La désastreuse réforme socialiste du collège

Posté le 20 mai , 2015, 10:14
6 mins

La réforme du collège imaginée par Najat Vallaud-Belkacem est en passe de devenir le boulet du gouvernement pour cette deuxième moitié de quinquennat.
Avant toute chose, disons quelques mots du contenu de cette réforme.

L’objectif annoncé par la ministre de l’Éducation nationale est de « démocratiser l’enseignement », d’en « finir avec la ghettoïsation », d’assurer « la réussite pour tous »…
Autant d’expressions grandiloquentes que nous ne sommes pas obligés de prendre au premier degré.

La réalité, c’est que celle que les communicants appellent désormais NVB utilise, sous prétexte de nouveauté, toutes les vieilles recettes socialistes.
Cette réforme, marquée par un égalitarisme suicidaire (tout spécialement suicidaire en matière éducative), torpille tout ce qui marche, pour éviter la reproduction des « inégalités sociales ». Elle imagine qu’en liquidant les meilleurs, tout le monde sera au même niveau.
C’est idiot, évidemment.

Cela aura même l’effet inverse de celui officiellement recherché : plus on supprime les sections « élitistes », plus on assure que la seule réelle sélection se fasse sur le portefeuille des parents, c’est-à-dire plus on enfonce les plus défavorisés.

La haine de la gauche pour la sélection à l’école et à l’université m’a toujours laissé pantois. Bien sûr que les « privilégiés » sont mieux armés pour les concours, mais la sélection assure mécaniquement un certain brassage des élites : elle permet l’élimination progressive des héritiers décadents et l’incorporation progressive des éléments les plus brillants des classes populaires.
De toute évidence, cette réforme ne remplira pas mieux son objectif égalitariste que toutes celles qui l’ont précédée.
En revanche, on peut être assuré qu’elle contribuera à une nouvelle baisse catastrophique du niveau général.

Il faut rappeler, en effet, car Mme Vallaud-Belkacem et ses amis l’ignorent peut-être, que le principal objectif de l’école est d’instruire les élèves, pas de gommer les différences sociales. En se trompant d’objectif, il serait miraculeux d’obtenir de bons résultats !

En promouvant un « enseignement démocratique », non seulement on ne fait pas avancer d’un pouce la démocratie, mais on détruit l’enseignement !
Les résultats attendus de la réforme en cours sont la disparition de l’enseignement de l’allemand, du grec et du latin, de pans entiers de l’histoire de France…
Oh, bien sûr, cette disparition n’est pas voulue pour elle-même, mais elle sera la conséquence mécanique de la flétrissure de ces matières supposées incarner « l’élitisme » des « privilégiés » et donc le contraire de la « réussite pour tous ».

Mais le plus étonnant est encore la façon dont cette réforme est défendue par le gouvernement.
Ainsi Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l’Assemblée, déclarait-il sobrement : « On attaque Najat Vallaud-Belkacem parce que c’est une femme, et une femme issue de la diversité. »
En un mot, parce qu’elle est une femme et que ses parents ont immigré en France, défense formelle de critiquer la réforme de Najat Vallaud-Belkacem, sous peine de condamnation (morale pour le moment, mais sans doute bientôt pénale) pour racisme ou sexisme.

C’est la façon socialiste de comprendre le débat : on peut discuter, mais à la condition d’admettre que le socialisme incarne le bien et le vrai et que tout anti-socialiste est un chien, comme disait naguère Sartre des anti-communistes.

Face à cette réforme inepte, que doit faire la droite ?
Tout d’abord, dénoncer, bien sûr. Dénoncer l’égalitarisme. Dénoncer le laxisme scolaire, qui accompagne le laxisme judiciaire et le laxisme socialiste en tous domaines. Dénoncer la baisse de niveau certaine qui suivra cette réforme. Dénoncer aussi l’attaque frontale contre notre identité et notre histoire nationales.
Mais aussi proposer. Et cette proposition doit nécessairement être triple. D’abord, contre le totalitarisme socialiste, proposer la liberté : la liberté de choisir son école, de choisir sa pédagogie… Et, pour cela, proposer le chèque scolaire. Ensuite, contre l’égalitarisme socialiste, proposer la sélection. Enfin, contre la repentance socialiste, promouvoir notre histoire et ce que l’on appelait naguère notre « roman national ».

Ce n’est qu’à cette triple condition qu’une réforme scolaire réellement efficace, réellement juste et réellement nationale pourra voir le jour.

23 Commentaires sur : La désastreuse réforme socialiste du collège

  1. Hilarion

    27 mai 2015

    Mais quoi d’étonnant. En régime socialiste il semble que le seul objectif à atteindre soit sainte “‘égalité”. C’est souvent en poussant un raisonnement à sa limite extrême que l’on perçoit son absurdité qui est quelques fois criminelle.
    Ainsi, l’un des exemples abouti de la stupidité égalitariste génocidaire est celui des khmer Rouges, socialiste rouges vifs ceux là. Ils n’ont pas modifié l’enseignement pour amener au niveau du plus crétin commun dénominateur, ils ont purement et simplement massacré tout ce qui pouvait de près ou de loin ressembler à une personne instruite, fut-elle seulement capable de déchiffrer un alphabet. Ainsi le seul fait de porter des lunettes vous conduisait immanquablement de l’autre côté du miroir. Cette pauvre NVB ne connait sûrement pas l’histoire du Cambodge qui ne doit pas être enseignée à Science Po ou j’imagine l’enseignement à l’épicentre du politiquement correct, mais son hystérie égalitariste procède néanmoins du même esprit. S’il n’y avait pas eu, tout au cours de l’histoire humaine des individus se distinguant de la masse, nous en serions encore à l’époque des chasseurs cueilleurs avec un âge moyen de trente ans. L’esprit Lyssenko n’est pas mort au sein de nos politiques “progressistes”.

    Répondre
  2. azerty

    25 mai 2015

    “la réussite pour tous” : pour tous des diplômes certifiés inutiles.

    Répondre
    • Jaures

      26 mai 2015

      Ce ne sont pas les diplômes qui posent problème: le taux de chômage est à 10%, il passe à 5% pour l’ensemble des diplômés.
      Le problème est la qualification, initiale et continue.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        26 mai 2015

        puisque vous avez un ” emploi ” [ qui vous laisse beaucoup de … temps libres ] vous êtes diplômé en quoi ? sociologie ? ” philosophie ” ? histoire(s) ?

        Répondre
  3. quinctius cincinnatus

    25 mai 2015

    la ” Socialie ” est en train de ” partir en co …. es ” !

    la F.C.P.E. désavoue son Président et son équipe ( qui soutenaient la Réforme des collèges ) les rats quittent le navire

    à Charlie Hebdo des ex- ( épouses ou journalistes ) au cours d’ une soirée très alcoolisée dans une maison louée dans la banlieue bobo mettent les services de sécurité sur les dents pour une ” blague ” débile

    ” le Monde ” est en crise et n’ a toujours pas de tête et ” Libé ” ” se réinvente ” [ pour pouvoir se … revendre ] etc … etc …

    Répondre
  4. paris

    24 mai 2015

    « la réussite pour tous »
    la culture pour personne

    Répondre
  5. michel

    21 mai 2015

    hé bé ! La droite revenant aux affaires aura du boulot sur la
    planche pour réformer tout ce que la gauche aura “fait” dans tous les domaines et pour virer (comme eux l’ont fait) tous
    les gens de leur sensibilité qu’ils ont placés dans tous les
    postes clefs !
    Ce n’est certes pas un Sarkozy qui une fois au pouvoir a voulu
    avoir des gens de l’opposition dans son gouvernement , qui
    sera à la hauteur de cette tâche …

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      23 mai 2015

      ce n’ était pas, comme vous le dites, des ” gens ” de l’ opposition, mais seulement des personnes ” hautement ” mediatisées et c’ était cela qui importait plus que toute autre chose à notre saltimbanque : être reconnu par les ” célébrités ” parisiennes ( qui valent ce que l’ on sait c. à d. un soufflé au fromage ) Cet homoncule n’ a pas de colonne vertébrale et voter une nouvelle fois pour lui c’ est repartir pour un même scénario de comédie de boulevard parisien !

      Répondre
  6. Dupont

    21 mai 2015

    “on attaque NVB parce qu’elle est femme et Bérbère” : on ne peut répondre à cette stupidité que par la célèbre réponse de B. Tapie : ” je ne dis pas que M. X est con parce qu’il est nègre ,je dis qu’il est con parce qu’il est con “…

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      23 mai 2015

      ceci me fait penser à la célèbre phrase de Mac Mahon :

      ” C ‘est vous le Nègre ? et bien continuez ! ”

      phrase ” malheureuse ” qui a été détournée par les ” anti-racistes ” alors que la Maréchal-Président félicitait simplement le premier élève noir ( Antillais ) de l’ Ecole Polytechnique

      Répondre
    • DE SOYER

      23 mai 2015

      On a aussi le droit de l’attaquer parce qu’elle est maghrébine et qu’elle n’est pas, à ce titre, qualifiée pour s’occuper de “nos” affaires.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        26 mai 2015

        on peut être ” maghrébin ” et patriote … français … j’ en connais une bonne douzaine dans mon seul entourage allant du prof de fac au policier de la base ou au maitre d’ hôtel … en tout cas plus patriotes que bien des Français ( qui se disent de souche ) ou qui ont eux aussi une seconde Patrie

        Répondre
  7. Boutté

    21 mai 2015

    Ainsi la baisse programmée des apprentissages va faire encore le bonheur de l’Enseignement Privé où se bousculent les enfants de nos Ministres . Je devrais m’en réjouir si j’ignorais l’entrisme bien mené pour que ces établissements révélateurs des élites et promoteurs du savoir pour tous diminuent leur prétention à l’excellence .

    Répondre
  8. Papyréac

    20 mai 2015

    Non, ce n’est pas Madame la Ministre en titre qui a “imaginé” cette “réforme” ; à part cela je convie tout un chacun à véritablement se renseigner afin de se faire une opinion objective sur l’origine de cette initiative pour le moins “précipitée.”. Curieux tout de même pour certains idéologues au pouvoir qui prônent la concertation.
    Drôle de procédure dont la démarche s’apparente peu ou proue à la hideuse trahison relative à l’adoption du traité de Lisbonne.

    Répondre
  9. DE SOYER

    20 mai 2015

    Très bon article. L’auteur n’est pas faussement surpris.
    Beaucoup de gens me surprennent (vous me direz que ces propos sont surtout tenus par des journalistes ou des politiques) en disant que les socialistes pourraient faire autre chose que du socialisme. Autant dire qu’un mouton pourrait faire autre chose que bêler!

    Répondre
  10. Jaures

    20 mai 2015

    Tout d’abord, considérons que si ceux qui critiquent cette réforme sont nombreux, les alternatives proposées sont tout aussi pléthoriques et contradictoires.
    Ici on propose le chèque scolaire, ailleurs le pré-apprentissage dés la 6ème, là de supprimer les notes, autre part de revoir la carte scolaire,…
    Chacun assurant sa méthode incontournable et infaillible.
    Or, si on regarde le fameux chèque scolaire évoqué ici, il est en place depuis 1992 en Suède, pays qui a vu sa place dégringoler au classement Pisa pour se retrouver largement derrière la France.
    La Suisse est l’Etat européen le mieux classé, sans chèque scolaire.
    On voit bien qu’il s’agit là d’un choix purement idéologique dont l’efficacité ne repose sur aucun fondement.

    D’autant que le chèque scolaire est destiné à favoriser l’organisation privée de l’éducation. Or, la plus importante composante de l’école privée française, l’enseignement catholique, donne son soutien à l’essentiel de la réforme indiquant que celle-ci peut « aider le collège à mieux répondre aux défis de l’échec scolaire et du décrochage, à développer les pédagogies coopératives et à renforcer le sens des apprentissages par le croisement des savoirs » (Pierre Balmand, secrétaire général de l’enseignement catholique).

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      20 mai 2015

      Vous savez comme nous tous que l’ Enseignement Privé Catholique joue sur deux tableaux :

      – un tableau élitiste … traditionnel

      – un tableau qu’ on peut qualifier ” d’ accueil chrétien et démocratique” à tous les enfants et adolescents que les parents considèrent ( à tort ou à raison ) comme étant rejetés par le système éducatif public

      et là on ne mélange pas les serviettes de batiste avec les torchons de coton cela même dans un même établissement

      Répondre
    • orldiabolo

      21 mai 2015

      Le secrétaire général de l’enseignement catholique est sans doute un cas assez typique d’intériorisation du discours de l’adversaire. Classique syndrome de Stockholm, que j’ai pour ma part constaté souvent chez les syndicalistes médicaux. A force d’avoir les coucougnettes fermement tenues par le ministère, on finit par aimer ça…

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        28 mai 2015

        tiens vous aussi ? c’est la raison pour laquelle je n’ ai jamais appartenu à un quelconque syndicat ; ” ils ” auraient vendu père et mère pour une breloque ! voyez @Jaurès qui de chaviste pur ( ? ) et dur ( ? ) est devenu en un tour de gouvernement un fervent macroniste !

        Répondre
    • pi31416

      22 mai 2015

      “si ceux qui critiquent cette réforme sont nombreux, les alternatives proposées sont tout aussi pléthoriques et contradictoires.”

      –Viens, Gaston, on va s’en jeter un chez un chez la mère Aboir.
      –Non, Jules, je préfère rester ici chez le père Siffleur.
      –Mais son pinard c’est de la pisse d’âne ses amuse-gueule de la merde sur carton-pâte!
      –Oui mais chez la mère Aboir il y a trop de choix et ça me confusionne.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        22 mai 2015

        il faudrait faire La Synthèse comme au P.S. et @ Jaurès admettrait peut être que vos propositions pourraient éventuellement avoir une certaine consistance démocratique à défaut d’ être efficaces

        proverbe anglais :

        ” un chameau est un cheval dessiné par un groupe ”

        une bonne illustration de ce qu’est une synthèse

        Répondre

Répondre

  • (pas publié)