Jour de Colère : naissance d’un Tea party français

Posté le janvier 29, 2014, 7:00
6 mins
Mon livre sur le Tea Party aux États-Unis se terminait sur «le fol espoir que cette épopée moderne traverse l’Atlantique». Il m’a souvent été demandé depuis si un mouvement populiste semblable était possible en France. J’ai toujours répondu que je n’en savais rien et que c’était au peuple français de créer lui-même un mouvement protestataire qui lui soit propre. Avec le Jour de Colère, il semble que mes vœux aient trouvé écho pour la première fois. Oui, pour la première fois, la France dissidente était en marche, faisant fi des inévitables divergences, animée d’une force commune nouvelle qui a pour nom Colère.

Colère légitime, contrôlée par le bon sens et la raison. Colère d’un peuple outragé, menacé dans son âme comme dans sa vie de tous les jours, méprisé par les élites pourries, spolié par un président immoral. Colère qui s’exprimait dans les banderoles et dans la détermination des manifestants qui, stoïquement, ont marché pendant trois heures à bonne allure sous une pluie glacée, puis écouté pendant une quatrième heure les orateurs représentant quelques unes de la cinquantaine d’organisations qui avaient rendu possible ce rassemblement. Ces orateurs – et oratrices ! – non professionnels, seraient, à l’évidence, tous forcément plus capables de redresser le pays que la clique de ministres soixante-huitards arrogants qui veulent nous forcer à financer leurs projets inacceptables.

Indignation devant le vol fiscal organisé qui est aussi une confiscation de nos libertés, condamnation sans appel d’un président indigne qui entretient des catins et nous couvre de ridicule à l’étranger, ulcération des petits patrons qui n’en peuvent plus d’être assimilés aux PDG du CAC 40, alors qu’ils sont acculés au dépôt de bilan par les réglementations et les charges, rejet viscéral par les familles d’un État qui entend leur soustraire leurs enfants afin de les endoctriner de théories insanes, révolte des jeunes confrontés à un chômage qui les prive d’avenir et enfin, enfin, cri de désespoir d’un peuple qui ne veut pas mourir et revendique haut et fort son identité, son histoire, sa religion, sa culture, ses valeurs traditionnelles.

Était-ce une Tea Party ?

La foule était très hétéroclite, gens de tous les âges et de toutes les couleurs, mais avec beaucoup de jeunes, une foule plutôt populaire que bourgeoise, la France des classes moyennes et modestes, la France qui souffre. Pas de bobos et pas de « personnalités » politiques – ces gens-là étaient restés au chaud, pas assez éprouvés apparemment par un gouvernement dont ils s’accommodent au fond et ne con­testent pas la légitimité.

Les foules américaines Tea Party des débuts se singularisaient par des costumes de l’époque coloniale, une organisation parfaite, une préparation méticuleuse et aussi la présence de quelques élus sympathisants. Pas chez nous. Mais qu’importe ? Le sentiment de l’urgence à agir, l’appel à se libérer de la pression étatique, le courage manifeste, l’endurance face au socialisme symbolisé ce jour-là par une météo infecte – bref, l’essentiel y était !

On peut même dire que notre Jour de Colère, cet embryon prometteur, va plus loin que le Tea Party :

1) Plus qu’une halte à l’activité nocive de Hollande et de sa cour, il réclame carrément sa démission ! La manifestation s’est terminée par une référence à l’article 68 de notre Constitution, qui reconnaît au Parlement le droit et le devoir de s’ériger en tribunal de destitution de tout président ayant fait montre de son incompétence. Voilà qui devrait clouer le bec de tous ceux qui affirment avec condescendance que le slogan « Hollande, dégage ! » est un rêve qui ne peut devenir réalité.

2) Et puis le mouvement a déjà une martyre en la personne de Béatrice Bourges, nouvelle Jeanne d’Arc, admirable de courage et d’abnégation puisqu’elle entend camper devant l’Élysée et entamer un jeûne total jusqu’à ce que Hollande et les médias l’entendent.

Je connais mes amis du Tea Party : je sais qu’ils salueraient avec respect cette France héroïque.

Dans 20 mois peut-être ?

Evelyne Joslain

10 réponses à l'article : Jour de Colère : naissance d’un Tea party français

  1. Janko54

    03/02/2014

    A mon avis il n’y aura pas de « Tea Party » français. Suffit de voir l’état d’esprit des français à l’heure actuelle : tout le monde tire à boulets rouges contre le « capitalisme » et le « libéralisme », alors que la France n’a jamais été libérale (elle croule sous les taxes, l’étatisme etc.).

    Un tel effort est entrepris par les écrivains et les artistes pour discréditer le libéralisme et glorifier les idéologies gauchistes, qu’un mouvement libéral de type Tea Party ne verra jamais le jour.

    Répondre
  2. 29/01/2014

    Qu’importe ce qu’en pensent la clique des « gens comme il faut ». Ce soucis est dépassé depuis longtemps, seule la colère est en marche, peu importe la manière. Et comme à l’époque de la collaboration ces mêmes gens tourneront la veste pour s’acheter une dignité dès que le vent deviendra dominant.

    Répondre
    • Oeildevraicon

      30/01/2014

      @MEROU Gérard : Et comme à l’époque de la collaboration ces mêmes gens tourneront la veste pour s’acheter une dignité dès que le vent deviendra dominant.

      Avez-vous remarqué que, à travers toute notre histoire les gens que vous citez ci-dessus, proviennent en majorité du même bord ?
      Dans ce milieu les girouettes sont légions et le vent n’a pas toujours besoin de souffler en « rafales », pour qu’elles tournent.

      Répondre
  3. Jean Baud

    29/01/2014

    Agathe et Jaurés,: Surtout,continuez comme cela,vous ne nous découragez pas,vous nous dynamisez encore un peu plus,c’est parfait!!!

    Répondre
    • Oeildevraicon

      29/01/2014

      La première est peut-être la compagne du second qui lui, est syndicaliste… D’où tout ce fiel déversé sur  » jour de colère et Béatrice BOURGES » (gauche oblige).

      Toujours est-il que en suivant le lien de @Jaurès, je ne vois que des cuisiniers très typés faire la quenelle, proférer des des injures et faire le saluts nazi.
      Petite question: Quelle est la couleur de peau de ceux qui ont jalonné le cortège avec des ananas ?
      Je vous le donne « Emile ».

      Au vu de toutes les vidéos qui prouvent que les quenelles et injures racistes sont le fait des protégés « des gauches  » il serait de bon ton, que les collaborateurs œuvrant à l’envahissement de la France, se regardent le nombril ( s’ils en ont un) et cessent d’accuser l’extrême droite et les catholiques à chaque fois qu’un vent contraire, les fait s’enrhumer. .
      Si slogans violents il y a, ils sont en majorité dues aux soutiens de « l’humoriste » antisémite, qui est passé comme beaucoup d’autre, par la case -extrême gauche-.

      Pour terminer, lorsque le ciment aura pris entre les différentes composantes des mécontents, la France héroïque « bleu-blanc-rouge » (pas celle sur laquelle ironisent @Agathe et Jaurès) fera entendre sa juste colère.
      Il se peut que ce jour là le peuple de France, fasse avaler les quenelles à ses cuisiniers (ceux qui les cuisinent) et à l’oligarchie qui sans vergogne, la gouverne.

      Répondre
      • Jaures

        30/01/2014

        Les passages de l’extrême gauche à la droite extrême ne sont pas si rares. Des auteurs sur ce site ont été de gauche. J.F.Revel a milité longtemps au PS. Alain Soral a été militant communiste avant de rejoindre le FN en 2005…
        Et il semble que vous n’ayez vu sur mon lien que ce que vous vouliez voir.

        Répondre
  4. Agathe

    29/01/2014

    Avec les français, la colère se dégonfle comme un ballon de baudruche quand il est l’heure de rentrer dîner et de se voir à la télé.

    Répondre
  5. Jaures

    29/01/2014

    Triomphal jour de colère, en effet ! Ce qui a été surtout retenu, outre la mosaïque des doléances, depuis la fin de l’écotaxe jusqu’à l’arrêt du programme d’éoliennes, c’est la violence des slogans antisémites omniprésents (qu’Evelyne Joslain ne condamne même pas). Est-ce là la « France héroïque » entre quenelles et saluts nazis: http://www.huffingtonpost.fr/2014/01/27/jour-colere-quenelles-saluts-nazis-rues-paris_n_4671985.html ?
    Enfin, je doute que Béatrice Bourges tienne sa grève de la faim jusqu’en 2017. Bon courage à elle !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      01/02/2014

      avant vous on connaissait une doctrine philosophique , le Confucianisme, avec vous nous connaissons ENFIN un mensonge de la Logique le CONFUSIONNISME …
      vous devriez vous remettre, si jamais vous vous y mîtes un jour , aux Sciences Véritables !

      Répondre
  6. philiberte

    29/01/2014

    et ce « jour de colère » est discrédité par les médias, il n’y avait qu’à écouter i-télé ce matin!
    on sentait la crainte du débordement de la manif de dimanche prochain, conduite par des français « régressistes »!
    et qu’importe si les débordements de dimanche dernier ont été perpétrés par des casseurs appointés, la manif a débordé!!! vous entendez bien: elle a débordé!!! sous-entendu: les gens biens ne sauraient se commettre avec ce genre de manif!

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)