La compétitivité française

Posté le mars 19, 2014, 11:45
7 mins

Monsieur Boniface Duchemin est président du directoire d’une importante entreprise. Aujourd’hui, mercredi, il se rend à son bureau à pied car sa Mercedes est en révision et son chauffeur en vacances.

À peine sorti de chez lui, il doit faire le grand écart pour éviter une moto qui roule à toute allure sur le trottoir. C’est une moto japonaise Suzuki. Arrivé à l’abribus, M. Duchemin lit sur le panneau indicateur : « Par suite d’un mouvement social, le trafic est momentanément interrompu. »

M. Duchemin fait preuve de compréhension et reprend son chemin. Il arrive finalement à son bureau.

« Appelez-moi Fabienne, je vous prie. » Fabienne est la première secrétaire du président. La standardiste répond : « Monsieur le Président, Fabienne vient de téléphoner. Elle est en arrêt maladie jusqu’à lundi. » M. Duchemin compte : « Mercredi, jeudi, vendredi, plus le week-end… Bien, appelez-moi Stéphanie. – Monsieur le Président, nous sommes mercredi, aujourd’hui. Vous savez bien que Stéphanie ne vient pas le mercredi. – C’est vrai. Alors, appelez-moi Éloïse. – Monsieur le Président, Éloïse est en RTT. »

M. Duchemin téléphone donc lui-même à l’une de ses banques. « Où en sont les Vivendi aujourd’hui ? – Désolé, Monsieur le Prési­dent, nous sommes en panne informatique, mais ça devrait être réparé d’ici à la fin de la semaine. Rappelez plus tard. »

M. Duchemin reprend son téléphone et appelle le directeur d’une société amie : « Passez-moi votre directeur. – Vous n’avez pas de chance, il vient juste d’entrer en rendez-vous extérieur, veuillez rappeler un peu plus tard. » M. Duchemin rappelle un peu plus tard : « Vous n’avez pas de chance, Monsieur le Président, notre directeur est maintenant en rendez-vous intérieur. »

M. Duchemin n’insiste pas et se fait remettre la presse du jour. Il lit : « La France fait plus que jamais figure d’exception négative en Europe. En 2013, son déficit commercial a été de 61 milliards d’euros avec des dizaines de milliers de faillites. Dans le même temps, l’excédent commercial de l’Allemagne a été de 192 milliards d’euros… »

Un coup d’œil sur la publicité : « Achetez notre scooter, la marque préférée du président de la république, et vous aurez une belle copine. »

Ayant un problème de télévision, M. Boniface Duchemin appelle l’opérateur : « Tapez le 1, tapez le 3, tapez le 9… » Après avoir recommencé 18 fois, M. Duchemin obtient enfin le conseiller annoncé qui lui répond… en arabe. M. Duchemin s’étonne, s’informe et apprend que la plate-forme téléphonique de cet opérateur français est à Ouarzazate, au Maroc. Pour autant, constate M. Duchemin, tous les habitants de la république « francaoui » ne sont pas maghrébins. Il reste des Français en France ; il serait souhaitable qu’on leur réponde en français.

L’heure du déjeuner approchant, M. Duche­min s’en va dans une brasserie à la carte ultra-attrayante. On dirait qu’elle a été rédigée par un chef de cuisine sorti de Normale Supérieure, Rue d’Ulm. Un régal. Se trompant de porte, M. Duchemin entre dans la cuisine de la brasserie. Une merveille, pas un bruit, pas une odeur, seulement une vaste batterie de 25 fours à micro-ondes. Et, dans le fond de ce véritable laboratoire, Diallo, un ancien employé de M. Duchemin. « Diallo, qu’est-ce que tu fais là ? Ah, patron, je suis réchauffeur. – Tu réchauffes quoi ? – Les plats, patron, qui viennent tous les matins de l’usine du Val de Marne. Là-bas, c’est Coulibaly qui fait la cuisine. Tu te souviens, patron, de Coulibaly ? Il a trop la chance. Il s’est regroupé familialement avec ses 4 femmes, ses 15 enfants et sa grand-mère. Il est dans un beau logement social et son fils, il est aide-nettoyeur à la SNCF. Alors, ils voyagent beaucoup gratis. La semaine dernière, ils étaient tous à Saint-Tropez. Patron, aujourd’hui, je te recommande le coq au vin. C’est pas le coq, c’est la poule, mais ça fait rien, c’est bon. Tu vois là ? Il y a le bidon de sauce, 10 litres. Si tu veux, tu redemandes, pas de problème. Il y a aussi des escargots. Ils viennent de Papouasie-Nouvelle Guinée, mais en avion, parce qu’à pied, ç’aurait été trop long. »

M. Duchemin regagne sa place, songeur.

Rentré au bureau, il appelle le fiscaliste. « Alors, Olivier, où en sommes-nous ? – Monsieur le Président, je viens de régler l’URSSAF. Mais, vous le savez, nous avons 192 taxes à régler, plus l’IS, plus les impôts personnels. Nos concurrents allemands ont 2 fois moins d’impôt que nous. Les impôts sur la production en France, c’est 65 milliards d’euros de plus qu’en Allemagne. Avec une telle fiscalité, nous ne pourrons pas nous en sortir. Vous le savez bien, la France est régie par un régime socialo-communiste dirigé par un charlot ridicule entouré d’une bande d’apparatchiks incompétents et profiteurs, manipulés par des syndicats fabricants de chômeurs. Ces gens sont détestés, mais ils sont au pouvoir et ça peut durer. Vous voyez, les Wrangel, la société de logiciel ? Ils se sont délocalisés à Singapour et s’en trouvent très bien. Croyez-moi, il faut penser à les imiter. La délocalisation est notre seule chance de salut. C’est Singapour ou, plus près de nous, la Grande-Bretagne. »

M. Duchemin réfléchit et consulte. Puis, il prend sa décision. Rester en France, c’est se suicider. Ce sera donc Singapour… 

7 réponses à l'article : La compétitivité française

  1. Oeildevraicon

    19/03/2014

    Si monsieur Duchemin a la possibilité de délocaliser pour ne pas se suicider, je pense que dans sa grande majorité les français sont masos.

    En effet, par manque de moyens ou par peur de l’inconnue, les français (ces moutons et non ces bœufs, comme disait le grand Charles) vont continuer à se laisser euthanasier à petit feu, à doses chirurgicales.
    Cela va se vérifier lors des deux tours des municipales, car l’occasion nous est donnée de mettre un grand coup de pied dans la fourmilière.
    Or n’ayant pas assez trinqué, nous nous retrouverons après avec les mêmes aux commandes , qui de ce fait, se trouveront confortés dans leur travaux de sape et de destruction de notre pays.

    PS: J’espère me tromper…

    Répondre
  2. HansImSchnoggeLoch

    19/03/2014

    À quand le scooter et la belle copine (ou le beau copin) pour tous?
    Organisons une grande manifestation pour l’obtention de ces droits légitimes. il n’y a pas de raison que le président puisse en profiter tout seul.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      20/03/2014

      copAin mais coquin , cela va sans dire !

      Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    19/03/2014

    surtout qu’à Singapour, l’air est « particulièrement » ( c’est le cas de le dire ) vivifiant, les logements spacieux mais du genre  » fenêtre sur cour « , , la nourriture colorée, abondante et innombrablement variée : au moins 300 salades et autant de pâtes dont vous pouvez choisir jusqu’à la couleur …même du fluo; quant à la sécurité je ne vous  » en cause  » même pas puisque  » triple B  » ( Big Brother Bridé ) doit savoir jusqu’au centimètre cube près ce que vous pissez chaque jour etc … personnellement je choisirai plutôt le … Canada

    Répondre
    • Secotine

      20/03/2014

      j’ai vécu à Singapour et au Canada. et moi, je préfère Singapour ! Chacun son gout

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        22/03/2014

        je vous l’accorde aussi vrai qu’il y a les lapins de garennes et les lapins de clapiers …à chacun ses goûts … gastronomiques !
        tenez moi par exemple je préfère le Vivarais au Marais mais c’est sans doute par à la fois par un manque d’éducation et de civilisation

        Répondre
  4. HOMERE

    19/03/2014

    A Singapour Monsieur Boniface fera du chemin….il aura,entre temps,licencié sa première secrétaire,Stéphanie et Eloïse qui,mariées à des cas sociaux bénéficieront des allocs,des primes de licenciements,de la CMU, des tickets restaurant,des allocs logement,des bourses scolaires……
    Elle est pas belle la vie ?
    L’exception française dans sa splendeur…..
    Toujours perspicace,Monsieur Lambert nous rassure sur le fait que nous ne sommes pas encore devenus matures mais que nous sommes restés les plus jolis veaux de la planète…..

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)