Sarkozy est un homme du système, où il a fait toute sa carrière, et dont il a servi les intérêts. Croire qu’il va faire une autre politique que celle qui a été mené jusqu’içi, et à laquelle il a d’ailleurs contribué au premier chef, est tout à illusoire. Le fait qu’il ait nommé des ministres socialistes alors qu’il n’avait aucune nécessité politique de le faire, est tout à fait révélateur. Ses premières reculades (sur le contrat unique CDD/CDI, sur les universités, par exemple) et ses premières trahisons (le traité européen qui met en application sous un autre nom la quasi intégralité de la constitution européenne  rejetée en mai 2005 par référendum) seront suivies de bien d’autres. Mais au fond, pourquoi le lui reprocher ? Les français ont élu le chef du parti majoritaire à l’assemblée depuis 5 ans, c’est donc logiquement qu’ils approuvaient l’action de ce parti. Il ne faudra pas venir pleurnicher sur la continuation de l’immigration et la baisse du niveau de vie (TVA à 25% en 2009, merci Sarkozy !).
    S’agissant de l’immigration, j’ai déjà expliqué sur ce forum qu’il relève d’une politique mondialiste visant à créer une entité politique, économique, culturelle et éthnique mondiale unifiée et fusionnée. L’immigration n’est en rien un phénomène subit sans l’avoir voulu par les gouvernements européens, c’est au contraire quelque chose d’organisé délibérément. Ils font certes semblant de vouloir s’y opposer, histoire de faire patienter les imbéciles qui composent 90% de la population, tout en la faisant continuer. Ca fait 30 ans que ça dure, et malheureusement l’objectif de destruction de la nation par changement de sa composition ethnique (qui est une composante essentielle d’une nation) sera achevé dans moins de 50 ans si on continue à ce rythme.
    Je ne me fais strictement aucune illusion  : dans 5 ans, les français se contenteront de voter socialiste à titre "d’alternance" pour que ça continue comme avant.
    LA STUPIDITE N’EST PAS UNE EXCUSE.

    30/06/2007 à 22 h 04 min
  • Jean-Claude THIALET Répondre

    30/06/07    – "Les 4-Vérités"

    Que Christian LAMBERT veuille bien me pardonner. Dans mon précédent "post" (non publié au moment où je tape ces lignes), j’ai oublié, en abordant la question des "35-Heures", que cela faisait aussi partie – avec l’iSF –  de son souhait de voir supprimer cette loi.

    J’en profite pour relever que, outre les effets médiatiques, selon le mot de Bruno GOLLNISCH,  Nicolas SARKÖZY pratique en réalité "LA POLITIQUE DE L’APPARENCE", du "paraître" si l’on préférère. Il en cite deux exemples parmi quelques autres :

         – la "déductibiluté fiscale" des intérêts sur les prêts destinés à l’achat d’une habitation principale. Certes, on a parlé de prêts à hauteur de 37.500 euros. Mais, en étudiant de près le texte on s’aperçoit que la déduction sera plafonnée à 20 % de cette somme, soit 750 euros par an, et pendant seulement 5 ans (1). Résultat : les bénéficiaires de cette mesure sont TOUS déçus car on leur avait laissé entendre qu’elle serait beaucoup plus avantageuse. Ce qui n’empêchera pas la  gauchunie, les syndicats et les Assoces de continuer à prétendre que "CE" Gouvernement ne s’intéresse qu’aux riches. Lesquels, on en conviendra, n’en sont pas à 750,oo de déduction fiscale près. Même multipliés par cinq !

        – le G8. On le sait, Nicolas SARKÖZY, avec son super-ministère de l’Ecologie (imposé aux candidats gouvernementaux par Nicolas HULOT) nous bassine les oreilles avec les effets de serre. Depuis son retour du G8, il veut nous faire croire qu’il a obtenu desautres chefs d’Etat ou de Gouvernement, des objectifs en matière de réduction de gaz à effet de serre. En y regardant de près, on s’aperçoit qu’en réalité ces "objectifs" n’ont pas été chiffrés. Et que, puisqu’objectifs il y a, ceux-ci sont à l’horizon … 2.050. Et ce qu’ont promis les partenaires du nouveau président élu (en guise de jouyeux avènement ?), c’est "d’y réfléchir". Qu’en pense Pierre LANCE qui, récemment, m’avait paru croire à ce "super ministère de l’Ecologie".

    Ma conclusion : je crains que Nicolas SARKÖZY ne soit au mieux qu’ un excellent joueur de flûte, de pipeau, diraient certains… Et cela me rappelle fâcheusement  un conte où je vois tous les électeurs/électrices qui lui ont fait confiance disparaître avec lui (en capitaine courageux qu’il est sans doute) dans les flots à bord du "FRANCE TITANIC".

      Bon dimanche, cordialement, Jean-Claude THIALET

    (1) RAPPEL : dans les années 70, les intérêts déductibles duraient DEUX FOIS PLUS LONGTEMPS. Où est la "rupture" ? où est le progrès ? On marche à reculons dans ce pays !

    Post-scriptum. Pour les innoncent(e)s qui s’imaginent qu’avec une  "Droite" largement majoritaire, la politique du Gouvernement SARKÖZY/FILLON en matière d’immigration va améliorer les choses, je citerai ce propos récent  de Bernard KOUCHNER, le 28 juin à BAMAKO. Paraphrasant Michel ROCARD, le Ministre des Affaires Etrangères, sans se soucier des problèmes de la FRANCE a dit : "ON NE PEUT ACCUEILLIR TOUTE LA MISERE DU MONDE, MAIS LA FRANCE DOIT EN PRENDRE PLUS QUE LES AUTRES SA PART."(2) Comme eût dit feue Geneviève TABOUIS qui sévissant naguère tous les dimanche soir sur Radio-Luxembourg, attendez-vous à ce que demain la FRANCE accueille TOUTE LA MISERE DU MONDE dont ne veulent plus les autres pays de l’UNION EUROPEENNE. Question : est-ce cela qu’ont voulu tous les gogos qui ont donné la majorité à Nicolas SARKÖZY ?

    (2) je ne sais pas si cela est lié, mais, au moment où je tape ces lignes, j’entends sur RTL que Michel ROCARD vient de faire une crise cardiaque alors qu’il se trouvait en Grèce. Lui qui avait eu l’honnêteté de se limiter à dire "LA FRANCE NE PEUT ACCUEILLIR TOUTE LA MISERE DU MONDE !" Alors que feu son "patron", prétendait que l’immigration est une chance pour la France ! Je pense, que, prompt à se pencher sur toutes les "misères" qui frappent ses compatriotes, Nicolas SARKÖZU va se fendre d’un message de compassion à l’ancien premier ministre. A moins que François FILLON qui semble vouloir se faire oublier depuis la péripétie du "FALCON" ne s’en charge …

    30/06/2007 à 17 h 21 min
  • Jean-Claude THIALET Répondre

    30/06/07    – "Les 4-Vérités"

    Souhaitons que   – comme le laisse entendre le titre(1) de l’article de Christian LAMBERT  –  il soit encore temps. Non pas pour Nicolas SARKÖZY, mais pour la FRANCE elle-même puisque c’est du nouveau président élu que dépend le sort du pays.

    Je crains que le huitième président de la Vème République, ne se soit pas donné les moyens de la véritable "rupture", du véritable véritable électro-choc dont la FRANCE a besoin. Etant  l’homme du "paraître", il a voulu faire croire que la "rupture" consistait d’abord à adopter un nouveau ton, celui de l’apparente franchise.(2), et ensuite à ouvrir largement les portes de "son" Gouvernement à des gens de gauche. D’une gauche vis-à-vis de laquelle, tout au long de sa campagne, il avait fait semblant de prendre du champ dans tous les domaines. Et ce ne sont pas Bernard KOUCHNER, Rachida DATI, et encore moins Fadela AMARA (3), tous trois englués dans leurs convictions de gauche, et même "gauchistes", qui  permettront la "rupture" annoncée à grand bruit.

    Outre que la vraie "rupture" avec la "classe politique gouvernementale" eût consisté à faire appel non à des gens qui y appartiennent, mais bien plutôt à des personnalités extérieures, par exemple, à des éléments de la Droite Nationale, la vraie "rupture", celle que les électeurs/électrices qui ont fait confiance à Nicolas SARKÖZY – ceux, particulièrement, qui ont déserté leur "camp" habituel – eût été de rompre avec tous les errements qui ont mis le "FRANCE TITANIC" au bord du naufrage. Deux ou trois mesures qui ne nécessitaient pas la mise en chantier longue et compliquée que demande la "TVA SOCIALE" pouvaient être révélatrices de cette volonté de "rupture" :

          – l’abrogation de la loi sur les "35-Heures" qu’une large partie de la classe politique (y compris chez les socialistes !) juge désastreuse et à laquelle on se garde bien de toucher, comme si elle était devenue tabou.

           –  l’abrogation de la Loi dite du "REGROUPEMENT FAMILIAL" et la suppression de toutes les aides dont bénéficient de facto TOUS les immigrés, y compris les prétendus "clandestins". Des mesures  qui auraient montré aux candidats à l’immigration que la FRANCE entendait mettre fin à l’appel d’air qui nous submerge et fait que la FRANCE est désormais incapable d’assurer les soins, le logement, et l’emploi à ses habitants, autochtones comme allochtones. Sans parler de sa sécurité !

           – le rétablissement de la "DOUBLE PEINE" (dont il me paraît bon de rappeler qu’elle avait été abrogée par  un ministre de l’Intérieur nommé SARKÖZY !) qui avait le mérite, quand elle était appliquée (au compte-goutte !) de nous débarrasser de tous les multirécidivistes dont nos prisons ne savent que faire (quand on les y met !)(4), et qui ne craignent qu’une sanction : être obligés de quitter le "paradis" pour retourner dans "l’enfer" qu’eux-mêmes ou leurs parents ont tout fait pour quitter. Le paradoxe étant que, sur ordre de son véritable "patron", Nicolas SARKÖZY, Rachida DATI concocte une loi qui permettrait d’incarcéréer plus facilement les mineurs récidivistes ! Sans se soucier de savoir où les "loger" !

            – la suppression   – comme le suggère lui-même l’ambassadeur LAMBERT –  du calamiteux ISF(5) ! Lequel, outre qu’il coûte plus cher à percevoir qu’il ne rapporte, a des effets secondaires dont on ne peut chiffrer le coût en faisant fuir TOUS LES CREATEURS DE RICHESSES qui, non seulement investissaient en FRANCE, mais y dépensaient une partie de leurs revenus! Voilà sans doute le véritable électrochoc qu’attendent les FRANCAIS, tous les FRANCAIS. Et qui aurait le mérite de ne pas toucher aux fameux AVANTAGES ACQUIS ! Cette abrogation montrerait que la "chasse aux riches"’ est terminée en FRANCE. Et que l’heure est venue pour toutes et tous non plus de convoiter la richesse des autres, celle acquise par le travail, la créativité, le génie, etc. mais de se la constituer soi-même, par ses propres mérites  – et non plus en attendant, voire même en exigeant – la manne étatique. Quelle "rupture", que dis-je ? quelle ravolution ?

    Voilà quelques véritables mesures qui auraient marqué la "rupture" au plan intérieur. Au plan extérieur, au lieu d’aller quémander d’un Tony BLAIR finissant ou de jumeaux polonais (après le fameux plombier de 2005 !) la mise en chantier d’un "nouveau Traité" qui ne satisfait aucun de ses partenaires à Bruxelles, et inquiète toutes les opinions publiques, la véritable "rupture" eût consisté à demander à nos partenaires (au moins les "historiques" !) de remettre TOUT sur la table, de repartir du TRAITE de ROME, de revenir aux sources …

    Je ne sais pas s’il est encore temps pour "Monsieur le Président". Même si je veux encore espérer, je crains qu’il ne soit trop tard. Pour avoir voulu prendre le TGV (rappel : son premier Ministre, lui, avait utilisé un FALCON pour aller attendre plus vite le TGV-EST à METZ !) au lieu de se contenter d’un tortillard qui lui aurait permis non de brûler les étapes des diverses réformes, mais de mûrir ses réflexions, pour avoir voulu faire passer une "RUPTURE-BIDON" et des "mesurettes’" pour de vraies réformes, Nicolas SARKÖZY est en train de nous montrer qu’il est déjà trop tard. Mais comme il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas lorsqu’ils constatent leur erreur; et qu’il est loin d’être un imbécile, accordons lui un sursis.   S’il est encore temps … WAIT AND HOPE ! 

         Bon dimanche, cordialement, Jean-Claude THIALET

    (1) "Il est encore temps, Monsieur le Président !"

    (2) une "franchise" jamais suivie d’actions. On l’a vu avec les "voyous" dont il voulait débarrasser les "banlieues" en utilisant du "kärcher" : les voyous continuent de plus belle  à imposer leur loi, à caillasser la police, à incendier les autos (le nombre en a doublé en quelques mois), à brutaliser, à piller, etc.

    (3) à propos de Fadela AMARA, il faut savoir que les parents de Sohane BENZIANE, la malheureuse qui avait été brûlée vive le 2 avril 2002 dans une cave de VITRY sur SEINE et dont le martyre avait été à l’origine de la constitution  de ‘"NI PUTES, NI SOUMISES", ont été totalement ignorés par cette Association, comme l’a révélé récemmment la soeur de la victime. Quand on sait que Fadela AMARA a fait toute sa carrière… jusqu’au maroquin grâce à et par "NI PUTES, NI SOUMISES !"… Elle aussi, à sa façon, semble pratiquer la "rupture" : la rupture avec les familles des victimes qu’elle est sensée défendre !

    (4) un récent reportage télévisé dans je ne sais plus quelle prison du Nord de la France a montré un établissement qui est obligé d’accueilir  DEUX FOIS PLUS DE PRISIONNIERS qu’il ne peut en héberger. Les prisionniers s’entassent par terre, sur des matelas de fortune !

    (5) impôt dont je rappelle que Jacques MYARD, le député-maire de MAISONS-LAFFITTES (récemment réélu) avait dit "LA SEULE REFORME QUI S’IMPOSE, C’EST SA SUPPRESSION !". J’attends encore que cet honorable parlementaire ait le courage de déposer un projet de loi à ce effet !

    30/06/2007 à 16 h 06 min
  • Jacques Duval Répondre

    Très bien écrit : Vous dites tout haut ce que les Français pensent tout bas. Le grand problème est que nos compatriotes ne sont plus mobilisés pour se gérer eux mêmes.

    Nous sommes envahis par des étrangers qui nous préparent un futur LIBAN en déstabilisant notre Démocratie.

    Si notre Président ne prend pas les mesures nécessaires pour endiguer l’invasion des gens qui n’ont rien à faire chez nous, nous courons à la catastrophe.

     

    30/06/2007 à 11 h 05 min
  • Anonyme Répondre

    Pourquoi voulez vous que la politique menée depuis 30 ans change.On a toujours les même au gouvernement et de plus maintenant ils sont mélangés .Malheureusement pour nous ils risquent de faire des petits.Avec le roi des bon à rien comme kouchner(défenseurs de l’immigration et des immigrés,,des représentantes de cette catégorie,croyez vous que MOI-JE 1er va mettre le KARCHER(et non le kouchner) en route,mais non trop egocentrique le petit qui veut nous faire croire qu’il a donné un coup de semonce aux E.U et aux russes .Il n’y a que les journaleux et les fayots pour faire semblant de le croire.Il me semble que l’ESPAGNE avait mis 700 ans à les renvoyer dans leurs pays?Et ben mon pote on y est pas encore! Bon courage a notre descendance . Quand on voit l’ambition des actuels ministres,ont ils l’air de vouloir contrarier leur MAÎSTRE. Mais on voit bien que leurs poches ne sont pas cousues On aura encore de bien belles charges à payer.À commencer par la TVA socialo

    30/06/2007 à 11 h 03 min
  • Bernard Dubois Répondre

      Sarko ne fera rien pour réformer,

    …. car il pense exactement le contraire de vous, M. Lambert.

    Si on savait lire entre les lignes, ce qui ne demandait qu’un minimum d’esprit critique, on pouvait percevoir cela dans son programme politique qui ne proposait que des réformes en trompe l’œil et qui poursuivait en fait clairement la politique immigrationniste, anti-française, socialo-marxiste, euromondialiste et anti-chrétienne (socialo-chiraquienne pour résumer) qui l’a précédé.

    Bravo pour votre lucidité tout de même, mais aussi longtemps qu’il n’y aura pas d’opposition affirmée et influente et surtout l’alternance politique, vous ne pourrez que constater la décadence française et le remplacement de population organisés par le milieu politique au pouvoir. En effet, toujours malgré les apparences, il n’y a de différences fondamentales entre l’UMP et le PS. Le mot de "droite" pour désigner l’UMP participe d’ailleurs de ce conditionnement.

    Au fait, avez-vous remarquez que vous avez un gouvernement sarkoziste … UMP-PS, les deux seuls partis qui ont le droit de s’exprimer dans les médias ?

    30/06/2007 à 10 h 32 min
  • Luc SEMBOUR Répondre

    M. LAMBERT a raison. Je crois que malheureusemnt SARKOZY va énormément décevoir car il gaspille son état de grâce dans des mesures qui vont dans le bon sens, mais beaucoup trop timides.

    Il a pris des ministres de gauche ou de l’ancienne fausse droite qui n’osent pas agir ou ne savent pas concevoir d’action efficace décisive. Ils se perdent dans des opérations cosmétiques, des coupages de cheveux en quatre, alors que l’urgence impose la tronçonneuse et que c’est maintenant seulement qu’elle sera utilisable. Au 30 juin 2007, on voit que DATI, DARCOS, PECRESSE ont déjà jeté l’éponge devant les vrais problèmes.

    Luc SEMBOUR

    30/06/2007 à 3 h 55 min
  • Anonyme Répondre

    Tiens, en voila un qui a compris.. Thanks, monsieur l’ambassadeur, vous avez tout juste,
    Best,
    Mancney

    29/06/2007 à 23 h 46 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *