La colère de Villepin à l’Assemblée

La colère de Villepin à l’Assemblée

Décidément, Dominique de Villepin m’enchante, et plus je le vois isolé, plus je tends à le soutenir. Serait-ce mon côté Don Quichotte qui m’inciterait ainsi à me porter auprès d’un capitaine attaqué de toutes parts ? Je crois plutôt que c’est de voir un homme de caractère faire front avec panache à la meute enragée acharnée à sa perte.

Car enfin, voici un Premier ministre qui travaille dur pour tenter de sortir la France de l’ornière et qui utilise avec obstination tous les moyens du bord, traitant chaque jour dix urgences et cent dossiers. Et au lieu de le laisser œuvrer en paix au service de la nation, le consortium des cloportes de toutes obédiences n’a de cesse de lui jeter sous les pieds les peaux de banane qui traînent dans les poubelles de la République. Peut-on s’étonner après cela qu’il se mette en colère ?

Le 20 juin, à l’Assemblée nationale, Dominique de Villepin a perdu son sang-froid. Oui, et alors ? Quant à moi, j’aime assez qu’un homme d’État perde son sang-froid devant la bassesse des démagogues et préfère tout à coup la langue de fer à la langue de bois, révélant qu’il n’est pas un pantin mais un homme de passion, de chair et de sang.

Et le petit Hollande, qui se croyait malin d’agiter le spectre du délit d’initiés de l’EADS, dans lequel Villepin n’a aucune part, s’est pris un soufflet sur le nez qu’il n’avait pas volé. « Je dénonce la facilité, et je dirai même, en vous regardant, la lâcheté, la lâcheté qu’il y a dans votre attitude ! » s’est écrié Villepin hors de lui. Fureur dans l’hémicycle ! Tempête dans un verre de bave ! Les socialistes, drapés dans leur dignité pleine de trous, sortent comme un seul homme et le président de l’Assemblée est contraint de lever la séance. Le lendemain, le Premier ministre viendra exprimer ses regrets (mais non ses excuses) et retirer ses propos, sans doute parce que de fortes pressions se sont exercées sur lui. C’est dommage. Oui, c’est dommage, parce que ce n’est pas tous les jours qu’on ose dire aux socialistes leurs quatre vérités.

Aussi ne me priverai-je pas de leur en asséner ici une cinquième, à savoir que la lâcheté est consubstantielle au socialisme. Au point qu’en associant les deux termes, on frise le pléonasme. Relisez l’histoire de notre pays depuis le début du xxe siècle jusqu’à nos jours, et vous constaterez que la politique socialiste n’a jamais rien été d’autre qu’une longue litanie de lâchetés en tous genres.

La place me manque pour en dresser la liste, mais vous la trouverez dans les manuels les moins falsifiés. Lâcheté devant les dangers extérieurs, lâcheté à l’intérieur devant les revendications les plus irréalistes, lâcheté devant les nécessités de réforme, lâcheté devant l’immigration sauvage et la chienlit des banlieues, lâcheté devant le déficit budgétaire, lâcheté devant les privilèges des fonctionnaires, j’en passe et des pires. Bref, le socialisme, c’est la lâcheté institutionnalisée. Et c’est aussi, bien sûr, la lâcheté politicienne, qui consiste à profiter de toute difficulté du gouvernement pour se mettre à hurler hystériquement : « Démission ! Démission ! »

La lâcheté, hélas, est contagieuse, et force est de reconnaître que trop souvent la droite a épousé la lâcheté socialiste. Mais cette dernière a tellement gangrené le tissu national que montrer du courage politique est devenu un exploit périlleux. La pugnacité de Villepin n’en est que plus admirable. Et certains élus de la droite ne se sont pas fait honneur en lui tirant dans le dos. Ainsi, quand François Bayrou, dont j’approuve parfois les analyses, a déclaré après l’incident « les commandes de l’État ne répondent plus », ce qui était une pure sottise, il a grandement baissé dans mon estime. « Je le redis, la lâcheté », avait martelé Villepin, accusant les socialistes de n’avoir « jamais été au rendez-vous de la politique de la nation ». La nation, kéksékça ?, ont dû penser les socialistes éberlués. Pour eux, la nation doit être une sorte de monstre antédiluvien qu’il convient de noyer au plus vite dans le potage velouté d’une humanité passée au mixer. Le paradis socialiste, c’est le chaos culturel où se rassemble la masse informe des sans patrie, des sans racines, des sans papiers.

Partager cette publication

(20) Commentaires

  • Léon Répondre

    « Seule la société civile peut le sauver, mais elle dort. » La société civile est lobotomisée par un état décideur dirigiste et pourvoyeur du bonheur collectif. La responsabilité = 0 la citoyenneté = 0 l’autonomie =0 la connaissance des principes de base en économie = 0 l’école marxiste veille à fabriquer des révolutionaires en herbe ignorant du monde qui les entoure. Les français: de la psychotique sociale culturelle.Et puis quelques esclaves artisants, pme, pmi, qui remplissent les caisses pour que la momenklatura puisse les vider en créant des commissions pour réflechir sur la manière de refléchir aux problèmes. Et puis les chomeurs à qui l’anpe offre des stages en module de réflexions pour s’informer sur les formations à la formation. Et puis…

    04/07/2006 à 19 h 18 min
  • sas Répondre

    Tu vois c’est exactement cela le manque de dicernement….de galouzeau de villepin au lieu de décliner le cide à la commédie française….on la foutu au gouvernement…. ….et pourquoi pas GALLOIS à EADS ???? sas

    04/07/2006 à 14 h 07 min
  • Saint-Tex Répondre

    Tiens, bizarre, on entend pas les aboiements habituels de certains : trop occupés à s’empifrer de caviar avec les kamarades du parti ? 😉 Non, mais là, ce que vous dites tous est très bien, MAIS, vous jugez les politiciens aux passes d’armes qu’ils se font en combat à l’Assemblée avant d’aller boire un coup ensemble pour se rafraîchir. Le spectacle, ça donne chaud surtout ces temps-ci. De Villepin : un de mes amis le connaît pour avoir été au lycée avec lui. Le gars n’était pas brillant mais il se comportait avec la condescendance d’un aristrocrate. Mon ami se marre bien de ce que les gens en disent sur son art de gouverner. Quant à Hollande, pas dur de dire l’évidence : il porte la lâcheté sur son visage de petit fonctionnaire-chef collabo style 1940. Vraiment pas une tête de présidentiable. Mais il représente très bien son parti, c’est sûr. Sarkozi, moui, mais bon, il se dégonflera et je doute que ce soit un expert du blitzkrieg qu’il ne fera sûrement pas aux syndicats gauche-mafia s’il est élu. Le pire est surtout l’attitude du peuple Français qui a, après tout, les hommes politiques qu’il mérite. Mais personne ne percute là dessus. Vous savez, le cirque du marasme politique Français peut encore durer des siècles ! Même que quand tout le monde aura quitté la planète pour aller coloniser l’espace, les Français s’apercevront tout juste que c’est techniquement possible et se mettront à réinventer le voyage dans l’espace. Un peuple ingouvernable disait César (comme els Américains, d’ailleurs), un peuple de bourrins, oui, cultivant l’éternelle tradition du retard et des considérations ringardes façon exception Française minable. Bien sûr, il y a des exceptions et les gens lucides, ici, en sont (je les salue). Mais regardez les autres ! Panem et circencès, et ça leur suffit. La-men-ta-ble ! Les autres peuples applaudissent leurs performances économiques et nous celles de vieux footballeurs (gladiateurs) milliardaires… Alors que ceux qui espèrent encore en 2007 rêvent à donf, mais rappelez-vous un peu du jeune Chirac. Comme Villepin et Sarko lui ressemblent à son époque. Et maintenant, c’est Chirac-les-pantoufles…. Ce n’est pas comme ça que notre pays sortira des abysses où il coule sans cesse. Seule la société civile peut le sauver, mais elle dort.

    02/07/2006 à 15 h 23 min
  • grandpas Répondre

    Beaucoup de bruit pour rien,car ce qu’a dit M Villepin sur les socialistes quand un on a peut de bon sens,ce n’est qu’une evidence historique.

    29/06/2006 à 20 h 20 min
  • EIFF Répondre

    A Scottkiller. Exactement, les francais n attendent qu une seule chose c est d aller à droite et rien qu à droite. On le voit bien avec le phénomène Sarkozy qui a suscité, même à gauche, un vaste élan et une grande attente. Seulement ce gouvernement minable n a fait que de timides réformes et a un bilan nul en matière de délinquance et d immigration, depuis 1995 Chirac a tout gaché alors que les contestataires (agitateurs syndicalistes, gauchistes démagogiques, manifestants professionnels) n auraient pas plus hurler ni moins bloquer le pays qu avec de vrais réformes libératrices, le rétablissement de la préfèrence nationale et un controle strict de l immigration. Ces politiciens sont des professionnels de l intox mais n ont aucune suite dans les idées. 2007 un grand coup de balai.

    29/06/2006 à 16 h 59 min
  • Robert Répondre

    Bravo ! Certains ont tout fait pour diaboliser Villepin et ceux qui l’appuyaient mais je suis ravi de constater que nombreux aussi sont ceux qui appuient son courage ! Chirac s’est fait harceler pour le faire virer mais finalement le camp de la défaite était du côté de l’orgueil qui prêche la contrition pour mieux dicter nos conduites. J’ai longtemps appuyé la gauche mais il faut aujourd’hui qu’elle se mette aussi une chose dans la tête : beaucoup de français ne leur pardonneront jamais de s’être divisé au dernière élection. Nous forçant par leur incapacité à travailler ensemble et leur obsession pour la confrontation partisane à voter pour un homme que nous méprisons. Je ne suis pas une exception. Je propose de les piquer au vif pour qu’ils se réveillent de leur léthargie.

    29/06/2006 à 16 h 11 min
  • Bagnon Répondre

    Une fois n’est pas coutume, je partage entièrement l’avis de Pierre Lance.

    29/06/2006 à 15 h 59 min
  • Gérard Thibault Répondre

    Tout à fait d’accord avec vous : Villepin a du mérite et du courage, osant dire à ses opposants politiques leurs 4Vérités… Dommage qu’il ait exprimé des regrets ! Quant à ceux de son parti qui lui ont tiré dans le dos (par peur des futures élections), ceux-là sont encore plus lâches que les autres. A nous de nous en souvenir ! Très cordialement

    29/06/2006 à 15 h 40 min
  • sas Répondre

    de galouzeau de villepin…fausse droite, faux courage,fausse compétence,faux noble,faux programme, faux emportement….et faux honneur En 2 mots largement pire que le gnome iznogood qui fait limoger un directeur de journal(paris match) parxcequ’il est marié à une « pute »…..et que maintenant la france le sait…et que son futur potentiel président est …..cocue quel commédie de larte…..les guignoles….et pendant ce temps la france se meurt dans des convulsions qui n’en finissent pas. sas

    29/06/2006 à 13 h 52 min
  • Scottkiller Répondre

    A Maya15150, Oui nous sommes en colère contre les socialos, vous n’avez fait que des conneries, alors nous appelons un chat, un chat. On ne veut plus de vos idées, vous n’avez pas encore compris ça ??? Le 21 avril 2002, j’y ai contribué. A entendre toutes les remarques concernant cet evenement, vous n’avez rien compris. Les français veulent aller à droite, c tout. Malheureusement chirac est un homme de gaauche et par delegation vous avez encore été aux commandes pendant 12ans. donc ça fait 14 ans Mitterand + 12 Chirac +cohabitation pour mettre le pays à genou. Les français veulent vous dégager, nous allons réussir cette fois…

    29/06/2006 à 13 h 40 min
  • Jean-Claude Lahitte senior Répondre

    Moi, je plains « MAYAL 51 50 » (un pseudo qui me fait pendser aux bons vieux numéros de téléphone d’antan !) qui voit haine et mépris à l’encontre des socialistes là où l’on n’en manifeste pas. Ce qui peut faire supposer qu’il convient en son for intérieur que ses amis mériteraient l’une et l’autre pour la situation désastreuse dans laquelle eux et leurs amis verts ou rouges, avec la complicité active des synduicats, ont plongé le pays. Et s’il se plaint de voir que Chirac n’a pas tenu le « Pacte Républicain » conclu avant le second tour des présidentielles de 2002, il n’a qu’à s’en prendre à lui-même et à tous les imbéciles qui ont voté pour lui, alors qu’ils ne pouvaient ignorer que Jacou ne tenait jamais ses promesses. Pas plus d’ailleurs que les autres « gouvernementaux » de gauche comme de droite… Et je trouve ce même « MAYAL » aussi « léger » (le mot est de lui) que le bilan du gouvernement JOSPIN (au secours, il revient)(1) dont on paie encore aujourd’hui les « 35-heures », le laxisme en matière d’immigration et de sécurité, l’incapacité à réformer le « Mammouth » (2) etc. La seule objection que pourrait apporter « MAYAL » serait que les gouvernements « de droite », par incompétence ou/et par peur d’affronter une opinion publique (indigènes et allogènes confondus !) habituée de plus en plus à l’assistanat (offert par les Socialistes qui ne connaissent que ce moyen électoral) et agitée par des Syndicats et des médias « portant » tous à gauche, ne font guère fait mieux en refusant de mettre en oeuvre kles nécessaires réformes et mesures … Pas plus aujourd’hui qu’hier ! Quant à l' »épouvantail » LE PEN évoqué par ce correspondant, sa mauvaise image de marque a été « fabriquée » de toutes pièces(3) par la classe médicatico-politique (unie comme en mai 2002 !) qui ne veut surtout pas quitter les « affaires ». Mot qu’il faut prendre à tous les sens du terme. Et de préférence dans son sens « business ». Cordialement, Jean-Claude Lahitte senior (1) mais je suis de ceux qui pensent que les Fabius, Royal, Strauss-Kahn, etc. feraient pire. Ne serait-ce que parce que Jospin qui a un fond d’honnêteté que n’ont pas les politiciens en général, aura retenu les leçons de son échec ! (2)les socialistes, avec les communistes, appartenant au sérail de l’Education prétendue Nationale ne sont-ils pas les mieux placés pour la réformer de l’intérieur ? (3) ainsi, pas plus tard qu’hier, on a fait dire à Le Pen qu’il détestait l’équipe nationale de football sous prétexte qu’elle est « black-black-black » (le mot est non de lui, mais d’Alain Finkelkraut !) alors que, pas plus tard qu’hier, sur « Radio-Bleue » il s’était réjoui de sa victoire sur l’Espagne. Tout en faisant remarquer avec bon sens que, par sa « couleur » elle n’était pas forcément représentative de ce qu’est (pour combien de temps ?) la population fançaise, reprochant – sans doute à juste titre – à Domenech d’avoir écarté certains joueurs « blanc » pour des raisons idéologiques. Eh bien, le jour-même radio et TV se déchaînaient cointre le « raciste » qui n’aime pas la sélection française à cause de sa « couleur ».

    29/06/2006 à 12 h 09 min
  • EIFF Répondre

    La petite phrase de Villepin n était pas bien méchante comparée au désastre et aux mensonges des socialistes qui utilisent systèmatiqument tous les moyens qui sont à leurs dispositions pour salir et détruire la France et les valeurs francaises. Seulement Villepin n est pas allé jusqu au bout de sa logique pour dénoncer en profondeur tous les méfaits et crapuleries des socialistes et a cru devoir se rétracter apres avoir été trahi par une partie des inconditionnels sarkozistes de la division. Villepin vient d annoncer qu il n avait pas d ambition présidentielle le lendemain de l intervention télévisée de Chirac qui a annoncé à demi-mot qu il était prêt à se représenter en 2007…. Voilà un homme avec un certain courage et des qualités qui a choisi de s effacer derrière l ombre du plus grand déclinologue de tous les temps de l histoire de France, Chirac, uniquement pour le sauver de la potence encore une dernière fois. Quel gachis !

    28/06/2006 à 22 h 57 min
  • MINUX75 Répondre

    Bonjour villepin est tellement médiocre que malgré ses conseillers en communication qui sont la pour cacher le misère, eh bien cela se voit comme un nez gros sur la figure Alors que tout le monde s’éxtasiait sur la méthode villepein, « ce monsieur si sexy, si dynamique, qui fait du jogging » il y a quatre ans, je suis résté de marbre. Je n’ai pas changé d’avis. Il y a une bonne raison à cela, le président de la république a un don très spécial, il rend médiocre tous ceux qui lui serrent la main. villepin bien sûr mais aussi l’ancien premier ministre raffarin, le ministre de l’économie et tous les autres ministres. à bientôt à bientôt

    28/06/2006 à 18 h 23 min
  • maya15150 Répondre

    je vous plains d’éprouver autant de haine pour les socialistes et vous méprise pour certains de vos propos.rAPPELER VOUS QUE chirac devait être le président de tous les français(ce qui n’est pas le cas)IL a bien joué en faisant peur au français sur la sécurité qu’avait un peu délaissé les socialistes,faisant monter LEPEN AU 1er tour et récupérant ainsi la présidence…alors que JOSPIN était trés bien placé pour gagner(les socialistes avaient été un peu léger sur le problème de la sécurité,c’est vrai ,s’attachant+ a l’emploi;19% n’a jamais représenté tous les français:le mécontentement gronde de + en+ chirac a vécu toute sa vie sur la REPUBLIQUE il fallait qu’il soit réélu ne sachant rien faire d’autre et pour éviter les problémes judiciaires!!!!

    28/06/2006 à 17 h 33 min
  • Jean-Claude Lahitte senior Répondre

    Sans aller jusqu’à dire que Villepin m’enchante, je dirais simplement que le « certain panache » (rappelant de manière pâlichonne celui dont il avait fait preuve lors d’un discours mémorable au Conseil de Sécurité) qu’il affiche malgré les revers qu’il essuie, malgré les avanies que lui font subir ses « amis » politiques, est loin de me déplaire. Mais je reproche à ce « mousquetaire » de se battre à fleuret moucheté face aux guignols de la politique, ceux de gauche particulièrement. Ainsi, au lieu d’accuser Hollande de lâcheté, j’eusse aimé qu’il lui rappelle toutes les affaires, les magouilles, les amnisties, etc. mais aussi la mauvaise gestion des finances, de l’insécurité, de l’immigration, et, surtout, de l’Education prétendue nationale, qui auraient dû écarter définitivement le P.S. non seulement du pouvoir, mais aussi des bancs de l’Assemblée nationale. Il ne suffit pas d’accuser quelqu’un de lâcheté(1) sous l’oeil des caméras de la télévision, il faut aussi avoir le courage d’expliquer pourquoi. Au risque d’avoir à en découdre ensuite sinon sur le pré (2), du moins, comme cela devient à la mode chez les vedettes, devant les tribunaux. Quoiqu’il en soit, outre qu’il s’est sans doute trompé d’époque, il est certain que le mousquetaire Villepin s’est trompé de cheval. Aussi bien en misant sur CHIRAC que sur une U.MP. aussi étriquée(3) que le patron qu’elle s’est donnée (là, je pense à Sarkozy !) avant de le désigner (« démocratiquemen » comme ils se doit) pour unique candidat à la Présidence. Cordialement, Jean-Claude Lahitte (1) quand on connaît la lâcheté des politiciens de tous bords, il n’y avait d’ailleurs pas de quoi fouetter un chat, êût-il la prétention d’être un éléphant du P.S. ! (2) l’idée d’un duel entre Hollande le joufflu au crâne dégarni et Villepin au visage émacié et à la chevelure flamboyante me paraît d’un réjouissant tragico-comique ! (3) à l’image de ces « UMPéïstes » honteux qui ont lâchement abandonné le Premier Ministre après sa sortie contre Hollande. Le comble ayant été atteint par la Boutin (je n’ose écrire « la Boutin de la République ») qui a eu la stupidité de dire en larmoyant « J’ai honte pour la France ! ». Moi, j’aurais honte d’avoir pour présidente (et même pour collègue de parti) une dame aussi sensible…

    28/06/2006 à 14 h 48 min
  • bragulat Répondre

    Bravo! Je n’avais pas la moindre estime,pour Villepin,mais là tout comme vous je l’approuve!Les députés de droite qui lui tirent dans le dos sont des ordures!Ils ne valent pas mieux que leurs homologues socialistes!Pour une fois qu’un dirigeant de droite a quelque chose dans le pantalon,il faut le soutenir!Il y en a marre de cette droite sans couilles,qui baisse son pantalon devant les pourritures de syndicats de la fonction publique!Mais qu’attendre de ces guignols,quand on sait que près de la moitié des députés de droite sont issus de cette fonction publique archaïque! Aujourd’hui,je me dis pauvre France,où va-tu ?Il y a t-il une Margaret Tatcher qui te sauveras ? Antoine Bragulat

    28/06/2006 à 13 h 52 min
  • Serge Répondre

    Ayant beaucoup d’amis russes en Russie et dans les pays de l’Est, ils s’amusent énormément de la vision politique des socialistes français en particulier du qualificatif « gauche caviar », tous ces messieurs levant le verre qu’ils peuvent se payer à la santé d’un peuple qui le peut de moins en moins en grande partie à cause de leurs inconséquences, incompétences et de leur irréalisme lorsqu’ils étaient au pouvoir.Ne parlons pas de la corruption dont ils n’ont pas l’apanage.De vrais socialistes en France il ne reste guère que Laguillier, Besancenot et quelques autres communistes qui réfléchissent encore au « bien du peuple » et qui ont je pense au moins le mérite d’être utopiquement de bonne foi. Celà dit la droite ne donne pas non plus une image très édifiante les mêmes « affaires » concernant souvent les deux camps. De même qu’il n’y a pas de « guerre propre » et de code vraîment applicable (on peut juste limiter les dégats) il en va de même de la politique qui n’est jamais propre et dont on peut juste tenter de limiter les dérapages. Et cessons de nous gargariser avec le mot de « démocratie » qui ne veut absolument rien dire et n’a d’autre effet que de jeter une poudre démagogique et euphorisante aux yeux de citoyens (grand mot à la mode…faute d’idées rénovons le vocabulaire!)qui suivent le vent comme il pousse des fictifs avantages vers leurs assiettes de plus en plus vides. Les véritables statistiques montrent que notre pays n’arrête pas de saigner d’une hémorragie que la lâcheté et l’incompétence des hommes politiques de tout bord entretient. Fuite des capitaux, des cerveaux,du savoir-faire, de nos industries qui délocalisent…on se mange la main droite pour nourrir la main gauche en vendant les actifs de l’Etat et il suffit de regarder ce qui se passe en Europe sans les lunettes de la désinformation pour voir la gravité de la situation..(cf le dernier rapport de la Cour des Comptes) Villepin a du courage et certainement un réalisme qui le motive, tout comme Sarkozy et quelques autres à la différence de leur « Prince » qui vit dans une béatitude illuminée consternante. Quant aux socialistes ils ne pensent ces jours ci et d’ailleurs comme d’habitude qu’à se faire élire et remettent en avant des « hommes nouveaux » qui baignent dans l’eau sale de la politique depuis des années et n’ont jamais eu n’y n’auront jamais aucune idée d’envergure sauf pour leur nombril. Ces luttes d’Enarques au sommet me font bien rire.Par contre elles ne font plus rire la France quant elle en prend conscience. La solution?…malheureusement dans des structures soi-disant démocratiques actuelles je n’en vois pas. Ce n’est que l’électoralisme qui mène…sans parler de la corruption Par-ci, par là quelques poussées de courage et des tentatives-rustines associées comme celles de Villepin mais qui seront vouées à l’échec à moyen terme. César considérait que les Français étaient ingouvernables..ils le sont toujours et aucun peuple ne l’est dans les conditions que nous nous sommes données et qui sont celles d’une utopique démocratie qui ne sert que de façade aux électeurs bernés.. La loi DADVSI en est un parfait exemple. Elle n’est ni intelligente, ni protectrice pour ceux qui croient en bénéficier et est introduite au forceps à l’assemblée. Le drame est que l’on laisse souvent des gens (nos députés) qui n’ont ni le temps, ni la culture nécessaire juger de problèmes dans des conditions de réflexion inacceptables. « qui trop embrasse, mal étreint dit le proverbe »..c’est bien le cas ici.. Une démocratie utopique qui prêche un humanisme irréel dans un monde bien réel, fait de salauds mais aussi de gens bien, nécessite de repenser bien des fondements et de cesser de se payer de mots..faute de quoi une grande idée comme le Communisme forme laïcisée du Christianisme conduit à des Stalines… Si la France continue dans cet égocentrisme et cette mollesse du pouvoir et des institutions, elle court tout droit au fachisme ou au statut de colonisé après avoir eu celui de colonisateur.. J’espère ne plus être ici pour voir ça. Bonne journée à tous Serge

    28/06/2006 à 12 h 27 min
  • Scottkiller Répondre

    Je prefère de loin villepin que sarko le socialo Il se presente ?

    28/06/2006 à 11 h 22 min
  • danielle Répondre

    bravo

    28/06/2006 à 10 h 08 min
  • david martin Répondre

    Cela commence à payer. Hier, à St Dizier le premier ministre a pris un bain de foule et reçu moults messages d’encouragements!!

    28/06/2006 à 8 h 18 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *