La courbe du chômage et la bulle de François Hollande

La courbe du chômage et la bulle de François Hollande

Nous avons franchi la date fatidique du 31 décembre 2013 et François Hollande a donc perdu son « pari », comme disent les journalistes : il n’a pas inversé la courbe du chômage.

Bien au contraire, en novembre, le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté assez nettement (17 800 selon les calculs du gouvernement et sans doute beaucoup plus en réalité).

Autrement dit, la baisse en trompe-l’œil que nous avions observée en octobre a fait long feu. En réalité, d’ailleurs, le nombre de chômeurs a augmenté en octobre, mais, en n’évoquant qu’une catégorie de chômeurs, le gouvernement a réussi à faire avaler aux médias peu regardants que le nombre de chômeurs avait baissé de 20 500.

Je vous avoue que je pensais, pour ma part, qu’il y aurait bel et bien une inversion de la courbe du chômage. Oh, certes, une inversion factice, mais une inversion tout de même, susceptible de déclencher les tonnerres d’applaudissement de la presse aux ordres, des syndicats prétendument représentatifs et des politiciens du sérail.

Je pensais que François Hollande avait la certitude qu’il y aurait suffisamment d’embauches en contrats bidons payés par l’argent public pour annoncer à grands cris son triomphe. Même cette hypothèse était optimiste. La réalité, c’est que, malgré les embauches massives de fonctionnaires et de contrats bidons, Hollande ne peut plus faire illusion.

Pourtant, il a eu l’incroyable culot de communiquer sur le fait que les chiffres de novembre « ne modifiaient pas la tendance ». Tendance qui, naturellement, conduisait logiquement au plein-emploi !

Pour que nul n’en ignore, le président ajoute : « L’inversion de la courbe du chômage, sur laquelle je me suis engagé, est bien amorcée. » Les chômeurs apprécieront ! Les entrepreneurs aussi, qui croulent sous les charges, et ne peuvent embaucher les collaborateurs dont ils auraient besoin. En attendant de mettre la clé sous la porte, pour cause de « choc de compétitivité » à l’envers.

« Nos » oligarques vivent tellement dans leur bulle qu’ils ignorent tout de la réalité vécue par les Français. Et qu’ils ignorent tout du plus simple bon sens. Car, en poursuivant la lecture de cet édifiant communiqué, on apprend que, selon M. Normal, une croissance ralentie du nombre de chômeurs… constitue une baisse du chômage !

Avec une telle maîtrise de l’économie par les « élites », on est surpris qu’il reste des Français non-chômeurs !

Partager cette publication

(4) Commentaires

  • MINUX75 Répondre

    Il ne faut pas se tromper, le chômage est fabriqué de toute pièce par les pouvoirs publics. La volonté des pouvoirs publics est bien de fabriquer du chômage. Le problème n’est donc pas technique mais bien politique. Si les médias en France sont contre l’emploi, cela correspond bien à une volonté des pouvoirs publics qui contrôlent les médias. Ce n’est pas un hasard si ce sont les plus mauvais économistes qui sont à chaque fois invités dans les médias, la aussi, cela correspond à une volonté des pouvoirs publics de toujours et encore toujours fabriquer du chômage. Voila pourquoi la cause de l’emploi est toujours perdante.

    J’en viens à ce que j’appelle le syndrome des économistes qui croient qu’il ont LA SOLUTION technique au problème du chômage. Ils n’ont tout simplement pas compris que si leur solution marche, elle ne sera jamais prise en considération par les pouvoirs publics, mieux, elle sera prise en considération comme la solution à ne surtout pas mettre en oeuvre. Ce n’est pas un hasard si du point de vue médiatique, ce qui crée des emplois est toujours considéré en France comme fasciste, anti démocratique, anti républicain et contraire « à la volonté du peuple ». Ce n’est pas un hasard si le libéralisme/capitalisme est littéralement vomi de la bouche de TOUS nos hommes politique/faux journalistes du système: c’est un système qui crée des emplois donc LE système à abattre. Michel de Ponsin a dit que le chômage est fille du socialisme, voila qui explique très bien pourquoi toute notre classe politique est socialiste sans exception tellement la volonté de fabriquer du chômage est forte.

    La preuve que les pouvoirs publics sont d’inlassables partisan de l’économie du diable, celle qui crée du chômage est la volonté sans faille de négationnisme qui entoure tout ce qui touche au chômage. On radie beaucoup plus à Pôle emploi qu’à FUKUSHIMA. Les syndicats de chômeurs ne sont jamais interviewés. Au mieux on va voir les syndicats de fonctionnaires qui par définition sont contre la création d’emploi. Enfin, nous sommes champions du monde d’idéologies destinés à masquer le problème du chômage que ce soit l’anti racisme, la shoa, le mariage pour tous etc…

    10/01/2014 à 19 h 10 min
  • HansImSchnoggeLOch Répondre

    Sur l’image on voit le nez allongé du menteur Hollande. Il serait intéressant de savoir si Miège lui a aussi dessiné une langue fourchue.

    06/01/2014 à 13 h 08 min
  • ferré Répondre

    le nombre de chomeurs global ne fait qu’augmenter … pour le nombre de jeunes de moins de 25 ans baisses…..surtout grace aux aides …et qui paie l’état…. c’est de l’enfumage politique de ce gouvernement incapable …..mais plus pour longtemps …..attendons les résultats des élections de 2014+ 2015

    02/01/2014 à 7 h 40 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    du bon usage du vocabulaire

    OLIGARCHIE : système politique, ou groupe d’individus, dans lequel le POUVOIR appartient à un PETIT nombre d’individus constituant soit l’ ELITE intellectuelle ( qu’on nomme … ARISTOCRATIE ) , soit la minorité POSSEDANTE ( connue elle sous le nom de PLOUTOCRATIE ) , ces deux aspects étant fréquemment confondus

    on voit donc qu’on ne peut pas parler vraiment d’oligarchie

    01/01/2014 à 15 h 15 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: