Jacques Delors : l'Europe aura besoin de millions de travailleurs étrangers

Jacques Delors : l'Europe aura besoin de millions de travailleurs étrangers


Décidément, il est des personnes auxquelles la vie n’apprend rien ! Ainsi de Jacques Delors.
30 années de chômage massif, auquel les politiques que Monsieur Delors a inspiré, dans les gouvernement de François Mitterrand puis  à la tête de la communauté
européenne, ont fortement contribué, n’auront pas réussi à remettre en cause son crédo immigrationniste.

Aujourd’hui encore Jacques Delors croit intelligent de dire :
 » En Suisse, la confusion entre la religion est les règle sociale est inadmissible ».
« l’Union doit faire attention à ne pas faire preuve de populisme et à ne pas instrumentaliser l’immigration. Car, même en se plaçant sur un terrain strictement réaliste, cette Europe
vieillissante aura besoin de millions de travailleurs immigrés ».

Les faits sont pourtant aussi têtus que Monsieur Delors. L’immigration massive qu’à connu l’Europe et particulièrement la France, ne s’est pas traduite par une croissance de la
richesse de nos pays. Au contraire, la croissance était plus forte quand l’immigration était moindre ! L’immigration n’a conduit qu’à  un affaiblissement de la situation des salariés, une
hausse du travail précaire, une hausse des charges pesant sur le travail et donc une forte restriction salariale. Quant à l’intégration, des émeutes des banlieues aux incivilités quotidienne,
tout prouve qu’elle a échoué.

Le vieillissement de la population européenne n’est qu’une fausse excuse. Non seulement il est possible de lutter contre ce vieillissement, mais il est possible de mener une autre stratégie pour
le compenser.
Cette stratégie, c’est celle du Japon. Non pas l’immigration, mais l’investissement. En misant sur l’investissement, le Japon s’est créé une économie très
productive, qualitative, avec un faible taux de chômage et un niveau de revenus beaucoup plus élevé qu’en France, le tout sans immigration, sans délinquance et sans altération majeure de
l’identité nationale.

Partager cette publication