Ile de France : les Verts nient leur cogestion

Ile de France : les Verts nient leur cogestion

Cécile Duflot, tête de liste pour les Verts en Ile de France attaque le bilan de Jean-Paul Huchon, alors que les Verts on cogérés la région avec les socialistes. En effet, depuis la première élection de Jean-Paul Huchon à la tête de la région Ile de France en 1998, les Verts appartiennent à la majorité et disposent de postes clés dans l’exécutif.

Francine Bavay est ainsi vice-présidente chargée du développement social, de l’économie Solidaire, de la santé
et du handica
p et Michel Vampouille vice-président chargé de  chargé de l’environnement, du développement durable et de l’éco Région ! Cela n’empêche pas la candidate verte de se désolidariser du bilan des 11 années
socialo-vertes-communistes. Il est vrai que le bilan est bien maigre en ce qui concerne le développement durable : peu d’investissements dans les
transports, faible déploiement de matériels roulants et un programme de développement adopté au dernier moment comme pour effacer des années d’inaction…


Il est évident que les Franciliens, notamment ceux qui doivent emprunter chaque jour la ligne 13 ou le RER A n’ont pas vu de grands changements depuis que le Président Huchon est aussi président du Syndicat des Transports d’Ile de France… à part de grands panneaux publicitaires sur les
quais des gares, vantant les réalisations ( ?) de la région !


L’Ile de France est également à la traîne en ce qui concerne le développement des énergies renouvelables ainsi que la qualité de l’air. C’est la dernière région à ne pas avoir adopté un plan
climat d’économie d’énergie, comme le souligne Valérie Pécresse.

Face à ce bilan catastrophique, Cécile Duflot oublie de façon éhontée que les
Verts ont eu tous les postes qu’ils demandaient dans l’équipe Huchon et sont donc responsables avec lui
de son piètre bilan.

Dans une région boboïsée dans laquelle Europe Ecologie est arrivée devant le PS aux élections européennes, les Verts ont
tout intérêt à se démarquer de leur allié traditionnel. Cécile Duflot pense même qu’elle peut rééditer la performance et arriver devant Jean-Paul Huchon. C’est sans doute oublier un peu vite la notoriété du sortant, toujours importante dans une élection, surtout que Cécile Duflot n’est pas Daniel Cohn-Bendit

La première erreur stratégique des Verts ayant été d’avoir rejeté la main tendue du Modem qui aurait pu
leur apporter les quelques pourcents qui risquent de leur manquer pour passer devant les socialistes. De là à penser que les Verts ont retrouvé le
sectarisme fondamental de leur culture, oubliant les leçons de souplesse que leur donne Daniel Cohn-Bendit

Partager cette publication


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: