Illusoire « victoire » pour l’UMP

Posté le avril 08, 2015, 2:19
6 mins

Le 22 mars, au soir du 1er tour, il y a eu comme un soulagement de la droite à la gauche : le FN n’était plus le 1er parti de France, comme lors des élections européennes de 2014.

Pourtant, en regardant sur le site officiel du gouvernement, on trouvait les chiffres suivants : PS : 13,30 %, UMP : 6,58 %, UDI : 1,29 %, Union de la droite : 20,88 %, FN : 25,24 %… Beaucoup d’autres étaient restés près des starting-blocks : Front de Gauche : 4,72 %, PC : 1,32 %, EELV : 2,03 %…

Les voix tonitruantes des donneurs de leçons patentés n’ont donc pas rapporté beaucoup de voix dans les urnes…

C’est donc bien le FN qui s’est placé en tête et l’UMP ne l’a dépassé que parce qu’elle était alliée avec le centre. Mariage pas toujours annoncé, comme j’ai pu le constater dans mon département où les binômes se présentaient dans tous les cantons sous l’étiquette « candidats de la majorité départementale » et non sous l’étiquette UMP ou UDI. Ces candidats auraient-ils honte de leurs partis ?

Le 29 mars, malgré les quelques légers sursauts d’un front républicain de moins en moins opérant, les résultats ont confirmé la tendance du 1er tour.

Nicolas Sarkozy a eu, pour une fois, le « triomphe » plutôt modeste, car il sait bien que sa victoire est tout à fait relative. Sans son rapprochement avec l’UDI principalement, il n’aurait pas gagné. D’autre part, il ne lui était pas difficile de dépasser le PS agonisant. Il ne devra pas oublier qu’à « combattre sans péril, on triomphe sans gloire ».

Retenons que son slogan « Voter FN, c’est voter PS » était mensonger, car, malgré son bon score, le FN n’a en rien favorisé le PS, qui n’a fait que reculer depuis 3 ans.

Manuel Valls, quant à lui, a eu la défaite plutôt « immodeste » en refusant toute autocritique. Et, comme il ne manque pas de culot, lui, le champion de l’impatience demande pour la gauche de la « patience » !

Et le voilà maintenant qui nous parle de baisse d’impôts, d’incitation à l’embauche… Comme si nous étions prêts à le croire !

Il appelle à un rassemblement de la gauche, en lorgnant du côté des écolos, dont on se souvient pourtant de l’échec récent au gouvernement. Le Premier ministre oublie qu’il a lui-même contribué à diviser son camp depuis un an qu’il se sent déjà le chef suprême du pays. Pas sûr, en tout cas, que le remariage qu’il semble convoiter soit accepté par Cécile Duflot qui vient de déclarer : « Le logiciel de Manuel Valls est périmé. » Elle n’a pas complètement tort, puisque Manuel Valls nous mène droit à la catastrophe, tout en affirmant avec autorité qu’il veut rester à la barre avec un cap inchangé !

Et certains s’étonneront encore que les électeurs éprouvent de la défiance envers les partis politiques, surtout envers le PS actuellement, comme hier envers l’UMP ! C’est donc de plus en plus désabusés que les électeurs tournent le dos aux partis traditionnels et qu’ils votent pour le FN.

On aurait donc tort de minorer le succès de ce dernier. Ses résultats devraient être pris en compte pour comprendre les aspirations des Français qui demandent par ce vote une vraie politique de droite.

Hélas, beaucoup savent bien qu’ils ne seront pas entendus demain mieux qu’hier, si Nicolas Sarkozy revient au pouvoir. Car le prétendu vainqueur des départementales a beau insister sur certains points qui les préoccupent fortement comme l’emploi, l’assistanat, la sécurité, l’immigration, la laïcité (façon édulcorée de parler de l’islamisation…), son alliance au centre, on le sait à l’avance, ne lui donnera pas le pouvoir de réaliser une politique de droite pourtant souhaitée par une majorité de Français.

Il a beau dire aux nouveaux élus de son camp qu’ils ne doivent pas promettre plus qu’ils ne peuvent tenir, il a du mal à être crédible, lui qui nous avait promis en 2007 tout ce qu’il nous promet maintenant. On l’a vu à l’œu­vre : élu sur un programme de droite, il s’est empressé de virer vers la gauche. Et c’est à cause de lui que nous avons « gagné » François Hollande en 2012 !

L’UMP vainqueur ? Tout au plus une amère victoire, toute dans l’illusion ! Et une perte de confiance grandissante pour les politiciens accusés de mener tous la même politique, au service de leurs propres intérêts !

Françoise Moulin-Lerat

3 réponses à l'article : Illusoire « victoire » pour l’UMP

  1. bubu

    09/04/2015

    il faut arriver à une proportionnelle pour toutes les élections et passer à une démocratie participative le plus rapidement possible
    il en va de l’avenir de la France

    Répondre
  2. Marquette

    08/04/2015

    Le Centre a toujours été le « marais »….
    Qu’on le lâche, il y aura un sursaut. Greg

    Répondre
  3. De Soyer

    08/04/2015

    A quand l’UMPN ou le FNUMP?

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)