La commémoration du 19 mars, insulte à nos compatriotes

Posté le août 01, 2012, 12:00
4 mins

J’ai constaté que le rond-point qui borde la place Voltaire, à Châteauroux, s’était hérissé de trois (excusez du peu !) panneaux portant l’inscription : Rond-point du 19 mars 1962, « fin de la guerre d’Algérie », et j’ai noté que l’expression « fin de la guerre d’Algérie » était entre guillemets.
Je m’interroge sur la signification de ces guillemets, mais je sais, en revanche, la vague de terreur que connurent, après le 19 mars, nos compatriotes européens et nord-africains fidèles à la France.
Je me souviens de la manifestation mitraillée par la troupe française le 26 mars 1962 à Alger, rue d’Isly, qui a fait une cinquantaine de morts et quelque 200 blessés.
Je me souviens de la vague d’enlèvements, à partir d’avril 1962, dans les agglomérations d’Alger et d’Oran qui « toucha » plus de 3 000 Français, dont au moins la moitié n’a jamais été retrouvée.
Je me souviens de la chasse aux Européens et du massacre du 5 juillet à Oran, premier jour de la République algérienne, qui fit quelque 700 victimes.
Je me souviens du choix « la valise ou le cercueil » qui engendra, dans l’indifférence générale, un exode massif d’au moins un demi-million de « rapatriés ».
Je me souviens des 60 000 à 80 000 harkis torturés, tués ou disparus, tandis qu’une centaine de milliers d’Algériens débarquaient en France à l’automne 62 pour fuir des combats qui continuaient entre les différentes factions du FLN.
Je me souviens, enfin, du drame des partisans de l’Algérie française pourchassés en métropole avec des milliers d’arrestations et de condamnations prononcées par des tribunaux d’exception, dont des condamnations à mort et des exécutions.
Non, le 19 mars 1962 n’a pas signifié la « fin de la guerre d’Algérie », et ces panneaux sur le rond-point sont évidemment un nouveau coup de poignard dans les plaies de nos compatriotes pieds-noirs et harkis, et leurs descendants.
Je crois, en outre, que le 19 mars n’est pas une date de concorde et de fraternité nationale comme l’est, par exemple, le 11 novembre. Aussi le maire de Châ­teauroux s’honorerait-il en faisant adopter une nouvelle délibération municipale pour donner à ce rond-point un nom plus con­sensuel, comme, tout simplement, le « rond-point de la fin de la guerre d’Al­gérie » ou, mieux encore, le « rond-point pour les victimes de la guerre d’Algérie », ou, enfin, le « rond-point aux morts pour la France en Afrique du Nord », dont la célébration officielle a été fixée au 5 décembre par une décision gouvernementale qui date de 2003.

Guilhem de Tarlé

Courrier des lecteurs des 4 Vérités Hebdo

Article précédent

Evolution tardive

Article suivant

Guerre de succession

4 réponses à l'article : La commémoration du 19 mars, insulte à nos compatriotes

  1. Magne

    02/08/2012

    J’ai passé une année à Chateauroux entre 1999 et 2000 et je me suis fait photographier devant ce rond – point où il était déjà indiqué Rond Point du 19 mars 1962 .

    Répondre
  2. HansImSchnoggeLoch

    02/08/2012

    Ce qu’on peut retenir de cette histoire c’est de surtout ne jamais se battre pour la France. Si vous avez le malheur de tomber au combat ce seront les ennemis qui vous ont abbattu qui viendront plus tard cracher sur votre tombe avec l’approbation du gouvernement français.

    Répondre
  3. lavandin

    02/08/2012

    non, le 19 mars 62 n’est pas la fin de la guerre d’Algerie : c’est un cessez le feu, une trève qui a duré jusqu’en 1976, et qui a pris fin avec l’arrivée massive de maghrebins  sur notre territoire national. La fin de la guerre d’Algérie sera quand la France sera entièremant sous domination musulmane

    Répondre
  4. alf007

    01/08/2012

    La guerre d’Algérie la France a une particularité pour ce conflit elle tue SES morts deux fois, La torture, c’est le seul mot qu’elle a retenue,(directives donnée par les socialos ou SFIO9 en plus elle confie l’explication de l’histoire a des crétins,  abreuvés dés le jeune age par la propagande   communiste.

    On doit se demander   un jour ,si  quelqu’un, osera parler sans langue de bois de cette affaire. 

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)