Jean-Pierre Gérard : Communiqué du G21, groupe d’économistes et de chefs d’entreprise

Posté le avril 27, 2017, 2:47
6 mins


Notre ami Jean-Pierre Gérard, ancien président du club français des n°1 mondiaux et ancien membre du conseil de la politique monétaire, nous prie de publier ce communiqué du G21, groupe d’économistes et de chefs d’entreprise qu’il préside.


Communiqué du G 21.

Par Jean-Pierre Gérard, président, Jean Hernandez vice-président, Christian Després trésorier, Jacques Aurin secrétaire général.

La plupart des commentaires sur le premier tour de l’élection présidentielle font référence à une opposition droite gauche. Il apparaît à l’évidence que le véritable enjeu organisé pour le deuxième tour correspond à la partition du corps électoral entre les eurolâtres, qui ne vivent que pour la suppression de la souveraineté française dissoute dans une Europe fédérale et antidémocratique, et les patriotes qui souhaitent que l’Europe soit construite sur des critères respectant mieux la volonté des peuples. Ce débat depuis le refus de la constitution européenne au référendum de 2005, est toujours sous-jacent dans toutes les consultations électorales. Aujourd’hui encore, on voit au travers des ralliements à E. Macron, se reformer le front parlementaire utilisé par Nicolas Sarkozy pour contourner le résultat du référendum.

Dans ces conditions, et vu le peu de clarté des propositions du candidat Emmanuel Macron, on ne peut s’en tenir qu’aux seules déclarations réelles et fermes qu’il ait faites. C’est-à-dire, sa vision de la France et ses souhaits pour l’Europe.

Emmanuel Macron souhaite représenter son pays. La première chose qu’il devrait faire serait d’en être fier, et d’assumer toute l’histoire de notre pays avec les bons et les mauvais côtés. Malheureusement, fidèle à son maître François Hollande, il continue sur la repentance qui ne mène à rien et qui nous rend méprisables.

Nous ne pouvons souhaiter voter pour un homme qui en Algérie a déclaré que la France avait commis avec la colonisation, un crime contre l’humanité. En premier lieu, les crimes contre l’humanité ont une définition bien précise, qui ne correspond pas à ce que la France a fait en Algérie depuis 1830. En deuxième lieu, s’il y avait eu crime contre l’humanité la population de l’Algérie depuis 1830 jusqu’à aujourd’hui ne serait pas passée de 1 million à 11,7 millions en  1962. Et enfin, une telle attitude irresponsable rend encore plus difficile l’intégration des populations algériennes et maghrébines et les rend toujours plus exigeantes.

Nous ne pouvons pas voter pour quelqu’un qui n’est pas fier du pays qu’il souhaite représenter.

Emmanuel Macron sur l’Europe, a dit clairement qu’il voulait une Europe supranationale. C’est exactement ce qui a été refusé par référendum en 2005. Il est quand même effrayant de penser que des personnalités qui se disent démocrates, imposent depuis maintenant 12 ans une construction qui a été refusée par référendum, et dont on voit aujourd’hui encore plus la nocivité. La construction européenne doit être autre chose, et faire le plus grand cas de la volonté des peuples.

Sur tous les autres sujets, économiques, sociaux, culturels, Monsieur Macron, est d’accord avec tout le monde, c’est-à-dire avec personne. Monsieur Macron a eu pendant pratiquement quatre ans d’importantes responsabilités économiques, auprès de Monsieur Hollande, pendant lesquelles  les Français se sont dramatiquement appauvris.

Nous ne pouvons pas voter pour un homme dont toute l’action est antidémocratique et contraire aux souhaits de la population.

Enfin on nous vante la jeunesse du candidat. Ce qui est vrai sur l’État civil, mais faux dans la réalité. Emmanuel Macron est un vieux jeune, ses soutiens sont dans la vie politique depuis 40 ans et ce sont les mêmes qui n’ont comme ambition que de détruire la France.

Le G21 est fier de notre pays. Nous refusons de le voir sombrer. Le score du premier tour a été obtenu par des manœuvres plus sordides les unes que les autres, que jamais Monsieur Macron n’a dénoncées. Nous avons une autre idée de la responsabilité politique, et nous refusons de cautionner de telles méthodes.

Le seul conseil que donne le G21, est de ne pas voter Emmanuel Macron.


Communiqué PDF

Présentation G21 PDF

9 réponses à l'article : Jean-Pierre Gérard : Communiqué du G21, groupe d’économistes et de chefs d’entreprise

  1. HOMERE

    01/05/2017

    Pour répondre a Lafronde,il est indispensable de poser, en préalable,la prédominance des marchés sur l’économie dont les principes et les règles en découlent.
    Il se trouve que les marchés sont organisés selon les intérêts fluctuants des spéculateurs en fonction de critères tels que la stabilité,la rentabilité et la sécurité.Ensuite,ces critères étant accomplis,il suffit de fixer soi même les cours qui vont prévaloir pour les marchés mondiaux.On voit bien que seuls quelques grands groupes décident ainsi des règles de concurrence sur les marchés qu’ils organisent eux mêmes.Politiquement,on organise des forums mixtes états/finances (Davos) et l’on s’assure ainsi de la complaisance des gouvernements nationaux ou extra-nationaux.Il suffit de constater la stabilité des économies des grands groupes mondiaux qui montre bien les connivences précitées.
    Les règles économiques ne deviennent alors que des « mécaniques » qui accompagnent les principes fondamentaux énoncés ci dessus.
    S’agissant des profits résiduels nets,l’importance des charges de toute nature,n’est pas déterminante dans le sens ou les marges dégagées et les volumes d’affaires restent élevés.Des observations montrent qu’à charges équivalentes,les entreprises allemandes,par exemple,dégagent des marges et des profits supérieurs aux entreprises françaises.
    L’organisation stratégique des entreprises,l’investissement et la gestion des personnels sont les outils idoines permettant de parvenir aux équilibres économiques stables et performants…en France nous sommes loin du compte de ces points de vue et pour les raisons que l’on connaît.

    Répondre
  2. HOMERE

    30/04/2017

    Le « naufrage » de la France est accompli depuis bien des années,tant au plan économique que culturel ou bien encore moral.
    Son inexorable déclin économique aura débuté après guerre,lorsque notre Général nullissime en économie aura décidé de doter le pays de gadgets aussi inutiles que coûteux tels que CII (dévoré depuis par Honewell Bull)que de Concorde (disparu des écrans radars) et enfin la Bombinette mégatonique qui n’aura effrayé personne…..alors que dans le même temps,les vaincus Japonais et Allemands investissaient massivement dans l’industrie avec les succès que l’on connaît.
    Les industriels français répondaient à une demande intérieure forte de la consommation des ménages reconstituant les produits détruits par la guerre ou ceux crées par les besoins nouveaux de confort.Cette situation de marchés quasi « captifs » n’ont pas incité alors les entrepreneurs et investisseurs à développer et créer des produits qualitatifs et performants et de se doter d’un parc de machines outils de premier plan.Les PME,dans le même temps,n’investissaient quasiment rien pour leur développement et n’exportaient que des miettes de leurs productions,privilégiant le marché intérieur.
    Les produits nippons et germaniques de concurrentiels de nos propres produits,sont devenus rapidement incontournables et ont fracassé notre marché rendant soit obsolètes,soit trop coûteux nos productions.Des pans entiers de notre industrie ont alors explosé et l’on a assisté à des faillites formidables (industrie de l’électroménager,électronique,mécanique,textile,habillement,jouets,ameublement…)des millions de travailleurs sans emploi….on connaît la suite.Seules quelques activités survivent comme le luxe,la distribution,l’aéronautique,l’automobile,l’agro alimentaire…et d’autres beaucoup moins bien (chantiers navals,sous traitance,chimie,agriculture,pêche…)et certaines plus du tout (textiles,métallurgie,mécanique…)
    La responsabilité des nos gouvernants successifs est lourdement engagée,mais aussi celle des dirigeants d’entreprises incapables de stratégies novatrices et d’investissements productifs.L’incapacité à assumer un capitalisme libéral d’une part et la recherche permanente de la performance sociale et l’assistance publique,ont eu raison de notre économie….
    Aujourd’hui,le pays est en faillite….ravagé par le socialisme, aliéné à la spéculation, incapable de choisir un destin cohérent, éclaté socialement et individualiste acharné….il est cliniquement mort.
    Alors me dirais vous dans ce contexte,le choix entre deux inutilités devient anecdotique.
    Nous ne sommes pas sans savoir les fantastiques défis qui nous auxquels nous allons maintenant être confrontés et qui vont nous anéantir définitivement si nous ne réagissons pas comme jamais nous ne l’avons fait.
    Un seul mot d’ordre devrait prévaloir….investissements massifs dans la recherche,la formation,et les technologies du futur…..de ce point de vue on ne constate pas l’enthousiasme délirant de nos « investisseurs » dont les choix doivent être différents…sûrement
    Notre grand Général dont beaucoup vante les exploits aura été l’initiateur de notre déroute…les autres incapables ont suivi dans la médiocrité….et les français accablés ont succombé ou renoncé.
    Triste bilan !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      01/05/2017

      pour un  » gaulliste  » ce bilan est à la fois lucide et honnête, ce qui est surprenant : on ne l’ entend pas chez eux ;  » nous  » [ nos  » élites  » publiques et privées ] avons été en dessous de tout pour ce qui est de la lucidité et du … courage politiques ! De plus sous la pression de syndicats [ plus ou moins marxistes ] nous avons perfusé tous les canards boiteux sans exception à seule fin d’ anesthésier les  » revendications  » des travailleurs et nous n’ avons, de ce fait, pas su moderniser, à temps, notre outil de production et nos formations professionnelles … le problème [ économique ] actuel est bien qu’ aucun des deux postulants ne propose des solutions qui soient réellement efficaces, on ne demande pas même qu’ elles le soient rapidement . Le moins pire en économie étant, sans surprise, Macron … mais il considère le problème essentiellement du point de vue du financier … international sans doute parce qu’ il n’ a pas la volonté de se battre … économiquement; son ambition pourrait bien se résumer à faire de la France un musée … une France de  » services « 

      Répondre
      • Hilarion

        01/05/2017

        Macron incarne cette opposition qui est loin d’être nouvelle entre l’économie réelle, celle qui, par la production de biens ou de services produit de la richesse et cette économie exclusivement financière qui cannibalise la première sans rien apporter d’autre que la fortune à ceux qui en jouissent déjà. Il n’y a donc de ce côté rien à attendre pour le citoyen ordinaire.
        Le FN, comme le Mouvement pour la France de Ph. De Villiers s’inspire des travaux du prix Nobel d’économie 1988 Maurice Allais. M.Allais dénonçait une concurrence internationale en face de laquelle la France ne pouvait qu’être démunie (on ne lutte pas à prix de main d’oeuvre incomparable pour des produits comparables), d’ou nombreuses délocalisations pour les entreprises voulant survivre et en ayant les moyens.
        Une immigration n’apportant pour celle qui travaille que peu de valeur ajoutée faute de qualification, à quoi s’ajoute, un taux de chômage double de celui des autochtones, des coûts importants (infrastructures de santé, écoles, logements. Avec un prix moyen du m2 habitable minimum de 2500€/m2 et 10 m2 par personne, le seul logement de 200 000 arrivants légaux annuels représente une immobilisation de 5 milliards d’€. Une monnaie incohérente compte tenu des niveaux économiques disparates des différents pays européens assujettis.
        Les freins inhérents entre autres à la rigidité du marché du travail n’arrangent rien bien entendu.
        Le coût de l’insécurité. Une étude a été faite par le Pr Jacques Bichot à la demande de l’Institut pour la justice sur le coût de la criminalité en France et publié par l’IFRAP. Entre Juillet 2008 et Juin 2009 (et les choses n’ont fait que se dégrader depuis) l’auteur estime ( avec prudence) à 115 Milliards le coût total de la criminalité soit 5,6% du PIB de la période. Pour des raisons idéologiques les gouvernements qui se sont succédés ont laissé courir. Pourtant pour le Pr Bichot 10% de détenus en plus permet de réduire de 4% la criminalité. Appliqué au cas français la construction de 30 mille place de prison (investissement 4,8 milliards) pour un coût de fonctionnement de 900 millions d’€ par an permettrait de faire baisser la criminalité de 15% correspondant à faire économiser 9,3 milliards par an à la collectivité. (sans compter la tranquillité améliorée). Pour des raisons idéologiques la sécurité n’a jamais été traitée sérieusement, quel qu’en soient les coûts humains et économiques.
        Il est question dans le programme du FN du traitement entre autres de tous ces problèmes. Mais la politique du chien crevé au fil de l’eau depuis des dizaines d’années fait revenir de si loin qu’un quinquennat sera largement insuffisant pour remettre en ordre une situation aussi dégradée.
        Tout le monde a bien compris que le poulain d’Hollande a pour projet d’accroître tous les maux dont souffre la France, ouverture en grand des frontières, immigration massive etc… conformément à la doxa européiste.
        Ceux qui voteront Macron seront dans la situation de ce troupeau d’oies qui défilait en cancanant vive le foie gras ! A moins qu’ils ne soient déjà grassement nantis!

        Répondre
  3. lafronde

    29/04/2017

    La Presse fait passer Macron comme plus favorable à l’Entreprise et à l’Economie de marché que Mme Le Pen. C’est probable pour la Haute Banque, connectée aux banques centrales et aux dettes de l’Etat. C’est évident pour le capitalisme de connivence, bénéficiant de Direction juridique apte à repérer les juteuses niches fiscales, et à transférer les bénéfices à l’étranger, abonné aux marchés publics, versants parfois dans la prise illégale d’intérêt : tu m’agrée pour SFR, je te fais ta campagne sur BFMTV.

    Rien à voir avec l’Artisanat, la petite Entreprise, eux sont soumis à la fiscalité plein pot. Nos Entreprises sont soumises avec un handicap fiscal à la concurrence internationale. Des mesures ont été prises depuis plus de dix ans pour alléger le coût du travail, notamment les charges sociales, subvention au travail peu payé, tendanciellement moins qualifié, finalement moins productif. C’est une impase.

    Une Entreprise rentable c’est un talent d’entrepreneur avec ses multiples talents et ça se paye cher puisque c’est une ressource humaine rare et stratégique, c’est aussi le cas des experts métiers. Il faut ensuite rémunérer le capital, et couvrir les risques. Une entreprise rentable et en développement rapide a besoin d’un environnement règlementaire et fiscale propice. On ne peut matraquer fiscalement ni les entreprises, ni le capital, ni l’entrepreneur, ni les salariés expert, commerciaux ou dirigeants de l’entreprise, sans réduire peu à peu son activité, et sa capacité d’embauche.

    Par conséquent si l’on ne peut pas surtaxer l’entreprise, son capital et ses cadres, cet impératif économique limite la part de recettes fiscales ponctionnées sur la richesse produite dans le pays. Qui dit recettes limitées, dit redistribution limitée au strict nécessaire, donc moins de promesses électorales.

    C’est ici que le programme d’E. Macron est pris en défaut. Des promesses il en a faites, sans diminuer les dépenses existantes. C’est valable aussi pour d’autres candidats, tant que l’Egalitarisme, l’Egalité des conditions, dite « Egalité réelle » ou « la lutte contre les inégalités » sera l’objectif affiché, recherché par la redistribution, la fiscalité restera confiscatoire pour les entrepreneurs, l’activité économique stagnera faute de rétribuer à leur juste mérite les talents qui l’auraient fait progresser.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      01/05/2017

      exacte ! parlez en à L.R. une pépinière de gens compétents en géo-économie … ! je suis certain qu’ ils sont dans une disposition d’ esprit toute disposée à vous écouter et ensuite enthousiastes à suivre vos sages conseils à moins qu’ ils ne cherchent qu’ à se faire réélire sur un programme tout aussi empathiquement *** démagogique que celui de Mme Le Pen

      *** car il s ‘agit bien de cela M. Le P. témoigne d’ une véritable empathie pour le Peuple, ce qui lui trouble le jugement | en Economie ] ; Pour les L.R. il s’ agit que d’ une empathie ordonnée par les circonstances électorales du moment

      Répondre
  4. Yves Paoletti

    27/04/2017

    Il est bon de constater qu’il reste un soupçon de Patriotisme chez certains Patrons et Economistes ,c’est un pari sur l’avenir et ceux de nos Enfants …il serait tout aussi bon d’avoir un peu de courage et d’appeler à voter pour le seul Parti qui veut redonner la France aux Français , »remettre la France en Ordre » comme le dit Marine ce qui vous en conviendrez est un minimum dans ce foutoir généralisé qu’est devenu notre Pays ….avant la guerre Civile Inter-Religions qui s’annonce…
    Un Patriote ,une espèce qui n’est pas encore en voie de disparition …

    Répondre
  5. Bistouille Poirot

    27/04/2017

    Nous avons bien compris mais un organisme décisionnaire qui se respecte ne lève jamais sa séance sans donner une orientation claire. Porte parole de ce groupe je rajouterai qu’il nous demande de voter pour Marine.

    Répondre
    • Orianna

      27/04/2017

      J’ai bien compris quels sont les enjeux cruciaux du scrutin du 2ème tour. Je m’aperçois que la caste médiatico-politique devient de plus en plus fébrile et hystérique, appelant frénétiquement les Français à rallier le vote pour Macron., et pratiquant une « chasse aux sorcières » envers le Front National. Maintenant s’en mêle la cour européenne de Bruxelles qui fait planer des soupçons d’emplois fictifs bidonnés (même tactique ou à peu près qu’avec F Fillon). Je me doutais bien que des « révélations » frelatées se feraient pendant l’entre-deux tours, et je ne suis pas la seule. J’ai aussi l’impression que tous les patriotes du monde retiennent leur souffle.
      Je souhaite ardemment que M; Le Pen soit élue. Je pense qu’elle a le tempérament pour mener à bien la tâche titanesque qui l’attend

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)