Jacob : un ancien RPR à la tête des députés UMP

Jacob : un ancien RPR à la tête des députés UMP

Christian Jacob, nouveau président du groupe UMP à l'Assemblée.

 Jean-François Copé patron de l’UMP, Christian Jacob à la tête du groupe majoritaire à l’Assemblée. Les ex-RPR chiraquiens reviennent en force dans le paysage politique de la droite. L’Elysée et Matignon auraient pourtant vu d’un bon oeil l’élection du radical Jean Léonetti à la tête du groupe UMP à l’Assemblée, afin de ménager les centristes, sous-représentés dans le nouveau gouvernement.Christian Jacob est proche de Jean-François Copé. A cinq voix près, l’ex-RPR a même frôlé l’élection au premier tour, recueillant 151 voix contre 84 pour Jean Léonetti.  

Juste avant le scrutin, Nicolas Sarkozy avait affiché sa neutralité. «Il faut laisser faire les parlementaires. Surtout, il ne faut pas s’en mêler !», avait-il déclaré mardi matin lors du petit-déjeuner de la majorité à l’Elysée, selon un participant. Mais la semaine dernière, au cours d’une rencontre avec les députés de la majorité, le chef de l’Etat avait prévenu : «Si nous ne faisons que jouer l’arithmétique de nos anciennes formations, cela veut dire que l’on n’a rien compris à l’UMP». C’est pourtant le raisonnement que les parlementaires semblent avoir privilégié. Outre l’équation personnelle de Christian Jacob, apprécié sur tous les bancs de l’Assemblée, l’arithmétique plaidait en sa faveur : le groupe UMP compte en effet environ 200 députés issus des rangs du RPR. La quasi-totalité de ces parlementaires lui ont donc accordé leur suffrage.

En choisissant Christian Jacob, les parlementaires de la majorité, ont surtout adressé un message de confiance à leur ancien patron, Jean-François Copé, devenu secrétaire général de l’UMP. Certains députés avaient exprimé des réticences à voir un ancien du RPR, héritier de Jacques Chirac, diriger le groupe alors même que Jean-François Copé avait ravi la direction du parti. Pour ces élus,qui souhaitaient que des sensibilités différentes s’affirment dans la majorité, l’élection de Christian Jacob est un nouveau coup dur.

Agé de 51 ans, Christian Jacob, agriculteur de profession, a présidé le Centre national des jeunes agriculteurs (CNJA) avant d’entamer une carrière politique au RPR sous l’aile de Jacques Chirac. Député de la quatrième circonscription de Seine-et-Marne depuis 1995, il est maire de Provins depuis 2001. Il a été successivement ministre délégué chargé de la Famille, ministre délégué puis ministre aux PME et enfin ministre de la Fonction publique dans les gouvernements de Jean-Pierre Raffarin, de juin 2002 à mai 2007.

Partager cette publication

(2) Commentaires

  • DOE Jane Répondre

    mais si il y a encore une droite mais elle est ostracisée et mise au ban des bien pensants qui sont de sacrés magouilleurs et menteurs

    24/11/2010 à 18 h 37 min
  • serge segal Répondre

    Attention à la France clanique, on a déjà donné
    Tous les mouvements sortis du gaulisme ne sont pas des gens de droite – outre les opportunistes et autres rad-soc ce parti à l’instar des socialistes est oppressant quand il est majoritaire sans apporter d’avantages aux citoyens. La droite n’existe plus en France depuis Thiers et Guizot.

    24/11/2010 à 14 h 56 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: