La délinquance des filles mineures en forte hausse

La délinquance des filles mineures en forte hausse

 

D La dernière étude de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales révèle que depuis 1996 la courbe des mineures mises en cause par la police et la gendarmerie a grimpé 3 fois plus vite, en moyenne, que celle des garçons: +133%, contre +40% pour les mineurs de sexe masculin. Aujourd’hui, les filles pèsent 15% de l’ensemble des mineurs qui ont eu maille à partir avec les forces de l’ordre: 33.000 filles mises en cause pour 181.000 garçons en 2009. Christophe Soullez, le directeur de l’ONDRP, commente :

« Jugez plutôt! sur cinq ans, le nombre de filles mises en cause pour violences et menaces a augmenté de plus de 80%. Même très jeunes, les filles n’hésitent plus à frapper pour régler les contentieux parfois les plus minimes, motivées par la jalousie, la vengeance ou au prétexte que la victime leur aurait manqué de respect, tandis que dans les cités, les filles participent de plus en plus aux violences collectives« .

L’étude permet de découvrir que le nombre de mineures mises en cause pour violence non crapuleuse, c’est-à-dire non motivée par le vol, a doublé en cinq ans. Concrètement, cela signifie que la police et la gendarmerie doivent gérer annuellement 3500 cas supplémentaires de filles auteurs de coups et blessures volontaires et autres agressions gratuites. (….) (vu ici)

Quelqu’un aura-t-il le culot de faire un lien avec les familles destructurées de l’immigration et la racaille des banlieues ?

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: