Interview imaginaire de la première secrétaire du PS

Interview imaginaire de la première secrétaire du PS

Question : Madame la Première secrétaire du parti, on m’assure que vous serez la présidente de la République française en 2012. Quelle sera alors la première décision que vous prendrez ?

Je doublerai le nombre des fonctionnaires. De toute évidence, ils ne sont pas assez nombreux. Ainsi, les fonctionnaires de l’Éducation nationale passeront de 1,2 million à 2,4 millions. Il sera alors possible de mettre 4 surveillants par classe, en particulier dans les banlieues de la « diversité ». Mais pas n’importe lesquels : 1,80 m, 90 kg et cham­pions de karaté. Vous voyez, je suis réaliste. Il convient aussi de doubler le nombre des policiers qui devront dans les quartiers de la « diversité » enseigner aux « jeunes », les vertus républicaines et les valeurs citoyennes, et leur apprendre avec un savoir-faire social à ne pas vendre de la drogue à tous les coins de rue et à ne pas s’entre-tuer à la machette africaine et au poignard oriental.

Question : Ce que vous dites là est tout à fait rassurant car, dans les banlieues de la « diversité », 6 000 policiers ont été blessés et 24 tués en 2009. Des tonnes et des tonnes de cannabis ont été saisies, ainsi que des centaines de kilos de cocaïne. C’est l’impuissance des pouvoirs publics, l’anarchie et la guérilla. Ceci étant, et étant dramatique, ne croyez-vous pas, Madame la Première secrétaire du parti, que la suppression des 35 heures permettrait d’éviter d’augmenter le nombre des fonctionnaires, déjà extrêmement nombreux, et même d’en diminuer les effectifs. Nul n’ignore que cette décision est d’une absurdité stupéfiante. Elle a gravement handicapé notre économie qui n’avait pas besoin de cela. Elle a alourdi notre balance commerciale, creusé les déficits, augmenté le chômage. Bref, vos 35 heures, Madame, sauf le respect que je vous dois, sont une idiotie sans nom.

Pas du tout, Monsieur. Vos propos prouvent que vous êtes un fasciste engendré par le grand capital. Et si vous continuez à penser de la sorte, vous allez voir ce qui va vous arriver. Les 35 heures sont une idée géniale dont je revendique la paternité, si je puis dire, avec le camarade Dominique. Votre question, politiquement incorrecte, me donne l’occasion de faire connaître que, dès mon accession à la présidence de la République, on passera des 35 heures payées 40 aux 25 heures, puis aux 15 heures, toujours payées 40. Ce sera la RTTPS, la Réduction du Temps de Travail Populaire et Sociale. Vous n’ignorez pas, Monsieur, que le travail est une contrainte imposée par le grand capital qui veut plonger le peuple dans l’obscurantisme pour mieux l’exploiter. Le travail, il faut s’en abstraire et laisser du temps à la culture, à la lecture des grands auteurs, Karl Marx, Friedrich Engels, dont il faut lire dans le texte « Die Lage der arbeitenden Klassen in England » – passionnant ! –, Lénine, Jaurès, Blum, Mitterrand et l’on pourra consulter aussi mon « Petit dictionnaire pour lutter contre l’extrême-droite »…

Question : Très intéressant en effet. Pour passer à un autre sujet, ne croyez-vous pas que 10 millions d’immigrés en France, plus les 2 à 300 000 qui arrivent chaque année, plus les 500 000 sans-papiers, sans qualifications, et souvent analphabètes, cela pose quelques problèmes ?

Pas du tout. L’immigration est une chance pour la France. Sans les Sri-Lankais et les Maliens, qui ferait la cuisine dans les restaurants ? Aussi bien seront-ils tous régularisés. Ainsi, il n’y aura plus de sans-papiers. Je demanderai qu’on leur donne le droit de voter à gauche. De même que, peu à peu, il n’y aura plus de chômeurs, car tout licenciement sera interdit. C’est ce que demandent d’ailleurs nos camarades cégétistes, donc communistes et trotskistes, et je partage entièrement leur vision de la France de demain, où tout le monde sera au travail – ce qui avec les 15 heures et les grèves devrait être supportable.

Question : Ne croyez-vous pas que ces mesures vont ruiner définitivement la France dont l’état des finances est déjà lamentable, en raison d’une gouvernance tellement démagogique qu’elle en est criminelle et ceci depuis plus de 30 ans.

Cette situation financière, je la redresserai en quelques instants. Je ferai payer les riches. Et je sais où ils se cachent : dans des niches fiscales. Eh bien, je vais les dénicher. On va doubler l’ISF et tous les banquiers, patrons et autres traders devront rendre gorge. Et tous ceux qui gagnent plus de 2 000 euros par mois, des riches, vont payer aussi. Et tous ceux qui se cachent en Suisse, on ira les chercher. Notre armée est là pour ça.

Question : Puis-je, Madame, à ce propos, vous faire observer que s’agissant de l’éventuelle invasion de la Suisse, il faut être prudent car l’armée suisse qui, elle, est monocolore est sans doute plus performante que l’armée française. Si la Suisse envahissait la France et finissait pas anne­xer la Bourgogne pour en faire un canton, le vin de Bourgogne serait beaucoup plus cher et le marc de Bourgogne encore plus. Vous conviendrez, Madame, que ce serait très regrettable… Puis-je également prendre la liberté de vous rappeler que vous figurez parmi les 577 députés et qu’à ce titre, Madame la Première secrétaire du parti, vous percevez 7 008 euros d’indemnité mensuelle, plus une enveloppe mensuelle de frais forfaitaires d’environ 6 000 eu­ros, et une seconde pour payer vos collaborateurs de 7 000 à 9 100 euros, soit au total plus de 22 000 euros chaque mois, sans oublier les petits à côté qui facilitent la vie, carte de circulation gratuite en première classe sur le réseau SNCF, 42 allers-retours en avion vers votre circonscription, plus 5 voyages hors circonscription, des prêts à taux préférentiels, enfin une retraite « canon », plus encore le cumul avec les indemnités de maire d’une grande ville. On est bien loin des 2 000 euros, au-delà desquels, selon les socialistes, on est riche.

Monsieur, vous oubliez que je suis la représentante du peuple de gauche et qu’à ce titre, j’ai le droit d’avoir des droits.

Question : Madame la Première secrétaire, je note également que vous avez occupé les fonctions de directeur adjoint du groupe Péchiney de 1989 à 1991, une émanation du grand capital, comme vous dites. Je suppose que, dans ces fonctions, votre salaire était sensiblement supérieur à l’équivalent de 2000 euros. De façon générale, je dois vous confier que votre programme commun avec l’extrême-gauche, totalement irréaliste, pourrait nous valoir à la fin des fins le sort de la Corée du Nord, avec déjà plus d’un million de morts de faim, car vous n’ignorez pas, Madame la Première secrétaire du parti, que le socialo-communisme au pouvoir, c’est l’incurie, la corruption et le crime. Vous ne voudriez tout de même pas, être, à l’instar du « grand leader bien-aimé de la Corée du Nord », la cheftaine bien-aimée de la France socialiste ?

Réponse : Pourquoi pas, Monsieur ?

Question : à ce propos, Madame, pourriez-vous me faire savoir ce que vous pensez d’une autre cheftaine socialiste, Madame Royal, député des Deux-Sèvres ?

Ségolène est une amie. Elle vient de connaître un beau succès électoral dans sa région. Elle se doit donc d’y rester. D’autant que le Poitou-Charente est l’un des principaux moteurs de l’économie française, par la production de charentaises et de chabichou. Les charentaises tiennent les pieds au chaud et le chabichou, fromage de chèvre haut de gamme, se trouve partout, même à l’étranger, jusqu’en Andorre. C’est un fromage d’appellation contrôlée, grâce à Ségolène. Il s’impose donc que Ségolène reste où elle est pour veiller au destin du chabichou.

Question : Ces déclarations, Madame la Première secrétaire du parti, sont d’un très grand intérêt et je tiens à vous en remercier vivement. Pour vous témoigner ma gratitude, je me propose de vous inviter à dîner dans un très bon restaurant qui, heureusement, se trouve proche de l’Élysée et où le caviar est excellent. Me ferez-vous, Madame la Première secrétaire du parti, l’honneur d’accepter mon invitation.

Pour le caviar, je suis toujours d’accord…

Partager cette publication

(14) Commentaires

  • Anonyme Répondre

    @ Jaures l’ étroit

    Je cite: " Un conseil: utilisez les faits-divers pour écrire des romans ou nouvelles. Maupassant faisait cela très bien.", certes mais vous n’ avez pas son talent, pâle copie.

    Je sais cher tartarin, vous êtes l’opposé du contraire en parfaite symbiose avec vos élites  qui gouvernent là où ils ont le pouvoir.

    Encore une vérité selon Saint Jaures :" les policiers et gendarmes sont morts en service pour des causes différentes que les années précédentes ", dîtes moi mon beau du temps où vos verts amis n’étaient point en cette France , malgré les vilains corses et autres bandits de grand chemin, les décès de policier étaient moins nombreux pourtant selon VOS SOURCES prises dans la rubrique des chiens écrasés, c’était sanglant.

    Je vous savez imbu de vous même mais de là à vous prendre en plus de Maupassant pour Gorgias, c’est dingue! Je me doutais un peu que vous étiez en possession du don d’ubiquité mais pas d’ autant de personnalités célèbres, vous n’êtes pas aussi un peu Ouvrard, la gouaille en moins.

    04/05/2010 à 9 h 30 min
  • Jaures Répondre

    Cher Fred, je ne comprends pas votre empressement à m’exclure de ce forum. A longueur de posts vous éclairez les lecteurs sur la vacuité de mes arguments, les erreurs grossières dans mes références, l’absurdité de mes conclusions.
    Comment pouvez-vous vous passer d’un tel faire valoir ? Profitez de mes piètres interventions pour montrer votre verve. Soyez mon Socrate, je serais votre Gorgias.

    François, croyez-vous que, tout à coup, en 2009, les policiers et gendarmes sont morts en service pour des causes différentes que les années précédentes ? Mon exemple citait des cas précis parus dans la presse.
    Vous pouvez rechercher ce qu’il en est de l’an passé.

    Et oui, cher siniq, il n’est pas évident d’instrumentaliser les faits divers puisqu’à chaque cas qui est cité comme définitivement révélateur, on peut en opposer un autre prouvant le contraire.
    Un conseil: utilisez les faits-divers pour écrire des romans ou nouvelles. Maupassant faisait cela très bien.
    Pas pour en tirer des arguments politiques.

    03/05/2010 à 19 h 18 min
  • Anonyme Répondre

    @ Frédéric Bastiat

    Que voulez vous notre tartuffe rose achète tous les journaux de France et Navarre et lit avec attention la rubrique des chiens écrasés afin de dédouaner ses amis islamo-socialistes de ces faits divers mais comme  souvent oublie le principal où les journalistes ne mentionnent pas le nom du coupable, mais noient le poisson avec le terme de "Jeunes".

    Être socialiste consiste à cultiver la culture de l’ oublie.

    03/05/2010 à 11 h 58 min
  • françois Répondre

     Jaures, on vous parle de 2009 et vous vous référez à 2008!  D’autre part, je l’attendais celle là, que " Valeurs Actuelles" n’était pas un journal digne de foi. C’est sûr, hors de l’Humanité et de Libération, point de salut! Vous distribuez les satisfecit et les notes de moralité sans ne serait ce qu’un début d’essai de commencement de preuve de ce que vous avancez. En allant par là, on peut faire comme vous et dire que vos références ne sont que mensonges de gauchiste en mal d’opposition à la loi et l’ordre. Toute référence peut être contestée, si vous êtes si prompt à le faire avec celles des autres, au nom de quoi ne pourrions pas en faire autant des vôtres? Et pourquoi aurions nous besoin de plus de preuves que vous pour dire " vos sources sont bidons"?

    02/05/2010 à 22 h 30 min
  • Thomas Ruelle Répondre

    (…)Faisons connaissance avec un « esprit » militant. Rosine est socialiste, c’est une femme moderne et de conviction. Elle a toujours une idée novatrice ; elle poursuit son idéal, mais celui-ci a quelques longueurs d’avance. Elle a un esprit indépendant, ce qui l’empêche souvent de réfléchir, lorsqu’elle applaudit à tout rompre, tous les discours martiaux pour le pacifisme. Elle voudrait éduquer les attardées qui vont toutes les semaines encore à confesse. Elle en parle souvent à son psychiatre tous les mardis. Elle soutient d’ailleurs le Dalaï-Lama, en plus dans l’intimité, elle l’appelle Serge. Elle admire son combat contre la violence et gare à celui qui se mettrait en travers de sa route. Elle a appris avec surprise qu’outre la banlieue, cette horreur s’était attaquée aux prisons. Si je vous jure : il paraît qu’il y a de la violence en prison ! C’est parce que les conditions de vie n’y sont pas humaines. Ceux qui y vivent non plus d’ailleurs puisque nous en avons fait des monstres. Figurez-vous que j’ai moi aussi une révélation scientifique de tout premier ordre : il paraît aussi que le Père Noël existe, mais que c’est un Père Vert. Pour en revenir aux prisons, il risque gros en portant ses cadeaux parce que, dans les cellules, les délinquants sexuels sont souvent agressés. Il suffirait pourtant que chacun respecte bien son traitement : celui de Mère Temesta. D’ailleurs j’en conviens avec Rosine : la violence à Davos ce n’est peut-être pas de la légitime défense… La réhabilitation des prisons l’interroge, c’est mieux pour les hommes, mais que va-t-on faire pour les souris ? Elle pense que l’homme ne sera plus égoïste lorsqu’il commencera par sauver Willy. Elle voudrait prochainement faire des gosses : c’est sûrement bon pour la couche. En attendant elle détourne les fonds de culotte du premier venu, car la révolution sexuelle est tout ce qui reste de jeune et de militant dans cet Occident perverti par l’argent – obsessionnel hein : le cul et l’argent -. D’ailleurs, elle ne s’exhibe pas, elle se montre. Pourtant elle ignore qu’une révolution planétaire dure au plus vingt-quatre heures. Elle s’est inscrite à un club échangiste, elle a compris, trop tard, qu’elle n’avait rien à échanger. En attendant, elle est au régime du parti – vous resteriez, vous ? -, ce qui lui donne au moins une ligne, plus acceptable pour la vue. Après avoir beaucoup hésité, elle a choisi le courant unitaire ; le pluralisme c’est avant tout le monopole d’EDF. Elle compte s’installer dans le Larzac, elle attend la décision de la municipalité au sujet de l’asphalte de son chemin. Elle envisage de faire daller sa cour, cela fera mieux pour les réunions militantes autour de la piscine. Pour l’heure elle s’implique dans une association qui lutte contre la violence à la piscine municipale causée par le goudron et le béton. La société lui a déjà brûlé la voiture et piqué son sac deux fois. Bon, du moment qu’une autre société les lui a remboursés, elle peut continuer à jouer au patronage, mais pas de quartier pour le patronat, là il faut tout brûler. S’il n’y avait pas autant de gens exploités : il n’y aurait pas tant de crimes. Heureusement la gauche a gagné les élections contre les fascistes et réactionnaires et cela va s’arranger, demain la route fleurie ! A moins que, d’ici-là, on ne découvre le pot aux roses, dans ce cas tapez http://www.sigourney.com, elle sait comment détruire les nids. (…)

    Extrait de mon livre écrit en 2001 " Ces contes de fées que le psy banalise"

    02/05/2010 à 16 h 14 min
  • Frédéric Bastiat Répondre

    C’est vrai au fond pourquoi ne lutte-t-on pas contre les catholiques intégristes qui callaissent les bus à Tremblay?

    Au modérateur: Est-on vraiment obligé de se coltiner les pitreries de Jaurès? Déjà on ne peut plus être informé par la télévision, ni la presse encore moins par l’instruction…Enfin je pense que vous devriez poser la question à vos abonnés.

    02/05/2010 à 13 h 36 min
  • Jaures Répondre

    "Un gendarme a été tué et un autre blessé dimanche matin dans une collision sur la Seine entre leur zodiac et un bateau de course qui participait aux 24 heures motonautiques de Rouen." (le02/05/2010)

    Encore un coup des jeunes des banlieues de la diversitée

    02/05/2010 à 10 h 58 min
  • Anonyme Répondre

    @ Jaures le petit

    C’est de l’ humour, mais il est vrai que dès que l’ on touche à Sainte Martine et ses soeurs.Vous voyez rose.

    Il me semble que pour être socialiste, il faut être depourvu d’ humour, que leur vie doit être morne.

    01/05/2010 à 15 h 18 min
  • Jaures Répondre

    François,:Dans son article, C.Lambert ne parle que des policiers. Et pour cause, les gendarmes exercent essentiellement en zone rurale, difficile dés lors d’accuser "les banlieues de la diversité". Surtout quand on lit les causes de mortalité comme dans cet article de "La Dépêche des Pyrennées" rendant compte de la cérémonie d’hommage aux militaires morts en service:

    "La gendarmerie nationale a eu huit militaires tués en 2008 : le major Emmanuel Debordes, le 9 janvier, à Epoye (Marne), dans un accident de la route ; les majors Bertrand Boyer, Philippe Regnier et le gendarme Jérôme Bienfait, le 25 janvier, à Neufchâteau, percutés par un train suite à une poursuite ; les gendarmes Denis Salvadotr et Florian Thévenot, le 18 février, à Saint-Martin-Vésubie, emportés par un rocher en surplomb ; le major Cyril Guerchon, le 21 février, à Méru (Oise), et le major Pascal Dagon, le 3 novembre, à Braud-et-Saint-Louis (Gironde), dans des accidents de la route."

    Quoi qu’il en soit 11 + 7, cela fait 18 et non 24. Sur 20 ans, ce chiffre est d’ailleurs plutôt en baisse (cfwww.laurent-mucchielli.org/public/Des_metiers_a_risque.pdf). Pourquoi inventer un chiffre ? Dans quel but ?
    L’article de Valeurs Actuelle est un objet de propagande sarkozyste caricatural.

    01/05/2010 à 11 h 55 min
  • françois Répondre

      François d’ Orcival ( Valeurs actuelles du 29/04- page 18):

     "Au cours de la seule année dernière,  6500 policiers et gendarmes ont été blessés en mission et 24 d’entre eux y ont trouvé la mort…"

    01/05/2010 à 9 h 51 min
  • MAGNE Répondre

    Bonsoir . Ce n’est pas Madame Aubry qui a inventé les 35 heures , mais DSK . Madame Aubry était contre , et a bien été obligé de mettre en route cette Loi . Mettre tout sur le dos des socialistes , cela est un peu raide . En 1967 , 6OOOOO Algériens débarquaient en France , à l’invitation de de Gaulle ( Pompidou , en fait ) , et le Ministre de Giscard , M. Fourcade s’extasiait devant ces familles d’immigrés ( 6 enfants ) venant peupler la France ( pas de grossesse , pas de frais d’accouchement etc… ) , des enfants clefs en mains …

    Je vous rejoins quand vous dites que la "gauche" va faire des dégâts , car quoi de commun entre cette gauche qui veut réformer et l’autre qui veut renverser .

    Je ne crois quand même pas, et n’ai jamais cru au marchand d’orviétan …

    30/04/2010 à 20 h 49 min
  • lavandin Répondre

    Troubadour :  je vous rejoins sans réserve . L’attitude de la gauche fut plus que mitigée , voire trouble . La CGT  et le parti communiste agirent pour s’opposer au developpement de la défense  du pays : je le cite dans un autre commentaire, la CGT  bloquait la production pourtant urgente d’éléments de chars de combat encore le 7 mai 40 .  La sortie de bombardiers Leo 45 de l’usine Lioré et Olivier d’Ambérieux était freinée  par un controleur de l’Air qui jugeait le constructeur faisant de l’argent sur le dos des combattants, dans des avions de chasse, des postes de radio étaient sabotés. En octobre 40, le PC négociait avec l’ennemi pour la reparution du quotidien L’Humanité. Enfin les secrétaires respectifs de la SFIO et du PC , Marcel Déat et Jacques Doriot entraient dans la collaboration….A noter que le colonel De la Roque, jugé faciste, est mort en déportation. Mais de nos jours, la notion de patriotisme est bannie, et le fait d’arborer un macaron tricolore vous fait classer dans l’extreme droite

    30/04/2010 à 18 h 49 min
  • Anonyme Répondre

    Ce qui choque chez un socialiste façon Vème république finissante

    A aucun moment les socialistes n’ont la fibre patriotique, ce qui n’était pas le cas sous la IV ème République.

    Pas un socialiste pour dénoncer l’invasion de la France et en tirer les conséquences en nuançant le propos sur le Front National.

    L’expérience quotidienne de cette affreuse trahison de la France est terrifiante.

     

    Ils vont jusqu’à l’ignominie.

     

    29/04/2010 à 18 h 13 min
  • Jaures Répondre

    Le problème avec ce genre de caricature, c’est qu’on ne sait jamais si c’est de la question réelle ou de la réponse inventée dont on doit rire.

    Quand il est dit que 24 policiers ont été tués en 2009, est-ce une blague ? Les chiffres sont les suivants: 2009: 7; 2008: 5; 2007: 7; 2006: 2…(cf: vctimesdudevoir.fr) Bien sûr, c’est toujours des victimes de trop mais peut-on considérer qu’un policier mort d’un accident de la route (40% des morts en service) est victime de la "diversité" des banlieues ?

    Le reste étant à l’avenant, restons en là et retournons lire les vrais humoristes.

    29/04/2010 à 15 h 50 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *