La baisse des dépenses publiques, c’est pour plus tard !

La baisse des dépenses publiques, c’est pour plus tard !

Les socialistes ont décidément un problème avec les finances publiques.
Le 1er octobre, sur RTL, le nouveau Premier secrétaire (plus exactement, probable Premier secrétaire, puisqu’il n’a pas encore été « élu » par les militants qui sont censés entériner le choix de Martine Aubry…), Harlem Désir, a accumulé les déclarations fracassantes sur le sujet.

Tout d’abord, il a dénoncé le « surendettement irresponsable mené pendant les années Sar­kozy-Fillon ». Je serais assez d’accord avec lui, si le PS nous avait habitués à la rigueur budgétaire et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’est pas vraiment le cas. Au demeurant, les trop rares efforts budgétaires menés par Sarkozy et Fillon ont tous été combattus par les socialistes !

Ensuite (et c’était là, naturellement, l’important), Harlem Désir nous a expliqué que le fameux 3 % du PIB « n’était pas tabou » et que l’on se moquait pas mal de l’année durant laquelle la France y reviendrait.
Cette fois, je reste éberlué devant tant de désinvolture.
Peut-être M. Désir ne s’en souvient-il pas, mais ce fameux chiffre de 3 % a été suggéré par François Mitterrand aux eurocrates au moment du traité de Maastricht.

Et pour quelle raison ? Tout simplement, parce que la France, qui avait pourtant déjà une grande expérience de la gabegie budgétaire, n’avait pas encore atteint ce chiffre astronomique.
Je pourrais être d’accord avec Harlem Désir sur cette vache sacrée des 3 %. Selon moi, ce chiffre est tantôt trop laxiste (le plus souvent), tantôt trop contraignant.

Surtout, il est très différent de présenter un déficit lié à un investissement et un déficit lié aux dépenses de fonctionnement.
Et il serait beaucoup plus sain de contraindre le volume du budget – et surtout le volume des dépenses publiques de fonctionnement – que de lier cette contrainte au PIB.

Mais, tout cela n’intéresse pas Harlem Désir. L’objet de ses déclarations est beaucoup plus politicien : il s’agit de faire porter à l’Union européenne la responsabilité de l’échec des promesses démagogiques de François Hollande.
Cette gauche n’a décidément rien appris. Elle continue à croire que le chômage peut baisser avec l’embauche d’emplois jeunes ou de fonctionnaires supplémentaires. Pour elle, l’argent public sert à se constituer une clientèle électorale. Autant dire que la baisse des dépenses publiques n’est pas pour demain !

Partager cette publication

(8) Commentaires

  • quinctius cincinnatus Répondre

    ce qu’il y a de curieux au Conseil Constitutionnel , c’est qu’on y cherche EN VAIN  un CONSTITUTIONNALISTE … d’où les " couacs " à répétition , si on peut parler de couacs , puisque ceux ci , curieusement , vont tous , et toujours , dans le même sens et que si  "on  " est en désaccord avec la majorité  de" la bande des… ( combien sont ils au fait ? ) " , " on " peut toujours avoir recours à un droit de retrait pour " faire démocratique "

    Caracalla avait nommé son cheval sénateur ( pas par folie mais parce qu’il avait plus d’estime pour un cheval que pour un sénateur romain )  ; je pense que dans la même optique Jacques Chirac devrait siéger de nouveau au C.C.  il y a toute sa place !

    07/10/2012 à 20 h 42 min
  • Daniel Répondre

    Merci F , je n’ai pas vu passer l’info.

    30% de baisse de leurs salaires m’avait paru important comme preuve de leur bonne foi!. (c’était toujours ça de positif ) . Cela ne fera qu’un mensonge électoral de plus.
     Une double trahison ? oh non, ce n’était pas prévu!. Quand même, ils ne sont comme les roublards de droite!!! .

    Et ont-ils pensé à reverser ces 30% en impôt volontaire pour baisse de la dette produite précisément par ce type de privilège? Dans les films, un chef ça donne l’exemple…
    Et avons nous pensé que nous se sommes pas obligé de subir un impot pour combler des dépenses illégales?  Car pas grand chose dans ce vaste marécage ne correspond aux bases de la Constitution.

    06/10/2012 à 23 h 35 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    imaginons maintenant un gouvernement de " droite " l’article pourrait alors s’intituler

                   " la baisse des dépenses publiques *** c’est pour jamais "

    *** achat de " rafales " par exemple

    ces démocrates vivent , et pas chichement , sur le dos de la bête et ont pour seul crainte de ne pas assurer leur " avenir " politique et , du votre , malheureux ,  ils s’en contre-fichent …  royalement si j’ose dire sauf si vous entrez dans la catégorie des électeurs qui votent pour l’un ou l’autre parti *** tout cela n’est donc comme à Athènes que clientélisme pur ( ? ) et simple

    ***  selon un conseiller de l’Elysée  une question obsédait le Président :

    " combien va payer l’an prochain un couple d’enseignants avec deux enfants; ne va t il pas être trop atteint par le gel du barême , le nouveau plafonnement du quotient familial et les effets de la tranche ? "

     les calculs de la direction général des impôts l’ont rassuré et seul un esprit mal tourné pourrait remarquer qu’un couple d’enseignants avec deux enfants ressemble fort à un duo d’électeurs de base du P.S.

    le canard enchaîné

    06/10/2012 à 16 h 24 min
  • HansImSchnoggeLoch Répondre

    <>, le conseil constitutionnel n’est-il pas plein de petits copains de la clique rose-rouge-verte au pouvoir? Le résultat de ce vote n’a donc rien de surprenant et le retour sur investissement ne se fera certainement pas attendre longtemps. Le conseil constitutionnel sera bientôt gratifié d’une augmentation substancielle pour services rendus à la nation. Le cochon de contribuable paiera déjà.

    05/10/2012 à 21 h 46 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    Effectivement article de facture très classique ; pour autant  je m’interroge pour savoir qui décidera  qu’un déficit ciblé pourra être rentable à l’avenir …  voyez le T.G.V. ( lignes non rentables et qu’il faudra fermer le plus tôt serait le mieux )  , le Réseau des voies ferrées de France . ( bientôt digne des voies férrées indiennes ou américaines ) , les aéroports ( Lyon Saint Exupéry en attendant Nantes aux tarmacs quasi déserts ) , les hyper-ports ( Le Havre vides du moindre clipper ) etc … et pourtant ne nous avait on pas affirmé qu’il s’agissait là d’investissements qui seraient productifs à l’avenir ? Certes ils l’ont étés dans l’immédiat pour Vinci , Bouygues , Véolia etc … c’est ce que je nomme moi contribuable l’enrichissement privé par l’argent  public , c’est à dire une spoliation !

    04/10/2012 à 19 h 10 min
  • F Répondre

       Allez, c’est limite hors sujet ( quoi que) mais juste pour rire:

     Par sa décision du 9/08/2012, le conseil constitutionnel a invalidé la baisse de 30% des salaires des ministres et du président.
     
     Ils s’en sont pas vantés les petits canailloux, hein?

     Et les journalistes qui, tel Pujadas, avaient les larmes aux yeux à l’annonce de cette baisse, ils nous l’ont pas dit fort qu’elle était annulée, hein?

     On a donc 70% de ministres en plus payés pareil. Comme le dit l’article, la baisse des dépenses peut attendre, mais leur augmentation, c’est maintenant…

     

    04/10/2012 à 18 h 57 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    @ F

    vos remarques vont m’inciter à lire cet article ( le nième + 1 ) sur cette question

    04/10/2012 à 13 h 44 min
  • F Répondre

      Finalement, pour H. Desir, le déficit est inadmissible et preuve d’incompétence sauf quand il vient d’un gouvernement socialiste…
      Et il y a beaucoup de choses comme cela: Des déclarations qui rappellent LHLPSDNH quand ils sont dit par d’autres, pais deviennent clairvoyantes quand ce sont des socialistes qui les font. Des actions "fascistes" deviennent humanistes pourvu qu’un responsable socialiste les fasse.

    03/10/2012 à 21 h 47 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: