Jouée d'avancé : nomination pour le musée de l'histoire de France (II)

Posté le septembre 25, 2009, 12:00
2 mins

Le ministère de la culture l’affiche fièrement sur sa page internet : Jean-François Hébert, directeur de cabinet de Christine Albanel, vient
d’être nommé, sur décret du Président de la République, signé le 21 septembre, président de l’établissement
public de Fontainebleau. Simultanément, le ministre de la Culture a chargé Jean-François Hebert de la mise en œuvre du projet de musée d’histoire de France dont la création a été
annoncée par le Président de la République.

 

Jean-François Hebert devra donc se dédoubler pour d’une part présenter et défendre le dossier de Fontainebleau et d’autre part
instruire l’ensemble des dossiers, dont le sien…

 

Le Ministère de la culture la joue donc en finesse ( !) et marque ainsi clairement
sa préférence, avec l’aval des plus hautes sphères de l’Etat. Au grand dam des autres candidats. Un des principaux avantages administratifs de Fontainebleau y étant le règne exclusif du
ministère de la culture, contrairement aux Invalides et à Vincennes.

 

Jean-François Hebert, serviteur de l’Etat, se voit donc confier une mission culturelle et historique, sans être un spécialiste,
après un parcours classique dans la haute administration et en cabinet :
Conseiller maître à la Cour des
comptes, secrétaire général pour l’administration du ministère de la défense de 1997 à 2002 et président de la Cité des sciences et de l’industrie de 2002 à 2007, puis directeur du cabinet de
Christine Albanel, alors ministre de la Culture et de la Communication.