La désastreuse réforme de la carte scolaire

La désastreuse réforme de la carte scolaire

François Hollande a beau battre des records d’impopularité, il n’en poursuit pas moins sa politique sans ralentir, ni dévier d’un pouce.
C’est ainsi que « Libération » nous a récemment appris que Najat Vallaud-Belkacem travaillait à la réforme de la carte scolaire, pour favoriser la « mixité sociale ».

Concrètement, cette réforme pourrait être testée dans une dizaine de départements et annoncée dès le mois de novembre prochain.
Ce que l’on sait, à l’heure actuelle, de cette réforme est assez nébuleux. Mais l’idée générale serait d’élargir les zones de la carte scolaire, pour qu’elles n’englobent plus un seul, mais deux ou trois collèges.

Aujourd’hui, un élève est affecté à un collège en fonction de sa proximité géographique. De­main, il serait affecté en tenant compte, à côté de la géographie… de l’arbitraire de l’État, puisque, sur ces deux ou trois collèges, les listes d’élèves se­raient constituées par l’Éduca­tion nationale, selon un saupoudrage dont la recette serait probablement tout à fait incon­nue des parents.

Il y a tout lieu de craindre que la droite, tétanisée par les hommages bien-pensants à la fameuse « mixité sociale », n’ose pas réagir.
Mais cette réforme serait désastreuse.

Les résultats de l’actuelle carte scolaire sont déjà lamentables. Mais, si on ajoute à la ghettoïsation l’arbitraire étatique, ce sera nécessairement pire.

De toute évidence, ce n’est pas ainsi que l’on permettra aux établissements « pourris » de sortir la tête de l’eau.

Tout ce que l’on réussira à faire, ce sera de tirer vers le bas les établissements qui surnageaient aux abords des quartiers dits pudiquement « sensibles ».

Il n’existe qu’une seule façon de sauver les élèves des quartiers « sensibles » : augmenter la sé­lection et offrir aux meilleurs la possibilité de suivre une scolarité dans les meilleurs établissements de la région. C’est-à-dire tout le contraire de l’égalitarisme socialiste.
De même que la politique économique socialiste fabrique des pauvres, en prétendant s’attaquer à la pauvreté, la politique scolaire de la gauche fabrique des analphabètes en prétendant lutter contre l’échec scolaire !

Mais, naturellement, les apparatchiks, eux, sauront toujours éviter le désastre pour leur progéniture…

Pour sauver l’école, il faut de la sélection et de la liberté. Autant dire que les socialistes ne sont pas les mieux placés pour mener les réformes nécessaires !

Partager cette publication

(1) Commentaire

  • DESOYER Répondre

    La belle Kacem veut sans doute favoriser les mariages doublement mixtes: je veux dire un Noir-une Blanche ou un Blanc-une Arabe. A moins qu’elle ne pousse l’audace ohl’andouillesque jusqu’à promouvoir des unions simplement mixtes: un Noir-un Blanc ou une Arabe-une Blanche et tutti quanti!

    27/10/2015 à 13 h 27 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *