Inéluctable immigration familiale et transferts de fonds

Inéluctable immigration familiale et transferts de fonds

Comme l’explique Jean-Paul Gourévitch, passé un certain seuil, l’immigration devient inéluctablement familiale : l’immigrant ne rievient plus au pays et limite les transferts de fonds pour faire venir sa famille sur place et la loger ou l’entretenir décemment.

en réalité, la stratégie est différenciée selon les membres de la famille : l’immigrant fait venir auprès de lui ceux et celles qui peuvent espérer obtenir un travail ou au moins profiter des systèmes sociaux. Il peut avoir intérêt à maintenir « au pays » sa mère ou d’autres membres féminins de la famille qui assureront un lien suffisant pour trouver des jeunes femmes à épouser. Le coût de la vie et du logement étant moins élevé dans les pays d’émigration, l’envoi régulier d’une somme depuis la France suffit à l’émigré pour s’assurer un lien fort « au pays » au lieu de supporter les coûts induits par le logement d’une famille élargie en France, notamment dans les régions urbaines.

Il y a donc à la fois immigration familiale qui déstabilise la démographie française, le marché de l’emploi, mais aussi le système social et transfert d’argent vers les pays d’origine. Les files d’attentes dans les bureaux de poste tous les vendredi pour le guichet de transferts internationaux de fonds prouvent assez cette réalité…

Partager cette publication

(1) Commentaire

  • Feynaud Répondre

    Suite à ce commentaire qui démontre bien les actes de ces individus, nous venons d’apprendre que la famille Ben Ali de Tunis a pris à son compte l’immigration familiale puisqu’elle a rejoint l’Arabie avec 1 tonne et demie d’or, ce qui représente quelques journées de travail de leurs frères provoquant ainsi du chomage et de la faim pour les petites gens.

    17/01/2011 à 13 h 33 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: