Islamisation : appliquons le principe de précaution !

Posté le décembre 07, 2015, 3:26
2 mins

Je rends un vibrant hommage aux victimes malheureuses du terrorisme et demande l’application du principe de précaution dans le domaine de l’immigration et de l’islamisation.
Parmi les auteurs des attentats du 13 novembre, figure au moins un « réfugié » accueilli en Grèce le 3 octobre. Au moins un autre terroriste était, par ailleurs, classé S, c’est-à-dire reconnu comme dangereux, mais laissé en liberté.
Si le principe de précaution en matière d’immigration et d’islamisation avait été appliqué, les attentats n’auraient pas pu avoir lieu.
Je dénonce donc la politique laxiste et angélique des gouvernements successifs et demande aux actuels dirigeants d’appliquer ce principe de précaution dans le domaine de l’immigration et de l’islamisation en :
– ne laissant pas entrer en France des centaines de milliers de clandestins, en grande majorité de confession musulmane, parmi lesquels se trouvent des terroristes ;
– interdisant la diffusion de livres islamistes, incitant au meurtre, ainsi que la tenue de congrès et de conférences salafistes ;
– fermant un certain nombre de mosquées et en incarcérant ou expulsant tous les prêcheurs de haine qui y sévissent ;
– expulsant, incarcérant ou assignant à résidence tous les terroristes potentiels fichés « S » qui passeront à l’acte tôt ou tard, comme le montrent les faits d’actualité répétés ;
– laissant partir des terroristes djihadistes vers la Syrie, au lieu de s’opposer à leur départ, et en empêchant, en revanche, leur retour ;
– ouvrant enfin un grand débat national lucide sur la place de l’islam dans notre République, seule religion aujourd’hui capable d’enfanter de tels monstres, au lieu de s’enfermer dans le déni suicidaire du « pas d’amalgame ».

Jean-Louis Chaton

Président du Comité d’action pour le respect de l’État de droit (CARED)

2 réponses à l'article : Islamisation : appliquons le principe de précaution !

  1. R. Ed.

    09/12/2015

    Pour quelles raisons seraient fichés  » S  » de simples citoyens ?
    Sans raisons sans doute ?A cause de leur nez ?

    Ce serait prendre les professionnels de la défense de l’état pour des cons ?
    Aux States, à l’entrée en guerre contre le Japon, tous les Japonais ont été mis en quarantaine – et libérés à la fin de la guerre.
    Nous sommes en guerre, faisons de même, mettons les terroristes potentiels aussi en quarantaine, jusqu’à la fin de cette guerre

    Répondre
  2. Jaures

    07/12/2015

    Curieux qu’une association qui prétend défendre l’Etat de droit propose qu’on incarcère des personnes simplement fichées. Si on peut administrativement mettre en détention des gens sans qu’il y ait des faits avérés à leur reprocher, nous ne sommes plus en Etat de droit.
    Et combien de temps faudrait-il les incarcérer sans jugement ?
    Où s’arrêterait cette facilité judiciaire à laquelle tout pouvoir politique aurait tôt fait de s’habituer ?

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)