Jacques Chirac est-il en campagne ?

Posté le 10 janvier , 2007, 12:00
8 mins

Une lectrice m’écrivait dernièrement : « À vous en croire, Jacques Chirac serait nul en tout. Il n’est tout de même pas arrivé où il est par hasard ! » Non, certes ! Je n’ai d’ailleurs jamais pensé qu’il était nul en tout, et j’ai approuvé totalement sa tentative de dissuader George W. Bush d’envahir l’Irak. Je crois seulement qu’il est nul en philosophie politique, mais il est loin d’être le seul dans ce cas parmi les chefs d’État ou ceux qui rêvent de l’être, sinon notre planète aurait plus fière allure.

En revanche, Jacques Chirac a toujours été très habile en tactique politicienne, tout comme le fut François Mitterrand, ce qui explique qu’ils soient l’un et l’autre parvenus à l’Élysée, en faisant le vide autour d’eux à force de coups tordus. « Une société qui n’est pas éclairée par les philosophes est trompée par les charlatans » écrivait Condorcet (Quoique certains « philosophes » soient aussi des charlatans.)

Jacques Chirac n’a pas dit son dernier mot et il ne manque pas une occasion de monter au créneau. Il se garde de dire s’il sera ou non candidat, mais il se comporte exactement comme s’il était en campagne. Il exploite de son mieux la position qu’il avait prise contre la guerre d’Irak, car la situation piteuse des Américains et le désaveu infligé à Bush lors des élections au Congrès mettent en relief la lucidité de Chirac dans cette affaire.
D’autre part, il «booste» le gouvernement Villepin, qui coupe autant qu’il peut l’herbe sous le pied des socialistes, comme dans l’affaire des « Enfants de Don Quichotte ». Ce qui conduit d’ailleurs à une surenchère gauchisante qui plombera l’économie française un peu plus. Après les nombreux « droits de tout le monde sur chacun » (ce qui est la définition exacte du communisme), voici qu’est né un nouveau monstre : « le droit au logement opposable ». Les SDF pourront désormais exiger d’être logés par l’État, donc par le contribuable. Bon nombre d’entre eux étant des immigrés clandestins, déjà soignés gratis par la Sécu et nourris aux restos du cœur, nul doute que le système de vases communicants entre les villages africains et les banlieues françaises va connaître ses plus beaux jours. C’est la politique de Ségolène avant Ségolène. Plus à gauche que moi, tu meurs !

Non qu’il faille être indifférent au sort des clochards français, pauvres hères qui n’ont pu s’adapter à la société moderne trépidante et concurrentielle et qui ont sombré dans l’alcool et la mistoufle faute d’être moralement armés pour la lutte. Mais il y a mieux à faire à leur sujet que surcharger encore la barque de l’État. Après avoir aussitôt renchéri sur le projet, Mme Royal est allée pérorer sur la muraille de Chine, ce qui est aussi indécent que stupide.

Voici maintenant une citation que j’emprunte à notre confrère « Le Cri de la Chouette » de novembre-décembre 2006, qui cite lui-même « Le Monde » du 23 août : « La France est une société métissée qui ne se voit pas comme telle. Il faut pourtant le savoir, les habitants des ghettos et ceux des beaux quartiers finiront par se mélanger. Nos frontières vont s’ouvrir à de nouvelles formes d’immigration, venant d’Asie et des pays de l’Est. Nous sommes à la croisée des chemins et nous avons peur. La peur de l’autre, de l’étranger. (…)…Alors nous ne nous projetons plus dans l’avenir, à savoir la construction d’une société métissée. » Ahurissant, n’est-ce pas ?

Et savez-vous qui ose proférer de telles insanités, qui creusent allégrement le tombeau du pays de nos pères ? Madame Valérie Pécresse, députée UMP de Vélizy et porte-parole de Nicolas Sarkozy ! Ces propos incongrus confirment d’ailleurs ceux de Sarkozy que j’ai déjà relatés : « La France doit s’ouvrir aux autres. Il ne faut pas avoir peur des gens différents. » (Voir nos numéros 475 et 513).
Peur de l’étranger ? Peur des gens différents ? Mais c’est seulement DE VOUS que nous avons peur, Mme Pécresse et M. Sarkozy ! Nous avons peur des inconscients et des incultes qui ignorent ce que c’est qu’une nation, un peuple, une culture, une Histoire, une identité, une patrie, une personnalité. Les Français n’ont peur de personne. Ils ne redoutent que l’aveuglement, la lâcheté et la stupidité de leurs politiciens.

11 Commentaires sur : Jacques Chirac est-il en campagne ?

  1. Jacques Duval

    13 janvier 2007

    Election présidentielle ,

    Jacques CHIRAC   Président   : J’espère que vous n’y pensez pas sérieusement. Pensez qu’à son âge, les Français ne veulent pas être gouvernés par un vieillard avec des idées démodées malgré que de temps en temps, il en a encore de bonnes. Il faut laisser la place aux jeunes qui ont de l’avenir et la possibilité de déployer un programme sur une longue durée pour que la France avance et regarde vers les prochaines décennies.

    Lorsque Jacques Chirac a été élu président, nous avons élu le meilleur parmi les plus mauvais. maintenant qu’il se retire la tête haute, ce sera pour lui, la cerise sur le gâteau. Le contraire sera la catastrophe du siècle.

    Naturellement son immunité ne sera plus là pour le défendre et il devra répondre devant la Justice comme tous les citoyens des faits qui lui seront reprochés.

    Notre prochain Président devra mener une Politique nouvelle et sans langue de bois pour que les Français reprennent confiance en eux et par là aux politiques qui gouverneront. Le seul moyen de les remettre au travail et ne plus en faire des assisters.

    La question est : A-t-on un vrai CHEF pour gouverner la FRANCE.

    Répondre
  2. EIFF

    12 janvier 2007

    Le débat que refuse Chirac

    Communiqué de presse de Jean-Marie Le Pen

    Jacques Chirac déclare qu’il faut un « vrai débat » pour la présidentielle, et que rarement un tel débat n’a été « aussi nécessaire ». Or c’est lui qui a refusé le débat en 2002, et il le redit lui-même, sous le fallacieux prétexte que le second tour aurait porté sur les valeurs de la République et non sur un programme.

    Il faut « désamorcer les peurs, les angoisses et les idées reçues » pour éviter un nouveau 21 avril, dit-il. Mais cela fait douze ans qu’il est président de la République. Qu’a-t-il fait pendant ce temps, sinon laisser monter les peurs et les angoisses ?

    Ce n’est pas en multipliant les mensonges statistiques (chômage, délinquance…) et les promesses démagogiques qu’on peut y remédier, mais en montrant le chemin de l’espoir, or c’est un tout autre chemin que celui des politiciens qui n’ont ni su, ni pu, ni voulu contrecarrer la décadence.

    Le débat est plus nécessaire que jamais, en effet : le vrai débat, celui-là même que Jacques Chirac refuse, mais que les citoyens vont imposer pour les prochaines élections.

    Répondre
  3. EIFF

    12 janvier 2007

    Ségo et son double………

    La représentante des socialistes déteste les classes populaires. Mais cela ne l’empêche pas de leur demander de voter pour elle !

    Selon une dépêche de l’AFP reprise par le site du Nouvel Observateur, à l’occasion du 40e anniversaire de la célèbre école de théâtre Les Cours Florent, son fondateur a rapporté lundi 8 janvier au soir, à l’occasion du 40e anniversaire de cette célèbre école privée d’art dramatique, qu’elle avait renoncé à y inscrire son fils car l’enseignement se déroulait dans le XIXe arrondissement et non dans le centre de Paris comme elle le pensait.

    “Un samedi après-midi, une voiture avec chauffeur s’arrête devant nos locaux (…) Une maman accompagnée de son enfant en descend, demande à l’inscrire en cycle préparatoire à notre secrétaire : “Vos premières années du cycle préparatoire sont bien quai d’Anjou ?”; “Non Madame, nous n’avons plus le quai d’Anjou. Les cours sont ici…”‘; “‘Alors, je ne peux pas inscrire mon fils”. L’enfant et la maman s’engouffrent dans la berline, direction le soleil couchant. La maman est candidate à la présidence de la République le 22 avril”, a dit François Florent lors d’un discours en présence de 200 invités dont de nombreux comédiens, anciens élèves du Cours Florent, notamment Francis Huster et Jacques Weber.

    A l’issue de son intervention, François Florent a indiqué qu’il évoquait bien Ségolène Royal, ajoutant “qu’il avait été choqué par cette réaction”. François Florent n’a pas souhaité dater son récit mais en a garanti l’authenticité.

    Dans son intervention, François Florent avait également souligné que “par choix financier mais aussi par éthique, il (me) tient à coeur que notre siège social soit équidistant du Bois de Boulogne et de Clichy-sous-Bois (…) Les enfants de l’Ouest parisien voudraient que nous venions à eux, mais ceux du Nord et de l’Est veulent venir à nous”. Depuis plusieurs années, le Cours Florent est situé avenue Jean-Jaurès, au coeur du XIXe arrondissement de Paris, l’un des plus populaires de la capitale.

    Répondre
  4. GoodMorning

    11 janvier 2007

     

    En écho à Minux75, sur le financement des partis politiques.

    Question :

    Qui a financé les pré-campagnes de Royal et Sarkozy, d’un parallélisme étonnant, couplées de façon très professionnelle  : première page de nombreux magazines, et innombrables articles + photos,  depuis 18 mois ?

     

     

     

    Répondre
  5. GoodMorning

    11 janvier 2007

     

    Très bon article.

     Il faut du courage pour citer Valérie Pécresse et Nicolas Sarkozy :

     « I l ne faut pas avoir peur des gens différents. »

     Bientôt, il ne nous restera plus que le droit, puis le devoir, d’écouter ces sottises. Les répéter sera interdit, car soupçonné de dénigrement. Cette phrase est au cœur de l’idéologie que les médias nous inculquent 24 h / 24.

    A quoi sert cette idéologie :

             à culpabiliser le pauvre type qui pensait avoir une identité : pays, langue, traditions, …

             à porter le blâme sur l’ensemble de la population indigène

             à aveugler l’ensemble de l’opinion sur la fonction économique de l’immigration

    D’où vient l’immigration ? Qu’est-ce que l’immigration ?

    On ne dit jamais que l’immigration a immensément bénéficié aux intérêts financiers du système économique libéral : voilà pour l’actif de l’immigration, qui profite à une minorité. 

    Par contre, le passif de l’immigration est à la charge de l’ensemble de la communauté, avec potentiellement  un risque fondamental pour la survie de cette communauté.

    L’immigration c’est l’inverse de la délocalisation : dans les deux cas le système économique profite du différentiel entre les niveaux de vie, les comportements, les cultures, pour augmenter la rentabilité financière des capitaux investis. La population d’origine immigrée constitue une réserve de main d’œuvre déracinée, fragilisée : elle permet à l’économie libérale d’assurer un taux de chômage suffisamment élevé, et de maintenir au plus bas les coûts salariaux.

    Il y a beaucoup de domaines pour lesquels on ne peut pas délocaliser et le système encourage naturellement alors les flux migratoires. Des exemples concrets, à foison.

     Si l’on considère le taux d’emploi des populations d’origine immigrée dans les entreprises de services en Ile de France, et de son évolution sur les 40 dernières années, quelque chose dont on ne parle jamais qu’à demi-mot, mais qui est un phénomène frappant pour qui regarde autour de soi, il est clair que cela rapporte, et que les bénéficiaires, en dernière instance, sont les banques, qui financent les entreprises et qui contrôlent les investissements.

     L’immigration, comme les délocalisations, reflètent la dérive naturelle du système économique libéral, dérive provenant du simple fait de l’effacement, de l’inefficacité, et de la démission du politique.

     

    Répondre
  6. EIFF

    10 janvier 2007

    Encore bravo Mr Lance. La fausse droite est exaspérante de stupidité,de passivité et de lâcheté.

     

    Depuis 2002 le couple socialo-gaulliste Chirac-Sarkozy s’évertue à préparer le retour de la gauche. Un juste retour d’ascenceur pour tous les imposteurs du système qui ne représentent plus qu’à peine 40% des français à l’assemblée, qui ont tous soutenus le traité constitutionnel euro-mondialiste pro-turc et qui, aujourd’hui encore, se refilent la gamelle pour éviter de régler les problèmes et les catastrophes qui s’annoncent pour la France.

    Jospin avait pêché par naiveté sur la violence en 2002, Sarkozy et le grand parti crypto-communiste de l’UMP échoueront en 2007 pour avoir trompé,  et échoué sur le reflux de l’immigration et sur la tiers-mondisation de la classe moyenne française.

    Répondre
  7. Jean-Claude THIALET

    10 janvier 2007

    100107  – 4-V

    Je crois qu’il ne faut pas confondre "NUL" et "MALFAISANT". Comme le fait remarquer justement Pierre LANCE, un homme nul en tout ne peut être parvenu au sommet de l’Etat. Même si je ne peux m’empêcher de penser au mot fameux (je ne suis pas cerytain qu’il soit de CELEMNCEAU, même s’il lui ressemble !) : "Moi, je vote pour le plus nul !". Ce qui valait sans doute à l’époque où les Présidents de la république étaient élus par les deux Chambres.

    En réalité, CHIRAC a le génie de la malfaisance, celle, particulièrement, qui consiste à se servir des uns contre les autres pour parvenir à ses fins, à enfourcher les idées à la mode sans se soucier des moyens financiers ou humains à mettre en oeuvre pour les réaliser (on vient de le voir avec son idée de "droit au logeltnopposable") en jouant de son aspect  "sympa" sinon pour duper ses futures victimes, du moins pour se donner le beau rôle (y compris celui de victime)  vis à vis de l’opinon aussi bien médiatique que publique, la seconde étant généralement "fabriquée" par la seconde. Et si l’on considère que l’homme qui – à l’insu de son plein gré – a peut-être déjà décidé de briguer un troisième mandat, est vraîment NUL, ce n’est pas dans la façon de mener la barque de son destin. Mais bien plutôt dans sa manière de diriger le "FRANCE-TITANIC". Mais si ses fervents (il en compte même parmi les lecteurs de ce forum) l’interrogeaient sur sa "nullité "comme capitaine de ce paquebot en déshérence, il leur répondrait, la main sur le coeur, avec un immense sourire dont il a le secret, que s’occuper de l’avenir de la France et accessoirement de celui des Français, n’est pas son souci. Il a suffisamment à faire avec lui-même, et avec toutes celles et tous ceux dont il a eu et aura à se débarrasser pour assurer sa propre carrière. Comment, d’ailleurs exiger d’un homme qui ne s’aime pas lui-même de faire preuve d’altruisme à l’égard de ses concitoyens ? Si l’on en croit un journaliste qui a consacré un livre à ce sujet, il ne s’aime pas lui-même. Et c’est peut-être là que réside son apparente "nullité" ! Un homme qui ne s’aime pas a tendance à se dénigrer, au point de parvenir à se croire nul, et, surtout,  à faire croire aux autres qu’il est vraîment nul. Et c’est peut-être parce qu’on l’aura pris pour un nul, un homme dont on n’a pas à se méfier, qu’il aura réussi à faire son chemin dans la jungle de la politique.

                                                                                   Cordialement, Jean-Claude THIALET

    Répondre
  8. MINUX75

    10 janvier 2007

    Bonjour Faille de sécurité sur ce forum: Afficher en clair les adresses e-mail des intervenants comme cela se fait en ce moment sur ce site est très dangereux au niveau des SPAMS, il existe des robots qui scrutent ces adresses e mail pour envoyer des SPAMS aux adresses e mail visibles sur ce site. Une solution est de remplacer .com par .— Côté immigration, nous sommes dirigés par des démagogues irresponsables, je suis convaincu que les passeurs donnent beaucoup d’argent aux partis politiques d’ou des lois immigrationnistes. Nous savons très peu de chose sur le financement des partis politiques mais beaucoup trop sur un programme qui n’interesse personne et pourtant, connaître l’origine des fonds d’un parti est beaucoup plus parlant pour l’avenir que des discours dont la vacuité atteint le degré d’immoralité de leurs dirigeants. à bientôt

    Répondre
  9. gaius

    10 janvier 2007

    Un trés bon texte de Pierre Lance , bravo

    ——————-
    Chichi va t’il se représenter  ? Sa femme a dit qu’il était prêt pour un troisième mandat , attention …quand une femme veut quelque chose …

    Répondre
  10. charles martel

    10 janvier 2007

    moi pas comprendre ce que JAM veut dire

    Répondre
  11. jam

    10 janvier 2007

    Franchement surper intéressant l’artiste il ne faut que la dédicace de jean marie le pen pour boucler la boucle de l’infamie.

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)